Un casque bleu marocain tué à l'arme blanche par des inconnus à Bouaké

Un casque bleu du contingent marocain de l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) a été tué par des inconnus dans la nuit de mardi à mercredi à Bouaké, localité du centre du pays sous contrôle de la rébellion ivoirienne, a-t-on appris de sources onusiennes.

"Un casque bleu marocain a été tué à l'arme blanche par des inconnus alors qu'il était en faction devant l'école de formation des auxiliaires de police de Bouaké", a indiqué à l'AFP le capitaine Rénald Boismoreau, officier de presse de l'ONUCI.

"L'incident a eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi, vers 00H15 (locales et GMT). Le ou les agresseurs ont pu prendre la fuite, leur identité est inconnue", a précisé le capitaine Boismoreau.

La victime a été tuée a coups de machette, a-t-on précisé de source militaire onusienne.

Une enquête a été ouverte par l'ONUCI, selon le porte-parole de la mission onusienne, Hamadoun Touré, qui a assuré ne pas disposer d'autres éléments sur cet incident.

Bouaké est le quartier général de la rébellion des Forces Nouvelles (FN), qui contrôlent le nord du pays depuis une tentative de coup d'Etat contre le président Laurent Gbagbo en septembre 2002.

L'école des auxiliaires de police de Bouaké est le lieu où se déroule la formation des combattants rebelles par les personnels de la police civile de l'ONUCI.

L'ONUCI compte un peu plus de 6.000 casques bleus, originaires notamment du Maroc, du Bangladesh, du Togo, du Ghana, du Sénégal ou de la Jordanie, soutenus par 4.000 hommes de l'opération militaire française Licorne. Ces casques bleus sont commandés par le général sénégalais Abdulaye Fall, sous l'autorité du représentant spécial de Kofi Annan en Côte d'Ivoire, le Suédois Pierre Schori.

Outre cette dernière victime marocaine, quatre casques bleus de l'ONUCI sont décédés en Côte d'Ivoire depuis le déploiement de la mission onusienne en avril 2004, selon les chiffres de l'Onu.

Source : AFP

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com