VIDEO Hicham Mandari
testament d' outre-tombe
Un clip pour 300 000 $
Le Journal Hebdomadaire s'est procuré un extrait de film vidéo d'une durée de dix minutes dans lequel Hicham Mandari débute une longue confession-testament destinée à l'origine au défunt Roi Hassan II. Dans ce document, il raconte l'affaire des faux dinars bahreïnis, ses contacts, ses hésitations avant de franchir le pas.



« Si cette cassette arrive chez une personne ou chez des médias ou sur une chaîne de télévision, c'est qu'il me sera arrivé quelque chose, un accident... ». Hicham Mandari, abattu dans la nuit du 4 août 2004 d'une balle dans la tête sur un parking de la Costa del Sol, avait enregistré en 1999 une vidéo d'une heure 10 minutes destinée au Roi Hassan II quelque temps avant son arrestation en Floride. L'idée de ce testament audiovisuel lui avait été soufflée par Richard L. Ashenoff, son conseiller juridique américain qui lui avait recommandé de s'adresser directement au Roi pour lui « dire toute la vérité sur ce qui se passe dans son entourage ». D'une voix hésitante, s'exprimant en arabe dialectal mâtiné d'un accent fassi, Mandari, vétu d'une gandoura, y raconte ses démêlés dans l'affaire des dinars de Bahreïn, ses relations avec Mediouri, Basri, certains haut-gradés de l'armée et des personnalités étrangères. Selon Ashenoff, Mandari, qui avait déjà été la cible, à Paris, de plusieurs tentatives d'attentat, était « virtuellement condamné à mort » depuis qu'il avait quitté précipitamment le Maroc et adressé en juin 1999, sous la forme d'un encart publicitaire dans le « Washington Post », une lettre ouverte au Roi Hassan II dans laquelle il menaçait de rendre publiques des informations de nature à nuire à l'image du Monarque si les atteintes à ses proches et à ses biens au Maroc ne cessaient pas.

Mise aux enchères
La cassette qu'il a enregistrée aux Etats-Unis « a été bel et bien envoyée au Roi mais elle a été interceptée sans que Hassan II puisse la visionner », prétend Ashenoff. C'est ce qui a poussé Mandari à publier le fameux encart. Depuis des années, le conseiller juridique de Mandari, qui l'avait soutenu lui et sa famille, pendant son incarcération à Miami, a jalousement gardé ce « document explosif ». Dans un memorandum d'une trentaine de pages adressé à la justice française, Ashenoff, habitué des milieux interlopes cubains, a explicité son rôle aux côtés de Mandari. Il avait été approché par Ivan Stephan Fisher, le principal avocat new-yorkais de Mandari dès juillet 1998, « pour assurer sa sécurité » en Floride et soutenir sa famille financièrement. Il a aidé Mandari a organiser sa défense contre la procédure d'extradition que la France a engagée à son encontre, à reprendre attache avec « le Palais royal marocain avec qui il avait des contacts depuis son téléphone satellitaire » et à correspondre par écrit avec Cheikh Hamad Bin Salman Al Khalifa de Bahreïn. Pour tous ces services, Ashenoff a facturé à Mandari la coquette somme de 677 644, 50 dollars US. Une somme qu'il ne récupèrera jamais. Quelque temps avant son assassinat, Mandari avait promis à Ashenoff de s'acquitter de sa dette, l'argent soutiré au banquier Othman Benjelloun aidant. Depuis, Ashenoff cherche par tous les moyens à récupérer son dû. Il avait même tenté, de connivence avec Mandari, de se faire payer par voie de justice, les avoirs de Mandari disséminés sur des comptes aux Etats-Unis et en Europe étant gelés. La manœuvre ayant échoué, l'enquêteur privé a finalement opté de mettre aux enchères la vidéo dont il était l'instigateur pour près de 300 000 dollars. Pour faire, il a décidé d'en révéler 10 minutes à une poignée de médias pour attirer le chaland. L'existence de cette vidéo est connue. Les autorités françaises et espagnoles l'ont réclamée dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat mystérieux de Mandari en Espagne. Richard L. Ashenoff assure qu'elle contient des « secrets d'Etats » susceptibles de lever un pan du voile qui recouvre encore la mort de son client. Pour Ashenoff, le recoupement des dires de Mandari avec des « documents très sensibles » dont il dit disposer et le calepin personnel de Mandari récupéré par la justice française permettrait de « remonter des pistes ».

Une vidéo très prisée
Depuis qu'il en a fait état, plusieurs « émissaires » ont tour à tour essayé d'en connaître le contenu ou de le dissuader d'en révéler l'existence au public. « J'ai rencontré un envoyé spécial de Rabat à Chicago et j'ai reçu beaucoup de coups de fils anonymes émanant du Maroc à ce sujet », affirme Ashenoff. Le propre père de Mandari, Mohamed Mandari, qui avait le projet insensé de toucher une part de ce qui reste du butin de son fils dans des banques suisses et américaines, a récemment et de façon brutale cessé d'être en contact avec Ashenoff. Ce dernier pense que la diffusion imminente de la cassette y est pour beaucoup. « J'ai envoyé un extrait de la vidéo à Mohamed Mandari, mais celui-ci a été convaincu par l'ambassadeur du Maroc à Abou Dhabi de faire profil bas et de couper tout lien avec moi », affirme Ashenoff. Hicham Mandari serait-il donc aussi encombrant mort que vivant ? « Je sais beaucoup de choses et personne ne serait surpris d'apprendre que la solution de l'énigme Mandari est entre les mains des pouvoirs marocain, bahreïni et français. Comment expliquez-vous que personne n'ai pu identifier son tueur alors que plusieurs services secrets étaient constamment à ses trousses ? », martèle Ashenoff. Une question demeure pourtant en suspens : si le testament d'outre-tombe est si dérangeant pour tant d'Etats, pourquoi Ashenoff ne les vend-il pas aux intéressés ?


Source: Le Journal Hebdo.



<big><b> Mais elle est ou la video , ou au moin le contenu de la video en text?? l'hebdomadaire Le Journal a peur ou quoi??</b></big>
Hicham Mandari
Auteur: Maghribi7our (IP enregistrée)
Date: le 21 janvier 2005 à 02h09


testament d' outre-tombe
Un clip pour 300 000 $
Le Journal Hebdomadaire .................

--------------------

je me demande qui va bénificier du magot généré par cette vidio??

personnellement je m'en contre fous de cette histoire car les eaux ou nagait ce mandari m'etaient interdites et ce qu'il poura raconter est le dernier de mes soucies.

ce n'est pas votre avis mes semblables rme(i) puisque nous sommes tous dans le "khrige" uniquement pour "photografier" un morceau de pain?

et meme si c'est un reglement de comptes, qu'est ce qu'on a @#$%& nous les exilés?



yawning smiley
 
Facebook