Menu

Article

L’agence de presse algérienne publie, supprime et republie une fausse information sur le Maroc

Dans la guerre que se livre la MAP et l’APS, l’agence de presse marocaine vient d’enregistrer une victoire. Elle a contraint son consoeur algérienne à supprimer une fausse information sur une candidature -qui aurait tourné au fiasco- du royaume au bureau du Conseil des droits de l’Homme de l'ONU.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

«Election des membres du CDH : Le Maroc récolte sa voix», jubile l’APS. Le royaume «a échoué à rejoindre le Conseil des droits de l'homme des Nations unies (CDH), récoltant une seule voix, la sienne, sur les 190 exprimées, selon les résultats de l'élection tenue mardi à Genève», annonce l’agence algérienne de presse dans une dépêche de son correspondant à New York.

«Le Maroc qui figurait sur la liste des pays africains (groupe A) aux cotés de la Coté d'Ivoire, Sénégal, Malawi et le Gabon qui se sont disputés 4 sièges, vient ainsi d'essuyer une défaite spectaculaire au CDH», ajoute-t-elle.

Une fausse information immédiatement reprise par certains médias. Face à une telle propagation, le ministère d’Etat chargé des Droits de l’Homme et des Relations avec le Parlement a apporté un démenti formel.

Le département de Mustapha Ramid a expliqué que Rabat n’était pas candidat pour siéger au CDH de l’ONU. Et d’attribuer la seule voix glanée par le royaume à une «faute technique» commise part un membre de l’Assemblée générale des Nations unies.

Démasquée, l’APS supprime sa dépêche sur le Maroc

Mais il semble que les explications du département de Mustapha Ramid n’ont pas réellement convaincu l’APS. La dépêche en question était encore présente sur le fil de dépêches, comme a constaté Yabiladi dans l’après-midi du jeudi 15 octobre.

Néanmoins, l’entrée en jeu de la MAP accélérera les choses. «L’organisation des Nations-Unies a infligé une gifle à l’agence de presse algérienne APS en affirmant formellement sur son site d’information officiel que le Royaume du Maroc n’a à aucun moment été candidat aux dernières élections du Conseil des droits de l’Homme (CDH)», écrivait hier soir l’agence officielle marocaine.

La MAP se réfère ainsi à un passage du communiqué de l’ONU annonçant les résultats du vote. «Un pays a voté pour le Maroc, même si le Maroc n'était pas candidat à ces élections», précise le texte des Nations unies. «Il est vrai que des erreurs pareilles surviennent parfois, même au sein des grandes instances internationales, il est déplorable qu’une telle situation soit instrumentalisée de manière éhontée et outrancière par une agence étatique comme l’APS, dont les positions hostiles et biaisées à l’égard du Maroc sont son principal fonds de commerce, sinon sa raison d’être», déplore la MAP.

Face à une telle affirmation appuyée par un communiqué de l’ONU, l’APS a été contrainte de réviser sa position, supprimant sa fausse information sur le Maroc. Mais le lendemain, la dépêche refait surface sur le site de l'agence officielle algérienne.

Le royaume a déjà présenté sa candidature pour siéger au Conseil des Droits de l’Homme pour la période 2023-2025. Les élections auront lieu en octobre 2022, à l’occasion de la 77ème session de l’Assemblée générale de l’ONU, précise dans un tweet la représentation permanente du Maroc aux Nations unies.

Pour mémoire lors de son second mandat 2014-2016 au CDH, la candidature de Rabat avait recueilli 163 voix alors que la majorité requise était de 97, et avait été élu dès le premier tour. Le Maroc est un membre fondateur du Conseil des Droits de l’Homme.

Article modifié le 2020/10/16 à 14h08

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/