Une publication qualifie les émigrés africains de “sauterelles noires”

Tanger, la ville cosmopolite a son torchon raciste

Et le pire arriva. Le racisme médiatique frappe à Tanger, Une ville cosmopolite, et par conséquent, tolérante, par nature. La xénophobie, dont souffrent plusieurs de nos compatriotes en Occident, n’est plus seulement enfermée en silence dans des cœurs sombres, mais s’affiche au clair du soleil. Non, ce n’est pas de petits paysans «sans culture» ni de simples artisans qui auraient du mal à cacher leur mécontentement à l’égard d’un comportement gauche et maladroit d’un étranger. C’est plutôt sur les pages d’une publication que s’étale cette abjection. Un hideux geste d’un donneur de leçon.

Il s’agit d’une publication régionale. La couverture d’un hebdo arabophone «Ashamal». Dans un titre en grands caractères les immigrés subsahariens sont qualifiés de “sauterelles noires qui envahissent le Nord du Maroc”. Dans l’article ainsi libellé, c’est encore pire. La présence des émigrants africains est qualifiée d’“Inzale” (descente). Et entre deux longues interpellations des autorités, l’auteur de cette ignominie détaille les “maux” dont il accuse les Africains. Ces derniers sont tantôt accusés d’être responsables de la dégradation de la situation sécuritaire, tantôt de squatter les lieux publics, les bas des immeubles et même des appartements.

Ils sont aussi, selon cette publication raciste, porteurs de MST et autres maladies graves, s’adonnent à le mendicité, à la prostitution, au crime … et la liste est longue.

Bref, “ces sauterelles noires envahisseuses” donnent lieu à une mise en garde contre “la situation dangereuse” qui prévaut, selon cette ignoble publication, à Tanger et région.

La publication fait commerce de la situation dramatique d’êtres humains pour insulter et porter atteinte à la dignité de nos frères Africains qui ne sont là, comme tout le monde le sait, qu’à cause de tragédies humaines provoquées par des guerres infinies ou par des modèles de développement appauvrissants, ou bien encore par les ravages qu’ont laissés derrière eux des occupants sans pitié. D’ailleurs, le phénomène est historique, crise ou pas crise.

Le pire est que l’abject émane de quelqu’un qui ne cessait, des années durant, de ressasser ses plaidoiries concernant la situation de nos ressortissants à l’étranger. Alors maintenant, il ne lui reste qu’à demander aux autorités de verrouiller les portes de la ville et refouler les garçons de Beni Mellal, Oued Zem, Khouribga, Kelâat Seraghna ou autres régions du Maroc!! Subitement, les Maliens, Sénégalais, Libériens, Sierra léonais ou encore Mauritaniens ne sont que de simples essaims en invasion et ne figurent plus, par décision du “très humanitaire”, Khalid Mchabl parmi le genre humain. Alors face à une crise qui sévit dans le monde entier, que propose Monsieur Mchbal? Peut-être des insecticides pour finir avec ces essaims et éradiquer le mal à la racine! Un discours que ne renierait pas un Le Pen. Et encore, ce dernier aurait pris des précautions sémantiques pour ne pas se faire prendre.

Source: Libération (Maroc)

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com