Tourisme sexuel: le Maroc et le Brésil Destinations favourites pour les...
Dossier : Mobilisation contre le tourisme sexuel

Un rapport remis jeudi dernier au gouvernement français fait beaucoup parler de lui. Il pointe du doigt le Maroc, entre autres pays, comme destination favorite des adeptes du tourisme sexuel, dont sont victimes essentiellement les mineurs essentiellement. Selon ce rapport, préparé par un groupe de travail présidé par l’actrice Carole Bouquet et présenté aux ministres français de la Famille et de l'Enfance et du Tourisme, deux pays arrivent en tête des destinations préférées des touristes français cherchant de l’exotisme sexuel, le Maroc et le Brésil. D’autres pays ont également été cités, Egypte, Madagascar, Sénégal, Mexique, Saint-Domingue, Cambodge, Inde, Népal, Roumanie et Albanie entre autres. Le rapport suggère de passer des conventions bilatérales avec ces pays-là pour lutter contre le tourisme sexuel et l'exploitation sexuelle: des enfants. « Ces conventions prévoiraient le développement d'un volet de coopération judiciaire, juridique et policière pour la répression des infractions à caractère sexuel impliquant des mineurs, commises par des ressortissants français », détaille ce rapport, qui contient douze propositions au total. Toutes mettent l’accent sur la nécessaire collaboration entre autorités locales et françaises, notamment sur le plan judiciaire, ainsi que sur l’implication des ONG et différentes associations pour lutter contre ce fléau. Les lois françaises prévoient, certes, des poursuites à l’encontre des ressortissants français ayant commis à l’étranger des crimes sexuels sur des mineurs, mais le nombre de procès demeure très faible (cinq en dix ans).
C’est dire que la conjoncture actuelle se prête toujours à de tels crimes. Une petite virée sur Internet permet de constater l’ampleur du phénomène. Nombreux sont les sites Web où la destination Maroc est vantée pour les charmes de ses femmes, la virilité de ses hommes ou la «disponibilité » de ses enfants. Plusieurs professionnelles du sexe ont même élu domicile dans notre pays, choisissant essentiellement des villes balnéaires qui ont la cote auprès des touristes étrangers. Agadir est de plus en plus assimilée à Pattaya, célèbre station balnéaire thaïlandaise.
Nombreux sont en effet les touristes, européens, américains et arabes également qui s’y rendent à cet effet. Au Maroc, le tourisme sexuel est donc bien une réalité, mais des chiffres et des données exacts montrant l’ampleur de la situation n’existent pas, puisque toutes ces pratiques relèvent toujours du tabou. Au début de l’été 2004, une étude a été diligentée par l’Amadec (Association marocaine pour le développement communautaire), avec le soutien de l’UNICEF au sujet de l’exploitation sexuelle des enfants dans la ville de Marrakech. D’emblée, les enquêteurs ont insisté sur le caractère précurseur de cette enquête qui ne se veut pas quantitative mais ils ont surtout disséqué les causes de ce fléau. La pauvreté arrive en tête. Le rapport français de La Voix de l’Enfant, présenté jeudi 9 septembre au gouvernement français, s’est également intéressé à ce point estimant que la solution se trouve entre les mains « d'entreprises françaises volontaires sur place, voire de leurs sous-traitants, pour accueillir en apprentissage les enfants âgés d'au moins 14 ans avec une perspective d'emploi ».
Impossible donc de définir le nombre d’enfants qui sont concernés même si l’enquête met l’accent sur la non-existence de réseau organisé, les « sexe-touristes » ne formant pas une population homogène puisqu’il y a ceux qui voyagent exprès pour assouvir ses besoins charnels alors que d’autres se laissent «séduire » sur place. C’est pour dire que le tourisme sexuel est présent partout où il y a une activité touristique. C’est donc le revers de la médaille. Pour chaque pays ayant misé sur le tourisme, c’est le prix à payer. C’est pour cela que dès le début des années 90, l’Organisation mondiale du tourisme a attiré l’attention sur ce phénomène. Elle a créé un plan d’action pour la protection des enfants contre l’exploitation sexuelle dans le tourisme. Le Maroc est partie-prenante de ce plan d’action, sur le papier en tout cas.


Par : Fadoua GHANNAM (www.aujourdhui.ma)






___________
Mehr licht.
encore ce sujet !
Ca a ete deja traite sur ce forum?

Je crois que c´est un sujet d´actualité. C´est la premiere qu´on reconnait officiellement en France que le Maroc est parmis les destinations previligiées des Francais pour ce tourisme de dechets!



___________
Mehr licht.
La question qu'il faut se pauser, c'est où est comment ces touristes font ils pour abuser ces jeunes enfants, soit c'est l'état qui ferme les yeux et donc il est complice ou alors il existe des vrai fillière bien organisées avec hotel de passe et tout ce qui va avec.
pourtant on ne manque pas de flics il me semble
lorsque ce sujet a été discuté il s'en est trouvé certains qui ont niés leurs mains sur le coeur que la pédophilie existe au maroc

et voilà c'est officiel!!!!

on avait discuté de la meilleure maniére de remédier à la chose

certains disaient que de reportages de 2M seraient le binvenus d'autres que les médias français peuvent aider

maintenant la France a reconnu officiellement

il faut qu'au maroc on se le bou ge je parle du gros Q des responsables

il n'est pourtant pas difficile de traquer ce genre de trafic avec tous les bargagas au maroc

qu'on leur demande seulement qu'au lieu de surveiller les pauvres démocrates qui écrivent dans les journaux ils se concentrent sur le commerce de ces nouveaux petits esclaves...sexuels

à quand une action d leur part?

Fi 3ilmi alghayb
ça fait mal de voir ça au maroc,
quelle honte aux marocains musulmans pourtant !!!!
la prostitution doit etre combatue, que ça soit des mineurs ou des adultes !!!!
on veut pas de ces touristes s'il viennent pour .... nos filles et nos enfants. on s'enfou des quelques milliard qu'ils apportent aux pays !!!! les rme apportent plus !
le ministre de tourisme visent les 10 millions de touristes ou dix million de *utes !!!
quelle honte !!!! pour tous qui frequentent des prostitués aussi !!!

on doit instaurer une loi qui puni tout prostitué(e) et ses clients.
le prétexte de pauvereté n'est pas suffisant pour comprendre ce fléau. on est pauvres et on vie avec honneur !!!
il faut instaurer la culture du mérite et abolir la culture de la chance et du reve de la richesse facile qui pousse plusieurs hommes et femmes á faire tous pour arriver á leurs fins. comme si vivre pauvre veut dire ne pas vivre !! et se n'est pas vrai ça.

c'est un long débat .... quelle honte á nous les marocains!!!

que Dieu nous rend la raison et la foi en lui améne

getch........... quelle honte

Parlons-en, parlons-en, parlons-en!
C'est le seule moyen que nous disposons pour pouvoir sensibiliser les personnes de notre entourage face à ces pédos qui viennent se vider les @#$%&!!!
Le gouvernement marocain devrait lancer une campagne de prévention avec des spots publicitaires diffusés en boucle!( un peu comme celui dédié aux RME avec la musique d'Evanescence. Là j'aurais bien mis le smiley avec la tête verte et les yeux qui tournent mais ché pas comment on fait! sad smiley )



"Hazou bina l'3lam, zidou bina l'goudam
wila khyabet ... daba teziane"

Ztot tototototttt! (tm)
C'est la loi de l'offre et de la demande, et cela à moindre prix. Si les français vont au Maroc pour y faire du touriste sexuel c'est qu'il y a une offre dans ce pays proche de la France. Vous supprimez l'offre et il n'y aura plus de demande.

De plus, qui dit "sexe" dit "argent" beaucoup d'argent. Il faut chercher à savoir qui se met cet argent dans ses poches aussi facilement car il n'y a pas besoin de beaucoup travailler pour obtenir beaucoup d'argent avec les activités liées au sexe.

J'ajouterais que dans ce domaine, il n'y a plus de nationalité précise car des dépravés sexuels il y en a de toutes nationalités.
 
Facebook