En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Régionalisation avancée au Maroc : Mise en place d’une Commission consultative

Dans son discours adressé à la nation le 30 juillet dernier à l'occasion du 10ème anniversaire de son règne, le roi Mohammed VI avait indiqué le lancement d’un « chantier fondamental » sur la « régionalisation avancée » et annoncé l’installation « sous peu », d’une « Commission consultative sur la régionalisation (CCR) ». Le dimanche 3 janvier, il a présidé à Marrakech, l’installation de ladite Commission, a-t-on appris auprès de la MAP.

Pour le souverain, dans son message du lancement de la Commission, il ne s’agit pas d’un « simple aménagement technique ou administratif ». Mais « plutôt, une option résolue pour la rénovation et la modernisation des structures de l'Etat, et pour la consolidation du développement intégré ». Elle ne se réduira pas non plus « à une simple redistribution des compétences entre le centre et les régions ». De même, cette régionalisation « constitue un tournant majeur dans les modes de gouvernance territoriale », et ce, en prélude à une « nouvelle dynamique de réforme institutionnelle profonde », a souligné le souverain.

Les 16 régions du pays sont concernées par la mission de la CCR, qui est la proposition d’une conception générale de la régionalisation avancée. Toutefois, la CCR devra tenir compte des « spécificités » nationales pour « mettre au point un modèle maroco-marocain de régionalisation », a insisté Mohammed VI. L’une de ces spécificités « est que la monarchie marocaine figure parmi les plus anciennes du monde », a-t-il dit.

En d’autres termes, il appartient à la CCR de proposer une copie de leur travail à l’appréciation du roi avant la fin juin 2010, « sans pour autant sombrer dans le mimétisme ou la reproduction à la lettre des expériences étrangères », a expliqué le souverain.

Au vu et au su de tout ce qui précède, la Commission a été formée par 21 membres dont 3 femmes, issus de tous les bords (universitaires, juristes, hauts fonctionnaires, historiens, géographes, sociologues, économistes). Elle est présidée par Omar Azziman, ancien président du Conseil consultatif des Droits de l'Homme (CCDH), ex-ministre de la Justice et actuel ambassadeur du Maroc à Madrid. La présidence de la CCR a été confiée au natif de Tétouan et président-délégué de la Fondation Hassan II pour les MRE « eu égard à sa compétence, son expérience, son impartialité et son sens élevé du devoir », a ajouté le souverain.

Ibrahima Koné
Copyright Yabiladi.com

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com