Menu

Tribune

Lettre ouverte au Chef du gouvernement après la normalisation officielle entre Rabat et Tel-Aviv

Après la signature de la déclaration tripartite entre le Maroc, Israël et les Etats-Unis, officialisant la normalisation des liens diplomatiques entre Rabat et Tel-Aviv, des militants de la cause palestinienne, des défenseurs des droits humains, écrivains et chercheurs universitaires se sont adressés à Saâdeddine El Othmani, en sa qualité de Chef du gouvernement qui a apporté sa signature à l’accord.

Publié
Photo d'illustration / DR.
Temps de lecture: 3'

Lettre ouverte à Monsieur le Chef du gouvernement à l’occasion de la signature qu’il a apposée sur l’accord de la honte qui enchaine le Maroc du Comité Al-Qods au char de l’Etat de l’occupation de la Palestine.

Monsieur le Chef de gouvernement

Au cours des 100 dernières années, le peuple palestinien a payé un tribut très lourd dans la guerre que poursuit contre lui l’entreprise sioniste et dont l’objectif est de le priver de son droit de vivre sur sa terre. Et il traverse aujourd’hui une période qui est une des plus difficiles de son histoire.

Jamais la guerre d’usure multiforme menée par l’occupant contre le peuple palestinien n’a été aussi intense qu’aujourd’hui. Jamais l’occupant qui ne connaît que la force des armes et de la torture ne s’est senti aussi libre de peser sur le peuple palestinien. Le tsunami actuel des normalisations, qui s’est déclenché sur fond de mort cérébrale de la solidarité des Etats arabes et maghrébins, n’a fait que l’y encourager.

Et pourtant, face aux crimes de guerre que sont les opérations de colonisation galopante avec vol des terres et de l’eau, arrachage des arbres et destruction des maisons, en plus de l’enfer de la circulation à travers les check-points, face au crime contre l’humanité de l’épuration ethnique pratiquée à Al Qods-Jérusalem, face à la mort lente programmée des habitants de Gaza et aux autres crimes de guerre que l’armée d’occupation y perpètre, face à la nouvelle loi fondamentale de 2018 qui officialise le régime d’apartheid de discrimination raciste contre les Palestiniens, la résilience du peuple sur sa terre ne faiblit pas. Il ne cesse d’inventer des nouvelles formes de résistance contre l’occupant.

Monsieur le Chef de gouvernement

L’instant est particulièrement grave. Jusque-là, le Maroc officiel avait pratiqué avec l’occupant une normalisation rampante et semi-clandestine sur les plans commercial, maritime, touristique, culturel, militaire et du renseignement. Mais depuis le 10 décembre, c’est à visage découvert, sans honte, que le Maroc officiel a décidé de pactiser avec l’occupant, ajoutant du poids et une autre dynamique au tsunami de la normalisation.

La dernière mode est de chercher à justifier l’ignominie de la normalisation par les liens historiques du Maroc avec les colons sionistes d’origine marocaine. C’est une erreur grave, parce qu’elle encourage le racisme par la confusion qu’elle entretient entre judaïsme et sionisme et fait l’impasse sur l’implication de cette composante de l’occupation dans les crimes commis contre le peuple palestinien. De plus, cela n’effacera pas la responsabilité du Maroc officiel, sa complicité dans le double crime (contre le Maroc et contre la Palestine) commis par les services sionistes qui ont arraché de sa terre une partie du peuple marocain, des Marocains juifs, pour faire de la plupart de ces migrants des soldats sionistes d’origine marocaine de l’armée d’occupation.

Monsieur le Chef de gouvernement

L’ignominie de la normalisation, quels que soient les discours qui l’accompagnent, constitue un abandon du peuple palestinien sur le champ de bataille. Pire. Tendre la main à l’occupant, dans ces circonstances, c’est lui prêter main forte. Et, au-delà de la normalisation économique, touristique, culturelle, médiatique…, ce qui s’est mis en place, c’est un axe militaire avec les normalisés du Golfe, autour de l’armée de l’occupation et sous le parapluie américain.

Nous, signataires, savons que le peuple marocain, qui n’a cessé de sceller son destin à celui du peuple palestinien, sortira de la confusion dans laquelle on voudrait le piéger et exprimera massivement sa solidarité, selon la tradition maintenant parfaitement établie. Parce que les projets que prépare le gouvernement criminel de l’occupation contre le peuple palestinien ne seront pas stoppés, mais encouragés par la normalisation. De nouvelles agressions encore plus meurtrières se préparent : elles ouvriront les yeux de ceux qui n’ont pas encore compris. Et déjà…. Awalou Ghayti Qatarat / l’orage commence par quelques gouttes : à Fès, Tanger, Rabat, Taza, Guercif, Casablanca, Tiznit… les protestations publiques dans la rue ont commencé.

Nous, signataires, clamons haut et fort :

+ L’INADMISSIBLE, cette normalisation que vous avez signée avec les criminels qui font la guerre contre le peuple de Palestine :  PAS EN NOTRE NOM !

+ Nous continuerons à résister à la normalisation et à demander l’annulation des accords de la honte qui viennent d’être signés.

Lettre ouverte à la signature en envoyant Prénom NOM (Qualité) à [email protected]

Premiers signataires

Anis Balafrej (Ingénieur)

Bahija Lyoubi (production cinématographique)

Sion Assidon (citoyen)

Khadija Ryadi (défenseure des droits humains et ex-présidente de l’AMDH)

Lahbib Kamal (défenseur des droits humains)

Yasmine Ghallab (défenseure des droits humains)

Mohammed Bennis (poète)

Mounia Bennani Chraïbi (professeure universitaire)

Najib Akesbi (économiste)

Leila Tazi, (citoyenne)

Mohammed Berrada (écrivain)

Leila Nassimi (poétesse)

Abdellatif Zeroual (économiste)

Hayat Berrada Bousta (rédactrice de Maroc Réalités)

Azzedine Akesbi (économiste)

Younes Benkirane (auteur)

Mohammed Sammouni (chercheur et journaliste)

Abdelmoughit Benmassaoud (professeur universitaire)

Mohamed Oubenal (chercheur en sociologie)

Seddik Lahrach (défenseur des droits humains)

Mustapha Temsamani (ex-détenu politique)

Mustapha Souheil (acteur associatif)

Rachid Filali Meknassi (ex-professeur universitaire)

Said Fawzi (défenseur des droits humains)

Bachir Benbarka (professeur universitaire retraité)

Hassan Haj Nassar (professeur universitaire retraité)

Abdallah Hammoudi (professeur émérite à Princeton University)

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/