News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion
Suivez les conseils des USA c est pour l'avenir de l'Afrique

Washington - En Ouganda, au milieu de la nuit, une jeune femme est sur
le
point d'accoucher. Si la sage-femme compte sur la vieille lampe à huile
pour s'éclairer, il y aura des émanations nocives et un risque
d'incendie.
Mais grâce à une nouvelle lampe qui fonctionne à l'énergie solaire, il
n'y
a pas de danger et lorsque le bébé prendra son premier souffle, il
respirera de l'air pur. La jeune femme nomme son enfant Solar.

Le secrétaire d'État adjoint aux océans et aux affaires écologiques et
scientifiques internationales, M. John Turner, a raconté cette
histoire,
le 7 juin, aux membres des Académies nationales qui s'étaient réunis à
Washington pour discuter des moyens de faciliter le développement en
Afrique et de trouver des partenaires pour soutenir cet objectif. Selon
M.
Turner, cette histoire illustre la façon dont la science peut
contribuer à
résoudre les problèmes du monde en développement.

M. Turner a également exprimé la ferme conviction du gouvernement Bush
selon laquelle la science et la technologie peuvent considérablement
contribuer à libérer le potentiel de développement social et économique
de
l'Afrique.

M. Turner a ensuite rendu hommage aux Académies nationales « pour leur
résolution inébranlable à soutenir le développement de l'Afrique et à
trouver des partenaires pour appuyer cet engagement », notamment par le
biais de l'African Science Academy Developpement Initiative
(l'initiative
de développement de l'Académie africaine des sciences), qui est
soutenue
par la Fondation Bill et Melinda Gates.

Cette initiative, a-t-il expliqué, permet de collaborer directement
avec
des académies scientifiques africaines afin de les aider à renforcer
leur
capacité de fournir des conseils indépendants, objectifs et fondés à
leurs
gouvernements et à leurs peuples sur diverses questions médicales et
scientifiques. Cela permet de multiplier les chances que les décisions
sont prises dans l'intérêt public.

L'histoire de cette mère ougandaise et de son fils Solar est un exemple
de
la façon dont un projet fondé sur la science, le Global Village Energy
Partnership (GVEP), est en train de transformer la vie de l'Africain
moyen, aidant également à réduire la pauvreté et stimulant le
développement économique et social par le biais de services liés à
l'énergie.

« Les domaines de l'eau et de l'énergie sont essentiels du point de vue
du
développement d'un pays », a déclaré M. Turner. « Le gouvernement des
États-Unis a lancé plusieurs partenariats prometteurs afin de fournir
aux
Africains un meilleur accès à l'énergie, à de l'eau potable et à
l'hygiène. »

« Durant le premier semestre de 2004, par exemple, l'USAID a dépensé
près
de 7,2 millions de dollars afin de fournir de l'énergie propre,
efficace
et saine à près de 500.000 personnes. »

L'aide publique des États-Unis au développement finance des dizaines de
partenariats entre les secteurs public et privé qui permettent de
rassembler des ressources supérieures à ce que peuvent fournir les
contribuables américains, a expliqué M. Turner. Il s'agit selon lui
d'une
approche novatrice à l'aide au développement.

Le Partenariat pour la forêt du bassin du Congo, qui rassemble
gouvernements, organisations internationales, entreprises et
associations
de défense de l'environnement pour tenter de créer des réseaux de zones
protégées en Afrique occidentale et centrale, est « un modèle de cette
nouvelle façon de faire les choses ».

Son objectif étant de préserver l'une des deux plus vastes forêts
tropicales encore intactes, l'initiative intéresse les populations
locales
à la protection de l'environnement en facilitant les récoltes durables
et
en offrant des débouchés tels que l'écotourisme. L'initiative est
« également un mécanisme puissant pour stopper le commerce illégal de
la
viande de brousse et faciliter la lutte contre l'exploitation illégale
de
la forêt. »

Le Cameroun, la Guinée équatoriale, le Gabon, la République
centrafricaine, la République démocratique du Congo et la République du
Congo « ont courageusement misé leur futur bien-être sur les avantages
dérivés de la protection des forêts », a déclaré M. Turner.

Les États-Unis consacreront 53 millions de dollars à ce programme. Les
organisations internationales sans but lucratif y consacreront des
sommes
égales afin de créer jusqu'à 27 nouveaux parcs nationaux et de protéger
plus de 10 millions d'hectares.

« Pourquoi cette initiative pour le bassin du Congo est-elle un modèle
de
partenariat ? » a demandé M. Turner. « Il intègre les objectifs de
développement économique, de progrès social et de protection de
l'environnement. Il unit un large éventail de parties prenantes. Il est
fondé sur des plans proposés par les pays africains concernés. Il est
conçu de façon à promouvoir la règle de droit et une gestion efficace
des
affaires publiques. Enfin, il s'appuie sur les capacités et les
institutions africaines (...) »

M. Turner a ensuite décrit d'autres programmes scientifiques et
technologiques que les États-Unis soutiennent en Afrique. Tous ces
programmes ont recours à des technologies qui peuvent être fabriquées
et
entretenues sur place, ce qui crée des emplois et contribue au
développement économique.

- « Water for the Poor » (de l'eau pour les pauvres), le programme
phare
des États-Unis, est une initiative de 970 millions de dollars sur trois
ans qui vise à améliorer la qualité de l'eau et l'hygiène, la gestion
des
bassins hydrologiques, et la rationalisation de l'utilisation de l'eau
dans l'agriculture et l'industrie par le biais de techniques telles que
des filtres à argile fabriqués localement. Il prévoit également le
recours
à des techniques plus perfectionnées de désinfection aux ultraviolets
ou
par des traitements chimiques.

- Le Partenariat pour les véhicules et carburants propres, dirigé par
l'Agence de protection de l'environnement des États-Unis, vise à
réduire
la pollution causée par les véhicules en facilitant l'élimination du
plomb
dans l'essence.

- L'extension de l'accès à Internet et au téléphone dans les zones
rurales
de l'Afrique et la connexion des universités africaines à « Internet
2 »
permettra aux médecins d'échanger des données avec leurs pairs et de
fournir des soins par le truchement de la « télémédecine ».

- La recherche de moyens de puiser dans le champ géothermique qui se
trouve sous la vallée du Rift. On pourrait ainsi fournir une source
d'énergie respectueuse de l'environnement et peu coûteuse à plus de
90 %
des 200 millions d'habitants de cette région qui vivent sans
électricité.

Les Académies nationales, qui regroupent l'Académie nationale des
sciences, l'Académie nationale d'ingénierie, l'Institut de médecine et
le
Conseil national de la recherche, permet de rassembler des comités
d'experts non rémunérés qui fournissent au gouvernement et au public
des
États-Unis des conseils dans les domaines de la science et de la
technologie.
signé :acharif moulay abdellah bouskraoui tel :+21268109597

As-tu des cacauettes , nous suivons que notre instinct et les USA le leur !
ah cette chanson je connais pas je peux pas l apprendre par coeur
elle est trop longue.
 
Facebook
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X