Menu

Article

Espagne : Une information judiciaire enclenchée après les violences sur des mineurs marocains

Une semaine après les révélations sur une vidéo documentant des violences contre des mineurs marocains dans un centre à Las Palmas, le ministre espagnol de l’Intérieur a ordonné l’ouverture d’une enquête visant les policiers apparus dans la séquence. La requête aurait été transmise par le biais de l’ambassadeur de l’Espagne à Rabat.

Publié
Photo d'illustration / DR.
Temps de lecture: 2'

Le ministre espagnol de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska Gómez, a ordonné l’ouverture d’une procédure judiciaire contre les agents intervenus dernièrement dans le centre d’accueil des mineurs isolés à Las Palmas (Canaries). Les policiers ont donné suite à un signalement des éducateurs, qui ont demandé une intervention après le début d’une altercation dans la cour. Mais celle-ci aurait été tellement violente que la vidéo documentant une partie des faits, révélée la semaine dernière, a montré un jeune resté inerte, tout au long de la séquence. D’autres mineurs autour de lui étaient pris de panique et criaient en le voyant incapable de bouger ou de parler. De leur côté, éducateurs et policiers semblent leur interdire d’approcher le corps.

Les données jusque-là rendues publiques n’indiquent pas si le jeune était en vie ou non au moment de la prise de la séquence. Cependant, la prise du pouls au niveau du cou par les agents suggère que le mineur à terre aurait été inconscient au moment des faits ou qu’il ne pouvait plus respirer. Ce mercredi, OKDIARIO a rapporté que «le quartier général supérieur de la police des îles Canaries a reçu un appel de Madrid pour annoncer l’ouverture immédiate d’une information sur les actions des agents». Le ministère espagnol de l’Intérieur a également activé «son mécanisme disciplinaire contre les agents apparaissant dans la vidéo», selon la même source.

Le lendemain de la diffusion de la vidéo, une association marocaine a d’ailleurs insisté sur l’ouverture d’une enquête, s’adressant aux autorités espagnoles en leur rappelant leurs obligations en termes de protection internationale des mineurs. La semaine dernière, le bureau exécutif de la Ligue marocaine pour la citoyenneté et les droits de l’Homme (LMCDH) a dénoncé les agressions et a interpelé également le gouvernement marocain, par l’intermédiaire du ministère des Affaires étrangères, pour «envoyer une demande d’explication à son homologue espagnol, sur ces pratiques auxquelles sont exposés les mineurs marocains en Espagne».

Une requête «immédiatement transmise depuis Rabat»

Quelques heures plus tard, la diplomatie marocaine a en effet convoqué l’ambassadeur de l’Espagne au Maroc, Ricardo Díez-Hochleitner, tandis que l’exécutif marocain a exprimé sa «préoccupation» au sujet des faits documentés. Dans ce sens, OKDIARIO évoque une requête de l’ambassadeur, qui a été «immédiatement transmise depuis Rabat» vers l’Espagne. «En quelques heures, le chef supérieur de la police nationale des îles Canaries a reçu un appel de Madrid, annonçant l’ouverture urgente d’une enquête sur le travail des policiers nationaux enregistrés dans le centre pour mineurs».

Au Parlement marocain, des députés de l’opposition ont appelé le ministère marocain des Affaires étrangères à dévoiler les mesures prises pour la protection des ressortissants marocains apparus dans la vidéo. De son côté, l’UNICEF à appelé Madrid à intensifier les actions de prévention et de lutte contre le racisme et la xénophobie.

Par ailleurs, rien n’est encore su concernant ce qui est advenu du jeune apparu au sol dans la vidéo. Mais la violence de la séquence rappelle celle relatant la mort d’Ilias Tahri, pendant une intervention de la police, en juillet 2019. Pour la mère de ce dernier, l’enfant est mort pendant son immobilisation au sol par plusieurs agents de sécurité et le directeur du centre pour mineurs Tierras de Oria à Almería, faisant de lui la «victime d’un meurtre».

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com