Menu

Breve

Marseille : Hommage à Lahouari Ben Mohamed, tué par les tirs d’un CRS à 17 ans

Publié
Hassan Ben Mohamed, frère de Lahouari / DR.
Temps de lecture: 2'

40 ans après la bavure mortelle qui a coûté la vie à Lahouari Ben Mohamed, sa famille franco-marocaine et ses proches lui ont rendu hommage à Marseille. Rassemblés dimanche devant la plaque commémorative du quartier des Flamants, tous se sont retrouvés pour une cérémonie faite de recueillement, mais aussi de musique. La commémoration a été marquée par la présence de Hassan, le petit frère de Lahouari, et sa mère, indique le média local La Provence.

Devenu policier, Hassan a d’ailleurs consacré un livre-enquête au drame. Publié en 2015, il illustre son combat pour rendre justice à un grand frère parti trop tôt. L’ouvrage, en plus d’un documentaire, ont été présentés une nouvelle fois samedi. «On ne pouvait pas passer le cap des 40 ans sans marquer le coup», a-t-il indiqué.

Il se rappelle de la tragédie, qui s’est produite à la veille de l’Aïd Al Adha. «Hassan, 4 ans, le petit dernier, allait fêter son anniversaire. On avait mangé un couscous, Lahouari était heureux. Dans l’après-midi, avec son équipe de foot, il avait fait trembler par douze fois les filets. Il rêvait de passer son permis de conduire», rappelle La Province. Ce soir-là, Lahouari rencontre ses copains du quartier, qui essayaient un véhicule d’ami. Lors d’un virage, il se confronte à une «opération de sécurisation».

«La patrouille a arrêté la voiture, où tout était en règle. "Vous pouvez reprendre votre véhicule et circuler", a indiqué Jean-François, l’un des policiers», ajoute la même source. «Les garçons allaient s’en aller, peur et colère mêlées (…) Mais ce tout jeune CRS - Jean-Paul, 23 ans – s’approche de la fenêtre ouverte, actionne la culasse de son arme» et tire deux balles ont visant Lahouari dans la tête.

Après sept ans de procès, le CRS a été blanchi de l'accusation d'homicide volontaire. Il est condamné à dix mois de prison, dont quatre avec sursis. La ville, le pays et l’opinion publique française sont sous le choc. Mais l’année dernière, Hassan a rencontré l’homme, que les amis de Lahouari auraient pu traquer à l’époque, sans l’intervention du père du défunt qui avait tenu à «s’en remettre à la justice des hommes et à celle de Dieu».

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/