Menu

Breve

PLF 2021 : Le PAM et l'Istiqlal critiquent un projet en deçà des attentes des citoyens

Publié
Les secrétaires généraux du PAM et de l'Istiqlal, Abdellatif Ouahbi et Nizar Baraka. / DR
Temps de lecture: 2'

Les partis de l’opposition accordent leurs violons pour critiquer le projet de loi de finances 2021, transmis au Parlement la semaine dernière, par le gouvernement.

Cette semaine, le Parti de l’Istiqlal a dénoncé un «projet hybride et sans identité claire, qui a frustré les espoirs et les grandes aspirations des citoyens et des entreprises». Dans un communiqué à l’issue de sa commission exécutive, la formation politique de Nizar Baraka a estimé que le PLF 2021 «exprime clairement le grand déficit du gouvernement et son incapacité à faire face aux répercussions de la crise économique et sociale qui en est désormais à ses débuts». Et de critiquer «le recours à des solutions de ravaudage à impact limité».

Dans son communiqué, le parti de la Balance affirme que «le projet de loi est incapable d’apporter les éléments nécessaires avec les manifestations de cette crise multidimensionnelle, de fournir des alternatives créatives pour une véritable relance économique et fournir une protection sociale aux citoyens». «Ces choix ne traduisent pas la volonté de renforcer la souveraineté nationale, de réaliser la sécurité de l'eau, énergétique, alimentaire et la transition numérique de notre pays», tranche-t-il.

Pour sa part, le Parti de l'authenticité et de la modernité (PAM) a pointé du doigt un projet qui «représente une fois de plus l’absence de boussole économique et de vision politique du gouvernement». «Il reflète ainsi l’échec total (du gouvernement) face aux derniers développements, dont le principal est le défi de l'épidémie de Covid-19», poursuit le parti dans un communiqué à l’issue de la réunion de son bureau politique.

«A l'heure où le monde et le Maroc traversent une crise exceptionnelle, due à une pandémie exceptionnelle, dont les répercussions ont touché tous les aspects de la vie des citoyennes et des citoyens, le gouvernement n'a trouvé aucune gêne à présenter un projet de loi de finances qui ne s'écarte pas des orientations des lois antérieures», ajoute le PAM.

Le parti du Tracteur critique ainsi un projet qui «s'appuie sur des hypothèses et attentes erronées qui ne tiennent pas compte de la réalité de la crise, ce qui confirme de manière tangible que ce gouvernement n'est pas qualifié pour gérer les problèmes et les affaires des citoyens».

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/