Menu

Article

Nomad #113 : Le parc national de Dakhla, escale incontournable des oiseaux migrateurs

Le parc national de Dakhla a atteint la dernière ligne droite pour devenir officiellement le 11ème parc national du Maroc. Il sera également le plus grand en terme de superficie du royaume. Ce lieu constitue une étape incontournable pour les oiseaux migrateurs qui viennent s’y abriter lors de l’hiver.

Publié
La vue qu'offre la dune blanche, une fois arrivé à son sommet. / Ph. Driss Snoussi
Temps de lecture: 2'

Dakhla est connue pour sa lagune, les sports nautiques portés par les vents puissants de l'océan, et l'étendue désertique entrecoupée par les dunes mouvantes. Les amoureux de la nature, de la faune et de la flore pourront également choisir la perle du sud pour son parc national.

Sur une superficie de 14 160 km2, soit un 1/10 de la province de Oued Eddahab, le projet de parc de Dakhla n’attend plus que la publication du décret au Bulletin officiel pour devenir ainsi le 11ème parc national du Maroc. Situé à l'extrême sud du royaume, le lieu fait partie des listes indicatives de l’UNESCO. Le dossier a été soumis en 1998 par la direction du patrimoine culturel.

Le parc de Dakhla contient une «richesse en groupements végétaux et en faune propre aux zones à climat préaride», lit-on sur le site de l’UNESCO. La présence de la population de phoques moines Monachus monachus, sur la presqu’ile du Cap blanc-Aguerguer, justifie à elle seule son classement en parc national.

Des Fous de Bassan (Morus bassanus). / DRDes Fous de Bassan (Morus bassanus). / DR

Le parc abrite également un certain nombre de gazelles de Mhorr réintroduites en 2015. Cette sous-espèce de la Gazelle dama est endémique du nord-ouest de l'Afrique, et constitue la plus grande des gazelles actuelles. Elle est classée en danger critique d'extinction et fait partie d'un programme de reproduction.

Flamants roses et autres oiseaux migrateurs

Le parc englobe la baie de Dakhla devenue site Ramsar depuis 2005, puisque le site vérifie les critères Ramsar : Présence d’une espèce globalement menacée ou bien 1% du nombre de la population mondiale d’une espèce donnée. «En terme de population, de densité et de nombre d’oiseaux, le parc de Dakhla remplit les critères Ramsar», explique à Yabiladi, Sidi Imad Cherkaoui, ornithologue et professeur de l’université Moulay Ismail. De plus, le lieu se trouve dans l’axe de migration est-atlantique et épouse parfaitement la voie de la migration.

Lors d’une balade au sein de la baie de Dakhla, on peut apercevoir des flamants roses, des fous de bassan, des spatules blanches et beaucoup d’autres oiseaux migrateurs. «Une bonne partie de la population du grand cormoran du Maroc, une espèce endémique, se concentre à Dakhla», précise le scientifique. On compte également une centaine d’espèces d’oiseaux migrateurs, «oiseaux marins, laro-limicoles, limicoles (comme les goélands)».

Des flamants roses. / DRDes flamants roses. / DR

Dakhla vous offre ainsi une plongée dans l’univers ornithologique aussi précieux que fragile, entre océan et désert, de l'extrême sud du royaume. Les amoureux de la nature seront ravis du cadre idyllique de ce parc national.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/