1/3 : Vent d’Etat (pour diffusion générale) Territoire Marocain sur Sol...
Bonjour,

J’ai beau chercher dans les livres d’histoire. Même sur Youtube et Facebook. Je ne trouve pas une histoire semblable à celle que je vais vous raconter. Pas parce qu’elle n’est jamais arrivée. Mais parce qu’elle n’a jamais été racontée. Histoire en trois épisodes.

Mon histoire ou plutôt mon enquête m’a pris du temps et de l’énergie. Jugez vous même. Elle a impliqué des marocains et canadiens qui ont tous à cœur la justice, leurs pays le Maroc et le Canada, et leur avenir et celui de leurs enfants. Les uns souhaitent voir la corruption réduite au Maroc, en rêvant qu’elle soit radiée un jour. Les autres craignant que la corruption des pays outres atlantiques sud ne gagnent du terrain au Canada. Une corruption qui n’épargne aucun secteur, qu’il soit gouvernemental, public ou privé, hommes et femmes, pauvres et riches, de la justice à l’éducation maternelle. Pour vous simplifier la lecture, j’utiliserai dans ce texte la première personne du singulier au masculin, sachant que les crédits reviennent à tous les participants et toutes les participantes à cette enquête.

Ça se passe au Canada, plus exactement à Montréal, et plus précisément au Maroc. Je ne radote pas. Je parle du territoire marocain sur sol canadien. Le Consulat du Maroc à Montréal.

Lorsque le doute est semé, et que des indices le confirment, une enquête s’impose.

Depuis un certain temps, toutes les invitations, réunions, colloques, conférences, du Consulat du Maroc à Montréal, je veux dire de la consule du Maroc madame Otmani Souriya (en poste depuis septembre 2004), et les séjours de quelques personnalités marocaines en mission au Canada se passent au 1005 Rue Guy à Montréal. C’est un Hôtel. Naturel dirait Madame Monsieur tout le monde.

Je (nous) suis allé donc cherché si par hasard cet hôtel a un lien avec la consule, elle serait peut-être actionnaire, ou propriétaire, car les factures sans contrôle fiscal doivent couler à flots. Surtout que cet hôtel a changé de nom dernièrement de Days Hotel à Hotel Espresso Montreal, mais il n’a pas changé de porte, ou plutôt de numéro civique … [hotelespresso.ca] . Dans leur site web ça dit que le General Manager est monsieur Stefano DeVito. Rien de suspect, à part le fait que ça sonne sicilien ou italien si vous voulez.

Une simple recherche sur le net montre que ce directeur d’hôtel ou manager porte un autre nom : monsieur Steve De Vito.. Photo et informations ici : [ca.linkedin.com] . Le propriétaire de l’hôtel a donc aussi changé de nom …

Une recherche éclaire sur le net montre que monsieur DeVito est propriétaire d’un Hammam (marocain) Zinabelle à Montréal ! Les marocains ici au Canada l’associe à madame Halima Serrar, épouse de monsieur DeVito, et grande copine de madame Otmani la consule (une proche ?) : [www.made-in-china.com]

Pour celles et ceux qui l’ignorent, madame Otmani, la consule, a déjà fait venir au Canada une bonne (domestique – esclave) aux frais du Ministère des Affaires Etrangères Marocain en utilisant un passeport diplomatique par le biais et l’accord de son vice-consul monsieur Abdallah Ouhi (en poste depuis septembre 2004) afin de la placer comme masseuse, ou si vous voulez Kassala en dialecte marocain, au Hammam de sa copine madame Halima l’épouse de monsieur DeVito propriétaire de l’hôtel et du Hammam ! La bonne était supposée travailler à la résidence de monsieur Abdallah Ouhi.

La Maffia sicilienne commence à voir le jour, et le son des seaux d’un Hammam marocain commence à faire de l’écho. En dialecte marocain on parle de l’Qbab.

Ensuite, un autre site précise que monsieur DeVito est propriétaire d’une compagnie de communication au nom de ZinaVu media : [www.diytrade.com]

Quelles factures ou services pourrait arranger cette compagnie à madame Otmani ? Et comment cette compagnie peut être utile pour le citoyen marocain, je veut dire pour le Consulat ou plutôt madame Otmani la consule ?

Pas facile à dénicher une réponse à cette question. Mais lorsque des marocains traversent l’Atlantique, et que des canadiens sont fiers de leur pays qui fait partie des huit puissances économiques mondiales et pionnier des droits de la personne, ce n’est pas une petite enquête qui les stopperait.

J’ai donc téléphoné à ZinaVu media avec mon accent américain. Me faisant passer pour un investisseur installé à Edmonton et qui veut mettre en place un centre de gym ultra moderne à Montréal. ZinaVu me propose l’installation de plusieurs modules d’écrans diffusant des messages ou des chaînes TV. Un module comporte un écran et ordinateur avec formation, etc. Le tout coûterai environ 6.000 – 6.500$ par module (plus taxes…).

Et lorsque j’ai demandé des références, la personne au bout du fil me communique l’hôtel Days (de monsieur DeVito), et le Consulat du Maroc (« de madame Otmani »).

‘Oh le con !’ comme dirait Daniel Prévost, le contrôleur fiscal dans le film ‘Le Dîner de cons’.

Épargnez-moi les détails. Mais de long en large, jours et nuits, fins de semaine aussi. Enfin, la lumière au bout du tunnel :

ZinaVu a installé un écran LCD dans l’espace d’accueil du consulat afin de diffuser des messages à la communauté marocaine qui doivent attendre quatre heures pour un service dans un petit espace, privés de toilettes ! Si vous visitez le consulat, vous trouverez alors deux écrans LCD, je dirait 40 ou 42 pouces chaque dans un espace de 15 x 15 mètres carrés. Un qui diffuse les chaînes TV marocaines, et l’autre qui diffuse des messages qui des fois ne sont même pas à jour. Et qui se charge de la supervision du projet ? C’est madame Otmani elle même qui répond à cette question lorsqu’elle présente ce moyen de communication à des délégations marocaines ou « amis ». Le superviseur est monsieur Merouane Sadqi, ex chauffeur de l’Ambassade du Maroc en Suède. Que vient-il faire dans l’histoire ? Est-il employé au Consulat à Montréal. Non. C’est l’époux de madame Otmani. Elle était à une même époque que lui seconde de l’Ambassadeur du Maroc en Suède … Mais comme monsieur était chauffeur, alors il brasse les affaires de cette Maffia avec l’auto du consulat. Il aime ça conduire des autos. D’ailleurs, les gens ici à Montréal ne voient l’auto du consulat conduite que par lui, une Honda Accord noire immatriculée CC (Corps Consulaire). Le Consulat n’a pas de chauffeur ? Je me demande si cette auto a été achetée avec l’argent du contribuable marocain ou avec son propre argent. Corrigez-moi là dessus, faut-il dire ‘propre argent’ ou ‘argent propre’, ou plutôt ni l’un ni l’autre. Disons alors ‘des sous’. Quelle est la part de chacun dans cette Maffia ? Peu importe. Quelles sommes doivent être facturées au Consulat … je veux dire au contribuable marocain ? Que déclare ZinaVu aux impôts canadiens ?

Je me demande si le Consulat lance des appels d’offre. Et si c’est le cas, sont-ils diffusés uniquement dans les chambres d’hôtel de monsieur DeVito, et dans le Hammam de madame Halima. Les factures du Consulat doivent en bonne partie être au nom de monsieur S DeVito je suppose (Steve ou Stefano). Et étant donné qu’une mission diplomatique n’est pas obligée de soumettre ses factures au pays d’accueil, alors avec ou sans taxes, madame Otmani et monsieur DeVito doivent facturer n’importe quoi et n’importe quelle somme. Ce n’est pas à moi d’enquêter à ce niveau. Peut-être que d’autres compagnies fantômes existent au nom de monsieur DeVito au compte de madame Otmani la consule et compagnie.

Ouf ! Ça fatigue. … Pas tant que ça. Continuons…

Mais pensez-vous que ces quelques milliers de dollars (6.000 ou 12.000$) est le but final ? et pensez-vous qu’ils peuvent arrêter une personne gourmande. Non, du tout. Ce qui suit vous montrera comment agit cette consule madame Otmani pour atteindre ses fins et futurs projets.

Bien évidemment, plus il y aura de cérémonies, de réunions, d’invitations et de rassemblements, plus il y aura de factures. Pour cela, il faut écarter toute personne qui organise ces évènements. Le Consulat ( = madame Otmani) doit être le ou la seul(e) à organiser celà afin d’avoir la main sur les factures. Quitte à écarter même l’Ambassade du Maroc au Canada.

Retraçons alors pour madame Otmani son propre parcours. Oups, je rectifies :
Retraçons alors pour madame Otmani son parcours.

En 2004, elle écarte de son chemin, Madame Kawtar Sounni Hamdaoui, petite fille du Fqih Hamdaoui, un des signataires du Manifeste de l’Indépendance du Maroc. Madame Kawtar S.H. organisait à toutes les années le 18 novembre, une fête en l’honneur de Feu SM le Roi Mohammed V, et des personnages historiques marocains musulmans et juifs qui ont combattu cœurs et âmes pour que le Maroc voit son Indépendance. Le thème cette année avait pour titre ‘Mille et une nuits’. Croyant être, ou voulant passer pour une visionnaire, madame Otmani pense, ou voulait faire croire, qu’il y aura des femmes dévoilées ou mi-nues dans la cérémonie ! Ce qui met Madame Kawtar S.H. hors d’elle. Résumé : dispute entre Madame Kawtar S.H. et madame Otmani la consule. Aucune présence du corps diplomatique consulaire marocain dans la cérémonie qu’avait réussi tout de même Madame Kawtar S.H.

En 2005, la jeune association marocaine installée au Canada Espoir Maroc, invite à Montréal le Prince Marocain SAR Moulay Hicham Ben Abdellah pour une conférence sous le thème : ‘Crises et pistes de réformes dans le monde Arabe’. Résumé : Aucune présence du corps diplomatique consulaire marocain. Opélay ! Il n’y a plus d’espoir : L’association s’est évaporée ces dernières années. SAR le Prince lui même avait signalé lors de la conférence l’absence du consulat !

En 2006, le Docteur Abdellaziz Chrigui, Directeur de la Clinique de psychiatrie transculturelle de l'Hôpital Jean Talon de Montréal et correspondant de Parole sans frontière au Québec, claque sa porte face aux magouilles de la consule madame Otmani. Elle n’a cessé de lui mettre les battons dans les roues afin qu’il échoue dans la construction d’un Centre Culturel Marocain à Montréal. Et savez-vous de quels fonds le Dr. Abdellaziz Chrigui allait construire ce Centre ? C’était un Don Royal de SM le Roi Mohammed VI. Résumé : Dr. Abdellaziz Chrigui cède suite à la pression continue et sans relâche des journalistes monsieur Abdelghani Dadès et monsieur Rachid Najahi installés à Montréal et que madame Otmani la consule alimentait (par des fonds marocains) pour nuire aux démarches du Dr. Abdellaziz Chrigui. D’ailleurs, leur journal (Atlas média) menait des batailles mensuelles contre lui, et les photos du Docteur étaient toujours coupées. Ils sont même allés fouiller dans sa vie privée ! Conséquences : le Docteur lâche le tout, et retourne le Don à SM le Roi !!!! Ayoy ! Faut-il dire que par cette attitude elle a écarté uniquement le Docteur ?

J’ai mal à la tête là ! L’histoire de la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf effleure mon esprit en ce moment. Plutôt celle du corbeau voulant imiter l’aigle.

Continuons …

En 2007, madame Otmani la consule inaugure le nouveau siège du Consulat au 2192, Boulevard René-Lévesque ouest, Montréal. Elle ne cessait de dire qu’un nouveau siège permettra d’avoir un espace d’accueil plus grand pour mieux servir la communauté marocaine. Allez visiter vous même. L’espace d’accueil est aussi étroit qu’une tombe surtout vers midi. Le Consulat est sans toilettes publics. Un sous-sol glacial en hiver, où l’on installe tout employé qui dérange madame. Est-ce donc par amour du Maroc qu’elle a inauguré ce siège ? Non, pas du tout. C’est uniquement pour prouver qu’elle est capable de mener à terme l’inauguration d’un Centre Culturel contrairement au Dr. Abdellaziz Chrigui. Sésame, ouvre-toi ! La Maffia veut s’enrichir par des fonds publics marocains. Cette fois-ci, l’argent viendra du gouvernement marocain, et non pas sous forme de Don Royal. Voler est donc plus facile et moins risqué. Déjà, l’évaluation municipale de la Ville de Montréal du Centre récemment acheté en 2010 parle de 1.6 Millions de $, au moment où des sources du Ministère des Finances Marocain parlent de 3Millions et demi $ ! Et pour ce qui est des rénovations … on ne sera pas loin d’un total final de 12 ou 15 Millions de $.

Ce n’est pas le Maroc qui importe pour cette madame Otmani la consule. C’est plutôt la caverne d’Ali Baba. Et dans l’histoire, elle est loin de l’honnêteté d’Ali Baba. Lorsqu’on est tordu à la quarantaine, difficile de se redresser par la suite.

Qu’ai-je oublié ? Qui a-t-elle écarté d’autres ?

En 2008, après quatre ans, et comme un crocodile, madame Otmani, pleurniche un peu partout pour qu’on lui prolonge sa mission en tant que consule à Montréal sous prétexte qu’elle est malade. Malade peut-être parce qu’elle n’a pas été nommée Ambassadeur comme ses prédécesseurs. Vrai ou faux, la question n’est pas là. Pauvre comme elle est, on la garde en poste jusqu’à nos jour (Août 2010 …) pour se soigner avec de l’argent du contribuable québécois et canadien. Ceci sous-entend que les médecins au Maroc sont nuls. Ou peut-être que les hôpitaux au Maroc manquent d’équipements. Bien évidemment, si les hôpitaux au Maroc s’équipent convenablement, que va-t-il rester dans la caverne d’Ali Baba ! Les marocains au Canada ont-il vraiment besoin d’une personne malade pour veiller sur les services publics dont ils ont besoin ?

En 2010, madame Otmani la consule installe dans l’espace d’accueil du Consulat à Montréal un écran LCD de ZinaVu (de DeVito son ami). En plus, à chaque fois qu’une délégation pointe le nez au Consulat, elle se vente en disant que c’est son conjoint le pauvre monsieur Merouane Sadqi qui maintient ce service avec beaucoup de sacrifices.

En installant cet écran, elle écarte ainsi de la vue l’autre écran LCD qui se trouvait déjà dans le même espace. Qui a installé ce dernier ? C’est l’ex représentant de la Banque Populaire du Maroc à Montréal Monsieur Jamal El Ouadie qui ne cessait de dire avec fierté qu’il l’avait acheté pour le Consulat pour diffuser en partie les publicités de la Banque. Pourquoi madame Otmani ne diffuse-t-elle plus d’annonces publicitaires de la Banque Populaire dessus ? Tout simplement parce que le nouveau représentant de la Banque Populaire Monsieur Jamal El Koutbia est commanditaire au journal Maghreb Observateur de Monsieur Abderrahim Khouibaba, le seul journaliste au Canada qui tient tête à madame Otmani la consule, et qui dénonce constamment ses déboires. La liste des personnes écartées augmente.

Par cette même occasion, madame Otmani la consule promeut ZinaVu (de messieurs Steve-Stefano DeVito et son conjoint monsieur Sadqi Merouane) et lui prépare des contrats bien salés pour le nouveau Centre Culturel Marocain de Montréal. Qui sait, peut-être que son conjoint aussi se promène sur le net avec un second nom.

Et pourquoi pas d’autres contrats à long terme pour sa copine madame Halima pour placer un Hammam, ou Spa ou salle de gym au sous-sol du Centre Culturel. Ça réchaufferait bien le Centre Culturel en hiver canadien.

De quoi terminer sa mission « diplomatique » avec une belle retraite, et de l’argent qui rentre à flot jusqu’à la dernière demeure, peu importe la source. Et pourquoi pas, comme à la mode, construire un Riyad à Essaouira, ville marocaine natale de madame la consule, pour brasser encore mieux les affaires, et écarter davantage de personnes sur sa route, ou plutôt sur leur route.

Bref, elle écarte tout sur son passage. Et la liste est longue. Je ne pourrai la citer au complet. Et je dois sûrement ignorer une partie d’elle.

Encore 2010, pour la première fois en six ans de « mission », madame Otmani la consule célèbre la fête du Trône avec les marocains. Ça se passe au Parc Jarry à Montréal. Comme si SM le Roi Mohammed VI venait d’être intronisé. Où était madame Otmani toutes ces six ans ? Et savez-vous avec quels fonds a-t-elle organisé et célébré ceci ? Des fonds des marocains établis au Canada. C’est du genre, regardez-moi, je suis capable de rassembler des marocains. Je suis donc apte à organiser le Centre Culturel. J’ignore si les commanditaires ont demandé la liste détaillée des dépenses. Une petite remarque : sur la liste des commanditaires de cette fête, je me demande pourquoi ZinaVu media n’y figurait pas. Le thème de la célébration n’était pas ‘Une fête de partage’ ? Partager quoi ? Partager la caisse marocaine et des marocains avec les amis intimes je suppose.

Ouffff ! J’ai chaud. Melon d’eau, ouvre-toi !

Bon, là qu’elle a tout écarté, madame Otmani la consule célèbre à droite et à gauche toutes les fêtes marocaines. Quel patriotisme ! Un patriotisme qui l’a poussé à commémorer la Révolution du Roi et du Peuple ce 20 Août 2010. Cachée derrière les associations, tout est organisé par elle, les factures aussi. D’ailleurs, elle se voit déjà ambassadeur de SM le Roi. Car sur les documents qu’elle diffuse ces derniers mois, elle ne se donne plus comme titre Madame Souriya Otmani Consule Générale du Royaume du Maroc à Montréal, mais plutôt Son Excellence Madame (SEM) Souriya Otmani Consule Générale du Royaume du Maroc à Montréal. Et pour faire contre poids à l’Ambassadrice de SM le Roi au Canada, Madame Nouzha Chekrouni, elle affiche cette dernière avec le titre de SEM l’Ambassadrice de SM le Roi à Ottawa (la ville) et non au Canada (le pays). Jugez vous même sur la revue culturelle du Consulat du mois d’Août 2010 disponible sur le net, et sur les invitations qu’on reçu quelques uns parmi nous. C’est peut-être un petit détail pour les uns, mais ça dit long pour d’autres.

Il ne faut pas oublier une dizaine d’associations écartées, et qui ne sont plus actives à cause de cette consule madame Otmani. Je cite par exemple l’AJPM ‘Association des Jeunes Professionnels Marocains’ présidée par Madame Yasmine Alloul. Cette dernière avait dénoncé, en vain, le fait que monsieur Abdelghani Dadès (le journaliste cité plus haut et l’un des pions promu de madame Otmani la consule) ait été placé représentant des Marocains au Canada sans élections ni prise d’avis. Et par son courage, Madame Yasmine Alloul avait dénoncé ceci devant le Ministre des Marocains Résidant à l’Etranger Monsieur Mohamed Ameur, devant madame Otmani la consule, et devant monsieur Abdelghani Dadès dans une conférence. Vous devinez bien sûre dans quel hôtel cette conférence a eu lieu ! Le réseau de madame Otmani la consule serait-il plus grand que nous pouvons l’imaginer ? Et serait-il au dessus des droits et des lois ?

Cette consule madame Otmani, place en avant des corbeaux, en tenant fermement le fromage.

Au journal La Presse de Montréal du 4 Août 2010, le journaliste Eric Clément, en citant madame Otmani la consule et en parlant du Centre Culturel, a écrit ce qui suit : ‘…L’intérieur sera un mélange de modernisme et de tradition avec une référence à l’héritage judéo-marocain,’. Ceux et celles qui ont assisté à des allocutions de madame Otmani la consule, nous diront qu’elle parle toujours de juifs. Effectivement, même dans l’article de journal, pourquoi n’évoque-elle ni la culture arabe ni musulmane ni berbère ? Savez-vous pourquoi ? C’est parce que lorsqu’on projette devenir Ambassadeur de SM le Roi, on s’approche le plus possible de ses Conseillers. Et étant donné que Monsieur André Azoulay marocain de nationalité et juif de religion est l’un des célèbres Conseillers de SM le Roi, alors on doit tenter sa chance avec les juifs. Ensuite pourquoi pas une fois l’objectif atteint, écarter Monsieur André Azoulay aussi !

D’ailleurs, en janvier 2010, madame Otmani la consule a exposé les tableaux d’une artiste peintre marocaine qui réside au Québec. Son nom est Madame Marrache Azoulay native d’Essaouira (Maroc). Drôle de coïncidence. Par ce geste, madame Otmani disait dans ses déclarations vouloir ‘…rendre hommage à l'artiste peintre, et a indiqué avoir voulu à travers cette exposition et d'autres programmées "humaniser" l'administration …’.

Ouais, on va dire qu’elle a rendu hommage à … Azoulay. Pour ce qui est d’autres expositions programmées, dans notre enquête nous avions contacté le Consulat pour nous joindre à leur soit disant programme. Il n’ y a ni programme ni autres expositions. Notre appel téléphonique se baladait d’un poste à l’autre, pour finalement nous envoyer balader. Et pour ce qui est de l’"humanisation" de l’administration, il n’ y a pas plus humain que de placer des toilettes publics au Consulat !

Ce que fait cette madame Otmani la consule, elle ne le fait ni pour les juifs, ni pour les musulmans, ni pour l’ensemble des marocains … ni pour l’humanité. Croyant être femme d’affaire, trouvant une caisse de l’Etat à sa portée. D’ailleurs, il faudrait se poser la question suivante : C’est quoi le rôle d’un Consul ? Quel formation doit-il avoir ? Comment est-il choisis ? A-t-il une formation diplomatique ? Comment lui attribut-on tel ou tel pays ? … Car j’ai bien l’impression, et ce n’en est pas une, c’est un fait, que cette consule dépasse les normes. Et je saurais vous le prouver davantage dans les deux prochaines épisodes.

Et si vous l’avez déjà rencontré et que vous ne vous êtes jamais chicané ou disputé avec elle, c’est soit qu’elle vous trouve très influant au Maroc, soit non-Marocain, soit qu’elle vous prépare un coup au tournant, ou que votre voie ne croise pas la sienne. Reste un cas, les personnes corrompus n’auront pas de misère à s’entendre avec elle.

Où sont les enquêteurs marocains ? Savez-vous quoi, et j’espère me tromper si je vous dis qu’on enquêtera simplement sur qui sont derrière ce message, et non pas sur ce que fait la consule avec les biens publics du Maroc qu’on lui a confié.

Pire encore, durant l’enquête, quatre personnes rencontrées nous ont dévoilé que madame Otmani la consule leur a demandé de nuire au journaliste Monsieur Abderrahim Khouibaba cité plus haut, par des actes dont un d’entre eux pourrait être qualifié de criminel. Tout simplement parce que ce journaliste ne cesse de la dénoncer. Alors ne cherchez pas qui nous sommes, car nous avons d’autres enquêtes à mener sur cette consule. Et entre temps, madame Otmani risque d’engager quelqu’un pour nous tabasser clandestinement !

Au Maroc, elle aurait sûrement brisé les jambes du journaliste Monsieur Abderrahim Khouibaba par procuration, en utilisant les services de pauvres délinquants pour quelques dirhams. Ces délinquants qui hésitent entre traverser la Méditerranée clandestinement vers l’Europe, ou adhérer à un réseau terroriste à barbes, ou un réseau terroriste à kaftan et cravates. Qui paye mieux !

Le comble, c’est que sa manière de faire, cette madame Otmani la consule, est très dangereuse. Elle essaye de ne pas laisser de trace. Comment procède-t-elle ? Je vous conte une petite histoire : C’est un gars qui veut assassiner sa blonde, je veux dire sa femme. Il achète à son fils un faux pistolet qui ressemble à son vrai pistolet. Il poussait toujours son fils à aller jouer avec sa mère le gendarme et le voleur. Un jour, il remplaça le faux pistolet par le vrai, et il dit à son fils : ‘Va jouer avec ta mère’. Vous devinez la suite…

Comme qui dirait que cette consule madame Otmani se venge du Maroc et des marocains.
Pourquoi ? J’ai bien l’impression que sa vendetta a commencé bien longtemps. Comme qui dirait que :
- peut-être son père était un militaire qui a raté un coup d’Etat contre Feu SM le Roi Hassan II ? Et que donc sa fille se venge du Maroc !
- peut-être un ex-responsable municipal avait confisqué illégalement un terrain à sa famille lorsqu’elle était jeune, et qu’elle s’était donc retrouvée sans toit ! Elle se venge alors de l’administration marocaine.
- ou peut-être sa mère lui a raconté encore jeune que l’Empire Ottoman le protecteur des juifs et catholiques réapparaîtra à nouveau au vingt et unième siècle et régnera cette fois-ci au Maroc, et que la reine sera elle, madame Otmani. Et contrairement à la coutume, elle aura non pas un grand Harem, mais un grand Hammam Turque !

Bête et disciplinée comme elle est cette consule madame Otmani, dans une telle situation, icite au Québec nous dirons : Sti Tabarnac … oups, scusez Monseigneur Ouellet, mais c’est plus fort que moé, et je vous accorde tout de même que meilleur serait de dire ‘Oh ! Seigneur !’

Première épisode sur trois. Août 2010.

itsenoughbaraka@hotmail.com
et la suite c'est pour quand s'il vous plait monsieur. ???????????????????????????????????????????????????????????
 
Facebook