Menu

Article

Algérie : Boukadoum en Afrique australe pour éviter à la «RASD» une exclusion de l’UA ?

Le pouvoir algérien se prépare sérieusement au prochain sommet de l’Union africaine. Son ministre des Affaires étrangères sillonne des pays de l’Afrique australe, pour parer à toute proposition d’exclusion ou de suspension de la «RASD» de l’organisation continentale.

 

Publié
Photomontage / DR
Temps de lecture: 2'

Le ministre algérien des Affaires étrangères poursuit sa tournée dans les pays de la Communauté de développement d'Afrique australe. Le 12 janvier, Sabri Boukadoum a effectué une visite en Afrique du sud, marquée notamment par une réunion avec le président Cyril Ramaphosa.

Ce mercredi, le chef de la diplomatie s’est rendu au Lesotho où il a eu des entretiens avec le Premier ministre Moeketsi Majoro et son homologue Matsepo Ramakoae. Le même jour, Boukadoum s’est envolé vers l’Angola pour «une visite de travail», a-t-il annoncé sur son compte Twitter.

Des déplacements motivés par les développements que connait la question du Sahara, une priorité pour la diplomatie algérienne. «S’agissant du conflit du Sahara occidental, les deux parties (l’Algérie et le Lesotho) ont souligné l’impératif pour l’Union africaine et les Nations unies d’œuvrer, de concert, pour le lancement d’un véritable processus politique à même de permettre le parachèvement du processus de décolonisation», a indiqué le ministère algérien des Affaires étrangères dans un communiqué. Le même message a été martelé le mardi à Pretoria.

Cette tournée s’inscrit dans le cadre de la préparation de l'Algérie du prochain sommet de l’Union africaine, prévu le mois prochain. Le voisin de l'Est redoute la présentation lors de ce conclave d’une proposition sollicitant la suspension voire l'exclusion de la «République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD)».

Que dit l’Acte constitutif de l’UA ?

Le choix et le timing des étapes de ce périple en Afrique australe n’est, d’ailleurs, pas fortuit. Les principaux soutiens du Polisario au niveau continental se situent dans cette région du continent. Pour mémoire, sur les neuf adhérents de l’UA qui se sont ouvertement opposés, le 30 janvier 2017, au retour du Maroc au sein de l’organisation continentale, sept appartiennent à ce bloc : L’Afrique du sud, la Namibie, le Zimbabwe, le Lesotho, le Mozambique, l’Angola, le Botswana et l’Uganda. L’Algérie et la «RASD» complétaient la liste. C’est dire l’importance capitale de la tournée que vient de commencer Sabri Boukadoum dans la zone.

Légalement, l’UA est habilitée à exclure un de ses membres à condition que la requête ait l’adhésion requise d’un quorum nécessaire. «Les amendements ou révisions» de l’Acte constitutif «sont adoptés par la Conférence de l’Union (la réunion des chefs d’Etats) par consensus ou, à défaut, à la majorité des deux tiers, et soumis à la ratification de tous les Etats membres, conformément à leurs procédures constitutionnelles respectives», précise l’article 32 de la Charte.

Pour rappel en juillet 2016, et en marge du sommet de Kigali au Rwanda, 28 Etats africains avaient demandé dans une lettre la suspension de la «RASD» des activités de l’Union Africaine, et de tous ses organes, «afin de permettre à l’UA de jouer un rôle constructif et de contribuer positivement, aux efforts de l’ONU, pour un dénouement définitif au différend régional sur le Sahara». Atteindre le seuil des deux tiers des 55 membres semble désormais possible.

Outre l’enjeu de l’avenir de la «RASD» au sein de l’UA, c’est l’avenir de Sabri Boukadoum en tant que ministre des Affaires étrangère qui se joue également. Fait rare, sa conduite de la diplomatie algérienne a été décriée le 4 janvier par un média de la majorité présidentielle. Pour rappel, son prédécesseur, Ramtane Lamamra, a été démis de ses fonctions à cause des percées réalisées par le Maroc en Afrique. Boukadoum subira-t-il le même sort ? Sa désignation en avril 2019 aux commandes de la diplomatie a coïncidé avec les ouvertures de consultas de pays africains et arabes à Laayoune et Dakhla. Un élan qui devrait se poursuivre dans les mois à venir.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/