Menu

Article

2M contre El Khalfi : La controverse arrive au parlement

Le cahier de charges de 2M tient encore le haut du pavé. La controverse autour de ce sujet s’est déplacée à la Chambre basse du parlement marocain faisant l’objet de sept questions orales. Un débat utile annonciateur de la naissance de la télé publique et la fin de l’actuelle, l’officielle.

Publié
DR
Temps de lecture: 3'

Hier à la Chambre des représentants, le cahier de charge de 2M a ravi la vedette aux autres sujets. Pendant une bonne cinquantaine de minutes, le dossier était au cœur du débat, donnant lieu à un jeu de répliques entre le ministre de la Communication et les députés de la majorité comme de l’opposition. Ces derniers ont reproché à Mustapha El Khalfi sa méthodologie de travail, estimant que sur cette question il a agi seul, dans la précipitation et sans aucune concertation au préalable ni avec les professionnels, le parlement et même sans l’aval du conseil du gouvernement. Face à ces critiques, le ministre du PJD a fait savoir, documents à l’appui, qu’avant l’élaboration des cahiers de charges de 2M et la SNRT, il a consulté 40 instances réunissant divers acteurs sociaux, lesquelles ont bien répondu par des propositions. Et d’insister sur un point essentiel pour lui : la préparation des cahiers de charges est l’œuvre de la Direction des études relevant de son département et en un temps record : deux mois. Au cours desquelles, le ministre s’est réuni, à six reprises, avec les directeurs des télévisions du pôle public y compris celui de 2M. A ce propos, El Khalfi a souligné que la direction de la chaine de Ain Sebaâ a remis à son département deux notes.

A sa manière le ministre de la Communication réplique aux récentes sorties médiatiques de Salim Cheikh et Samira Sitail. En chœur, les deux responsables dénonçaient ce qu’ils appellent un cahier de charges décrété par le ministre sans la moindre concertation avec eux. Dans l’ensemble, C’est un El Khalfi très modéré qui est apparu sur les écrans d’Al Oula, renvoyant de lui une nouvelle image, laquelle n’a rien à avoir avec celle de la semaine dernière à l’hémicycle, martelant que les opposants aux cahiers de charges se prononcent contre la réforme. Cette fois, le ministre a bien révisé sa position antérieure au point de commencer par encenser le débat autour de cette question, le qualifiant d’ «utile», «sain» et «démocratique». Et de tendre la main à tous les intervenants dans le champ médiatique.

30 millions de dirhams accordés à des sociétés sans le moindre appel d’offres

Durant son plaidoyer, le ministre de la Communication a tenté de balayer d’un revers de main toutes les accusations, qui ont fait la une de l’actualité nationale, sur sa volonté présumée d’islamiser 2M en ciblant sa diversité linguistique, c’est-à-dire la langue française, et les émissions de divertissements. Mustapha El Khalfi a précisé que son objectif principal est de réconcilier les Marocains avec les chaines publiques, et ce, en faisant de 2M une télé de proximité et d’information. Le ministre a tenu à préciser que le cahier de charges exige la diffusion, au minimum, de trois émissions hebdomadaires de débat politique, sans compter une consacrée à la femme et une autre aux jeunes.

Défendant son action, Mustapha El Khalfi a assuré aux députés que le cahier de charges instaure les critères de la bonne gouvernance. Une première. Pour lui, il est illogique que la direction de 2M accorde à certaines sociétés des contrats de productions d’émissions, documentaires ou de films sans le moindre appel d’offres. «Ce sont 30 millions de dh qui échappent ainsi aux exigences de la loi sur l’octroi des marchés publiques» a lancé le ministre. Cette entorse à la règle sera, dans un avenir proche, bannie. El Khalfi annonce, par ailleurs, la mise en place d’une commission indépendante qui veillera à la sélection, selon un cahier de charges bien déterminé, des entreprises de productions des programmes audiovisuels.

Manque de cohésion de la majorité

Le débat, d’hier à la Chambre des représentants, sur le cahier de charges de 2M a montré, une fois de plus, que les composantes de la majorité gouvernementale sont loin de jouer la même partition. Le Groupe du progrès démocratique, animé par 18 députés du PPS, n’a pas pris part au jeu des répliques entre le ministre de la Communication et les élus. Dans une mise au point, Mustapha Rokbane a justifié cette absence par la nécessité d’examiner cette question au sein de la Commission de la culture, enseignement et la Communication. De son côté, Abdellah Bekkali de l’Istiqlal a soutenu du bout des lèvres Mustapha El Khalfi, «nous sommes avec cette réforme parce qu’elle accorde de la considération à la religion musulmane mais sans qu’elle soit inscrite dans le cadre d’une stratégie de l’islamisation de la société», a-t-il averti. Il a même reproché au ministre le fait qu’il ait trop appliqué les textes de la loi sans accorder d’importance à son esprit. Le député fait allusion à la loi 77.03 instaurant la HACA et l’article 156 de la nouvelle constitution. Durant son intervention, El Khalfi a réitéré que les cahiers de charges sont l’œuvre exclusive du ministère de la Communication de la HACA qui les valide pour être ensuite publiés dans le Bulletin officiel. Seuls les députés islamistes ont exprimé un soutien, sans faille, à El Khalfi. Un élu du PJD a même proposé l’ouverture d’une enquête sur les finances, dans le rouge, de 2M.

POURQUOI et COMMENT
Auteur : Danouni
Date : le 27 avril 2012 à 19h39
Partie A : AMATEURISME

Je pense qu’avant de faire des annonces, les 2 partis auraient dû dès le départ négocier et se mettre d’accord sur les points qui fâchent.



Partie B : J'ai plusieurs questions:

1. Est-on obligé de regarder 2 M et a qui s’adresse cette Chaîne en priorité d’après son DG ?
2. Est-ce que toutes chaînes marocaines ont intérêt à être les mêmes ?
3. Combien de chaînes différentes existent au Maroc ?
4. Est ce que toutes les chaînes marocaines sont en Français ?
5. Existe-il au Maroc 1 chaîne religieuse ?
6. Avez-vous déjà regardé Canal Algérie ? Si oui, quelle est la langue la + utilisée par cette chaîne maghrébine?
7. Quel est le pourcentage de programmes en Français sur les chaînes marocaines ?
8. Quel est le 1er partenaire économique du Maroc ?
9. Quelle est la langue la + parlée par les MRE du Monde entier ?
10. Quelle incidence aura l'apprentissage d'une seule langue ( à savoir l'arabe littéraire) sur les jeunes générations dans un monde de + en + globalisé et dans un Monde Arabe à la dérive ?
11. Où placer les langues régionales berbères ou la darija qui sont en vérité les vraies langues des Marocains ?


Partie C : Identités Marocaines ? Qui la définit ? Sur quelles bases ?

Le PJD, parti qui représente 26% des électeurs, veut dire aux Marocains quelle est leur Identité ?

C'est RISQUE car les Marocains sont culturellement multiples.

Ce n'est pas à un parti politique de définir quelle est l'identité d'une nation mais aux sociologues et aux historiens, Sinon il y a peut y avoir des dérives.

Si on regarde juste au niveau du Maghreb, on voit déjà que les marocains ont une histoire spécifique.

Une religion n'est pas une identité. C'est surtout une affaire personnelle, raison pour laquelle il n'y a pas de clergé dans l'Islam. Les Imans ne sont que des guides.

Il faut éviter d'emmener les marocains vers un monde arabe en proie à des guerres civiles ou vers les salafistes rétrogrades qui ont déjà commencé leur travail en imposant à des marocaines de porter le Niqab Noir qui n'a jamais été une tenue traditionnelle du Maroc.
STOP CHIBANI
Auteur : Marocain_Royaliste
Date : le 24 avril 2012 à 17h49
Tes inepties sont à chaque fois limite démentiel tu fais une fixette sur le ROI donc je te dirais simplement :

LE PEUPLE DONT TU PARLES SOUTIENT LE SOUVERAIN

Pour ce qui est de l'Espagne elle a d'autres chats à fouetter vu le déficit public et la délocalisation de leurs usines à Tanger , un taux de chômage à plus de 30 %

Peux-tu aussi nous précisez la liste des pays que tu mentionnes ?? L'Asie ??

Pour la Malaisie : le ministre de l'éducation a fait une comparaison farfelue sur l'enseignement secondaire, pour lui les universités doivent être privées [Pour argumenter ses propos, le ministre malaisien a choisi de donner l’exemple de l’enseignement supérieur au Maroc. Selon lui, « la gratuité de l’enseignement supérieur (public) au Maroc » serait la principale cause derrière « la faiblesse de l’économie ainsi que la hausse du taux de chômage »]

Voilà donc la seule risée du Maroc c'est l'étroitesse d'esprit qui se dégage de chacune de tes pseudos réflexions loufoques
Le Palais et sa basse-cour actionnent leur gouvernement parallèle......
Auteur : Chibani2
Date : le 24 avril 2012 à 16h15
Sa Majesté perd de Sa Sacralité devant son peuple car ce qu'il fait à notre Nation n'est pas digne d'un Roi.
Au lieu de soutenir le Gouvernement sorti des urnes et désiré par toute la polupalion Marocaine,Sa Majesté le sabote.Le travail de Monsieur le Ministre Kalfi intègre,transparent ,lequel est entrain de bousculer cette pyramide soutenue par Sa Majesté et Sa Cour.
Non et non et non,le Maroc n'avancera jamais de cette sorte et comme je puis remarquer nos Hommes politiques,la basse-cour et le Roi sont tous corrompus et en ayant un gouvernement comme celui de Monsieur Benkirane à la tête de la Nation,ces corrompus ont peur d'être découverts.Nous sommes devenus( Le Maroc et son Roi) la risée de tous les pays du monde même de l'Espagne nos voisins et de l'Asie la Malaisie.
Dernière modification le 24/04/2012 16:22
On commence à voir plus clairement le malaise vient d'où
Auteur : charmeur de serpent
Date : le 24 avril 2012 à 13h27
Jour après jour, on commence à voir plus clairement ce qui est gênant dans les initiatives prises par le nouveau gouvernement. S'opposer à chaque projet de réforme même avant de l'avoir mis en œuvre montre clairement que les partis politiques qui ont précédemment pris le pouvoir et leurs entourages se font des soucies pour leurs privilèges et leurs intérêts et pas pour l’intérêt du peuple Marocain. On a un peuple qui a milité dernièrement pour une reconnaissance et une justice sociale et cela a été acquis après les dernières réformes que le Roi et le peuple ont approuvé et ratifié. Et d'un autre côté, on a une élite qui milite actuellement pour ne pas mettre en œuvre ce qui a été acquis grâce à la nouvelle constitution. Islamiste ou pas, le PJD a été choisi par un suffrage universel, une première dans l'histoire de notre pays. Alors, ceux qui ouvrent leurs gueules pour parler de démocratie, ils doivent savoir tout d'abord de quoi ils parlent. La démocratie, c'est respecter le choix du peuple. Le peuple demande une reconnaissance et une justice sociale et en même temps demande de savoir qui est responsable de la situation actuelle. Au moins analyser le malaise vient d’où pour y remédier après. C'est ce que fait actuellement le gouvernement PJDiste et ceux qui ont " la3jina f lkarch " essaient à tout prix de mettre des battons dans les roues pour arrêter la marche des réformes qui est synonyme de la fin des privilèges.
Il faut ouvrir une enquête sur les finances en rouge de 2M !
Auteur : berhoc
Date : le 24 avril 2012 à 12h22
C'est vrai que Mr Cheikh a organisé une campagne injustifiée contre Mr Khalfi et sans documents solides !
Maintenant le ministre a des documents solides qui prouvent qu'y a eu concertation avec les chaînes publiques !

Nous voulons ouvrir une enquête pour que Mr Cheikh et co puissent expliquer à l'opinion publique les chiffres en rouge de 2M et les 30 millions de Dirhams qui n'ont pas fait l'objet d'appels d'offre !
Oui c'est un programme qui reconsidère la religion musulman sans pour autant qu'il soit islamiste, comme a bien résumé ce député istiqlalien

C'est la 1ère fois que les cahiers de charges font l'objet d'un tel débat au Maroc et c'est une bonne chose à l'ère du PJD et il faut le dire à mon avis !

Maintenant et à mon avis le vrai jugement de ces réformes
seront les téléspectateurs eux-mêmes, je pense qu'il faut attendre sans préjugés à partir du 1er Mai et dresser un constat objectif !
Dernière modification le 24/04/2012 12:35
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com