Quand les marocains reduisaient les "blancs" en esclavage
Les tribulations d' un Français

AU MAROC

Les pirates de Salé. - Un marché d' esclaves. - Comment les Marocains reconnaissaient les gens de condition. - Le galant Mouette. - Ses tristes aventures. - Un sultan sanguinaire. - La révolte de Moulaï-Mohammed. - Dix ans au rivage du Maure. - Marocains du temps de Louis XIV et Marocains d' aujourd' hui.

Nous n' allons point ressasser ici cette insupportable question marocaine, déplorer, une fois de plus, l' incohérence de la politique européenne qui encourage Abdel-Aziz dans sa faiblesse, Moulaï-Hafid dans son audace, Raisouli dans ses brigandages et toutes ces tribus de l' Est et du Sud dans leurs exactions contre nous. Nos députés nous ont, sur ce point, copieusement servis ces jours derniers. Nous sommes saturés de la question marocaine... Nous avons du Maroc par-dessus la tête...
Et cependant l' actualité veut que nous parlions du Maroc... Mais laissons le Maroc d' aujourd' hui et parlons du Maroc d' autrefois. Car ce n' est point, d' à présent que nous avons maille à partir avec les turbulentes tribus de ce pays, et l' amiral Philibert, qui bombarda Casablanca en 1907, non plus que le prince de Joinville, qui bombarda Tanger en 1844, ne furent les premiers marins français qui châtièrent les habitants de ces côtes inhospitalières...
Au dix-septième siècle, les Marocains avaient excité déjà la colère du gouvernement français, et Louis XIV envoyait l' amiral de Château-Renaud avec quelques navires bombarder la ville de Salé, repaire de la piraterie marocaine.
A vrai dire, les pirates d' alors n' étaient pas plus barbares que les Marocains d' aujourd' hui. Ils respectaient, du moins, la vie des Européens et ne faisaient des prisonniers que pour en tirer profit.
Embusqués sur les côtes, avec leurs barques rapides ils se jetaient à la poursuite de tout bateau marchand qui passait à l' horizon, montaient à l' abordage et ramenaient leur butin dans le port de Salé, où se trouvait le grand marché des enclaves chrétiens.
Un Français du nom de Mouette, pris ainsi par les pirates et emmené en esclavage, nous a laissé le récit de ses tribulations au pays marocain. Il était parti de Dieppe, au mois d' Octobre 1670, avec d' autres passagers, à bord d' un vaisseau qui faisait voile pour les îles Caraïbes. En vue de Madère, ce bâtiment fut assailli par deux navires de pirates marocains qui s' en emparèrent et le conduisirent à Salé. Le marché des esclaves s' y tenait d' une manière permanente. Passagers et matelots de l' équipage y furent conduits incontinent.
Mouette raconte que les acheteurs s' y pressaient, nombreux, et qu' ils examinaient surtout les mains des esclaves qu' on leur présentait. Plus les mains étaient fines, plus l' esclave avait de valeur à leurs yeux. Et ce détail prouve que ces mécréants ne manquaient point d' un certain sens d' observation. Les mains fines, en effet, étaient celles des gens de noblesse ou de bonne extraction dont ils pourraient exiger de fortes rançons.
Sur le bateau où fut pris Mouette, se trouvaient un chevalier de Malte et sa mère, qui trouvèrent acheteurs à 1,500 écus. Mouette, apparemment, avait les mains moins fines que celles de ses deux compagnons de voyage et d' infortune, car le Marocain qui l' acheta ne le paya que 360 écus.

***
Ce Marocain s' appelait Maraxchi. C' était un bon bourgeois de la ville de Salé. Il emmena chez lui son esclave et le présenta à sa femme qui, au rapport de notre homme, se montra fort aimable et lui offrit du pain, du beurre, des dattes et du miel. .
Maraxchi lui-même n' était pas mauvais homme. Il releva le moral abattu du chrétien et l' engagea à songer à sa rançon.
- As-tu de l' argent, dit-il à Mouette, et peux-tu te racheter ?...
Notre homme avait, en France, quelque bien ; mais dans l' espoir d' obtenir sa liberté à meilleur compte, il déclara qu' il était sans fortune. Alors le Marocain lui conseilla d' écrire à sa famille, et, le brutal intérêt reprenant le dessus, il ajouta
- Je te préviens que si tu ne réussis pas, je te ferai enchaîner comme un chien et jeter dans un cachot.
Cette menace fit réfléchir Mouette. Il s' empressa d' écrire à son frère en le priant d' emprunter quatre ou cinq cents écus pour payer sa rançon.
Le captif n' avait d' ailleurs pas à se plaindre de sa condition. Son plus rude travail était de moudre le grain au moyen du moulin à bras en usage dans le pays.
Et même, comme cette occupation lui déplaisait, il obtint d' en être dispensé et n' eut plus rien autre chose à faire que de veiller sur l' enfant de la maison.
La femme du Marocain s' était prise de sympathie pour son esclave.
« Je captivai si bien ma maîtresse, dit Mouette, qu' elle m' offrit en mariage sa nièce, riche et belle, si je voulais abjurer et embrasser la religion musulmane. Je refusai cette proposition en répondant, avec galanterie, que je n' aurais pas montré tant de fermeté si elle-même eût été le prix de ma conversion... »
Malheureusement pour le galant Mouette, sa condition allait subir un cruel changement. Il avait été acheté non par Maraxchi seul, mais par une sorte de syndicat qui spéculait sur le rachat des esclaves. L' un des membres de ce syndicat, un certain Ben-Hamet, homme barbare et impitoyable pour les chrétiens, ayant constaté que son associé ne tirait qu' un mince parti de l' esclave qui lui était échu en partage, réclama Mouette afin, dit-il, d' exiger de lui un travail plus profitable à la propriété commune.
Maraxchi le céda. Et, dès lors, une existence atroce commença pour le captif.
On ne lui donnait que du pain noir pour toute nourriture, et, la nuit, on l' enfermait dans le mazmorra « cachot si affreux que les plus tristes prisons de l' Europe eussent paru des palais en comparaison ».
Ce mazmorra était une sorte de silo de forme circulaire, qui recevait l' air par une seule petite ouverture pratiquée au sommet et fermée par une trappe de fer. On faisait descendre les esclaves dans ce trou par une échelle de corde, puis on les rangeait en cercle, la tête au mur, les pieds au centre. Lorsque le cachot s' échauffait et que l' humidité s' exhalait, l' atmosphère y devenait intolérable.
Mouette rapporte que ses compagnons et lui étaient occupés surtout à des travaux de maçonnerie, et qu' on ne leur laissait pas un moment de repos, même pour manger. Tandis qu' ils tenaient leur pain noir d' une main, on les forçait à besogner de l' autre. La moindre faute, le plus petit arrêt dans le travail étaient punis d' une grêle de coups de bâton, et, quand les malheureux se plaignaient de quelque douleur, on leur administrait un remède aussi efficace que peu coûteux : on faisait rougir une barre de fer qu' on appliquait sur la partir malade... « On devine aisément, dit Mouette, que la plupart de mes compagnons aimaient mieux, ainsi que moi, souffrir sans se plaindre... »

Le Maroc fut, de tout temps, le pays des soulèvements, des guerres intestines, des révolutions de palais.
En ce temps-là, le sultan qui régnait à Fez se nommait Moulaï-Ismaïl. C' était une brute féroce, qui n' avait de joies que dans le massacre. Il prenait plaisir à tuer de sa main les gens qu' il avait condamnés à mort, les esclaves qui l' avaient mal servi, les femmes qui avaient cessé de lui plaire. Il fit, un jour, coudre un de ses ministres dans un sac et le fit traîner ainsi par les rues de sa capitale. Renouvelant les exploits de Néron il faisait battre les captifs chrétiens contre des bêtes féroces. En vingt ans de règne, disent les chroniques, il fit massacrer plus de vingt mille personnes.
Or, Moulaï-Ismaïl avait un fils que la tyrannie paternelle révoltait. Ce fils s' appelait Moulaï-Mohammed. Il portait en lui l' espoir des populations terrorisées et écrasées d' impôts. Un jour, il appela à lui ses partisans. Quarante mille hommes se rangèrent sous sa bannière. L' insurrection éclata.
Moulaï-Ismaïl lança contre Mohammed un autre fils qu' il avait eu d' une négresse esclave et qui se nommait Moulaï-Zidan.
Moulaï-Zidan s' empara, par traîtrise, de son frère et l' amena, pieds et poings liés, au sultan. Celui-ci appela le bourreau et, sous ses yeux, il lui ordonna de couper la main droite et le pied droit au rebelle. Mohammed ne tarda pas à mourir de ses blessures. Ses partisans, privés de leur chef, se débandèrent et se soumirent, et la révolte avorta.
Mais Ben-Hamet, le maître de Mouette, avait été dénoncé au sultan comme suspect de sympathie pour le vaincu. Moulaï-Ismaïl le manda à Fez et le somma de s' expliquer. Ben-Hamet, pressentant le sort qui lui était réservé, devint plus farouche encore que de coutume et fit subir à ses esclaves de si rudes traitements que plusieurs d' entre eux, le malheureux Mouette entre autres, faillirent périr sous ses coups.
Il les emmena à Fez avec lui et parut devant le sultan. Bien que coupable, il parvint à sauver sa tête ; mais tous ses biens furent confisqués. Ses esclaves devinrent, de ce fait, la propriété de l' empereur.
Tout ce qu' avait supporté Mouette jusqu' alors n' était rien auprès de ce qu' il allait avoir à souffrir.
Emmené à Méquinez avec ses compagnons d' infortune, il fut jeté dans une prison sans air et sans lumière. « Le gardien de cette prison, dit-il, était un nègre d' une stature prodigieuse, d' un aspect effroyable, dont la voix ressemblait aux hurlements de Cerbère, et qui tenait un bâton proportionné à sa taille gigantesque dont il salua chacun de nous à notre entrée.
» A la moindre négligence, au moindre signe de fatigue, il nous accablait de coups, et, s' il s' absentait, il laissait auprès dès malheureux esclaves des gardiens qui, jaloux. de prouver leur zèle se montraient plus féroces que lui et justifiaient, à son retour, leurs cruautés par des rapports toujours bien accueillis. A la voix du terrible noir les appelant au travail dès l' aube, les esclaves, exténués de fatigue, retrouvaient de la force et se disputaient à qui paraîtrait le premier, sachant bien que le dernier venu sentirait le poids du terrible bâton... »
Un jour, le sultan vint visiter les esclaves dans leur prison. Ils se jetèrent à ses pieds, lui montrèrent leurs blessures, implorèrent sa pitié. Moulaï-Ismaïl passa indifférent. Mais le nègre, furieux de leur audace, redoubla de mauvais traitements et en fit périr vingt sous ses coups.
Les survivants n' eussent pas échappé longtemps au même sort si, un beau jour, la peste ne fût venue à leur secours. Ce mal qui répand la terreur fut pour eux un soulagement. Il éclata soudainement à Méquinez et enleva la moitié de la population. Le terrible nègre fut une de ses victimes.
Lui mort, les captifs commencèrent a respirer. On leur laissa un peu plus de liberté ; on cessa de les assommer de coups. Et comme un bonheur n' arrive jamais seul, voici qu' un vaisseau français aborda au Maroc, amenant des missionnaires, Pères de la Merci, qui payèrent la rançon des captifs et les ramenèrent en France.
On était alors au début de l' année 1681. Le malheureux Mouette revoyait enfin sa patrie après plus de dix années passées aux rivages du Maure, dans les plus affreuses tortures.

***
Les Marocains d' aujourd' hui ne font plus les chrétiens captifs pour tirer d' eux une forte rançon et ne les gardent plus en esclavage. Mais la haine des Européens est toujours, chez eux, aussi vivace qu' elle l' était il y a deux siècles. Ces hommes qui assassinèrent nos nationaux à Marrakech et à Casablanca, ces gens des tribus que nos troupes poursuivirent et châtièrent aussi bien dans la région occidentale que sur les frontières d' Algérie, ces fanatiques que Moulaï-Hafid appelle à la guerre sainte n' ont pas une mentalité moins féroce que celle des pirates de Salé et des mécréants qui torturaient les esclaves chrétiens au dix-septième siècle.
Prétendre porter au milieu d' eux la civilisation et le sentiment de tolérance, c' est caresser la plus folle des utopies. L' Islam est là qui les fait irréductibles et rend nos idées et nos moeurs inassimilables à leur esprit.
Toute temporisation, toute apparence de faiblesse et d' hésitation les surexcite. Le force seule les domine, et quiconque prétend les civiliser autrement que par la force perd son temps... Interrogez plutôt ceux qui les ont vus de près, qui ont étudié leur esprit et leurs traditions, qui ont été témoins de leur fourberie, de leur duplicité... Et demandez-leur un peu, pour voir, ce qu' ils pensent de la pénétration pacifique...
Vous verrez ce qu' ils vous répondront.
Ernest Laut.

Le Petit Journal illustré du 9 Février 1908

[cent.ans.free.fr]




Si perçante soit la vue, on ne se voit jamais de dos


Boycottez pour la paix !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Boycottez!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Boycottez pour les enfants de Gaza!!!!!!
Bonjour quelle est la question.?
il y a pas de question,,,,c'est de l'histoire,,, chuuuuttttperplexe



si les mérites de tout sorte pouvais arrêter les cours des années je ne vieillirai jamais mais puisqu'il m'est impossible de commander au temps qui s’enfuie malgré moi,,,,,,
On oublie, la réciproque, l'autre coté de la médaille, la piraterie des rives Nord de la méditerranée et le rôle des "Consuls" dans les tractations pour libérer ou échanger les "esclaves", des deux camps. Les espagnols, les portugais, les anglais, les siciliens, les génois ont combattu les navires portant pavillon marocain, emprisonné les équipages, tuant les uns, échangeant les autres, réduisant en esclavage le reste. De même, on élude les incursions navales répétées, la création de comptoirs fortifiés le long des cotes, générant une guerrilla navale qui s'est conclue par le démantèlement forcé de la flotte navale marocaine et plus généralement arabe, turque ou dite "musulmane", qui contrôlaient jadis les voies maritimes. Prédominance de flottes à laquelle s'est substituée celle Anglaise, contestée par l'Espagne, le Portugal ou la France, en coup de Trafalgar. Depuis plus d'arsenal, ni de construction navale au Maroc ... Le pacte de non agression mutuelle conclu entre la naissante Fédération des Etats Unis et le Maroc, témoigne a cet égard des rapports de réciprocité et la "philosophie" qui marquait à l'époque le "droit maritime".
 
Facebook