News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion
Sauvons nos riads et notre patrimoine, Marocains réagissons !!
Bonjour à tous,

Je rentre tout juste du Maroc ou j'ai été choqué par le comportement de certains Français qui investissent dans les riads et qui ne respectent pas les marocains. j'en appelle à toutes les personnes afin de signer une petition pour sauver cette invasion pas toujours légale de la part des Français qui soit-disant investissent au Maroc mais ne respectent en aucun cas notre population ni notre culture et traitent certain marocains comme de la merde (temoignages de marcocains travaillant pour eux).
J'ai été choqué d'entendre que des français avaient sablé le champagne après avoir acheté le dernier riad dans une rue à Marrakech en disant qu'ils étaient fiers d'avoir viré le dernier arabe de la rue !!! quel toupet !!!

Réagissons contre des comportements qui ne peuvent que générer à la longue de l'incompréhension et de la discorde entre nos deux peuples. Il n'est pas souhaitable de laisser agir, sans réaction de notre part qui ne peut qu'aboutir à des conflits non metrisable pas la suite.

Par contre je respecte ces français qui investissent en respectant notre patrimoine et tentent de construire main dans la main avec les marocains et de découvrir vraiment notre pays et sa richesse reconnu dans le monde entier et dont nous sommes fiers de toute notre âme. De lutter contre et de combattre ces nouveaux prédateurs de tourisme sexuels et de prostitution.

Bien sur il ne faut pas se mépriser en mettant tous les Français au même niveau. Certains dépensent une energie positive afin de s'intergrer et aiment vraiment notre culture.

Bonne journée !!
Apres on nous parle d'integration en france alors qu'ils se prennent pour des roi dans nos pays d'origine!
Je trouve ça inadmissible!
Cela fait quarante que je vis ici et on nous parle toujours d'integration, nous sommes integrés, nos enfants ne parlent que Français, portent des prénoms parfois français et parfois nos maris le sont également. C'est les français qui ne nous intègrent pas.Ils nous reprochent de vivre en communauté, alors qu'à l'époque ils nous logeaient dans le même quartier.
C'est connu dire aux autres comment ils doivent se comporter, ils sont champions. La différence est qu'ils choisisent de vivre en communauté au Maroc, alos que nous n'avons pas eu le choix dans les années 60 et 70. La France nous menace de parler Français sinon on risque l'expultion, alors que certains ne font aucun effort pour parler arabe.
N'hesitez à les filmer discrètement quand vous allez au Maroc et transmettre les choses louches aux médias français et Marocains pour dénoncer ces pratiques rédhibitoires.
Bien sur certains Français répondront mais nous, nous investissons au Maroc, certes mais dans un but de s'enrichir sur le dos des marocains. en les traitant comme des esclaves et profitent de l'ignorance de certains qui n'ont pas pu faire des études....
C'est le triste résultat de la politique marocaine vis-à-vis du pauvre. Les pauvres propriétaires de Riyads, démunis pour entreprendre toute réhabilitation de leurs somptueuses demeures, ont été forcés de vendre leurs biens au plus offrant, les compatriotes marocains préférent s'installer en périphérie des villes, dans de belles "villas". J'en ai fait la triste expérience en 2005 en essayant de racheter à mon propre cousin le dernier Riyad resté dans le giron familial depuis des générations à Fez. Le pauvre malheureux avait vendu la sublime maison la veille de ma proposition à un Français, pour la modique somme de....15000 euros !!! Le Riyad, situé à l'entrée de la principale porte sud de la Médina (Er R'cif) est devenu maison d'hôtes et a été mis sur le marché pour la coquette somme de 450000 euros !!! crying
Je suis attristée de lire ce qui vous est arrivé, Je n'arrive pas à comprendre qu'il n'existe aucune loi pour protéger ces riads qui font partie de notre partimoine culturel. Si vous avez des contacts d'associatons pour tenter de les faire réagir face à cette rasia.
De plus, certains s'installent au Maroc en ne respectant pas toujours les marocains et notre culture. J'ai vraiment été choqué par les témoignages de certains marocains qui travaillent pour ces nouveaux prédateurs de biens immobiliers dans u but de s'nrichir sur le dos de certains marocains et non dans un but de s'integrer réellement.
Merci.
Bonjour, de passage j'ai été accroché par le titre de ce Topic , beaucoup plus par curiosité que par intérêt particulier ( je n'ai ni Ryad, ni veux en acheter. Je n'habite ni dans une ville impériale ni réside dans une grande ville). A peine j'ai une vague idée sur ces anciennes demeures de nos médinas qui du jour au lendemain ont acquis le titre de Ryad. J'ai lu ici cet appel qui demande de sauver ces Ryads sans nous dire comment ni même suggérer la moindre idée à même de faire l'objet d'un débat. A votre avis que ferait une famille pauvre dans un Ryad même si l'état le restaure ? Habiter un Ryad et crever de misère, alors que son propriétaire peut vendre, acheter une villa ou un appartement spacieux et vivre dans la décence lui et les membres de sa famille., c'est plus logique et plus sensé non?
J'aurais aimé qu'on dise, il faut protéger ces pauvres gens propriétaires de ces Ryads contre les acheteurs malveillants et surtout contre l'escroquerie et la rapacité des intermédiaires . Soumettre à l'avance toute vente de ces Ryads à une expertise des lieux et estimer en conséquence le prix offert . Quant a dire ou sous entendre empêcher les étrangers d'acquérir, c'est dénuer le "droit de propriété" de tout sens, alors qu'il est sacré dans la constitution Marocaine. Inciter à les gener , à signer des pétitions et des trucs comme ca, c'est un peu malséant et ca sape notre politique touristique qui table sur un grand nombre de visiteurs (par dizaine de millions) et qui sont la meilleure garantie publicitaire pour notre tourisme. La présence de ces étrangers dans notre pays, parmi nous est rassurante à plus d'un titre.Les empêcher d'acquérir les Ryads ou autres biens immobiliers , c'est aussi condamner les pauvres propriétaires à rester constamment sujets de manœuvres frauduleuses et d'abus administratifs qui accompagnent de telles ventes par nos ressortissants aisés ou influents .En tout cas ils ne trouveront jamais des offres d'achats aussi alléchantes que celles offertes par les étrangers qui sont souvent des richissimes ou des célébrités, dont la présence donne un autre timbre au tourisme, rehausse et confirme le climat de sécurité qui règne dans notre pays.
Quant vous vous plaignez d'une présence des étrangers au Maroc, qui est grosso modo minime et est une élite très aisée, que dire de notre présence massive et misérable chez eux ???...Vous vivez chez eux , vous bénéficiez des droits et libertés que vous offre la constitution de leurs pays et vous critiquez leur présence ici, c'est un peu fort ou c'est une ingratitude carrément... gratuite. Amicalement




Modifié 2 fois. Dernière modification le 12/10/10 13:41 par HJAR EDDIB.
Citation
HJAR EDDIB a écrit:


Citation
HJAR EDDIB a écrit:
Je n'habite ni dans une ville impériale ni réside dans une grande ville). A peine j'ai une vague idée sur ces anciennes demeures de nos médinas qui du jour au lendemain ont acquis le titre de Ryad.

Ce mot existe depuis bien longtemp et désigne les maisons de style arabo-andalous de Fez, Marrakech, etc... Riyadh, signifie "jardin", et par extension, la maison dont les pièces sont disposées autour d'un patio qui le plus souvent est aussi un jardin.


Citation
HJAR EDDIB a écrit:
J'aurais aimé qu'on dise, il faut protéger ces pauvres gens propriétaires de ces Ryads contre les acheteurs malveillants et surtout contre l'escroquerie et la rapacité des intermédiaires
.

C'est à mon avis le sens de ce post que visiblement vous n'avez pas compris, saut avis contraire de l'auteur...

Citation
HJAR EDDIB a écrit:
En tout cas ils ne trouveront jamais des offres d'achats aussi alléchantes que celles offertes par les étrangers qui sont souvent des richissimes ou des célébrités
,

C'est encore triste à dire à dire ici, mais cette manoeuvre est d'abord une initiative juive qui tend à "virer" les Musulmans des centres urbains des grandes villes impériales. Je sais, vous allez rire, mais c'est encore une triste vérité... L'idée a séduit tous les acheteurs occidentaux potentiels sans distinction de religion. Mais les plus beaux riyadhs de Marrakech sont détenus par des Juifs Américains et Français.


Citation
HJAR EDDIB a écrit:
que dire de notre présence massive et misérable chez eux ???...

Quel grand manque de respect pour les "misérables" qui font vivre le Maroc, y compris dans votre campagne reculée, avec les devises qui constituent le deuxième revenu du Maroc ! Merci aux "misérables" !!!
Citation
Samiralda a écrit:
Je suis attristée de lire ce qui vous est arrivé, Je n'arrive pas à comprendre qu'il n'existe aucune loi pour protéger ces riads qui font partie de notre partimoine culturel. Si vous avez des contacts d'associatons pour tenter de les faire réagir face à cette rasia.
De plus, certains s'installent au Maroc en ne respectant pas toujours les marocains et notre culture. J'ai vraiment été choqué par les témoignages de certains marocains qui travaillent pour ces nouveaux prédateurs de biens immobiliers dans u but de s'nrichir sur le dos de certains marocains et non dans un but de s'integrer réellement.
Merci.


En fait ce dispositif existe déjà et c'est la Princesse Lalla Salma (qui est de Fez) qui a posé des conditions srtictes pour l'acquisition des maisons historiques par les étrangers. Je ne connais pas la démarche exacte mais je sais que cela existe. Je pense que désormais, les étrangers ne peuvent aquérir les terrains sur lesquels sont construits ces riyadhs, seuls les murs leurs appartiennent, comme sur le modèle Britannique. En fait, ils achètent le bail pour une durée de 99 ans, ou plus, et doivent s'aqcuitter d'un loyer au domaine royal. Mais cette information reste à vérifier (???).
Ce qui m'agace le plus dans l'installation des occidentaux (et en particulier des Français) dans les médinas, c'est les chiens qu'ils promènent dans les ruelles et qui polluent et souillent nos pavés et trottoires... Je n'ai rien contre leur présence au Maroc, mais qu'ils laissent leurs chien chez-eux, et en France !!! Le pire, c'est que certains marocains commencent à faire la même chose et balladent à leur tour leurs chiens dans les rues... De quoi être malade....
Bonjour
@ AMIRELBAHR
Merci de m'avoir donné la définition du mot Ryad, comme ca par assimilation je" pourrai comprendre" que nos anciennes maisons de campagne toutes couvertes d'arbres, entourées de jardins et de rigoles d'eau "seraient, elles aussi" des Ryad, voire mieux et pourquoi pas? S'il s'agit seulement des critères: jardin, arcades et Zelliges ...certaines on en possèdent et même avec des toitures en bois de cèdre, peintes et décorées de mains d'artisans . Va voir dans l'Atlas les vielles demeures et tu saura que je ne parle pas dans le vide lol
Les Ryads en parlant du sens qu'ils évoquent, c'est d'abord leur âme antique et leur valeur intrinsèque qu'ils puisent du rôle historique et culturel de la ville où ils se trouvent...Maintenant toutes les vieilles maisons des médinas deviennent des Ryads grâce a ces nouveaux acheteurs qui les ont embellis et rehaussés à ce rang...ou je me trompe?

Toi par contre tu n'as pas bien saisi le parallèle du "nombre" et de la "syntaxe" dont j'ai usé dans mon intervention. Je regrette ce n'était pas difficile a comprendre...
Misérables ??? !!! Rien que ca? Nuance ! Il ne faut pas aller trop vite dans ta besogne. Je n'ai jamais dit ca, j'ai beaucoup de respect pour l'être humain et beaucoup plus pour les fils de mon pays. J'ai parlé de PRESENCE en communauté assez importante mais pas trop nantie en comparaison avec celle des étrangers installés au Maroc. Ne me dis pas que la condition dans laquelle vivent nos ressortissants à l'étranger dans les banlieues et l'étroitesse des apparts est comparable au standing de la communauté qui vit dans les Ryads ou autres belles résidences .Je n'ai pas parlé d'eux en terme de MISERABLES , c'est toi qui le dit et qui n'as pas bien saisi la nuance de mon raisonnement et le sillage dans lequel j'ai amené le terme dans mon intervention.
Oui je suis bien de "Ma Campagne reculée", un 3roubi pur et dur et fier de l'être, mais plus instruit et plus poli que toi.

Alors comme ca je n'ai pas compris le sens du post de Samiralda qui VISIBLEMENT cherchait a protéger les pauvres acquéreurs des vilains étrangers qui les volent, sauf si son post ne sous entendait pas autre chose en parlant de pétitions et d'incitation à peine voilée encourageant a recourir à des actes un peu mal intentionnés, genre filmer et envoyer au médias Français...C'est joli ca???!!! Comme si notre pays n'était pas un état souverain, capable de faire régner l'ordre et assurer le respect de la loi applicable sur toute personne y vivant ?

A propos en parlant , de cette protection des propriétaires de Ryad, tu ne nous as pas dit combien tu as offert à ton cousin pour l'achat de son Ryad à Er Rcif ? Tu n'as parlé que du prix de vente (15.000 Euro) et de revente (450000).Combien en avait tu proposé? Surement moins, BEAUCOUP MOINS .
Mais de quoi ai je parlé moi dans ma précédente intervention pour susciter ta véhémence, sinon d'insister sur le fait du respect du "droit de la propriété" qui est sacré et consacré par notre constitution , dont le propriétaire a l'USUS et l'ABUSUS et tous les droits de disposer de son bien ; jouissance ,location sous location, mise en gage, nantissement, et vente ...toute sorte de vente, quelle soit cession définitive avec toute la jouissance juridique du terme ou simple contrat de cession de jouissance à moyen ou long terme genre antichrèse.
Je pense bien qu'il faut prévoir une protection juridique, légale pour protéger le propriétaire et le Ryad ( le Ryad pour sa valeur culturelle et historique).Pour cela il faut qu'il y ait dans l'immédiat des "Arrêtés" et "Circulaires" pour gérer cette situation (si ce n'est pas déjà fait ) dans l attente des Lois et Règlements en l'objet à même de protéger efficacement ces propriétaires contre des ventes ruineuses et surtout contre les "acheteurs malveillants, les intermédiaires voraces et autres cousins malins" et sauvegarder la mémoire et la valeur culturelle et historique du Ryad contre toute usurpation ou altération ...
Je me demande bien si le prix de la revente du Ryad de ton cousin ( 450 000 Euro) ne serait pas la cause de ta véhémence et ta hargne contre les étrangers et les juifs ...Je regrette que tu en parle de cette façon de ces acquéreurs étrangers , le Maroc est un pays tolérant et qui aspire de le rester...Le sujet de ces Ryads mérite d'être discuté dans la sérénité et l'objectivité loin de tout amalgame...Amicalement



Modifié 2 fois. Dernière modification le 13/10/10 16:06 par HJAR EDDIB.
Ces messages poignants et cette discussion montrent que les marocains sont de plus en plus sensibles à leur patrimoine.

Il aura fallu que les "français" investissent tous les riads et en fassent de somptueuses demeures pour qu'une prise de conscience s'opère. Un certain nombre d'étrangers ont redonné vie à notre patrimoine en ouvrant des gîtes d’hôtes, en rénovant et réhabilitant des anciennes casbahs complètement délabrées, en créant des emplois et des activités génératrices de revenus. Du coup tout une économie s'est installée. Par voie de fait, la valorisation de ce patrimoine attire les marocains qui pour des raisons économiques ou autres ont bradé leur héritage.

Je crois que nous, marocains, sommes responsables de ce qui nous arrive et que notre patrimoine, nous devons nous l'accaparer sans laisser de place à des personnes mal intentionnées qui vont à coup sûre le dilapider. Je ne parle évidemment pas de ceux qui ont fait de la préservation du patrimoine marocain, un combat actif et une raison de vivre. ceux-là méritent d'être portés en exemple.

Il s'agit maintenant de prendre en considération ces nouveaux éléments et de faire que tous les marocains du Maroc et d'ailleurs prennent à bras le corps le devenir de notre patrie. l'équation est on ne peut plus simple. malheureusement, ça n'intéresse pas beaucoup de personnes. Pour s'en assurer, il n'y a qu'à voir le peu de participants aux différents colloques et conférences organisés par l'état marocain et les Organisations Non gouvernementales sur ce sujet.

Enfin, pour ce qui est du respect en général, ce sont les étrangers qui doivent se plier aux exigences des pays d'accueil, et là, c'est à nous marocains encore une fois, de faire valoir nos traditions et expliquer nos façons de vivres aux étrangers qui s'installent chez nous, et pas l'inverse.

Bien cordialement
Citation
artsouk a écrit:
Ces messages poignants et cette discussion montrent que les marocains sont de plus en plus sensibles à leur patrimoine.

Il aura fallu que les "français" investissent tous les riads et en fassent de somptueuses demeures pour qu'une prise de conscience s'opère. Un certain nombre d'étrangers ont redonné vie à notre patrimoine en ouvrant des gîtes d’hôtes, en rénovant et réhabilitant des anciennes casbahs complètement délabrées, en créant des emplois et des activités génératrices de revenus. Du coup tout une économie s'est installée. Par voie de fait, la valorisation de ce patrimoine attire les marocains qui pour des raisons économiques ou autres ont bradé leur héritage.

Je crois que nous, marocains, sommes responsables de ce qui nous arrive et que notre patrimoine, nous devons nous l'accaparer sans laisser de place à des personnes mal intentionnées qui vont à coup sûre le dilapider. Je ne parle évidemment pas de ceux qui ont fait de la préservation du patrimoine marocain, un combat actif et une raison de vivre. ceux-là méritent d'être portés en exemple.

Il s'agit maintenant de prendre en considération ces nouveaux éléments et de faire que tous les marocains du Maroc et d'ailleurs prennent à bras le corps le devenir de notre patrie. l'équation est on ne peut plus simple. malheureusement, ça n'intéresse pas beaucoup de personnes. Pour s'en assurer, il n'y a qu'à voir le peu de participants aux différents colloques et conférences organisés par l'état marocain et les Organisations Non gouvernementales sur ce sujet.

Enfin, pour ce qui est du respect en général, ce sont les étrangers qui doivent se plier aux exigences des pays d'accueil, et là, c'est à nous marocains encore une fois, de faire valoir nos traditions et expliquer nos façons de vivres aux étrangers qui s'installent chez nous, et pas l'inverse.

Bien cordialement

Bonjour
Bravo pour cette intervention édifiante, réaliste et surtout responsable...Oui nous aimons notre pays , son urbain et son rural sans distinction pour tous les trésors qu'il recèle...Tous nos douars, tous nos ksars autant que nos médina et nos casbah sont devenus trop convoités pour leur beauté architecturale, leur originalité et leur histoire ...Il faut dire que c'est toujours les "autres" qui les dénichent et reconnaissent leur vraie valeur jamais nous...
J'apprécie et j'estime votre contribution merci. Amitiés
Citation
Samiralda a écrit:
Je suis attristée de lire ce qui vous est arrivé, Je n'arrive pas à comprendre qu'il n'existe aucune loi pour protéger ces riads qui font partie de notre partimoine culturel. Si vous avez des contacts d'associatons pour tenter de les faire réagir face à cette rasia.
De plus, certains s'installent au Maroc en ne respectant pas toujours les marocains et notre culture. J'ai vraiment été choqué par les témoignages de certains marocains qui travaillent pour ces nouveaux prédateurs de biens immobiliers dans u but de s'nrichir sur le dos de certains marocains et non dans un but de s'integrer réellement.
Merci.

Bonjour Samiralda,
Il y a tellement d'exemples de personnes qui se battent -des fois seules- pour préserver / promouvoir le patrimoine marocain, qu'une liste serait de toute facon incomplète... Vous pouvez cependant vous rendre sur les sites suivants qui traitent d'une manière ou d'une autre de la préservation de notre patrimoine :

[www.casamemoire.com] (oeuvre contre la destruction des maisons et demeures de casablanca, récemment vu sur des racines et des ailes)
[www.marocohra.com] (le site de la célèbre Izza Genini qui traite du patrimoine musical et culturel marocain)
[www.artsouk.com] (oeuvre pour la promotion du patrimoine et de l'artisanat marocains)
[www.lexilogos.com] (un site, complet et bien fait sur le patrimoine marocain)
[whc.unesco.org] (le site de l'UNESCO qui répertorie les villes et biens marocains, inscrits sur la liste du patrimoine mondial)
[ifpo.revues.org] (Essai ; Des ruines au patrimoine ; itinéraire marocain) par l'IFPO (Institut Francais du Proche Orient)

N'oubliez pas tous les forums d'échange et de discussion (comme celui-ci) qui traitent de cette question.

Enfin, suivant la description que l'on peut faire du patrimoine, je dirais que chaque marocain est issu d'un village ou connaît un minaret, une mosquée, une demeure, un marabout, dont les jours sont comptés... et donc en danger de disparition.

Soyons tout simplement vigilants !


Malek
Bonjour Hajr EDDIB,

Tout d'abord, je vous invite à lire l'avant-dernier paragraphe de mon message qui est "[Par contre je respecte ces français qui investissent en respectant notre patrimoine et tentent de construire main dans la main avec les marocains et de découvrir vraiment notre pays et sa richesse reconnu dans le monde entier et dont nous sommes fiers de toute notre âme. De lutter contre et de combattre ces nouveaux prédateurs de tourisme sexuels et de prostitution"
ou je précise que j'ai du respect pour les Français
. J

Je vous invite également à lire l'article ci-dessous. Je pense que vous n'avez pas très bien saisi mon message. En proposant cela c'est justement parceque je pense à ces pauvres gens qui ont été dépossédé de leur biens à des prix dérisoires par rapport à leur valeur architecturale. Après avoir entendu plusieurs plaintes de gens complétement démunis face à leur expérience, j'ai été marqué par leur désarroi et le comportement de certains français, le mot certain que j'avais souligné ci-dessus, justement pour éviter d'amalgamer mon message. Je suis mariée avec un Français et il a été aussi choqué que moi par les comportements injustes de la part de certains de ces compatriotes.

Concernant ta relexion gratuite me concernant que je reprends ci-contre: que dire de notre présence massive et misérable chez eux ???...Vous vivez chez eux , vous bénéficiez des droits et libertés que vous offre la constitution de leurs pays et vous critiquez leur présence ici, c'est un peu fort ou c'est une ingratitude carrément... gratuite.
Vous me jugez assez rapidement sans avoir tous les éléments et totalement saisi mon message, de plus vous précisez que tu n'es pas vraiment concerné par la cause. Alors pourquoi cette intervention, ou vous ne m'apportes aucune réponse valable à part me juger.

Effectivement, je vis en France et surtout je désire vraiment rentrer dans mon Pays natal que je n'ai jamais cessé d'aimer , Je n'ai jamais été ingrate, je vous prie. Notre présence surtout celle de nos parents a été misérable, alors qu'ils ont tout donné pour quelques misérables sous justement, quand on sait ce que pas mal de gens ont subi à cause du racisme, je peux en parler, j'ai un membre de ma famille qui a été sauvagement et gratuitement agressé il y a quelques années et il en est toujours choqué à ce jour. bref je ne vais pas vous raconter ma vie.

Je respecte les étrangers qui investissent dans notre pays avec intelligence et qui respectent nos valeurs. Quand à la prise de conscience nous l'avons mais çe n'est pas avec le salaire justement de misère que nos ailleuls et des jeunes sans travail où l'avenir est devant eux ) que nos compatriotes marocains pourront sauver ce patrimoine.
Ces jeunes à qui on demande toujours de montrer pate blanche et 38 ans de vie en France et on nous parle encore et toujours d'intégration. Nous devons toujours justifier de notre droit du sol à ce jour encore avec toujours la menace d'expulsion...C'est les Français qui ne nous intègrent pas.

Je suis reconnaissante pour ce pays concernant certaines choses mais pas pour tout si vous le voulez bien. Tout ce que nous avons nous l'avons gagné avec la sueur de notre front et par un travail double, par rapport aux français, pour faire recônnaitre nos valeurs. On nous ne l'a pas donné gratuitement.
Simplement on leur déroule trop le tapis rouge au Maroc et n'ont même pas la décence pour certains de respecter les marocains. On ne m'a jamais déroulé de tapis rouge en France, ce qui ne m'empêche pas de les respecter. Je me permets ce coup de gueule si vous permetez

Il y a aussi la pédophilie qui sévit de plus en plus aussi au vu du nombre d'articles qui relatent de ces faits et du témoignage d'une amie du va et viens d'enfants qui rentrent et sortent de riads et dont la population s'interrogent sur ses mouvements. c'est la raison pour laquelle j'ai demandé que l'on soit vigilant et filmer ses dérives afin de dénoncer ces pratiques illicites. En ce qui me concerne je ne peux admettre que l'on détruise la vie de ces enfants par la perversité de certains adultes malveillants non par rapport à leur appartenance outre-atlantique. Il est évident pour moi que l'on ne doit à aucun moment s'immiscer dans l'intimité de gens honnêtes et respectables et ce quelque que soit leurs origines.

Revenons à nous moutons. Si j'ai lancé ce message à vous internautes, c'était plus dans le but de réfléchir ensemble de récolter des infos et trouver une solution afin que nous alertions les médias, le gouvernement, les associations tout d'abord pour lutter contre la vente massive de ces riads à des prix dérisoires. De tirer la sonnette d'alarme et de trouver des solutions afin de permettre aux habitants actuels de garder et de rénover leur demeure.

Je vous invite également a aller sur les sites d'agences immobilières afin de vous rendre compte du nombre de riads rénovés qui sont revendus à des prix exorbitants par rapport à l'investissement. Je ne suis pas contre l'achat et rénovation de riads par des personnes qui les achètent afin de participer à l'économie du pays. Hors beaucoup le font dans le simple but de déposséder les gens de leurs à des fins d'enrichissement personnels et faire flamber les prix de l'immobilier au Maroc en les rendant inacessibles pour des millions de Marocains. Le sens de mon message était évidemment pour protéger les gens d'acheteurs malveillants, vous l'auriez compris.

Dans l'attente d'une réponse constructive et non critique de mon moi éventuel. Je répete je suis pour la tolérance envers tout les peuples de la Terre mais je ne peux supporter la connerie de certaines personnes. Cordialement.

Merci à amir-al-bahr et Art-souk pour les infos, je vais les consulter de ce pas pour parfaire ma recherche.
Samiralda

Immobilier, ces étrangers qui se payent le Maroc
12 février 2008 - Commentaires? - En discuter sur les forums? -
La flambée des prix de l’immobilier au Maroc a atteint le point culminant. À l’origine de cette situation, l’intervention des sociétés étrangères et de particuliers qui achètent à tour de bras, des terrains constructibles comme des hectares de terres agricoles. Dans les médinas traditionnelles, ce sont toutes les maisons qui ont un cachet historique qui sont demandées. À Marrakech, la mode des raids n’a pas fait que des heureux, à Fès, à Tanger, partout le phénomène est palpable.
Sur Marrakech, depuis 1999, les Français rachètent raids et maisons traditionnelles de la médina, une mode qui a tourné rapidement à la frénésie. De plus en plus des problèmes liés à ces nouveaux habitants apparaissent. Selon le patron d’une agence spécialisée dans l’immobilier à Marrakech, le marché de l’immobilier est toujours en pleine effervescence.
Au centre, dans les quartiers de Guéliz et de l’Hivernage, le prix moyen des appartements a augmenté d’environ 15% dans le segment « haut de gamme », pour s’établir à un prix moyen de 14.000 Dirhams le mètre carré pour les appartements de revente et à 12.500 Dirhams pour les programmes neufs. Ce segment attire plus les investisseurs ayant pour but le placement et le rendement locatif (longue durée ou saisonnier). Ce sont essentiellement des Européens et des Marocains de l’étranger revenus investir au pays. Actuellement, c’est le secteur phare à Marrakech. Dans la construction standard, en périphérie, les prix vont de 7000 a 8000 Dh. Dans ce segment, l’augmentation est plus modérée (5 %). Il y a des immeubles soignés, en commercialisation, ciblant une clientèle de cadres marocains, pour habitation ou placement à long terme.
Frénésie
Dans le secteur des villas, éloignées de 6 à 20 Km de Marrakech, l’offre est plus abondante. Tout d’abord les grands projets où les prix se situent entre 2,5 et 23 millions de Dh. Les villas proposées sont de différentes tailles dans un périmètre sécurisé. Une offre de sport et de détente est intégrée. Dans ce secteur, les prix ont évolué de 10%. Pour un rendement locatif, de par leur localisation, les prix sont inférieurs d’environ 50% de ceux au centre. Les terrains sont toujours recherchés, tout d’abord au centre ville où le mètre carré de terrain constructible pour un R+5, varie de 10.000 à 20.000 dirhams.
Comment l’investisseur étranger bénéficie d’avantages fiscaux exceptionnels ? Absence de droits de succession, exonération partielle ou totale du profit immobilier sur les résidences principales en cas de cession..., on comprend mieux l’attrait de ce patrimoine. En plus, comme dans tous les pays de l’UE, une convention fiscale avec la France permet d’échapper à la double imposition directe sur les revenus perçus au Maroc.
Ce qui fait que partout au Maroc, les étrangers achètent des terrains et construisent villas, maisons et raids. Si le phénomène de la résidence secondaire pour les étrangers est tout à fait normal, dans la ville ocre, la folie des raids a dépassé toutes les limites imaginables, à tel point que Marrakech est devenue inaccessible pour beaucoup de Français. La ruée est en train de glisser vers d’autres villes traditionnelles comme Fès et tout dernièrement Rabat où tout un quartier de l’ancienne Médina est en train de passer dans les mains des étrangers qui s’installent dans des raids. Pour les Marocains qui ont cédé leur patrimoine à de modiques sommes, la plupart ne se rendent compte de la vraie valeur des trésors qu’ils laissent filer entre leurs mains, qu’une fois leur bien vendu. Selon Yahya Bouchama, architecte et spécialiste de l’architecture traditionnelle « dans la Médina de Rabat, où la superficie est plus petite qu’à Marrakech ou Fès, la ville arrivera rapidement à saturation et la spéculation pourra alors commencer ».
À Rabat comme à Marrakech, les problèmes de voisinage avec les nouveaux acquéreurs ont déjà commencé, et ce avant même que les nouveaux locataires débarquent de l’Hexagone. Les travaux que les étrangers entreprennent dans les maisons traditionnelles dénotent de la folie des grandeurs. Sous l’œil passif des autorités locales, certains construisent dans le non-respect de la loi. Les travaux causent des dommages énormes aux murs des voisins qui n’ont pas le bras aussi long pour porter plainte chez le caïd du coin. Dans la médina de Rabat, les habitants d’un quartier parlent même d’une autorisation du caïd pour le travail nocturne, dans une maison achetée par un étranger. Les travaux qui durent depuis le mois de juillet dernier constituent le calvaire quotidien des habitants. La liste des irrégularités ne s’arrête pas, de l’élévation vertigineuse qui cache le soleil aux maisons voisines, à l’endommagement et les fissures sur les murs des voisins, sans parler de la défiguration du cadre architectural local.
La formule de bon voisinage traditionnelle en place a été transgressée par les nouveaux arrivants qui ne demandent même pas l’autorisation des voisins mitoyens, selon le mode de construction traditionnelle. Les architectes aussi ont une connaissance quasi nulle des techniques de construction traditionnelle. Ils ne jurent que par le béton qui ne résiste pas au fort taux d’humidité de l’ancienne médina de Rabat proche de la mer. Même chose à Marrakech, le béton n’est pas aussi isolant que la terre et la brique traditionnelle, du coup la climatisation et les cheminées sont utilisées à outrance. A Marrakech, selon un habitant de la ville : « si la frénésie continue, un jour, on verra le commissariat de Djemââ el Fna se transformer en maison d’hôte et les cellules de garde à vue facturées à 2000 DH la nuitée. Pourquoi pas, puisque Alfred Hitchcock y avait tourné un film ».
Mon Riad à tout prix
Sur le moteur de recherche Google, dès que vous lancez le mot Marrakech, le premier résultat qui s’affiche sur l’écran est « location de raids et maisons d’hôtes ». Comme si toute l’histoire de la ville ocre se limitait à un séjour dans un Riad. D’ailleurs la majorité des raids et des maisons d’hôte appartiennent à des étrangers et des binationaux.
Selon un responsable à la Wilaya de Marrakech, le phénomène des raids a pris de l’ampleur vers 1999. Actuellement les nouveaux acquéreurs ne se contentent plus d’acheter un Riad, certains achètent toutes les maisons environnantes. Dans certains quartiers, il ne reste que la mosquée, le hammam et le four traditionnel, s’ils ne sont pas encore vendus, c’est qu’ils appartiennent à la nidara des habous.
On constate de plus en plus une défiguration du cadre traditionnel de la ville, on ne se contente plus de restaurer, c’est un autre style qui est en train de naître qui n’a rien à voir avec l’architecture traditionnelle de la ville.
Ce phénomène a brisé la mixité sociale qui existait dans la médina. Avant on retrouvait un grand Riad à côté d’une douiriya et une maison simple. Toutes les classes sociales cohabitaient. Un mécanisme de solidarité fonctionnait aussi. On retrouvait l’artisan, le commerçant, le juge… Aujourd’hui, ce système social a été brisé.
Une autre particularité a été transgressée, toutes les maisons traditionnelles n’avaient pas de fenêtres sur la rue, elles donnaient sur la cour intérieure. Actuellement, tous les raids ont des fenêtres sur la rue. En plus des terrasses qui étaient avant inaccessibles, personne n’était autorisé à y faire des travaux sans l’accord de ses voisins. Aujourd’hui sur les terrasses, c’est tout un univers qui s’est installé avec piscine, pergola, tente… Selon une source bien informée, en 1997, la Wilaya de Marrakech avait proposé au ministère du Tourisme via le ministère de l’Intérieur une réglementation des maisons d’hôtes et raids.
Des particuliers vivant en France louent les raids de l’étranger, il n y a qu’un employé de maison sur place qui va chercher le touriste à l’aéroport, il n’y a aucun registre de séjour qui peut être consulté par la police. Les particuliers qui pratiquent ce genre de location ne payent aucune taxe, pire encore ils font de la concurrence déloyale à ceux qui payent les impôts et taxes touristiques.
Les maisons d’hôtes autorisées sont régulièrement contrôlées par les autorités. En 1997, il y avait plus de 300 maisons d’hôtes dans la médina de Marrakech. Aujourd’hui, ce nombre a été multiplié par quatre. Le phénomène de l’installation des étrangers à Marrakech n’est pas nouveau. Depuis 1979, un Américain qui possédait une galerie d’art, avait élu domicile dans l’ancienne médina, au quartier Rmila. La « Maison Arabe » était un des premiers restaurants à ouvrir dans la ville, mais depuis lors, tout a changé.
Des vivants et des morts
Aujourd’hui, le seul bout de terrain nu qui reste dans la médina, est un petit cimetière à Boutoueil. Le cimetière de Marrakech de Bab Doukala se trouve au cœur de la ville. Sera t-il un jour convoité par la « mafia » du bâtiment comme le reste de la ville ? Les terrains des habous dans la ville ne manquent pas. Sur certaines parcelles, la nidara des habous de Marrakech avait construit des immeubles dans les années quatre vingt avant la flambée des prix. Certains craignent aujourd’hui que les quelques mètres concédés aux morts soient convoités tôt ou tard au nom du développement touristique. Les morts seront-ils délogés ailleurs, les vivants n’ont-ils pas la priorité sur les morts ?
Le scandale de la passation au privé de l’hôtel Essaidi nous en dit long sur la spéculation foncière et la corruption au sein des instances locales à Marrakech. Ironie du sort, le pacha El Glaoui, ancien gouverneur de la ville à l’époque coloniale, vient de marquer un point, 60 ans après sa mort, contre son ennemi juré à Marrakech, le parti de l’Istiqlal. Le pacha El Glaoui avait promulgué un arrêté dans les années trente, pour la restitution après 75 ans d’exploitation des biens achetés par des étrangers à Marrakech, l’hôtel Essaidi et son casino avaient été restitués à la municipalité de Marrakech, il y a quelques années dans le cadre de cette loi. Aujourd’hui, la société civile à Marrakech appelle à promulguer une loi pareille. Le PJD appelle ouvertement à instaurer un cadre légal. Il y a quelques semaines de cela, plus de 500 personnes avaient manifesté devant le palais de la municipalité de Marrakech pour dénoncer le manque de transparence dans la privatisation des biens publics à Marrakech. Selon une source officielle à Marrakech, parmi les irrégularités recensées dans l’ancienne médina se trouve le non-respect de la hauteur réglementaire. Certains riads reconstruits bloquent les rayons de soleil sur les maisons voisines. Le cas le plus flagrant, nous l’avons rencontré à Rabat non loin de la rue des consuls, où un nouvel acquéreur d’une maison traditionnelle, bardé de recommandations en tout genre mais sans autorisation aucune, a tout rasé et construit, défigurant ainsi toute une rue, sans parler des dommages infligés aux murs des maisons voisines. Les habitants du quartier se demandent d’ailleurs sur quels critères, la municipalité laisse ce genre de pratiques se propager, surtout que Rabat ne connaît pas encore la folie des grandeurs de Marrakech.
Réactions
La question de « cette invasion » programmée inquiète au plus haut point les citoyens et la société civile, alors que du côté des politiques, c’est le silence radio. Si le PJD affiche ouvertement une position claire face à ce phénomène, les autres partis politiques n’osent même pas soulever le problème. À part les partis de la gauche radicale qui se sont impliqués via leurs militants de Marrakech dans des ONG des droits de l’Homme et les coordinations de lutte contre la hausse des prix. Aucun parti n’ose faire campagne sur ce sujet.
Selon Ali Lotfi, membre du bureau politique du parti socialiste et secrétaire général de l’Organisation démocratique du travail : « il est difficile de faire campagne pour les municipales ou les législatives sur ce sujet. La majorité des habitants de ces quartiers sont dans le besoin et espèrent tous tirer profit de la transaction en cédant leurs demeures à des étrangers ». Pour l’USFP, le parti n’a pas soulevé cette question. À quelques mois des élections législatives, un groupe de cadre du parti avait envisagé de soumettre cette question au débat.
Finalement, la question n’a pas été débattue, selon Taha Balafrej, membre du Conseil national de l’USFP : « la classe moyenne Marocaine doit prendre ses responsabilités et intervenir pour conserver ce patrimoine au lieu de le laisser aux mains des étrangers. Il faut signaler que l’intervention des étrangers avait permis de sauver les maisons en ruine. En France, les Anglais font la même chose que les Français à Marrakech ».
La mafia s’installe à Marrakech
L’affaire Pierre Henry Martzloff, avait secoué la communauté française de Marrakech en 2006. Le démantèlement de ce réseau spécialisé dans le crime organisé à l’échelle internationale avait permis la saisie de 23 véhicules de luxe sur plus de 300 circulant au Maroc. 108 cachets humides de préfets, maires, conseillers et gradés en douane de différents pays, des plaques d’immatriculation, des certificats d’admission temporaire, des permis de conduire, des cartes d’identité et des passeports étrangers vierges et des statuts de sociétés écran, ont également été saisis. C’est un agent immobilier, de nationalité française, qui avait déposé une plainte contre P.H. Martzloff pour escroquerie. Le réseau comprendrait 1 Algérien, 14 Français, 1 Allemand, 2 Asiatiques, 2 Portugais, 2 Espagnols et 9 Marocains. Près de 300 voitures de luxe, circulent dans le royaume sous une fausse identité. Elles ont été volées à l’étranger et admises dans les règles de l’art au Maroc où elles ont été écoulées à des prix forts sans aucune inquiétude.
Des chiffres qui en disent long
Chaque année, quelque 600.000 touristes français séjournent à Marrakech, avec une augmentation de 18% par an. Plus de 4300 Français, sur un total de 32.000 immatriculés au Maroc résident officiellement à Marrakech. Le nombre de Français non inscrits au consulat de France de la ville est estimé à près de 2000. Face à cette situation, le groupe scolaire français Victor Hugo/Auguste Renoir, où sont scolarisés quelque 1400 élèves, français et marocains est arrivé à saturation. Cette déferlante étrangère a aussi son lot d’incidents notables. Plusieurs Français sont actuellement détenus à Marrakech pour divers motifs et trois homicides ont été signalés en 2007. À ce jour, 700 riads de la médina auraient ainsi été retapés, dont 400 sont devenus des maisons d’hôtes. 500 riads de la ville sont passés aux mains d’étrangers. Attirés au début par les prix bas, entre 150.000 et 600.000 Euros à l’origine pour des maisons de 150 à 400 mètres carrés. La flambée des prix a atteint aujourd’hui les limites du raisonnable.
Des maisons closes de luxe
Plusieurs cas de tournage de films pornographiques et des réseaux de prostitution de luxe ont été démantelés par les services de police à Marrakech. Les cas de pédophilie et d’abus sexuels sur des enfants ont été signalés aussi. Sur ce registre, l’antenne à Marrakech de l’association « Ne touche pas à mon enfant » mène une lutte sans merci contre ce phénomène. L’avocat de l’association, Me Errachidi, se porte volontaire pour représenter les familles des victimes de la pédophilie dans la ville.
Le cas le plus connu est celui de Jack Henri Soummere en 2006. Selon Khalid Cherkaoui Semmouni, coordinateur du COCASSE (Coalisation Contre les Abus Sexuels sur les Enfants) « depuis que la société civile s’est mobilisée contre le phénomène de la pédophilie et du tourisme sexuel, les étrangers impliqués dans ces délits ne sont plus relâchés facilement, ils écopent désormais de lourdes peines de prison. Mais pas si l’affaire n’est pas médiatisée ».
Dégâts collatéraux
De l’aveu même du maire de Marrakech, Omar Jazouli, la ville est devenue aussi chère que Paris. La plupart des acteurs économiques ne respectent aucune éthique en matière de prix. Beaucoup de restaurants ont augmenté considérablement leurs prix. Certains restaurants marocains vendent le couvert entre 800 et 1200 dirhams. La même tendance à la hausse est observée dans les cafés où un cappuccino coûte 35 dirhams. Les hôtels ne sont pas en reste, les touristes européens paient 500 euros pour la semaine en demi-pension, les Marocains déboursent jusqu’à 2.200 dirhams par nuit, sans aucune garantie quant à la qualité des prestations. Le pire, c’est que même les hôtels non classés de Djemâa El Fna facturent la chambre à 250 DH pour une qualité de service zéro.
Source : Gazette du Maroc - Mohamed El Hamraoui
Bonjour Hajr EDDIB,

Tout d'abord, je vous invite à lire l'avant-dernier paragraphe de mon message qui est "[Par contre je respecte ces français qui investissent en respectant notre patrimoine et tentent de construire main dans la main avec les marocains et de découvrir vraiment notre pays et sa richesse reconnu dans le monde entier et dont nous sommes fiers de toute notre âme. De lutter contre et de combattre ces nouveaux prédateurs de tourisme sexuels et de prostitution"
ou je précise que j'ai du respect pour les Français
. J

Je vous invite également à lire l'article ci-dessous. Je pense que vous n'avez pas très bien saisi mon message. En proposant cela c'est justement parceque je pense à ces pauvres gens qui ont été dépossédé de leur biens à des prix dérisoires par rapport à leur valeur architecturale. Après avoir entendu plusieurs plaintes de gens complétement démunis face à leur expérience, j'ai été marqué par leur désarroi et le comportement de certains français, le mot certain que j'avais souligné ci-dessus, justement pour éviter d'amalgamer mon message. Je suis mariée avec un Français et il a été aussi choqué que moi par les comportements injustes de la part de certains de ces compatriotes.

Concernant ta relexion gratuite me concernant que je reprends ci-contre: que dire de notre présence massive et misérable chez eux ???...Vous vivez chez eux , vous bénéficiez des droits et libertés que vous offre la constitution de leurs pays et vous critiquez leur présence ici, c'est un peu fort ou c'est une ingratitude carrément... gratuite.
Vous me jugez assez rapidement sans avoir tous les éléments et totalement saisi mon message, de plus vous précisez que tu n'es pas vraiment concerné par la cause. Alors pourquoi cette intervention, ou vous ne m'apportes aucune réponse valable à part me juger.

Effectivement, je vis en France et surtout je désire vraiment rentrer dans mon Pays natal que je n'ai jamais cessé d'aimer , Je n'ai jamais été ingrate, je vous prie. Notre présence surtout celle de nos parents a été misérable, alors qu'ils ont tout donné pour quelques misérables sous justement, quand on sait ce que pas mal de gens ont subi à cause du racisme, je peux en parler, j'ai un membre de ma famille qui a été sauvagement et gratuitement agressé il y a quelques années et il en est toujours choqué à ce jour. bref je ne vais pas vous raconter ma vie.

Je respecte les étrangers qui investissent dans notre pays avec intelligence et qui respectent nos valeurs. Quand à la prise de conscience nous l'avons mais çe n'est pas avec le salaire justement de misère que nos ailleuls et des jeunes sans travail où l'avenir est devant eux ) que nos compatriotes marocains pourront sauver ce patrimoine.
Ces jeunes à qui on demande toujours de montrer pate blanche et 38 ans de vie en France et on nous parle encore et toujours d'intégration. Nous devons toujours justifier de notre droit du sol à ce jour encore avec toujours la menace d'expulsion...C'est les Français qui ne nous intègrent pas.

Je suis reconnaissante pour ce pays concernant certaines choses mais pas pour tout si vous le voulez bien. Tout ce que nous avons nous l'avons gagné avec la sueur de notre front et par un travail double, par rapport aux français, pour faire recônnaitre nos valeurs. On nous ne l'a pas donné gratuitement.
Simplement on leur déroule trop le tapis rouge au Maroc et n'ont même pas la décence pour certains de respecter les marocains. On ne m'a jamais déroulé de tapis rouge en France, ce qui ne m'empêche pas de les respecter. Je me permets ce coup de gueule si vous permetez

Il y a aussi la pédophilie qui sévit de plus en plus aussi au vu du nombre d'articles qui relatent de ces faits et du témoignage d'une amie du va et viens d'enfants qui rentrent et sortent de riads et dont la population s'interrogent sur ses mouvements. c'est la raison pour laquelle j'ai demandé que l'on soit vigilant et filmer ses dérives afin de dénoncer ces pratiques illicites. En ce qui me concerne je ne peux admettre que l'on détruise la vie de ces enfants par la perversité de certains adultes malveillants non par rapport à leur appartenance outre-atlantique. Il est évident pour moi que l'on ne doit à aucun moment s'immiscer dans l'intimité de gens honnêtes et respectables et ce quelque que soit leurs origines.

Revenons à nous moutons. Si j'ai lancé ce message à vous internautes, c'était plus dans le but de réfléchir ensemble de récolter des infos et trouver une solution afin que nous alertions les médias, le gouvernement, les associations tout d'abord pour lutter contre la vente massive de ces riads à des prix dérisoires. De tirer la sonnette d'alarme et de trouver des solutions afin de permettre aux habitants actuels de garder et de rénover leur demeure.

Je vous invite également a aller sur les sites d'agences immobilières afin de vous rendre compte du nombre de riads rénovés qui sont revendus à des prix exorbitants par rapport à l'investissement. Je ne suis pas contre l'achat et rénovation de riads par des personnes qui les achètent afin de participer à l'économie du pays. Hors beaucoup le font dans le simple but de déposséder les gens de leurs à des fins d'enrichissement personnels et faire flamber les prix de l'immobilier au Maroc en les rendant inacessibles pour des millions de Marocains. Le sens de mon message était évidemment pour protéger les gens d'acheteurs malveillants, vous l'auriez compris.

Dans l'attente d'une réponse constructive et non critique de mon moi éventuel. Je répete je suis pour la tolérance envers tout les peuples de la Terre mais je ne peux supporter la connerie de certaines personnes. Cordialement.

Merci à amir-al-bahr et Art-souk pour les infos, je vais les consulter de ce pas pour parfaire ma recherche.
Samiralda

Immobilier, ces étrangers qui se payent le Maroc
12 février 2008 - Commentaires? - En discuter sur les forums? -
La flambée des prix de l’immobilier au Maroc a atteint le point culminant. À l’origine de cette situation, l’intervention des sociétés étrangères et de particuliers qui achètent à tour de bras, des terrains constructibles comme des hectares de terres agricoles. Dans les médinas traditionnelles, ce sont toutes les maisons qui ont un cachet historique qui sont demandées. À Marrakech, la mode des raids n’a pas fait que des heureux, à Fès, à Tanger, partout le phénomène est palpable.
Sur Marrakech, depuis 1999, les Français rachètent raids et maisons traditionnelles de la médina, une mode qui a tourné rapidement à la frénésie. De plus en plus des problèmes liés à ces nouveaux habitants apparaissent. Selon le patron d’une agence spécialisée dans l’immobilier à Marrakech, le marché de l’immobilier est toujours en pleine effervescence.
Au centre, dans les quartiers de Guéliz et de l’Hivernage, le prix moyen des appartements a augmenté d’environ 15% dans le segment « haut de gamme », pour s’établir à un prix moyen de 14.000 Dirhams le mètre carré pour les appartements de revente et à 12.500 Dirhams pour les programmes neufs. Ce segment attire plus les investisseurs ayant pour but le placement et le rendement locatif (longue durée ou saisonnier). Ce sont essentiellement des Européens et des Marocains de l’étranger revenus investir au pays. Actuellement, c’est le secteur phare à Marrakech. Dans la construction standard, en périphérie, les prix vont de 7000 a 8000 Dh. Dans ce segment, l’augmentation est plus modérée (5 %). Il y a des immeubles soignés, en commercialisation, ciblant une clientèle de cadres marocains, pour habitation ou placement à long terme.
Frénésie
Dans le secteur des villas, éloignées de 6 à 20 Km de Marrakech, l’offre est plus abondante. Tout d’abord les grands projets où les prix se situent entre 2,5 et 23 millions de Dh. Les villas proposées sont de différentes tailles dans un périmètre sécurisé. Une offre de sport et de détente est intégrée. Dans ce secteur, les prix ont évolué de 10%. Pour un rendement locatif, de par leur localisation, les prix sont inférieurs d’environ 50% de ceux au centre. Les terrains sont toujours recherchés, tout d’abord au centre ville où le mètre carré de terrain constructible pour un R+5, varie de 10.000 à 20.000 dirhams.
Comment l’investisseur étranger bénéficie d’avantages fiscaux exceptionnels ? Absence de droits de succession, exonération partielle ou totale du profit immobilier sur les résidences principales en cas de cession..., on comprend mieux l’attrait de ce patrimoine. En plus, comme dans tous les pays de l’UE, une convention fiscale avec la France permet d’échapper à la double imposition directe sur les revenus perçus au Maroc.
Ce qui fait que partout au Maroc, les étrangers achètent des terrains et construisent villas, maisons et raids. Si le phénomène de la résidence secondaire pour les étrangers est tout à fait normal, dans la ville ocre, la folie des raids a dépassé toutes les limites imaginables, à tel point que Marrakech est devenue inaccessible pour beaucoup de Français. La ruée est en train de glisser vers d’autres villes traditionnelles comme Fès et tout dernièrement Rabat où tout un quartier de l’ancienne Médina est en train de passer dans les mains des étrangers qui s’installent dans des raids. Pour les Marocains qui ont cédé leur patrimoine à de modiques sommes, la plupart ne se rendent compte de la vraie valeur des trésors qu’ils laissent filer entre leurs mains, qu’une fois leur bien vendu. Selon Yahya Bouchama, architecte et spécialiste de l’architecture traditionnelle « dans la Médina de Rabat, où la superficie est plus petite qu’à Marrakech ou Fès, la ville arrivera rapidement à saturation et la spéculation pourra alors commencer ».
À Rabat comme à Marrakech, les problèmes de voisinage avec les nouveaux acquéreurs ont déjà commencé, et ce avant même que les nouveaux locataires débarquent de l’Hexagone. Les travaux que les étrangers entreprennent dans les maisons traditionnelles dénotent de la folie des grandeurs. Sous l’œil passif des autorités locales, certains construisent dans le non-respect de la loi. Les travaux causent des dommages énormes aux murs des voisins qui n’ont pas le bras aussi long pour porter plainte chez le caïd du coin. Dans la médina de Rabat, les habitants d’un quartier parlent même d’une autorisation du caïd pour le travail nocturne, dans une maison achetée par un étranger. Les travaux qui durent depuis le mois de juillet dernier constituent le calvaire quotidien des habitants. La liste des irrégularités ne s’arrête pas, de l’élévation vertigineuse qui cache le soleil aux maisons voisines, à l’endommagement et les fissures sur les murs des voisins, sans parler de la défiguration du cadre architectural local.
La formule de bon voisinage traditionnelle en place a été transgressée par les nouveaux arrivants qui ne demandent même pas l’autorisation des voisins mitoyens, selon le mode de construction traditionnelle. Les architectes aussi ont une connaissance quasi nulle des techniques de construction traditionnelle. Ils ne jurent que par le béton qui ne résiste pas au fort taux d’humidité de l’ancienne médina de Rabat proche de la mer. Même chose à Marrakech, le béton n’est pas aussi isolant que la terre et la brique traditionnelle, du coup la climatisation et les cheminées sont utilisées à outrance. A Marrakech, selon un habitant de la ville : « si la frénésie continue, un jour, on verra le commissariat de Djemââ el Fna se transformer en maison d’hôte et les cellules de garde à vue facturées à 2000 DH la nuitée. Pourquoi pas, puisque Alfred Hitchcock y avait tourné un film ».
Mon Riad à tout prix
Sur le moteur de recherche Google, dès que vous lancez le mot Marrakech, le premier résultat qui s’affiche sur l’écran est « location de raids et maisons d’hôtes ». Comme si toute l’histoire de la ville ocre se limitait à un séjour dans un Riad. D’ailleurs la majorité des raids et des maisons d’hôte appartiennent à des étrangers et des binationaux.
Selon un responsable à la Wilaya de Marrakech, le phénomène des raids a pris de l’ampleur vers 1999. Actuellement les nouveaux acquéreurs ne se contentent plus d’acheter un Riad, certains achètent toutes les maisons environnantes. Dans certains quartiers, il ne reste que la mosquée, le hammam et le four traditionnel, s’ils ne sont pas encore vendus, c’est qu’ils appartiennent à la nidara des habous.
On constate de plus en plus une défiguration du cadre traditionnel de la ville, on ne se contente plus de restaurer, c’est un autre style qui est en train de naître qui n’a rien à voir avec l’architecture traditionnelle de la ville.
Ce phénomène a brisé la mixité sociale qui existait dans la médina. Avant on retrouvait un grand Riad à côté d’une douiriya et une maison simple. Toutes les classes sociales cohabitaient. Un mécanisme de solidarité fonctionnait aussi. On retrouvait l’artisan, le commerçant, le juge… Aujourd’hui, ce système social a été brisé.
Une autre particularité a été transgressée, toutes les maisons traditionnelles n’avaient pas de fenêtres sur la rue, elles donnaient sur la cour intérieure. Actuellement, tous les raids ont des fenêtres sur la rue. En plus des terrasses qui étaient avant inaccessibles, personne n’était autorisé à y faire des travaux sans l’accord de ses voisins. Aujourd’hui sur les terrasses, c’est tout un univers qui s’est installé avec piscine, pergola, tente… Selon une source bien informée, en 1997, la Wilaya de Marrakech avait proposé au ministère du Tourisme via le ministère de l’Intérieur une réglementation des maisons d’hôtes et raids.
Des particuliers vivant en France louent les raids de l’étranger, il n y a qu’un employé de maison sur place qui va chercher le touriste à l’aéroport, il n’y a aucun registre de séjour qui peut être consulté par la police. Les particuliers qui pratiquent ce genre de location ne payent aucune taxe, pire encore ils font de la concurrence déloyale à ceux qui payent les impôts et taxes touristiques.
Les maisons d’hôtes autorisées sont régulièrement contrôlées par les autorités. En 1997, il y avait plus de 300 maisons d’hôtes dans la médina de Marrakech. Aujourd’hui, ce nombre a été multiplié par quatre. Le phénomène de l’installation des étrangers à Marrakech n’est pas nouveau. Depuis 1979, un Américain qui possédait une galerie d’art, avait élu domicile dans l’ancienne médina, au quartier Rmila. La « Maison Arabe » était un des premiers restaurants à ouvrir dans la ville, mais depuis lors, tout a changé.
Des vivants et des morts
Aujourd’hui, le seul bout de terrain nu qui reste dans la médina, est un petit cimetière à Boutoueil. Le cimetière de Marrakech de Bab Doukala se trouve au cœur de la ville. Sera t-il un jour convoité par la « mafia » du bâtiment comme le reste de la ville ? Les terrains des habous dans la ville ne manquent pas. Sur certaines parcelles, la nidara des habous de Marrakech avait construit des immeubles dans les années quatre vingt avant la flambée des prix. Certains craignent aujourd’hui que les quelques mètres concédés aux morts soient convoités tôt ou tard au nom du développement touristique. Les morts seront-ils délogés ailleurs, les vivants n’ont-ils pas la priorité sur les morts ?
Le scandale de la passation au privé de l’hôtel Essaidi nous en dit long sur la spéculation foncière et la corruption au sein des instances locales à Marrakech. Ironie du sort, le pacha El Glaoui, ancien gouverneur de la ville à l’époque coloniale, vient de marquer un point, 60 ans après sa mort, contre son ennemi juré à Marrakech, le parti de l’Istiqlal. Le pacha El Glaoui avait promulgué un arrêté dans les années trente, pour la restitution après 75 ans d’exploitation des biens achetés par des étrangers à Marrakech, l’hôtel Essaidi et son casino avaient été restitués à la municipalité de Marrakech, il y a quelques années dans le cadre de cette loi. Aujourd’hui, la société civile à Marrakech appelle à promulguer une loi pareille. Le PJD appelle ouvertement à instaurer un cadre légal. Il y a quelques semaines de cela, plus de 500 personnes avaient manifesté devant le palais de la municipalité de Marrakech pour dénoncer le manque de transparence dans la privatisation des biens publics à Marrakech. Selon une source officielle à Marrakech, parmi les irrégularités recensées dans l’ancienne médina se trouve le non-respect de la hauteur réglementaire. Certains riads reconstruits bloquent les rayons de soleil sur les maisons voisines. Le cas le plus flagrant, nous l’avons rencontré à Rabat non loin de la rue des consuls, où un nouvel acquéreur d’une maison traditionnelle, bardé de recommandations en tout genre mais sans autorisation aucune, a tout rasé et construit, défigurant ainsi toute une rue, sans parler des dommages infligés aux murs des maisons voisines. Les habitants du quartier se demandent d’ailleurs sur quels critères, la municipalité laisse ce genre de pratiques se propager, surtout que Rabat ne connaît pas encore la folie des grandeurs de Marrakech.
Réactions
La question de « cette invasion » programmée inquiète au plus haut point les citoyens et la société civile, alors que du côté des politiques, c’est le silence radio. Si le PJD affiche ouvertement une position claire face à ce phénomène, les autres partis politiques n’osent même pas soulever le problème. À part les partis de la gauche radicale qui se sont impliqués via leurs militants de Marrakech dans des ONG des droits de l’Homme et les coordinations de lutte contre la hausse des prix. Aucun parti n’ose faire campagne sur ce sujet.
Selon Ali Lotfi, membre du bureau politique du parti socialiste et secrétaire général de l’Organisation démocratique du travail : « il est difficile de faire campagne pour les municipales ou les législatives sur ce sujet. La majorité des habitants de ces quartiers sont dans le besoin et espèrent tous tirer profit de la transaction en cédant leurs demeures à des étrangers ». Pour l’USFP, le parti n’a pas soulevé cette question. À quelques mois des élections législatives, un groupe de cadre du parti avait envisagé de soumettre cette question au débat.
Finalement, la question n’a pas été débattue, selon Taha Balafrej, membre du Conseil national de l’USFP : « la classe moyenne Marocaine doit prendre ses responsabilités et intervenir pour conserver ce patrimoine au lieu de le laisser aux mains des étrangers. Il faut signaler que l’intervention des étrangers avait permis de sauver les maisons en ruine. En France, les Anglais font la même chose que les Français à Marrakech ».
La mafia s’installe à Marrakech
L’affaire Pierre Henry Martzloff, avait secoué la communauté française de Marrakech en 2006. Le démantèlement de ce réseau spécialisé dans le crime organisé à l’échelle internationale avait permis la saisie de 23 véhicules de luxe sur plus de 300 circulant au Maroc. 108 cachets humides de préfets, maires, conseillers et gradés en douane de différents pays, des plaques d’immatriculation, des certificats d’admission temporaire, des permis de conduire, des cartes d’identité et des passeports étrangers vierges et des statuts de sociétés écran, ont également été saisis. C’est un agent immobilier, de nationalité française, qui avait déposé une plainte contre P.H. Martzloff pour escroquerie. Le réseau comprendrait 1 Algérien, 14 Français, 1 Allemand, 2 Asiatiques, 2 Portugais, 2 Espagnols et 9 Marocains. Près de 300 voitures de luxe, circulent dans le royaume sous une fausse identité. Elles ont été volées à l’étranger et admises dans les règles de l’art au Maroc où elles ont été écoulées à des prix forts sans aucune inquiétude.
Des chiffres qui en disent long
Chaque année, quelque 600.000 touristes français séjournent à Marrakech, avec une augmentation de 18% par an. Plus de 4300 Français, sur un total de 32.000 immatriculés au Maroc résident officiellement à Marrakech. Le nombre de Français non inscrits au consulat de France de la ville est estimé à près de 2000. Face à cette situation, le groupe scolaire français Victor Hugo/Auguste Renoir, où sont scolarisés quelque 1400 élèves, français et marocains est arrivé à saturation. Cette déferlante étrangère a aussi son lot d’incidents notables. Plusieurs Français sont actuellement détenus à Marrakech pour divers motifs et trois homicides ont été signalés en 2007. À ce jour, 700 riads de la médina auraient ainsi été retapés, dont 400 sont devenus des maisons d’hôtes. 500 riads de la ville sont passés aux mains d’étrangers. Attirés au début par les prix bas, entre 150.000 et 600.000 Euros à l’origine pour des maisons de 150 à 400 mètres carrés. La flambée des prix a atteint aujourd’hui les limites du raisonnable.
Des maisons closes de luxe
Plusieurs cas de tournage de films pornographiques et des réseaux de prostitution de luxe ont été démantelés par les services de police à Marrakech. Les cas de pédophilie et d’abus sexuels sur des enfants ont été signalés aussi. Sur ce registre, l’antenne à Marrakech de l’association « Ne touche pas à mon enfant » mène une lutte sans merci contre ce phénomène. L’avocat de l’association, Me Errachidi, se porte volontaire pour représenter les familles des victimes de la pédophilie dans la ville.
Le cas le plus connu est celui de Jack Henri Soummere en 2006. Selon Khalid Cherkaoui Semmouni, coordinateur du COCASSE (Coalisation Contre les Abus Sexuels sur les Enfants) « depuis que la société civile s’est mobilisée contre le phénomène de la pédophilie et du tourisme sexuel, les étrangers impliqués dans ces délits ne sont plus relâchés facilement, ils écopent désormais de lourdes peines de prison. Mais pas si l’affaire n’est pas médiatisée ».
Dégâts collatéraux
De l’aveu même du maire de Marrakech, Omar Jazouli, la ville est devenue aussi chère que Paris. La plupart des acteurs économiques ne respectent aucune éthique en matière de prix. Beaucoup de restaurants ont augmenté considérablement leurs prix. Certains restaurants marocains vendent le couvert entre 800 et 1200 dirhams. La même tendance à la hausse est observée dans les cafés où un cappuccino coûte 35 dirhams. Les hôtels ne sont pas en reste, les touristes européens paient 500 euros pour la semaine en demi-pension, les Marocains déboursent jusqu’à 2.200 dirhams par nuit, sans aucune garantie quant à la qualité des prestations. Le pire, c’est que même les hôtels non classés de Djemâa El Fna facturent la chambre à 250 DH pour une qualité de service zéro.
Source : Gazette du Maroc - Mohamed El Hamraoui
Salut Hajr,
je parlais de sensibiliser les médias marocains et le gouvernement contre des choses graves uniquement et non les médias Français qui n'ont que faire de ce qui se passe dans nos lointains horizon.

Bonne soiréé
Citation
Samiralda a écrit:
Salut Hajr,
je parlais de sensibiliser les médias marocains et le gouvernement contre des choses graves uniquement et non les médias Français qui n'ont que faire de ce qui se passe dans nos lointains horizon.

Bonne soiréé

Bonsoir Madame Samiralda
Je pense que je n'ai en aucun cas critiqué négativement votre intervention, sujet du thème que vous avez lancé et qui fait l'objet de ce débat que vous avez souhaité ce qui est à votre honneur. J'ai juste émis un point de vue différent du votre sur quelques aspects du thème . Le droit à la différence d'opinion est il une critique négative ?
Le seul grief que j'avais à l'égard de votre discussion, était celui relatif a inciter d'autres a filmer et envoyer des trucs aux médias étrangers...C'est discutable...Nous sommes quand même un état souverain qui a ses institutions législatives, exécutives et juridictionnelles .
Remarquez que toute personne qui lirait votre premier post et interventions suivantes, penserait au premier abord que vous mettez en cause la fiabilité et la crédibilité des institutions et des services de notre pays . Ce ci dit je n'affirme pas que cette fiabilité est parfaite, mais dites moi dans quel pays elle l'est à 100%...
Enfin là dans votre dernière livraison, bien étayée, votre mise au point a dissipé tant de malentendus et j'en suis ravi .

D'autre part je tiens a signaler que ma précédente intervention, n'était pas à votre adresse, mais à celle de Al bahr ...Relisez ce qu'il a écrit, comment il a commenté avec zéle ma contribution et jugez honnêtement, vous trouverez bien là où il a dévié de la bienséance de la discussion qui normalement aurait du centrer sur le thème la Sauvegarde des Ryads et la protection de leurs propriétaires contre la rapacité des acquéreurs malveillants et la voracité et les manœuvres frauduleuses des intermédiaires ( ESMASRIYA) .Malheureusement on s'est éloigné des Ryads, un peu trop ...Je le lui répète encore , je suis de la campagne reculée et fier de l'être....La campagne reculée, c'est le Maroc profond qui fait la force de ce pays, c'est sa richesse inestimable . Traiter les étrangers et les juifs de cette manière en généralisant c'est aller contre la culture ancrée de tolérance qu'on vit depuis longtemps dans notre pays et qui le distingue positivement de tant d'autres voisins jaloux et envieux . Une tolérance que prêchent à raison et avec conviction nos responsables au plus haut niveau ...
Une petite remarque, le thème a été noyé dans trop de généralités. Parlons nous ici de "la Sauvegarde de nos Ryads et de notre patrimoine" (intitulé de ton topic) ou du problème d'intégration en France, de la dégradation des mœurs dans nos villes, des crimes , des délits et autres faits divers qu'on trouve dans toutes les sociétés du monde ????? .En tout cas ne me dites pas que ces phénomènes sociaux n' ont vu le jour dans nos villes que depuis que ces étrangers ont acquis ces Ryads...Sinon il fallait ouvrir une autre rubrique pour en parler de ces phénomènes et en discuter à part , loin du thème de la Sauvegarde des Ryads et de notre patrimoine.
Il y a peut être du vrai dans ce qu'on vous a raconté, mais de là jusqu'à dramatiser et a généraliser...Moi je ne me fie pas beaucoup au témoignage par ouïe dire ni aux écrits de certains journalistes et activistes zélés qui exagèrent et agissent souvent par intérêt ou sur commande...
Ne pas habiter dans une ville où il y a des Ryads ne m'enlève pas le droit de m'intéresser au sujet et d'en discuter.Débattre ce thème n'est il pas le but de votre topic, sinon pourquoi l'avoir créé? ...Tout le patrimoine marocain avec sa diversité et sa spécificité où qu'il soit, est élément constitutif de mon identité ...
Enfin, Re enfin ...je ne suis pas venu pour polémiquer , loin de moi cette idée, mais juste animer le débat que vous avez lancé...aussi je tire ma révérence en vous souhaitant une bonne continuation et du succès pour votre rubrique...Amicalement



Modifié 1 fois. Dernière modification le 15/10/10 01:07 par HJAR EDDIB.
Merci Samiralda pour ce texte qui a le mérite de proposer des chiffres et des faits concrets, bien que toujours discutables.

Il est vrai que pour traiter un sujet ou un thème, une base de travail est toujours nécessaire et ce constat me parait fort à propos. il montre s'il en est à quel point notre société (marocaine) est entré dans la mondialisation et la globalisation et à quel point nous devons rester vigilant quant aux influences négatives qu'exercent sur nos compatriote les différentes vagues de développement issues des périodes coloniales et des nouvelles tendances en terme d'investissement.

Je dirais en substance que :
1°) chaque marocain qui vend son bien doit se réferer aux différentes sources qui permettent d'évaluer la valeur de leur bien. L'état, les institutions ainsi que les professionnels (notaires, agences immobilières, avocats) se doivent d'informer les marocains au mieux afin que les transactions se fassent dans la plus grande clarté.

2°) à l'image de ce qui se passe dans certaines villes et je pense à Casa ou à Fès, il devrait y avoir la possibilité de faire signer une charte afin que les acheteurs s'engagent à respecter l'harmonie, l'histoire, la vie du quartier et de ses habitants, la dignité... etc... etc... Nous disposons par ailleurs de véritables compétences en matière artisanale et nous devrions les mettre en valeur dans ce cas précis.

Evidemment concernant les acquisitions de biens à forte valeur patrimoniale, une attention particulière doit être portée sur les projets de rénovation et la teneur des travaux, ainsi que les prestataires en charge de leur exécution. En principe, aujourd'hui, il est bcp plus difficile de détruire une maison ancienne mais, cela soulève des questions beaucoup plus graves telles "rechoua" et les différentes formes d'influences exercées par les investisseurs afin d'obtenir tel ou tel droit de détruire / construire.


Je voudrais terminer par ce desastre humain qu'est l'importation de pratiques sexuelles inadmissible en territoire musulman et dans un pays historiquement ouvert et hospitalier. Il faut bien comprendre que la misère de certains de nos compatriotes en est la raison essentielle. On pourrait bien poursuivre ces gens qui salissent notre image dans tout le monde arabo-musulman, mais si nous ne faisons pas l'effort de traiter le problème à la base, il y aura forcément d'autres formes de dégradation humaines qui s'installeront en lieu et place. Les pays occidentaux ont bien installé des caméras dans les rues, pourquoi n'en ferions nous pas autant ? pourquoi n'y aurait-il pas un déclic de la communauté pour dénoncer et chasser tous ceux (étrangers et marocains) qui participent à ce véritable esclavage moderne ?

Bien cordialement
 
Facebook