Un scientifique iranien porté disparu refait surface à Washington
Un scientifique iranien porté disparu refait surface à Washington

Un scientifique iranien, enlevé selon Téhéran par les Etats-Unis pendant un pèlerinage en Arabie saoudite, a trouvé refuge à l'ambassade du Pakistan à Washington et demande à rentrer dans son pays, ont rapporté mardi des responsables américains et iraniens. Lire la suite l'article

Il s'agit du dernier rebondissement en date dans une affaire entourée de mystère. Shahram Amiri, scientifique spécialisé dans le nucléaire, avait disparu lors d'un pèlerinage en Arabie saoudite en juin 2009.

L'Iran a affirmé à plusieurs reprises que les Etats-Unis avaient enlevé Amiri, une accusation démentie par Washington. En mars dernier, des médias américains avaient affirmé que le scientifique âgé de 32 ans était passé à l'Ouest et assistait la CIA dans le cadre d'efforts destinés à saper le programme nucléaire controversé de Téhéran.

Pour ajouter à la confusion, Amiri était apparu dans une série de vidéos aux contenus contradictoires. Dans l'un des enregistrements, il avait affirmé qu'il avait été enlevé par des agents américains et saoudiens et transporté aux Etats-Unis, tandis que dans une autre vidéo, il avait expliqué étudier librement aux Etats-Unis.

La télévision d'Etat iranienne a rapporté qu'Amiri s'était présenté au bureau de l'ambassade du Pakistan, représentant les intérêts iraniens à Washington, et avait demandé un "retour immédiat en Iran". Des informations confirmées par un responsable américain. Il est "aux Etats-Unis de sa propre volonté", a assuré ce dernier sous couvert de l'anonymat. "Et il est, de toute évidence, libre de partir".

Mostafa Rahmani, chef du bureau représentant les intérêts iraniens à Washington, a précisé que Shahram Amiri s'y trouvait mais a refusé de fournir des détails. D'après des responsables pakistanais, le scientifique s'est présenté lundi à l'ambassade.

Sa brusque réapparition pourrait causer un embarras à Washington, qui accuse Téhéran de chercher à se doter de l'arme nucléaire, une accusation rejetée par l'Iran qui affirme mener des recherches à des fins exclusivement pacifiques.

Lors d'une conférence de presse mardi à Madrid, le chef de la diplomatie iranienne Manouchehr Mottaki a estimé que le scientifique devrait être autorisé à quitter les Etats-Unis et à rentrer en Iran, pour y retrouver les siens, sans "obstacle", dès que possible. AP

Source : [fr.news.yahoo.com]
Le scientifique iranien Shahram Amiri, qui avait disparu il y a un an, est arrivé jeudi à Téhéran en provenance des Etats-Unis.

Ce spécialiste du nucléaire a retrouvé sa famille, dont son fils âgé de sept ans en larmes, et a été accueilli par un haut représentant du ministère iranien des Affaires étrangères. Souriant, l'homme âgé de 32 ans a fait le "V" de la victoire.

S'exprimant devant des journalistes à l'issue d'un vol via le Qatar, Shahram Amiri a réaffirmé avoir été enlevé par des agents américains, alors qu'il effectuait un pèlerinage à Médine, en Arabie saoudite, l'an dernier. D'après lui, des agents israéliens étaient présents lors de ses interrogatoires. Il dit avoir été emmené et s'être vu proposer 50 millions de dollars par des agents de la CIA pour rester aux Etats-Unis.

Les Etats-Unis démentent tout rapt. Ils expliquent que Shahram Amiri a fait défection volontairement avant de changer d'avis.

Selon le "Washington Post", la CIA a versé à Amiri cinq millions de dollars pour fournir des renseignements sur le programme nucléaire iranien. Dans son édition en ligne mercredi soir, le journal a affirmé que les fonds provenaient d'un programme secret destiné à pousser des scientifiques et d'autres personnes détenant des informations sur le programme nucléaire de l'Iran à faire défection.

Jeudi, Amiri a cherché à minimiser son rôle dans le programme nucléaire iranien. "Je suis un simple chercheur qui travaillait à l'université", a-t-il dit. "Je ne suis impliqué dans aucun emploi confidentiel. Je n'avais pas d'informations secrètes".

Shahram Amiri s'était présenté lundi à l'ambassade du Pakistan à Washington pour y trouver refuge, demandant à rentrer dans son pays, a rapporté mercredi le ministère iranien des Affaires étrangères.

Washington accuse Téhéran de chercher à se doter de l'arme nucléaire, une accusation rejetée par l'Iran qui affirme mener des recherches à des fins exclusivement pacifiques. AP

Source : [fr.news.yahoo.com]
 
Facebook