Service minimum pour le Maroc

Les Lions de l'Atlas se sont imposés sur la plus petite des marges face au Botswana (1-0, but de Karkouri). Un résultat étriqué, mais qui permet au Maroc de croire à la qualification, même s'il faudra pour cela réaliser un exploit en Tunisie.

Talal est venu prêter main forte à ses attaquants, qui avaient buté sur la défense adverse pendant presque une heure, en inscrivant le but de la victoire à la 55e minute.

Si l’adversaire du jour, s’était contenté de jouer le point du nul, les Marocain n’ont pas semblé être là pour les trois points. Si la prestation des Lions de l’Atlas face au Togo était inquiétante, celle de samedi soir est venue confirmer que le Maroc aura bien du mal a se qualifier pour la prochaine coupe du monde.

Ridicule, c’est ainsi que l’on pourrait qualifier la prestation des lions de l’Atlas face à un Botswana qui s’était incliné 4 buts à 1 face à la Tunisie et 4 buts à zéro face à la Guinée, ils ne s’incline « que » sur le score d’un but à zéro contre le Maroc.

Badou Zaki paraissait très angoissé sur son banc de touche, constatant avec désarroi le résultat de son obstination a ne pas vouloir aligner un milieu de terrain digne de ce nom, avec un 4-4-2 improvisé, des milieu de terrain (Mokhtari, Boukhari et Kharja), qui se marchaient sur les pieds, et une paire d’attaquants (Ahanfouf et Hadji) qui etaient tombés dans l’anonymat au bout d’un quart d’heure.

Le pire serait d’énumérer les occasions que se sont offert les marocains, une main suffirait à les compter, quelques cafouillages par ci par là, dont profitait Boukhari pour rater le cadre d’un tir puissant. La faute, justement, au milieu de terrain qui n’a adressé que de très rares ballons au duo d’attaque, si ce n’est des ballons trop longs, ou des passes à l’adresse des ailiers.

On fera également l’impasse sur les centres toujours trop longs, trop approximatifs et sur un coté gauche quasiment endormi. Si ce n’était le but de Talal, venu en attaque mettre le ballon dans les filets suite à un coup franc bien tiré au deuxième poteau par Noureddine Boukhari, le Maroc aurait pu être éliminé et Zaki aurait bien tristement fait les titres des journaux du lundi matin.

Est-ce la conséquence indirecte du départ de Noureddine Naybet ? Ou de l’entêtement technique de Badou Zaki qui s’obstine à toujours vouloir servir la même soupe au public ?

De toute manière, le 8 Octobre sera une date mémorable dans un sens ou dans un autre, c’est en soirée, et en plein ramadan que Zaki et ses hommes devront s’imposer en Tunisie pour espérer se qualifier, faute de quoi il est fort probable que la tête de Zaki tombe.

Le Maroc est tout simplement condamné à l’exploit au Stade Olympique de Radès pour espérer aller en Allemagne.

Formation de départ du Maroc :
Lamyaghri, Regragui, Elkarkouri, Benaskar, Elkadouri, Safi, Mokhtari, Boukhari, Kharja, Ahanfouf, Hadji .

Source : FootInfo.fr

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com