Le tro-mé ça énerve je vous dit....
Le métro, ça énerve.
Ça énerve d’avantage quand ça ne fonctionne pas bien.
Ce soir là, un paumé avait décidé d’en finir avec sa vie de paumé, quelques stations plus loin et pour qu’on ne l’oublie pas tout à fait, il avait décidé de se jeter sous la rame aux heures de pointe.

Forcément ça se répercute sur toute la ligne.
Après avoir laissé passé une rame bourrée à craquer, je me faufilais donc dans un métro déjà passablement bondé et me retrouvai coincé entre un vieux débris et une petite brunette yabiladienne.
A la station suivante, personne ne descend et malgré le peu de place qui nous restait, un jeune type, genre caillera de banlieue tasse un peu plus la foule pour entrer dans le wagon.

Un autre jeune, propre sur lui, et équipé de la casquette réglementaire obligatoire en ces banlieues l’interpelle :

- « Poussez pas ! Vous voyez bien qu’il n’y a plus de place ! »
L’autre se faufilant malgré tout lui répond, avec son accent du neuf trois
- « Et alors ! Tu veux quoi, je reste sur le quai et toi tu voyages.Vas-y descend si tu veux pas voyager avec moi ! »

Ambiance.

Station suivante, deux qui descendent et trois qui montent.
La jeune fille se retrouve collé contre moi, me plantant un sein dans le sternum.
( Cela aurait pu être agréable en d’autres circonstances ).

Parmi les nouveaux arrivants, un mec typé yabiladien, en blouson de cuir mais avec une vraie vilaine sale gueule et une peau toute vérolée.
Le genre de mec qu’on aimerait pas croiser le soir dans une ruelle sombre.

Pendant que la rame nous secoue et que ma jeune voisine me pilonne la poitrine de son sein, au risque de me graver le dessin des dentelles de son sous-tif sur la peau, le vérolé s’agite, comme s’il fouillait dans ses poches.

Que cherche-t-il me demandais-je ?
S’il veut tripoter les fesses de ma voisine, ça va quand même un peu se remarquer.

Le métro arrive enfin à la station ou je descend.
Les portes s’ouvrent.

Un pingouin, en costard cravate que je n’avais même pas remarqué tant ce genre d’individu est transparent s’adresse au vieux débris :

«Ce monsieur vient de vous voler votre porte-monnaie, Monsieur !» désignant le vérolé qui tient effectivement un porte-monnaie à la main.

Stupeur du vieux !

- « Moi ? Mais j’ai pas de porte-monnaie ! »
- « Normal, c’est le mien. » dit le vérolé.

Gène du pingouin.

- « Oui, enfin si ça vous arrivait, dit-il au vérolé, vous seriez bien content qu’on vous prévienne ! »
- « Possible, mais maintenant, je vais te péter la gueule ! »

M’étant libéré du sein qui me clouait à la masse, je suis sorti sans attendre qu’ils commencent à se @#$%& des baffes.

Le métro, ça énerve je vous dit.



Amical'ment et humoristik'ment

Art'mony
ahahahhahaha mdrrrr

grinning smiley



Qui donne ne doit jamais s'en souvenir. Qui reçoit ne doit jamais oublier.
salam

loooooooooooool

une fois alors qu'une bande d'ados rentrait ds le vagon... il y a eu un appel du chauffeur qui ns a fait:
"attention une ruée de pic pocket ds le vagon 1, une ruée de pick pocket dans le vagon 1!"

grinning smiley grinning smiley on a ts serré nos sacs contre nous grinning smiley


salam
tachilhite78 a écrit:
-------------------------------------------------------
> salam
>
> loooooooooooool
>
> une fois alors qu'une bande d'ados rentrait ds le
> vagon... il y a eu un appel du chauffeur qui ns a
> fait:
> "attention une ruée de pic pocket ds le vagon 1,
> une ruée de pick pocket dans le vagon 1!"
>
> on a ts serré nos sacs contre nous


Lol Tachilhite,

Une chose qui m'énerve profondémment dans le méétro, c'est que si t'as le malheur de bousculer ou effleurer quelq'un, tout de suite celui là se retourne et vérifie que son sac est toujours fermé, le tout en te jetant un regard dénonciateur, ça m'éneeeeerrrrrvvvveeeeeeee [img]http://@#$%&/Grrrrrrrrrrrr/Grrrr42.gif[/img]





Qui donne ne doit jamais s'en souvenir. Qui reçoit ne doit jamais oublier.
moi une fois je me suis trompé au lieu de prendre le métro g pris l'aviongrinning smiley
heuuuuuuu je voulais dire le TGVgrinning smiley
 
Facebook