quand l'homme n'est pas satisfait.
Bonjour,

Voilà je n'aime pas trop écrire ma vie privée mais à ce stade j'en ai un peu marre et sans espoirs.
Je suis mariée depuis bientôt 6 ans, et pendant ttes ces années je n'ai jamais éprouvé de plaisir sexuels avec mon mari, d'année en années ceci c'est dégradé jusqu'au point au je refuse cathégoriquement d'avoir des relations avec lui.Je fuis dés qu'il m'approche , les relations sexuelles est pour moi comme un fardeau, je le fait (1 fois /10jours et encore) par obligation et souvent je reste figée comme une statue sans sentiments ni gémissements car je ne ressent rien de rien, mon mari me traite de frigo et il en a tellement marre qu'il me dit aussi "on dirait que je suis mariée à un homme... ça ma fait mal au fond de moi j'en souffre mais je ne le montre pas, j'en parle a des personnes proches qui me disent que c'est ds ma tête c'est psychologique, mon mari me dit que ça va passer avec le temps mais après 6 ans je n'ai plus d'espoir, il m'aime je l'aime mais je sens que je le prise d'un de ces droit envers l'islam j'ai peur qu'il aille voir ailleur et s'ille faii ce sera à cause de moi. mais c'est plus fort que moi je n'aime ,je déteste.
Est-ce que qq'un est ds le même cas que moi, pouvez-vous m'aider à surmonter cette frustration,je ne sais plus quoi faire.



Message edité (01-07-04 14:51)



Ex-harira tongue sticking out smiley
Tu n'as pas pensé à voir un specialiste toi et ton mari?
Cela aide crois moi!
Je connais un couple qui avait le même problème que toi et cela va bcq mieux depuis qu'ils ont vu un sexologue qui les a aidé à comprendre et surtout qu'il leur a donné le gôut de vivre leur relation intime mieux et plus ouvertement.
Bon courage.
Ah oui une question :

Est ce que ton mari sait que depuis le début tu ne désires pas faire l'amour avec lui ou il a fait semblant de ne pas savoir et de continuer comme si de rien était....?(

Il fait semblant de rien qd je lui qit que je n'aime pas, il me dit que ça va passer et que pr la femme c'est normal, oui mais 6 ans c'est trop, je lui ai déjà proposé d'aller voir un sexologue et il n'est pas trop d'accord, il ne dit pas pq.
je lui montre que je refuse et il insiste puis je le laisse faire mais je ne fait rien qui l'exite je m'habille tjrs long pr qu'il ne soit pas trop exité et qu'il me aute dessus, il me dit de lui dire à quel est mon point sensible , je ne le sais même pas.





Ex-harira tongue sticking out smiley
harira, je pense que c'est surtout psychologique.....ou physique, es-tu excisée ou non???
Mais harira il y a 2 cas de figure, est ce que c'est ton mari qui s'y prend mal en ne te donnant pas de plaisir ou alors quoiqu'il fasse meme il n'y a rien???

je pense que dans ces situations là, il faut changer de stratégie, au lieu de porter des habils longs etcc...essaient des habils courts qui exciteront ton mari et toi aussi psychologiquement......ou alors au liu de le laisser toujours venir vers toi.....essaie de prendre l'initiative, peut etre que ça pourra debloquer un verrou.....
Vous vous aimez et t'as pas envie...? Il doit mal s'y prendre à mon avis...
NOn je ne pourrais pas puisque j'aime pas.
MAis mon mari essaye de faire plein de choses sans résultats, je ne ressent rien à rien.
Au début j'ai cru que le plaisir féminin n'existait pas , en parlant avec des personnes autour de moi, je mesuis rendue compte que je passait à côté de bcp de choses tant au niveau phisyque que moral, à présent j'en peu plus d'être comme ça.





Ex-harira tongue sticking out smiley
Salam harira,

je voulais juste te poser une petite question: est ce que quand t'était jeune on a pratiqué sur toi( je ne me rapelle plus exactement comment on apelle ca) la circoncision qu'on fait pour les filles, qui les empeche d'avoir du plaisir!!!!
je sais que ça existait avant et qu'ils le fesaient énormément mais maintenant ça se fait de moins en moins car c'est stictement haram!!!
Le vaginisme est un processus psychophysiologique complexe qui interdit toute pénétration vaginale. L'acte sexuel est ainsi impossible, le pénis ne pouvant entrer sans être à l'origine de vives douleurs.

Les organes génitaux sont normaux mais, à chaque tentative de pénétration, l’orifice vaginal se referme : il y a une contraction (spasme) involontaire des muscles péri-vaginaux. "Le vaginisme est à l’intromission du pénis ce qu’est le clignement de l’œil à la pénétration du moucheron", disait Kroger. Cette comparaison souligne le caractère involontaire de la constriction.

L’examen gynécologique est parfois difficile, voire impossible, même pour l’examen des organes génitaux externes. Les jambes se resserrent à toute approche. Il est malgré tout important car il permet d’établir le diagnostic et de confirmer qu’il n’y a pas d’anomalie des organes génitaux.

Le trouble s’apparente parfois à une phobie du coït

Le vaginisme n’est pas toujours incompatible avec la vie de couple : certains couples développent une sexualité de plaisir sans pénétration. Le mariage non-consommé est défini par l’absence de pénétration vaginale, soit à cause de troubles de l’érection de l’homme, soit du fait du vaginisme de la femme.

Le trouble n’est jamais organique (Voir douleurs lors des rapports sexuels chez la femme, cette page aborde toutes les causes de douleurs lors des rapports sexuels) : le terme de vaginisme est réservé aux causes non-organiques.

Le vaginisme est primaire s’il débute avec la vie sexuelle de la femme ;
Il est dit secondaire s’il survient après une période de vie sexuelle sans problème de pénétration.
Causes et traitement du vaginisme primaire

La non-intégration du vagin dans le schéma corporel : en clair, la femme connaît mal son corps. Elle se représente un vagin petit, étroit ou pense avoir un hymen scléreux et épais qui obstrue complètement l’orifice vaginal. Elle n’a jamais regardé avec une glace sa vulve, jamais mis un doigt dans le vagin, et souvent elle n’utilise pas de tampons périodiques.
Ce trouble peut être superficiel : une information sexuelle et une sexothérapie permettront de le régler en quelques mois ;
Il peut également être lié à des conflits inconscients, ou à l’ambivalence vis à vis de la venue d’un futur enfant etc. Dans ce cas, seule une psychothérapie analytique ou une psychanalyse permettront son traitement ;
La femme connaît son corps, mais le spasme des muscles se produit malgré elle à chaque tentative de pénétration : le trouble est alors psychologique. Un sexologue décidera avec elle de la démarche à suivre : psychothérapie, sexothérapie, désensibilisation sous relaxation ou hypnose, autres thérapies.
Les causes et traitements du vaginisme secondaire

Le vaginisme survient après une période de sexualité sans problème, du moins sans problème de pénétration. Souvent c’est après une période de dysparéunie (douleurs lors des rapports sexuels) que s’installe le vaginisme. La crainte de la douleur amène le corps à se défendre de manière réflexe. Les muscles se contractent pour empêcher la pénétration qui a été de nombreuses fois douloureuses.

Une sexothérapie de couple permettra de retrouver la détente et la confiance, de déjouer ce réflexe.

Quelques conseils

Bien sûr, il ne faut pas hésiter à consulter un sexologue compétent.

Mais en attendant, voici quelques conseils :

Tout d’abord ne tentez plus de réaliser la pénétration. Il y a des étapes à franchir auparavant ;
Vérifiez par vous-même que rien ne gêne la pénétration en regardant votre vulve avec un petit miroir ;
Mettez un doigt dans votre vagin pour voir si les parois sont souples, si les muscles sont décontractés. S’ils sont contractés, essayez de les détendre ;
Si cette étape s’est bien déroulée, demandez à votre partenaire sous votre contrôle de mettre un doigt dans votre vagin doucement, en utilisant un lubrifiant. Ensuite, s’il n’y a pas de douleur, il pourra en mettre deux ;
La reprise de la pénétration se fera de préférence, dans la position où vous serez sur votre partenaire.
Ces conseils doivent être suivis dans la douceur, sans douleur, la moindre douleur déclenchant à nouveau le processus de défense du corps et donc la contraction des muscles péri-vaginaux.
Si vous ne pouvez pas mettre en œuvre ces conseils, n’hésitez pas à consulter un professionnel qui vous sera d’un grand secours.

Dr Agnès Mocquard

oui l'excision

Mdrrrrrrrrrr chems!!! il tue ton message!!!! Lol
Smicha,

Elle a pas un problème de vaginisme Harira ?(
Elle t'a pas dit que c'était douloureux, elle a dit qu'elle n'éprouvait rien...

Allez, poses-la bonne question cette fois ci...au Docteur Mocquard grinning smiley
mdr chems
lol... va falloir que je consulte un ophtalmo moi !!!! grinning smiley

1 juillet 2004 16:03
Certaines femme n'éprouvent que peu de désir sexuel voire aucun. Cette situation peut être temporaire ou se prolonger. Le plus souvent, après plus ou moins longtemps de sexualité satisfaisante, elle voit son désir disparaître, brutalement ou progressivement.

Les unes consultent pour elles-mêmes, parce qu’elles n’aiment pas cette image d’elles sans désir ; d’autres, pour leur couple, ou leur conjoint, parce qu’elles culpabilisent de le rendre malheureux ou simplement pour ne pas le perdre.

En soi, il n’y a aucun plaisir de la vie pour lequel un nombre de fois et un rythme sont normaux et obligatoires. Mais, dans un couple, il y a un minimum de partage et d’harmonie nécessaire à la poursuite de l’aventure.

Circonstances du trouble

Le désir n’apparaît pas, ou s’étiole, chez la femme qui a été capable d’excitation sexuelle, mais ne sait pas parvenir à l’orgasme. La frustration des échecs, l’impression de ne pas être normale ou pas compétente, l’agacement de participer à la jouissance de l’autre sans rien recevoir en échange, tout finit par faire du jeu amoureux une occupation désagréable, un mauvais moment à passer, voir une corvée.

On comprend qu’il est alors naturel de chercher à l’esquiver le plus souvent possible : le masochisme a ses limites ! Que ce soit à cause du comportement du partenaire, de son éjaculation trop rapide, par exemple, ou de sa propre incapacité à jouir, la femme n’a plus envie de relation sexuelle, se réfugie dans la masturbation, ou investit ailleurs que dans la sexualité : le ménage, les enfants, la télé, le sport, le métier, le bénévolat…

Le désir s’envole aussi quand la femme trouve la demande de l’autre excessive : continuellement bousculée dans son rythme, elle n’arrive pas à suivre, et finit par être dégoûtée ou rebutée par le jeu sexuel. Un homme qui ne vous respecte pas dans votre sexualité ou dans votre vie quotidienne paralysera le désir, de même qu’un homme qui se néglige.

Par ailleurs, n’avoir aucun apprentissage de la tendresse, de la douceur, du désir et du plaisir, ne pas connaître une gamme assez riche d’émotions, croire que le monde se partage entre les purs (sans sexualité) et les @#$%& (qui la pratiquent, notamment les hommes, qui ne pensent qu’à ça !) : rien de tel pour être dégoûtée de la sexualité et ne pas pouvoir imaginer y vivre des expériences épanouissantes. Au bon moment, ces femmes sont fatiguées, ont mal à la tête, ou pensent à "un dernier truc à finir".

Des pistes pour bouger

Il faut bien sûr éliminer en premier les maladies guérissables, les troubles hormonaux, supprimer les dépendances médicamenteuses et les toxiques. De même qu’il faut résoudre les problèmes de liens personnels dans le couple, car un partenaire qui n’attire pas, avec qui on a des comptes à régler, qui n’a pas le même projet érotique, ne facilite pas la montée du désir. On ne parvient pas à désirer quand on en a gros sur le cœur !

S’il y a méconnaissance de l’orgasme, la consultation sexologique apportera des conseils de conduite mieux adaptée. Mais on ne doit pas s’affoler quand le désir disparaît à cause des enfants petits, très envahissants, et de tout ce qui entraîne le surmenage, rend impossible de penser à soi : parfois, on ne peut qu’attendre que les choses se tassent ! Mais, pour renverser la situation, il faut dès que possible lutter afin de réorganiser sa vie, rétablir les priorités, dégager du temps pour soi et pour le couple. Il faut inventer des façons d’érotiser sa vie, le rapport à son corps (soins corporels, lingerie, tenues), les contacts avec l’autre et consacrer du temps à vivre des moments particuliers en couple.

En dehors des coups du sort qui handicapent le corps par rapport au plaisir, la marge est grande de la responsabilité que chacune a dans la construction de son plaisir sexuel et dans l’approfondissement de son désir.

Dr Yves Ferroul

Merci Dr Chems pour ces cours de sexologie que tu nous donne!!! Lol. Mais ou va tu pecher tout ça???!!! Mdrrrrr
Non pas du allah ihfed.





Ex-harira tongue sticking out smiley
Encore une question Harira:
Est ce que ton homme sait que tu viens sur ce forum ?(
Tu n'as pas eu l'idée ou dans les jours qui viennent de l'inviter à lire et à donner son avis sur ce que les gens pensent et comment ils ont réagit à cette angoisse que tu vis depuis ttes ces années?

Cela pourrait être à ton avantage,aprés tout,il est concerné dans cette histoire autant que tu puisses l'être,n'est ce pas! ?
ce n'est pas une question:
est ce que tt sule qd il n'est pas là, ça t'arrive de sentir de la volupté (en regardant un film ou utre chose)
si oui, c'est qu'il faut changer votre manière ton mari et toi
autre chose, les pesonnes qui ont eu des rapports assez tard ont besoin de beaucoup de temps pour apprendre la volupté


sinon, ça doit être physiologique : rare

de tte les façon, il faut affronter ces problémes et rapprendre petit à petit ça viendra

j'en parle parce qu'une connaissance avait eu la même histoire avec son mari, je ne sais pas où ils en sont maintenant





imad
Ou peut être que tu es frigide harira...sad smiley
Facebook