Menu

Breve

France : Dans ses derniers courriers, Samuel Paty annonçait renoncer aux caricatures du Prophète

Publié
Portrait de l'enseignant Samuel Paty / Ph. Panorami - Bestimage - Femme Actuelle
Temps de lecture: 1'

Quelques jours avant sa décapitation, le 16 octobre dernier à Conflans, l’enseignant d’histoire-géographie Samuel Paty a dénoncé une «rumeur malfaisante», ajoutant qu’il ne travaillerait plus sur les caricatures en classe. Mercredi, le journal Le Monde a publié ses échanges avec la direction de son collège et ses collègues, où il a affirmé que la polémique «provient d’une famille dont l’enfant n’a pas assisté» au cours en question.

Egalement citées par Europe1, les correspondances à ce sujet ont commencé le 8 octobre, soit deux jours après que l’enseignant a montré deux caricatures du Prophète Mohammed. La principale du collège a alors alerté qu’un individu «a menacé de faire venir des musulmans devant le collège et d’alerter la presse».

Soutenant l’enseignant, la principale du collège a plus tard alerté les services départementaux de l’Education nationale, sans obtenir de réactions. Deux enseignants de l’établissement se désolidarisent, ce à quoi Samuel Paty leur répond distinctement pour s’expliquer, dimanche 11 octobre.

Le professeur assume alors avoir montré une caricature «trash» et proposé aux élèves susceptibles d’être choqués, de ne pas la regarder ou de quitter momentanément la classe. «Faut-il ne pas froisser ou être totalement neutre ? Peu importent les questions juridiques, j’aurais dû dépasser ces arguties juridiques et éviter de faire une erreur humaine», a-t-il écrit.

«Samuel Paty a alors remonté le fil de la propagation de cette rumeur et leur raconte : il a appelé une mère d'élève qui avait mal compris sa démarche, l’accusant de discrimination», indiquent les sources médiatiques ayant consulté les échanges. Mais plus tard, cette mère s’avère être l’épouse de Brahim C., qui a tourné la vidéo visant Samuel Paty.

Ce dernier a ainsi exprimé son intention de porte plainte, ce qui a été révélé quelques jours après sa décapitation. Trois jours après le cours en question, Brahim C. a en effet a déposé plainte pour «diffusion d’images pornographiques à une mineure», ce à quoi Samuel Paty réagit en déposant une plainte pour «dénonciation calomnieuse».

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/