En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

La Djellaba Marocaine : Le costume national au fil du temps et des aiguilles

La Djellaba, symbole de maintes valeurs patriotiques, costume officiel de l'allégeance (La Baiâ), habit certifié des membres du gouvernement au parlement, portée depuis des siècles par tous les Monarques du Maroc pendant les fêtes religieuses ainsi que les cérémonies officielles, a toujours été et perdure l'habit représentatif de la femme marocaine.

Difficile de ne pas ressentir de fierté devant la beauté majestueuse de notre costume national, patrimoine extraordinaire, qui ne se contente pas de continuer à exister, mais s'est laissé porté au fil du temps, pour évoluer et s'adapter à chaque époque grâce à la passion et le savoir-faire de grandes figures marocaines de la création stylistique.

Dès l'indépendance de notre pays en 1956, la femme marocaine déterminée à participer à la construction d'un Maroc riche de ses Hommes et sa culture, a troqué le « haïk : un large tissu de coton ou de laine de à peu près 5 mètres de longueur sur 1.60 M de largeur qui couvre le corps de la femme ainsi que son visage » contre la Djellaba, qui était jusqu'alors un habit masculin.

L'habit a entamé son parcours avec un premier aspect : couleur sombre et coupe large associées à un voile en mousseline sur le visage et une capuche soigneusement épinglée couvrant les cheveux, puis n'a cessé de connaître d'importantes métamorphoses au fil des quatre dernières décennies, pour se retrouver aujourd'hui à des années lumières de son image péjorative de « cache misère » ou pure « aliénation vestimentaire ».

La Djellaba s'est désormais réservée une place dans le monde de la Haute Couture : Symbole d'élégance porteur d'un merveilleux message de la belle envergure de notre patrimoine culturel.

Fière de son parcours, la Djellaba marocaine s'est mise au diapason de l'évolution des modes de vie et des mentalités. Adoptée à Hollywood par Elisabeth Taylor depuis les années 80, portée par Attar Hakim, Ilham Chahin et Nabila Oubeid ainsi que d'autres figures emblématiques dans de grands événements du Cinéma Arabe. Eh oui ! cela fait belle lurette que la Djellaba a apprivoisé d'autres horizons en prenant le large mais nos stylistes marocains continuent à garder leur droit d'auteurs, à la rêver et la remodeler avec finesse et un beau souffle d'émancipation tout en lui préservant son authenticité en conjuguant tradition et modernisation.

Réinventée dans les moindres détails, coupes tantôt sobres, tantôt rebelles, la Djellaba continue à assumer sa fonction et sa capacité à s'adapter à toutes les occasions, et symbolise encore l'habit de «l'ouker :deuil» pendant les trois jours de recueil qui suivent les funérailles dans la tradition marocaine.

Voyageant au gré du vent, elle ne renie pas ses origines et puise tous ses matériaux des petites mains des artisans marocains, continuant à exercer leur métier dans les petites boutiques qui constituent l'âme de l'ancienne médina : Laâkad, Sfifa, le tissage de la soi et des tissus en lainage, des détails dont seuls nos artisans détiennent les secrets. Notre patrimoine est un gisement de savoir-faire qui ne saura s'épuiser et dont la valeur n'arrête de croître. Le Vendredi 8 septembre 2006, des explorateurs de ce magnifique gisement, qui ont refaçonné la Djellaba afin de lui donner encore plus de splendeur et davantage d'ouverture, nous invitent à un voyage dans le temps, l'art et la culture. Forts de leur esprit de créativité et de rénovation, tous déploient tous leurs sens au triomphe de la Djellaba. Nos fervents créateurs revendiquent cet évènement comme un hommage à toutes ces femmes, dans leurs maisons en médina, qui ont usé leurs yeux sur les canevas de broderies ou à fabriquer minutieusement les Akads une par une. Un hommage à tous ces enfants apprentis artisans qui ne cessent de frotter le fuseau servant à façonner le fil contre leurs mains et cuisses puériles. Un hommage à tous ces maâllems anonymes qui donnent naissance à la Djellaba centimètre par centimètre en toute délicatesse.

L'événement « Djellaba 2006 », se déroulera au sein du Riad le plus révélateur de la beauté architecturale du Palais Tazi de Rabat- Maroc, face à la merveilleuse coupole vitrée, symbole de la richesse que génère le mariage des cultures. Maghreb, Occident et Orient se conjugueront au présent pour nous rappeler un beau message : La force que procure l'ouverture à la différence. Différence de cultures signifiant avant tout complémentarité et donc enrichissement.
La Djellaba, costume se conjuguant au masculin et au féminin, tunique maghrébine néanmoins représentative de la femme marocaine, cet habit, tel le phénix, a toujours su renaître de ses cendres. Ainsi la Djellaba, pour sa nouvelle résurrection a choisi un lieu d'un luxe prodigieux, riche en détails témoignant de la richesse de l'architecture marocaine : le Palais Tazi qui nous contera la Djellaba marocaine qui à son instar continue à fasciner et se préserve majestueuse s'inscrivant dans un itinéraire serein.

Entre les murs dissimulant les grandes merveilles de ce mystérieux palais, un défilé de mode sera organisé le Vendredi 08 septembre 2006 avec la participation de grands et talentueux stylistes marocains et orientaux, réunis pour témoigner de la pérennité de la créativité des petites mains de nos artisans guerriers dans l'ombre.

A deux semaines du mois de Ramadan, cette manifestation présentera des femmes et des hommes sous toutes les coutures dans un show insolite : Un défilé où Maghreb, Occident et Orient se conjugueront au présent dans un prestigieux palais marocain par excellence. Un événement d'une telle envergure exige un budget proportionnel à son impact culturel et socio-économique. Ciel Mon Maroc ne pouvait en aucun cas se permettre la prétention de mener « Djellaba 2006 » à réaliser ses espérances et atteindre les objectifs culturels qu'il mérite sans partenaires décidés à adhérer à la promotion de notre patrimoine. nitié par l'Agence Ciel Mon Maroc Communication, la « Djellaba 2006 » est soutenu par la mairie de Rabat, qui corrobore sa prédisposition et son ouverture à associer la ville à tous les événements culturels à l'instar de toutes les Capitales des pays développés et la contribution de Mégatel. Pour ce premier lever de rideau, le magazine « Citadine » se veut être partenaire et promoteur de cet événement artistique dans la perspective d'en faire le rendez vous annuel incontournable des grands stylistes. La Première chaîne nationale RTM a adopté l'événement et prouve une fois de plus son engagement à soutenir les projets artistiques et culturels prometteurs. La chaîne arabe art sera présente témoignant ainsi de la portée d'un tel show et le franc intérêt que le monde arabe accorde à la pérennité du patrimoine culturel marocain.

Source: Al Bayane

Election Présidentielle France
France + France