Menu

Breve

France : La perquisition du local de BarakaCity fait suite à une plainte de Zohra Bitan

Publié
La chroniqueuse de la radio RMC, Zohra Bitan. / DR
Temps de lecture: 1'

Le local de l'association BarakaCity ainsi que le domicile de son président, Idriss Yemmou dit Sihamedi ont été perquisitionnés, hier, après une plainte déposée le 18 septembre par la chroniqueuse de la radio RMC, Zohra Bitan.

Visé par une plainte pour «harcèlement sur les réseaux sociaux» de la part la chroniqueuse, le président de l'association caritative musulmane a ainsi été interpellé, mercredi, sur ordre de comparution forcée du parquet d'Évry, écrit BFM TV, qui rappelle qu’Idriss Sihamedi a été placé en garde à vue.

«Plusieurs responsables associatifs et médias traitant de l'actualité du monde musulman se sont offusqués de la "violente" arrestation de Driss Yemmou et se sont rassemblés devant le commissariat d'Evry», rapporte le média, citant à cette occasion le tweet de BarakaCity faisant état d’une perquisition marquée par de la violence.

Dans un communiqué diffusé mercredi, la procureure de la République d'Evry a précisé que cette enquête préliminaire a été ouverte pour des faits de «harcèlement au moyen d'un support numérique ou électronique ayant entraîné une ITT supérieure à 8 jours et vol de correspondance avec dégradation».

Zohra Bitan accuse le président de BarakaCity d’avoir «procédé à la publication de la photographie d'un courrier recommandé volé dans sa boîte aux lettres».

BFM TV rappelle aussi que BarakaCity avait été mise en cause la semaine dernière après avoir installé des caméras de vidéo-surveillance qui filmaient la voie publique.

Pour rappel, dans une série de tweets, Idriss Sihamedi avait interpelé Zohra Bitan mais aussi Zineb El Rhazoui sur leur «double-discours», estimant qu’elles «sont aux antipodes de leur idéologie» et qu’elles «prêchent ce qu’elles-mêmes ne font pas», avait-il confié à Yabiladi.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/