Royaume-Uni : Un ouvrage donne la parole aux musulmanes pour rompre avec les clichés

Las des stéréotypes occidentaux affirmant que les femmes musulmanes sont «soumises» et jugées en raison de leurs tenues notamment, Mariam Khan, auteure féministe, a rassemblé les essais de 17 femmes musulmanes dont la vie raconte une histoire différente, y compris la sienne.

Son livre, intitulé «It’s Not About the Burqa», sorti aujourd’hui aux éditions Main Market, rassemble des activistes, des journalistes et des chercheurs, principalement britanniques, qui ont écrit des histoires personnelles sur la santé mentale, l’identité queer, le divorce, le féminisme et le hijab. «Le mot burqa est le plus politisé concernant les femmes musulmanes», a déclaré hier Mariam Khan à l’agence Reuters.

«La burqa et le hijab sont les premières choses auxquelles beaucoup de gens pensent en Occident quand ils pensent aux femmes musulmanes. Ce n’est pas un problème, mais une femme musulmane est tellement plus que les vêtements qu’elle porte. Je veux diversifier leurs histoires», ajoute-t-elle. «Les récits de femmes musulmanes sont souvent repris par des personnes qui ne sont pas musulmanes. Vous entendrez rarement, de manière authentique ou non filtrée, des femmes musulmanes. Je trouve cela vraiment injuste», déplore l’auteure.

Dans son livre, Mariam Khan, 26 ans, explique notamment comment le «féminisme blanc» traditionnel ne cadre pas avec les choix qu’elle a faits par rapport à sa foi. «Certaines féministes occidentales considèrent le hijab comme quelque chose d’oppressant. Or pour les personnes qui le portent, comme moi, cela n’a rien d’oppressant. Ça me donne du pouvoir parce que j’ai choisi de le porter.» La jeune femme espère qu’après la lecture de ce livre, «les gens verront que les femmes musulmanes ne sont pas soumises à des histoires monolithiques», et que leurs voix et leurs récits concernant leur foi seront entendues.

Dans le même thème