Menu

Breve

Strasbourg : Les musulmans indignés après un tag anti-islam sur une mosquée

Publié
Le tag anti-islam sur la palissade du chantier de la mosquée en construction. / DR
Temps de lecture: 2'

Un jeune homme de 21 ans, proche de Génération identitaire, a reconnu mardi être l'auteur d'un tag anti-islam sur la palissade d'une mosquée en construction, quartier de la Meinau à Strasbourg. Placé en garde à vue, l’étudiant strasbourgeois qui aurait participé il y a quelques jours à la manifestation de Génération Identitaire, sera jugé en avril prochain, rapportent l’AFP et France Bleu.

L'inscription «Non à l'islam, ça va au bled», tracée en grandes lettres noires, a été découverte, lundi, sur la palissade du chantier de la Grande mosquée Eyyûb Sultan de Strasbourg. Stoppé par des passants à Strasbourg en plein tag ce lundi, l'étudiant a été placé en garde à vue jusqu'à mardi après-midi.

L'inscription visant la religion musulmane et non la communauté musulmane, il n'est pas poursuivi pour provocation à la haine raciale mais pour «dégradation par tag», a expliqué le Parquet de Strasbourg. Il encourt 3 750 euros d'amende.

Sur sa page Facebook, la Grande mosquée Eyyûb Sultan de Strasbourg a estimé que «cet incident reflète le climat délétère que traverse la France aujourd'hui». «La banalisation des propos ciblant les musulmans dans les discours médiatiques désinhibent les ennemis du vivre-ensemble», a-t-elle ajouté.

Dans un communiqué, les élus de l'ensemble des groupes politiques représentés au conseil municipal de la Ville de Strasbourg ont condamné «unanimement et avec la plus grande fermeté tout acte islamophobe ou xénophobe» et rappellent que «chacun(e) doit pouvoir vivre sa foi sans discrimination». 

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a aussi condamné l’acte, en exprimant «son soutien et sa solidarité aux fidèles et aux responsables de la mosquée face à cette provocation méprisable».

Pour sa part, Daniel Holtgen, représentant spécial sur la haine et les crimes de haine antisémites et antimusulmans du Conseil de l’Europe s’est dit «très triste» de voir le tag. «Il y a encore du chemin afin que nous apprenions à vivre ensemble en respectant la diversité des uns et des autres», a-t-il ajouté.

Article modifié le 2021/02/24 à 19h57

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com