News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion
Saoud innocent ?
10 décembre 2006 16:37
Mohamed Saoud ce conseiller condamné pour corruption clame l'injustice du fait que les conseillers pris au piège aient été choisi à certaines fins politiques..est-il innocent pour autant..? A -t- il oui ou non fait dans la corruption éléctorale..? Son blog: [www.saoud.be]
col_asu [ MP ]
10 décembre 2006 16:43
moi je ne le crois pas
yakin [ MP ]
10 décembre 2006 16:54
Citation
le citoyen a écrit:
Mohamed Saoud ce conseiller condamné pour corruption clame l'injustice du fait que les conseillers pris au piège aient été choisi à certaines fins politiques..est-il innocent pour autant..? A -t- il oui ou non fait dans la corruption éléctorale..? Son blog: [www.saoud.be]
Six Marocains sur dix corrupteurs:
Transparency International et Gallup viennent de remettre douloureusement le doigt dessus avec leur dernier Baromètre mondial. 60% des Marocains ont versé des pots-de vin en 2006. Six Marocains sur dix se sont retrouvés dans l’obligation de corrompre, en toute première ligne, la police, suivie de la Justice et de la Santé. Ils ont même dû «soudoyer» les partis politiques, les impôts, l’armée… et les médias, ces prêcheurs de bonne parole!!
· Le baromètre mondial classe le Maroc en 2e position après l’Albanie
· La Police, la Justice et la Santé, les secteurs les plus touchés
· L’armée, les impôts et les médias aussi!

La police, la justice, la santé mais aussi les partis politiques et le pouvoir législatif sont les secteurs les plus exposés à la corruption au Maroc. Ce constat a été révélé lors de la présentation des résultats du Baromètre global sur la corruption de Transparency International pour 2006.
Et ce ne sont pas les seuls secteurs incriminés. Un cran légèrement au-dessous mais tout autant mouillés, l’armée, les impôts, le secteur privé ou encore les médias pourtant censés donner l’exemple ou du moins montrer la voie à suivre. Mais c’est la police qui décroche la timbale de la plus grande corrompue dans l’étude menée par Transparency et cela dans pratiquement tous les pays de la zone Afrique. Dans le reste du monde, ce sont les partis politiques qui sont considérés comme étant les plus «véreux» en deuxième position. Rien de bien réjouissant pour le Maroc, surtout si l’on sait que le Baromètre mondial le classe comme étant le 2e pays le plus exposé à la corruption dans l’échantillon mondial retenu après l’Albanie. Résultat, au Maroc, inclus pour la première fois dans cette opération, 60% des personnes interrogées ont indiqué qu’elles étaient (elles ou un membre de leur famille) dans l’obligation de recourir à la corruption au cours des 12 mois précédant l’enquête. En d’autres termes, six Marocains sur dix ont versé des pots-de-vin en 2006.
Par classement pays, le Maroc occupe la seconde place (2e pays le plus exposé). Le système d’appréciation se fait selon une échelle de 1 à 5; la note 1 «signifie totalement non affecté par la corruption et 5 extrêmement touché». Sur cette base, une note égale ou supérieure à 4 a été attribuée à trois secteurs marocains: la police (4,2), la santé (4) et les services publics administratifs (4,1). Pour la vie politique, les partis et les parlementaires ont reçu la note 3,5. Les services utilitaires (téléphone, eau, électricité…) et religieux sont les plus «clean», selon l’enquête. «Ces résultas confirment notre point de vue sur l’ampleur de la corruption au Maroc», précise Azzddine Akesbi, secrétaire général de Transparency Maroc (TM). Selon lui «Il existe une forte corrélation entre les conclusions de cette enquête avec les indices de perception de la corruption publiés par Trancsparency International sur le Maroc».
A propos des efforts déployés pour moraliser la vie publique, uniquement 20% des Marocains approuvent le travail du gouvernement, 39% le jugent inefficace et 15% considèrent que l’Etat encourage même la corruption. Il s’agit de la quatrième édition d’un sondage effectué par l’agence Gallup international destiné à mesurer la pratique de la corruption au sein de la société. L’enquête de cette année a permis de sonder 59.000 personnes dans 62 pays. «Effectivement, les pouvoirs publics ont l’intention de lutter contre la corruption, mais il faut le concrétiser sur le terrain», souligne le SG de TM. Ce dernier réclame également l’implication de son organisation dans la préparation des projets de loi pour combattre ce fléau. A titre d’exemple, il rappelle que l’ONG n’a pas été associée à la préparation du projet de loi sur la déclaration du patrimoine. Il regrette ce manque de concertation malgré l’engagement du gouvernement. Pour le choix de l’organe qui se chargera du contrôle, TM insiste sur les facteurs de compétence et d’indépendance. «Le choix de la Cour des Comptes est en tout cas meilleur que celui d’une instance dans laquelle les agents n’ont pas le statut de magistrat».
Source : L'ECONOMISTE (http://www.leconomiste.com/)
10 décembre 2006 18:21
En somme il voudrait que tous les parlementaires marocains soient condamnés pour une meilleure justice et pas seulement lui et ceux (une dizaine) qui ont été condamné..?!
10 décembre 2006 18:49
Citation
yakin a écrit:
Citation
le citoyen a écrit:
Mohamed Saoud ce conseiller condamné pour corruption clame l'injustice du fait que les conseillers pris au piège aient été choisi à certaines fins politiques..est-il innocent pour autant..? A -t- il oui ou non fait dans la corruption éléctorale..? Son blog: [www.saoud.be]
Six Marocains sur dix corrupteurs:
Transparency International et Gallup viennent de remettre douloureusement le doigt dessus avec leur dernier Baromètre mondial. 60% des Marocains ont versé des pots-de vin en 2006. Six Marocains sur dix se sont retrouvés dans l’obligation de corrompre, en toute première ligne, la police, suivie de la Justice et de la Santé. Ils ont même dû «soudoyer» les partis politiques, les impôts, l’armée… et les médias, ces prêcheurs de bonne parole!!
· Le baromètre mondial classe le Maroc en 2e position après l’Albanie
· La Police, la Justice et la Santé, les secteurs les plus touchés
· L’armée, les impôts et les médias aussi!

La police, la justice, la santé mais aussi les partis politiques et le pouvoir législatif sont les secteurs les plus exposés à la corruption au Maroc. Ce constat a été révélé lors de la présentation des résultats du Baromètre global sur la corruption de Transparency International pour 2006.
Et ce ne sont pas les seuls secteurs incriminés. Un cran légèrement au-dessous mais tout autant mouillés, l’armée, les impôts, le secteur privé ou encore les médias pourtant censés donner l’exemple ou du moins montrer la voie à suivre. Mais c’est la police qui décroche la timbale de la plus grande corrompue dans l’étude menée par Transparency et cela dans pratiquement tous les pays de la zone Afrique. Dans le reste du monde, ce sont les partis politiques qui sont considérés comme étant les plus «véreux» en deuxième position. Rien de bien réjouissant pour le Maroc, surtout si l’on sait que le Baromètre mondial le classe comme étant le 2e pays le plus exposé à la corruption dans l’échantillon mondial retenu après l’Albanie. Résultat, au Maroc, inclus pour la première fois dans cette opération, 60% des personnes interrogées ont indiqué qu’elles étaient (elles ou un membre de leur famille) dans l’obligation de recourir à la corruption au cours des 12 mois précédant l’enquête. En d’autres termes, six Marocains sur dix ont versé des pots-de-vin en 2006.
Par classement pays, le Maroc occupe la seconde place (2e pays le plus exposé). Le système d’appréciation se fait selon une échelle de 1 à 5; la note 1 «signifie totalement non affecté par la corruption et 5 extrêmement touché». Sur cette base, une note égale ou supérieure à 4 a été attribuée à trois secteurs marocains: la police (4,2), la santé (4) et les services publics administratifs (4,1). Pour la vie politique, les partis et les parlementaires ont reçu la note 3,5. Les services utilitaires (téléphone, eau, électricité…) et religieux sont les plus «clean», selon l’enquête. «Ces résultas confirment notre point de vue sur l’ampleur de la corruption au Maroc», précise Azzddine Akesbi, secrétaire général de Transparency Maroc (TM). Selon lui «Il existe une forte corrélation entre les conclusions de cette enquête avec les indices de perception de la corruption publiés par Trancsparency International sur le Maroc».
A propos des efforts déployés pour moraliser la vie publique, uniquement 20% des Marocains approuvent le travail du gouvernement, 39% le jugent inefficace et 15% considèrent que l’Etat encourage même la corruption. Il s’agit de la quatrième édition d’un sondage effectué par l’agence Gallup international destiné à mesurer la pratique de la corruption au sein de la société. L’enquête de cette année a permis de sonder 59.000 personnes dans 62 pays. «Effectivement, les pouvoirs publics ont l’intention de lutter contre la corruption, mais il faut le concrétiser sur le terrain», souligne le SG de TM. Ce dernier réclame également l’implication de son organisation dans la préparation des projets de loi pour combattre ce fléau. A titre d’exemple, il rappelle que l’ONG n’a pas été associée à la préparation du projet de loi sur la déclaration du patrimoine. Il regrette ce manque de concertation malgré l’engagement du gouvernement. Pour le choix de l’organe qui se chargera du contrôle, TM insiste sur les facteurs de compétence et d’indépendance. «Le choix de la Cour des Comptes est en tout cas meilleur que celui d’une instance dans laquelle les agents n’ont pas le statut de magistrat».
Source : L'ECONOMISTE (http://www.leconomiste.com/)

"15% pensent que l'Etat encourage la corruption"..c'est extrêmement grave et très honteux pour tout Etat qui se respecte...Par ailleurs, Saoud voudrait pouvoir profiter de la corruption généralisée et encouragée au Maroc comme 'tout le monde' pour gravir les échelon sociaux...Le Maroc est vraiment dans le pétrin!



Modifié 2 fois. Dernière modification le 10/12/06 18:52 par le citoyen.
demha [ MP ]
11 décembre 2006 20:18
Dans ce bolg il est dit :

elle ( la justice ) estime que les écoutes sont légales car j’ai attenté à la sûreté de l’état.

--- Les écoutes sont parfaitement LEGALES selon la dernière loi sur le terrorismeadoptée par le maroc après les évènements de casa
11 décembre 2006 20:28
..le plus important est de savoir si oui ou non il a proposé une corruption au téléphone...c'est important je crois..jusque là on pense que son problème c'est juste qu'il ne veut pas être un bouc émissaire..il voudrait que tous les parlementaires puissent se retrouver en prison car tous coupables sauf qu'ils ne sont pas tombés dans le piège "sélectif" de la police...
demha [ MP ]
11 décembre 2006 20:32
le citoyen :

..le plus important est de savoir si oui ou non il a proposé une corruption au téléphone...

--- à mon avis seul le parquet et son avocat peuvent répondre à cette question... et aussi l'intéressé !
11 décembre 2006 21:00
Mais lui, il ne dit pas que l'enregistrement c'est du bidon..il dit en gros qu'il n'est pas le seul c'est tout, enfin je crois...Quand au parquet, disons qu'il n'est pas très crédible aux yeux de l'opinion publique puisque c'est une affaire politique..et comme on est au Maroc...
keazy2 [ MP ]
13 décembre 2006 20:00
Quelle sera votre reponse a un gendarme qui vous demande de l argent rien que de l'argent et refuse de "kaiid" comme il dis ,refuse de vous dresser un P.V ?? que dire d'un flic qui vous accuse d'eccés de vitesse?? etc....etc...
15 décembre 2006 21:15
Citation
demha a écrit:
le citoyen :

..le plus important est de savoir si oui ou non il a proposé une corruption au téléphone...

--- à mon avis seul le parquet et son avocat peuvent répondre à cette question... et aussi l'intéressé !

Il faut dire qu'il y a aussi un petit hic..le seul de la bande à avoir été innocenté c'est un membre de l'USFP le parti de Mr Bouzoubaâ le ministre de la justice...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 15/12/06 21:44 par le citoyen.
16 décembre 2006 09:55
..le conseiller acquitté c'est Mohamed Benmasoud un membre de l'USFP le parti de Mr Bouzoubaâ le ministre de la "justice marocaine"..



Modifié 2 fois. Dernière modification le 16/12/06 11:00 par le citoyen.
16 décembre 2006 10:59
Cela ne veut pas dire que Saoud est innocent, mais ça veut dire quant même que tout ça n'est que mascarade saupoudrée de quelques réglements de comptes, et donc au fond rien n'a changé, au contraire..la corruption continue...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 16/12/06 11:00 par le citoyen.
18 décembre 2006 12:10
Merci citoyan, tu as résumé le problème.

On n'est pas une démocratie, alors cessons de faire comme si ...

Avons-nous choisi nos dirigeants, les vrais ?

Avons-nous une justice, une vraie ?

Avons-nous des partis, des vrais ?

Avons-nous une presse, une vraie ?

A défaut de tout cela, n'attisons pas le feu en désigant quelques uns à la vindicte publique qui, d'ailleurs, s'en fout !!!

Nous avons une catégorie de Marocains au dessus des lois (les grands), une autre catégorie à la disposition de la loi (les moyens, ministres, militaires et députés) et une troisième pote,ntiellement hors la loi (tous les autres, vous et moi).

Alors franchement...
20 décembre 2006 20:07
Le chef du parti de l'Istiqlal a déclaré que tous les parlementaires sans exception ont utilisé l'argent sale et que les écoutes téléphoniques étaient illégales...Hum...on s'énerve on dirait..la tension monte...La question philosophique est: comment peut-on régler ce problème sans les écoutes téléphoniques..? Et puis, si les écoutes prouvent la corruption n'est ce pas une bonne chose..?
 
Facebook
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X