News Forum MediaTIC Islam YabiladiesUniversités d'été العربية Connexion
les dix promis au paradis .
salam

Abû Bakr As-Siddîq

Abû Bakr As-Siddîq ne vous devança ni par sa prière ni par son jeûne. Il vous devança par une chose installée dans son cœur. [1]
Naissance et Jeunesse à La Mecque
Trois ans après la naissance du Prophète — paix et bénédictions sur lui —, vers 573 E.C., La Mecque vit naître « le meilleur homme sur terre hormis les prophètes » [2]. Dans une famille Qurayshite de la tribu de Taym [3], naquit `Abd Allâh Ibn Abî Quhâfah (alias Abû Bakr), de son nom complet `Abd Allâh Ibn `Uthmân Ibn `Amr Ibn Ka`b Ibn Sa`d Ibn Taym Ibn Murrah Ibn Ka`b. Sa généalogie rejoint celle du Prophète — paix et bénédictions sur lui — au sixième ancêtre, Murrah Ibn Ka`b. Sa mère, Salmâ Bint Sakhr, surnommée Umm Al-Khayr, fut parmi les femmes ayant embrassé l’islam avant l’Hégire alors que son père ne l’embrassa que tardivement.

À l’époque pré-islamique, Abû Bakr était surnommé « `Abd Al-Ka`bah » (le serviteur de la Ka`bah). Ce n’est qu’aprés l’avènement de l’islam que le Prophète — paix et bénédictions sur lui — lui donna le nom de `Abd Allâh (le serviteur d’Allâh) et le surnomma « Al-`Atîq » (l’affranchi, l’épargné) car il expliqua à son sujet : « Abû Bakr est celui qu’Allâh affranchit du feu » [4]. L’on rapporte également qu’il fut surnommé de la sorte en raison de sa beauté [5] et de ses vertus qui, parmi les Qurayshites, le distinguaient ainsi que ses ancêtres. Son surnom Abû Bakr provient du fait qu’il était souvent le premier à proposer et à entreprendre des œuvres de bienfaisance [6] Il fut plus tard surnommé « As-Siddîq » (Le Véridique) pour avoir résolument cru à l’évènement d’Al-Isrâ’ wal-Mi`râj (Le voyage nocturne et l’Ascension) alors que d’autres Compagnons mirent du temps avant d’y adhérer [7].

Avant l’avènement de l’islam, Abû Bakr ne partageait pas les croyances des Qurayshites. Il ne se prosterna guère devant une idole et ne but jamais d’alcool. Un jour, on lui demanda : « Ne voudrais-tu donc pas te prosterner devant Al-Lât et al-`Uzzâ ? » Et Abû Bakr de s’interroger : « Qui sont-elles ? » On répondit : « Les filles d’Allâh ! » Il s’exclama : « Qui est donc leur mère ? » Par ailleurs, Abû Bakr faisait partie des notables les plus respectés de Quraysh et l’un de ses plus fins connaisseurs en matière de généalogie des tribus arabes.

Commerçant aisé, Abû Bakr se maria durant la période pré-islamique avec Qutaylah Bint `Abd Al-`Uzzâ ; mariage qui donna naissance à Asmâ’ Bint Abî Bakr et `Abd Allâh Ibn Abî Bakr, deux grandes figures de l’islam. Il épousa ensuite Umm Rûmân qui lui donna `Abd Ar-Rahmân et la Mère des Croyants `Â’ishah. Après l’avènement de l’islam, Abû Bakr épousa Asmâ’ Bint `Umays, qui lui donna Muhammad, avant d’épouser Habîbah Bint Zayd Al-Khazrajiyyah qui lui donna Umm Kulthûm.

« Abû Bakr, tu es mon compagnon sur le Bassin et mon compagnon dans la grotte » [8]

L’amitié qui lia Abû Bakr au Prophète ne vit pas le jour au lendemain de la révélation du Message puisqu’elle datait de plus loin. Non seulement leurs nobles caractères les avaient rapprochés, mais aussi leurs voyages ensemble avec les caravanes commerciales partant vers la Syrie eurent un grand effet sur la consolidation de leurs liens d’amitié. Ce fut durant l’un de ces voyages, que la caravane Qurayshite croisa le moine Bahîrâ qui, ayant très tôt aperçu les signes de la prophétie de Muhammad — paix et bénédictions sur lui —, conseilla à son oncle de le garder loin des yeux des Juifs.

L’islam d’Abû Bakr fut le fruit d’un long voyage spirituel à la recherche de la Vérité. En tant que commerçant, il passait une grande part de sa vie à parcourir les déserts de la péninsule arabe fréquentant ainsi ses habitants du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest. Bien qu’étant un fin connaisseur des différentes confessions présentes dans la péninsule, il prêtait une attention particulière aux religions monothéistes. Assis un jour devant la Ka `bah, Ibn Abî As-Salt lui demanda : « Ô quetteur du bien, l’as tu trouvé ? » Abû Bakr répondit : « Non. » Ibn Abî As-Salt dit : « Le Prophète attendu sera issu de parmi nous ou de parmi vous. » N’ayant jamais entendu parler d’un Prophète attendu, Abû Bakr alla s’informer à son sujet auprès de Waraqah Ibn Nawfal. Il dit : « Je me rendis auprès de Waraqah Ibn Nawfal qui scrutait longuement le ciel et poussait souvent des soupirs durant ces méditations. » Waraqah dit : « Oui mon frère, nous sommes les gens du Livre et des sciences, mais ce Prophète sera issu d’une tribu arabe. » Dès le début de la mission prophétique, Abû Bakr fut le premier à croire au Message de Muhammad — paix et bénédictions sur lui — et à apporter son soutien indéfectible à cette cause. À cet égard, le Prophète — paix et bénédictions sur lui — dit : « Je n’ai invité personne à embrasser l’islam sans qu’il y ait en lui du recul, de la réflexion et de l’hésitation, sauf Abû Bakr Ibn Abî Quhâfah. Il n’a pas attendu un instant lorsque je lui en ai parlé et n’a point hésité » [9].

...



(S-2:V-286 ) Seigneur ! Ne nous impose pas ce que nous ne pouvons supporter, efface nos fautes, pardonne-nous et fais nous miséricorde.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 22/05/07 01:29 par patience.
...

la suite

[www.islamophile.org]



(S-2:V-286 ) Seigneur ! Ne nous impose pas ce que nous ne pouvons supporter, efface nos fautes, pardonne-nous et fais nous miséricorde.
Merci Patience pour cet article smiling smiley


Salam alaykoum smiling smiley



Le Prophète (saws) à dit :
« Agissez pour ce monde comme si vous deviez vivre mille ans,
et pour l’autre comme si vous deviez mourir demain »
salam

de rien Ilhem06 smiling smiley

2 - Omar Ibn Al-Khattab

Omar Ibn Khattab est né à La Mecque vers 581, soit 13 après l’année de l’éléphant. Doté d’une stature physique imposante, taillé comme un roc et possédant une très forte personnalité , il faisait partie des jeunes Mecquois les plus en vue et malgré son niveau intellectuel très élevé, il était un des ‘’loubard’’ de la ville auquel il fallait pas trop se frotter.

Omar défendait la religion traditionnelle des Kouraychites considérée par les musulmans comme de l'idolâtrie. il s’est très violemment opposé aux premiers musulmans Voyant. Mohamed ‘’gagner du terrain'' il décida alors de le tuer. En chemin pour aller accomplir son forfait, il passa par la maison de sa sœur, mariée, et entendit le couple lire un texte dont les mots n’étaient jamais passés par l’ouie d’Omar. Il fut impressionné à la lecture de ce texte. Des mots dans la saveur était indescriptible, jamais au grand jamais, il n’avait entendu des mots aussi limpides, aussi purs, aussi fluides, aussi bien ordonnés et aussi bien synchronisés. Le couple lisait la sourate de « TAHA’’. Dieu a voulu que ce soit la raison pour laquelle Omar se convertisse à l’Islam. Il décida quand même d’aller vers Mohamed (saws) mais pour un autre motif. Non pas pour le tuer, mais se convertir à l’islam entre les mains du prophète (saws). une fois converti trois années après la révélation à l'age de 27 ans , il devient l'un des plus fidèles lieutenants de Mohamed (saws).

Omar était surtout célèbre pour son sens de la justice. On le surnomma ‘’El-Farouk’’, c’est a dire celui qui a séparé le juste de l’injuste. C’est bien lui qui a lancé le premier décret des droits de l’homme en disant sa célèbre phrase : De quel droit faites-vous des hommes vos esclaves alors que leurs mères les ont engendrés libres…

Un jour Omar emprunta un cheval en disant à son propriétaire:’’je vais avec ton cheval à tel endroit et je reviens’’. En chemin, en passant sous un arbre, son gilet qu’il avait sur les épaules, s’accrocha à une branche de l’arbre. Entre temps le cheval avait fait quelques mètres. Alors Omar arréta le cheval, descendit de ce dernier et retourna à pieds, pour récupérer son gilet. Un groupe de musulmans avaient suivit la scène :’’ Hé, Amir El mouminine, pourquoi es-tu descendu ? Pourquoi n’es-tu pas revenu avec le cheval ?’’ Omar répondit :’’Je me suis entendu avec son propriétaire que j’allais directement vers tel endroit et revenir, on ne s’était pas entendu sur les mètres supplémentaires’’….

Voilà ce que disait notre prophète (saws) au sujet d’Omar :
: "Il y avait dans les communautés qui vous ont précédés des hommes-inspirés de Dieu. S'il y a un tel homme dans ma nation, c'est bien Omar". (Al Boukhâri n°3282 et Mouslim n°2389)
: "Prenez exemple sur ceux qui viendront après moi : Abou Bakr et Omar !". (Tirmidhi et Al-Hakim)
"s'il devrait y avoir un Prophète après moi, ça aurait été Omar". (At-Tirmidhi et Ahmad)
: "Allâh a placé la vérité sur la langue et dans le coeur de Omar". (Abou Dâwoûd, Tirmidhi, Ibn Mâja, Ahmad et Ibn Sa'd)
"Omar, Dès que le Diable te voit prendre une voie, il en prend aussitôt une autre".

Omar fût très choqué par la mort de Mohamed (saws). Ce jour là, sombrant presque dans la folie suite à cette perte douloureuse, il dit: "Il y a des hypocrites qui prétendent que le prophète est mort. Certainement le Messager de Dieu n'est pas mort, mais il est allé à son Seigneur, comme Moise, fils d'Imran, est allé à son Seigneur (pour recevoir les commandements ). Par Allâh, Mohamed reviendra comme Moise est revenu, et il coupera les mains et jambes de ceux qui ont prétendu que le Messager de Dieu est mort". (Ibn Hicham, 2/655)
Alors Abou Bakr revint vers lui, le calma et lui rappela le verset du coran qui dit :’’ des messagers avant lui sont passés. S'il mourait, donc, ou s'il était tué, retourneriez-vous sur vos pas ? (sourate3-aya144). Il se calma aussitôt...


[www.risala.net]



(S-2:V-286 ) Seigneur ! Ne nous impose pas ce que nous ne pouvons supporter, efface nos fautes, pardonne-nous et fais nous miséricorde.
3- 'Othmân Ibn 'Affân

[www.risala.net]



(S-2:V-286 ) Seigneur ! Ne nous impose pas ce que nous ne pouvons supporter, efface nos fautes, pardonne-nous et fais nous miséricorde.
4 - 'Ali Ibn Abi Tâlib

[www.risala.net]



(S-2:V-286 ) Seigneur ! Ne nous impose pas ce que nous ne pouvons supporter, efface nos fautes, pardonne-nous et fais nous miséricorde.
5- Abderrahmane ibn Aouf


Abderrahmane Ibn Aouf, naquit à la Mecque et fût le huitième parmi les premiers à se convertir à l’islam, l’un des dix promis au paradis et l’un des six choisis par Omar Ibn Khatab durant son califat, pour former le conseil de consultation (Majliss echoura).

Il faisait partie des musulmans ayant fuit en Abyssinie après les persécutions des Kouraichites sur les premiers convertis et de ceux qui, plus tard émigrèrent de la Mècque vers Médine (el mouhadjirinne).
Dès son arrivée à Médine, le Prophète (saws), invita à la fraternité entre el mouhadjirinne et les Ansars et l’établissement de liens solides et fraternels entre les deux communautés.
Le Prophète, présenta Abderrahmane à Saâd Ibn Rabya. Pour qu’ils lient un lien de fraternité entre eux deux. Ce dernier dit : " Mon frère ! Je suis l’un des hommes les plus riches de Médine. J’ai deux vergers. Je te cèderai le verger que tu veux et je te ferais épouser la femme que tu choisiras. "
Abderrahmane répondit : " Que Dieu te bénisse, toi, ta famille ainsi que ta richesse .Mais oriente-moi simplement et indique moi l’endroit du marché. "

Ses profits s’accumulèrent peu à peu jusqu’à ce qu’il soit capable financièrement de se marier. Il se mit à faire du commerce et conclue des affaires avec le peu d’argent qu’il possédait. A tel point qu’il devint l’un des plus riches de Médine.
Abderrahmane , malgré sa richesse et son génie dans les affaires commerciales, n’avait pas de penchant pour les choses matérielles de cette vie d’ici bas. et ses paroles et gestes n’étaient orientés que vers la vie future. Il s’est distingué par sa bravoure dans les batailles les plus dures et souhaitait mourir en martyr.

Quand le Prophète (saws), décida d’envoyer une expédition à Tabouk, (dernière bataille du vivant du prophète), Les équipements militaires étaient négligeables. la logistique lui faisait défaut. Très peu de montures disponibles et très peu de moyens matériels et financiers, car près de 1000 kms séparaient Médine de Tabouk.
Au point où cette armée a été appelée "l’armée de la difficulté" (Djaïch el-O’sra)). Le Prophète, invita ses compagnons à contribuer à la guerre, leur assurant que leur geste serait récompensé par le tout puissant. Le premier à répondre fût Abderrahmane ibn aouf.
Omar ibn Khattab dit au prophète ce jour-là : " Abderrahmane a fait une grave erreur. Il n’a rien laissé à sa famille’’. Le prophète demanda alors :- As-tu laissé quelque chose à ta famille, Abderrahmane ?,.
- Oui, répondit il. Je leur ai laissé bien plus que je n’ai donné à notre armée.- Combien ?, interrogea le Prophète (saws).
- Ce que Dieu, et Son Messager ont promis de récompenses et de bien être le jour du jugement dernier…, répondit Abderrahmane, plein de conviction

Abderrahmane a eu un honneur dont il n’avait jamais révé et dont personne d’autre avant lui n’avait pu bénéficié. Il a été le premier qui a mené une prière avec le prophète derrière lui.Comment ?. L’armée musulmane s’est finalement mise en route pour Tabouk et Abderahamane était parmi les troupes. A l’heure de la prière, les musulmans le choisirent pour mener et guider la prière en l’absence du Prophète. Juste après la première rakat, le Prophète, (saws) arriva, rejoignit ses compagnons dans la prière et effectua la salat derrière Abderrahmane . Ya t-il plus grand honneur que celui d’être l’imam du Prophète ?

La fortune de Abderrahmane ne cessait de s’agrandir. Toute cette richesse n’a pas eu d’impact sur sa modestie, sa discrétion et son amour à lire le Coran. Il est resté égal à lui-même, et quand il était parmi ses salariés et ses ouvriers, aucun signe de distinction n’était palpable, aussi bien dans la tenue que dans le langage.

Un jour,On lui rapporta son repas. Il a regardé la nourriture puis dit : mon compagnon " Mus’ab IbnOumayr a été tué. Il était bien meilleur que moi. Mais nous avons trouvé à peine de quoi couvrir sa tête mais pas de quoi couvrir ses jambes et elles sont restées découvertes. Dieu m’a a donné tout ce qu’il y a dans ce monde, j’ai bien peur que ma récompense m’a été accordée trop tôt. " Puis il pleura un long moment et refusa de manger ce jour là.

Après la mort du Prophète (saws), les dépenses des épouses de ce dernier ainsi que leurs charges matérielles étaient entièrement financées par Abderrahmane. C’était pour lui, une façon de rester fidèle au prophète



(S-2:V-286 ) Seigneur ! Ne nous impose pas ce que nous ne pouvons supporter, efface nos fautes, pardonne-nous et fais nous miséricorde.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 12/06/07 20:04 par patience.
6-Sa'd ibn abi Waqqâs


[islam.verite.free.fr]



(S-2:V-286 ) Seigneur ! Ne nous impose pas ce que nous ne pouvons supporter, efface nos fautes, pardonne-nous et fais nous miséricorde.
7- Talha ibn Ubayd-Allah



[tawhid.over-blog.com]



(S-2:V-286 ) Seigneur ! Ne nous impose pas ce que nous ne pouvons supporter, efface nos fautes, pardonne-nous et fais nous miséricorde.
8- Abû 'Ubayda ibn- AlJarrâh

[tawhid.over-blog.com]



(S-2:V-286 ) Seigneur ! Ne nous impose pas ce que nous ne pouvons supporter, efface nos fautes, pardonne-nous et fais nous miséricorde.
9- Sa'îd ibn Zayd

[tawhid.over-blog.com]



(S-2:V-286 ) Seigneur ! Ne nous impose pas ce que nous ne pouvons supporter, efface nos fautes, pardonne-nous et fais nous miséricorde.
10- Az-Zoubayr Ibn Al-'Awwâm

[www.risala.net]



(S-2:V-286 ) Seigneur ! Ne nous impose pas ce que nous ne pouvons supporter, efface nos fautes, pardonne-nous et fais nous miséricorde.
 
Horaires de prières Saint Coran
Facebook