Menu

Grand Angle

Casablanca : Hôtel Lincoln, un édifice classé qui se meurt depuis 30 ans

Jeudi dans la nuit, l’effondrement partiel d’une façade de l’hôtel Lincoln, en face du Marché central de Casablanca, a inquiété riverains et autorités locales. Pourtant, l'édifice tombe en lambeaux depuis plus de 30 ans, malgré les espoirs de retrouver son lustre d’antan.

Publié
Photo ancienne de l'immeuble Bessonneau, dit hôtel Lincoln / DR.
Temps de lecture: 3'

Jeudi dernier, une partie de la façade de l’immeuble Bessonneau (l’hôtel Lincoln) s’est effondrée, menaçant un bâtiment voisin qui abrite une pharmacie ainsi que l’arrêt du tramway en face du Marché central de Casablanca. Les charpentes installées sur les façades ont été impactées, obligeant Casa tramway a suspendre le trafic au niveau de cette station.

Cet épisode du long feuilleton de l’effondrement de l’hôtel mythique en dit long sur la question de sa réhabilitation ou de sa destruction. Contrairement à nombre de bâtiments similaires dans le centre-ville et construits en béton armé, cet hôtel construit en 1917 par l’architecte Hubert Bride est fait en pierres taillées, en poutrelles métalliques et voûtains, ce qui le rend plus fragile.

Un classement au patrimoine qui n’a pas permis sa conservation

En 1989, la chute d’un plafond a fait un mort à l’intérieur de l’hôtel, provoquant sa fermeture ainsi que l’arrêt des activités commerciales de toutes les boutiques qu’abritait l’édifice. Ancien président de l’association Casamémoire, l’architecte Abderrahim Kassou a récemment expliqué que la famille propriétaire a fait une demande de démolition, au début des années 1990, pour y lancer un projet de promotion immobilière. Malgré les multiples expertises, le projet a été mis entre parenthèse, face aux résultats contradictoires sur la fragilité de l’édifice. «Durant une longue période, d’autres accidents ont été à déplorer avec comme victimes des squatteurs et sans abris», rappelle l’architecte.

Créée en 1995, l’association Casamémoire s’est mobilisée avec l’ordre des architectes, pour s’opposer à la démolition prévue depuis la fin des années 1990. De plus, «les façades de l’immeuble ont été inscrites sur la liste du patrimoine national par le ministre de la Culture en 2000», a rappelé Abderrahim Kassou, précisant que l’hôtel désaffecté est devenu le premier édifice du XXe siècle à être reconnu patrimoine national au Maroc.

Mais ce classement n’aura pas permis une restauration, puisque «la loi peut empêcher la démolition, mais ne peut pas obliger la restauration». Ainsi, la dégradation a continué et a même été accélérée par le vol de poutrelles métalliques. Les conditions météorologiques ont commencé à avoir un impact sur les murs effrités, dont des parties se sont effondrées.

L’espoir d’une réhabilitation inspirée du bâtiment d’origine

Après un processus d’expropriation commencé en 2005, l’Agence urbaine de Casablanca (AUC) a pris possession de l’édifice en 2009. Changeant de stratégie à chaque fois, l’institution a lancé des appels à manifestation d’intérêt, qui n’auront pas eu de succès.

Entre temps, le projet du tramway de Casablanca devait être lancé avec le passage d’une ligne au niveau de l’avenue Mohammed V où se trouve l’hôtel. Ainsi, l’entreprise en charge a mis en place un échafaudage en 2010, non pas pour soutenir la façade mais pour protéger les voies du tram, en cas d’effondrement.

Projet de la réhabilitation de l'hôtel / DR.Projet de la réhabilitation de l'hôtel / DR.

Dix ans plus tard, cette structure métallique censée être temporaire continue de faire office de fragile dispositif de sécurité. Juste avant ce dernier effondrement, le projet d’une réhabilitation a été reconduit, après l’aboutissement d’un appel à manifestation d’intérêt, suite auquel le groupe français Réalités a été retenu en 2019. Dans ce projet dont les architectes Tarik Oualalou et Linna Choi sont les auteurs, l’idée est de construire un hôtel, des restaurants, des espaces commerciaux et des bureaux, sur 10 000m² pour un investissement de 150 millions dirhams. Les travaux devraient commencer en 2021, pour se terminer vers la fin 2022.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com