N° de telephone d'urgence pour familles menacées d'expulsion
faites passer......

MISE EN PLACE D’UN NUMERO D’URGENCE EN CAS D’INTERPELLATION OU DE MENACE D’EXPULSION DE

FAMILLES SANS PAPIERS AVEC ENFANT SCOLARISÉ: N° TEL INDIGO 08 20 20 70 70

reseaudeveille@no-log.org
Le Réseau Education Sans Frontières et la Cimade mettent à disposition des familles sans papiers avec enfant scolarisé, des jeunes majeurs scolarisés et à toute personne souhaitant s’opposer à leur expulsion, un numéro d’appel national. Ce numéro sera accessible du 3 juillet au 3 septembre et aura pour objet :

-d'orienter et soutenir les familles sans papiers avec enfants scolarisés ou les jeunes majeurs scolarisés, en cas d'interpellation, de placement en rétention ou de menace d'expulsion.

-de permettre aux citoyens de manifester une solidarité active en participant au réseau de veille et d'alerte

Le Réseau Education Sans Frontières et la Cimade appellent toutes les personnes attachées à la défense des droits de l'Homme et de l'Enfant à s'opposer aux expulsions de jeunes et de familles, programmées pour cet été.
Nous ne laisserons pas commettre ces infamies en notre nom
« Pas de chaise vide à la rentrée »
Contact : RESF : Richard Moyon 06 12 17 63 81 / Cimade : Fred Carillon : 06 81 91 36 09
je pense que sarkozy a mal calculé son coup , il se présente devant un dilemme , s'il expulse ces enfants il est foutu , electoralemnt parlant , et s'il recule c pareil il est foutu avec l'ectorat de l'extreme droite qu il tente de recuperer



"L'orgueil du savoir est pire que l'ignorance"
combien de familles sont menacées par cette mesure? et combien d'enfants scolarisés(une famille pouvant avoir plusieurs enfants)?



-------------------------------------------------------------------




Having a clear faith, based on the creed of religion, is often labeled today as a fundamentalism. Whereas relativism, which is letting oneself be tossed and 'swept along by every wind of teaching,' looks like the only attitude acceptable to today's standards. We are moving toward a dictatorship of relativism which does not recognize anything as for certain and which has as its highest goal one's own ego and one's own desires.
Au-delà de vos positions de militants opposés à Sarkozy, sur le fond de la question soulevée implicitement ici, je voudrais vous demander d'accepter de réfléchir à votre prise de position.

Sur un plan compassionnel et sentimental, il m'est tout à fait possible de vous suivre sur l'aspect traumatisant des expulsions des enfants et des parents concernés.

Toutefois il vous faut vous mettre AUSSI à la place des autorités publiques françaises.

Des gens sont entrés en France (afin d'assurer leur survie personnelle et celà est tout à fait honorable et compréhensible) mais il sont des illégaux. Soit ils sont venus clandestinement, soit ils sont entrés légalement puis sont devenus illégaux à l'expiration du visa de touriste ou d'étudiant qu'ils possédaient auparavant.

Ils ont rompu leur parole et se sont dressés contre les lois du pays d'accueil devanant des illégaux.

Que pouvons-nous penser d'un Etat se prétendant "de Droit" et n'appliquant pas ses propres lois?

Je n'entends pas, ici et maintenant, traiter des problèmes d'organisation et de maïtrise des flux migratoires ni de la nécessaire concertation et coopération des pays développés avec les pays sous-développés ou en voie de développement.

Mettez-vous à la place du gouvernement de votre propre pays - que ce soit le Maroc ou un autre - et pensez à ce que serait son devoir devant une situation illégale? Et les reproches que pourrait lui faire son propre peuple s'il laissait faire?

Merci d'éviter le mode passionnel et les injures. Je ne suis pas votre ennemi.
aeiou,

t'as pas tout a fait tort mais là il s'agit d'enfants qui sont né ici, qui sont scolarisés ici...il ne s'agit pas d'adultes
Citation
aeiou a écrit:
Au-delà de vos positions de militants opposés à Sarkozy, sur le fond de la question soulevée implicitement ici, je voudrais vous demander d'accepter de réfléchir à votre prise de position.

Sur un plan compassionnel et sentimental, il m'est tout à fait possible de vous suivre sur l'aspect traumatisant des expulsions des enfants et des parents concernés.

Toutefois il vous faut vous mettre AUSSI à la place des autorités publiques françaises.

Des gens sont entrés en France (afin d'assurer leur survie personnelle et celà est tout à fait honorable et compréhensible) mais il sont des illégaux. Soit ils sont venus clandestinement, soit ils sont entrés légalement puis sont devenus illégaux à l'expiration du visa de touriste ou d'étudiant qu'ils possédaient auparavant.

Ils ont rompu leur parole et se sont dressés contre les lois du pays d'accueil devanant des illégaux.

Que pouvons-nous penser d'un Etat se prétendant "de Droit" et n'appliquant pas ses propres lois?

Je n'entends pas, ici et maintenant, traiter des problèmes d'organisation et de maïtrise des flux migratoires ni de la nécessaire concertation et coopération des pays développés avec les pays sous-développés ou en voie de développement.

Mettez-vous à la place du gouvernement de votre propre pays - que ce soit le Maroc ou un autre - et pensez à ce que serait son devoir devant une situation illégale? Et les reproches que pourrait lui faire son propre peuple s'il laissait faire?

Merci d'éviter le mode passionnel et les injures. Je ne suis pas votre ennemi.



la france se targue d'etre terre d'asile depuis des siecles alors pkoi veux tu qu'on aille a l'encontre de cette tradition , la france est vieillissante , il a besoin d'immigrés , sarkozy est un populiste il veut juste draguer l'electorat raciste pour atteindre son but



"L'orgueil du savoir est pire que l'ignorance"
aeiou, ton intervention est fair-play. Dans l'application stricte de la loi, la République est dans son droit le plus absolu. Le Maroc ou d'autres pays d'ailleurs n'aurait aucun argument à avancer dans un débat, notre sureté nationale ne plaisante pas avec les illégaux, il n'y a qu'à voir la manière dont ont été traité les Africains dans la crise de Ceuta et Melilla.
Cependant, ce que l'on reproche et je crois que tout le monde sera d'accord, c'est d'une part la rhétorique qui accompagne ces mesures, elle est démagogique et ne soyons pas dupes, elle est essentiellement adressée à un électorat que Sarko rêve de récupérer. D'autre part, elle fait partie d'une stratégie de campagne, ce qui est détestable, dans la mesure où l'on rajoute l'humiliation publique à la sanction.
à marocain_fier,

Bon! Alors disons qu'il suffit à des adultes de venir faire des enfants en France et, partant de là, ils seront inexpulsables.

Il est certain que ce sont les enfants qui vont trinquer pour l'illégalité de leurs parents mais ce sont bien les parents qui ont choisi cette voie... de prendre la responsabilité de faire des enfants en France alors qu'ils étaient des illégaux.

Et, à nouveau, mets-toi à la place des autorités françaises -prétendant par ailleurs maîtriser l'immigration- ... vont-elles accepter de créer un nouvel "appel d'air"?



à rifton75,

La tradition de la France "terre d'asile" n'est applicable qu'à ceux qui sont persécutés politiquement (au sens général) et non aux demandeurs d'immigration pour raisons économiques.

La France a certainement besoin d'un "volant d'immigration" mais c'est à elle de choisir les modalités d'acceptation et d'accueil.

Par ailleurs je ne suis pas d'accord avec cette soi-disante nécessité d'une immigration pour une France vieillissante ... afin de payer les retraites (argument souvent mis en avant). Une autre organisation sociétale pourrait résoudre cette question des fonds de retraite.

Pour ce qui concerne Sarkozy, ses manipulations et utilisations de la question posée par l'immigration, je suis d'accord.... mais cela n'est pas parce qu'il l'utilise que le problème n'existe pas pour autant.



à chelhman,

Merci pour tes propos tout autant fair play.
Bien sûr que je ne suis pas dupe et que l'humiliation publique est toujours détestable... sauf que là je vais te renvoyer à la responsabilité des parents... dans leurs manoeuvres ... à eux aussi.

Bonne nuit, bonjour ou bonsoir selon l'heure de lecture.
 
Facebook