Menu

Breve

Découverte d’un cœlacanthe marin grâce à un poumon ossifié provenant du Maroc

Publié
Un cœlacanthe. / DR
Selon l’étude, il s’agit de la «première découverte de cœlacanthe dans les gisements de phosphates d'Afrique du Nord».  / DR

Un fossile d’un poumon récupéré dans les gisements de phosphates à Oued Zem, au Maroc, a permis à des chercheurs de découvrir le premier cœlacanthe marin, dont la taille avoisinait celle d’un requin blanc. Selon l’étude, publiée dans le journal Cretaceous Research, il s’agit de la «première découverte de cœlacanthe dans les gisements de phosphates d'Afrique du Nord».

Le fossile, enduit de plâtre et recouvert d'une couche de laque, ce qui avait fait brunir les os, a été trouvé à côté d'un ptérodactyle, ce qui prouve que le cœlacanthe géant vivait au Crétacé. La grande taille du poumon suggère que les poissons anciens avaient une longueur totale de corps estimée entre 3,65 m et 5,52 m nettement plus grande que les cœlacanthes modernes (2 m).

«Nous n'avions qu'un seul poumon, bien que massif, de sorte que nos conclusions ont nécessité des calculs assez complexes», a déclaré le professeur David Martill, de l’Université de Portsmouth, au Royaume-Uni. «C'était étonnant de déduire que ce poisson en particulier était énorme», a-t-il ajouté.

Le poumon ossifié du cœlacanthe marin. / DRLe poumon ossifié du cœlacanthe marin. / DR

Les cœlacanthes sont un groupe de poissons primitifs vivant dans les profondeurs étroitement liés aux tétrapodes, aux vertébrés à quatre membres, y compris les amphibiens, les mammifères et les reptiles. On pensait qu'ils avaient disparu pendant 66 millions d'années, jusqu'à la capture accidentelle d'un spécimen vivant par un pêcheur sud-africain en 1938.

Pendant la période du Crétacé, ils n’étaient connus que par deux familles, les Latimeriidae, qui ont survécu jusqu'à présent et les Mawsoniidae, qui se sont éteints à la fin du Crétacé. Le spécimen nouvellement découvert appartient à cette dernière famille et constitue le dernier spécimen de cœlacanthes avant leur pseudo-extinction il y a 66 millions d'années.

«Les fines plaques osseuses étaient disposées comme un tonneau, mais avec les bâtons qui tournaient plutôt de haut en bas», a déclaré le paléontologue à l'Ecole de l'environnement, de la géographie et des géosciences de l'Université de Portsmouth.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com