Menu

Breve

Caricatures du prophète : L’ancien Premier ministre malaisien justifie le massacre «de millions de français»

Publié
Mahatir Mohamad, ancien Premier ministre de la Malaisie / DR
Temps de lecture: 2'

Premier ministre de la Malaisie entre 1981 et 2003, puis de 2018 à 2020, Mahathir Mohamad a réagi aux polémiques suscitées par le débat sur les caricatures personnifiant le prophète Mohammed en France. Ce jeudi dans un long fil intitulé «respectez les autres», sur son compte Twitter, l’homme d’Etat a fini par justifier les actes de violence, en légitimant la colère des musulmans.

Selon lui, ces derniers auraient «le droit de se mettre en colère et de tuer des millions de Français pour les massacres du passé». «Quelle que soit la religion, les gens en colère tuent. Les Français au cours de leur histoire ont tué des millions de personnes. Beaucoup étaient musulmans. Dans l’ensemble, les musulmans n’ont pas appliqué la loi "œil pour œil". Les Français ne le devraient pas non plus», a-t-il argumenté.

«Au lieu de cela, les Français devraient apprendre à leur peuple à respecter les sentiments des autres. Puisque vous avez blâmé tous les musulmans et la religion des musulmans pour ce qui a été fait par une personne en colère, les musulmans ont le droit de punir les Français. Le boycott ne peut pas compenser les torts commis par les Français toutes ces années», a-t-il enchaîné, en allusion à l’attentat de Conflans ayant visé l’enseignant Samuel Paty, qui a montré les caricatures pendant un cours d’éducation civique.

Avant de virer frontalement à une incitation à la haine, l’ancien Premier ministre a commencé son argumentaire sur un ton plutôt modéré. «Le meurtre n’est pas un acte que j’approuverais en tant que musulman. Mais si je crois en la liberté d’expression, je ne pense pas que cela implique d’insulter les autres. Vous ne pouvez pas aller vers un homme et le maudire simplement parce que vous croyez en la liberté d’expression», a-t-il développé, dans un premier temps.

Mahathir Mohamad s’est alors référé au modèle de coexistence en Malaisie, où se côtoient différentes religions et appartenances. «Nous avons évité les conflits graves entre les ethnies, parce que nous sommes conscients de la nécessité d’être sensibles aux sensibilités des autres. Si nous ne le sommes pas, ce pays ne serait jamais pacifique et stable», a-t-il souligné.

Plus loin, il s’est attaqué au président français Emmanuel Macron, lui reprochant de ne pas avoir montré «qu’il est civilisé». «Il est très primitif en blâmant la religion de l’islam et les musulmans pour le meurtre du professeur insultant. Cela n’est pas conforme aux enseignements de l’islam», a écrit Mahathir Mohamad, justifiant ainsi la violence résultant de la colère, tout en rappelant les massacres de la France dans d’autres pays au cours de l’histoire.

Mais l’apologie de terrorisme de l’ancien Premier ministre de la Malaisie sur Twitter n’est pas passée inaperçue, au niveau du gouvernement français. Le secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, Cédric O, a appelé à ce que le compte officiel de Mahathir Mohamad soit «immédiatement» suspendu par la plateforme. «Dans le cas échéant, Twitter serait complice d’un appel formel au meurtre», a tranché le responsable.

Article modifié le 2020/10/29 à 16h28

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/