Menu

Breve

Depuis Laâyoune, la FMEJ dénonce les «dérapages des confrères dans certains journaux algériens»

Publié
Nourredine Miftah, président de la Fédération marocaine des éditeurs des journaux. / DR
Temps de lecture: 2'

La Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ) a tenu, ce vendredi à Laâyoune, deux réunions du Conseil national et de la section régionale des provinces du sud.

L’occasion pour «envoyer un message fort, professionnel et patriotique à [son] implication pleine et continue dans l'effort de mobilisation volontaire pour défendre la question de l'intégrité territoriale», selon un communiqué de la FMEJ parvenu à Yabiladi.

La fédération a affirmé que les éditeurs marocains de journaux papiers et électroniques ont dénoncé le fait que «les ennemis de la nation préfèrent la provocation au consensus et l'aventure à la sagesse, ruminant sur un conflit artificiel qui ne pourra jamais être clos que par un engagement sincère dans une série de règlements conduisant à une solution réaliste, juste et durable dans le cadre de la souveraineté marocaine».

La FMEJ a rappelé ne pas avoir hésité à tenir, il y a quatre ans, une réunion de son Conseil national à Laâyoune, pour réaffirmer que la défense de l’intégrité territoriale du royaume fait partie intégrante de ses valeurs professionnelles, et que sa ferme croyance dans le pluralisme et l’indépendance de la presse et l’objectivité ne saurait laisser place à une fausse neutralité dans Les questions vitales de la patrie».

L’association a précisé qu' «élever le niveau professionnel et éthique dans la pratique et renforcer le pont de confiance entre la société et sa presse fait partie intégrante de la contribution à la défense de la cause nationale». Il s’agit de «conditions subjectives qui doivent être soutenues par des conditions objectives, en renforçant les garanties de liberté de la presse, en réhabilitant le secteur, en améliorant les conditions sociales des journalistes et en aidant les entreprises de presse à surmonter leurs crises conjoncturelles et structurelles».

La FMEJ a également regretté les dérapages des confrères dans certains journaux algériens, «au point de créer une association pour défendre le séparatisme» du Polisario. «Nous les appelons à cesser de mettre le feu aux poudres, à respecter l'honneur de la profession et à travailler main dans la main comme éléments constructifs à l'horizon de l'unité maghrébine», plaident les éditeurs marocains de journaux.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/