musulmane perpetuité pour homicide!!
avez vous entendu hier au info, qu'une musulmane, est tombé enceinte après sa premiere relation sexuelle hors mariage, elle pensait ne pas l'etre, elle a accouché dans les toilettes de chez ses parents, completement perdue, desemparée elle jete l'enfant par la fenetre,

elle risque maitenant la perpetuité !!!!!
Citation
sumitra a écrit:
avez vous entendu hier au info, qu'une musulmane, est tombé enceinte après sa premiere relation sexuelle hors mariage, elle pensait ne pas l'etre, elle a accouché dans les toilettes de chez ses parents, completement perdue, desemparée elle jete l'enfant par la fenetre,

elle risque maitenant la perpetuité !!!!!


CA serait pas cet article par hasard?

Les faits remontent au 13 septembre 2005 à Persan, dans le Val d'Oise. Ce jour là, une jeune femme, alors âgée de 20 ans, issue d'une famille musulmane pratiquante, accouche seule, en cachette, dans les toilettes de l'appartement familial. Ne sachant que faire du bébé, elle se rend dans la cuisine et jette l'enfant par la fenêtre du troisième étage. La jeune femme comparaît libre, depuis mercredi et jusqu'à jeudi devant la cour d'assises du Val d'Oise pour meurtre sur mineur de moins de 15 ans. Elle encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

"Lorsque je fais le film en arrière, j'ai voulu me convaincre et m'auto-convaincre que je n'étais pas enceinte", a affirmé l'accusée à un expert psychiatre. "J'ai fini par y croire moi-même mais la réalité m'a explosé à la figure au moment de l'accouchement", a-t-elle ajouté. Après avoir accouché, accroupie dans les toilettes, alors que ses frères, soeurs et parents étaient présents dans l'appartement de 60 m2, l'accusée affirme s'être demandée si elle devait garder l'enfant. Elle a alors estimé qu'elle ne pouvait pas dire à sa famille qu'elle n'était plus vierge. Sa petite fille, née légèrement prématurée mais viable, a respiré au moins pendant quinze minutes, selon l'autopsie, entre le moment où elle est née et le moment où elle a été retrouvée sans vie par des badauds.

"Elle se démerde, moi je n'ai jamais rien su"

Interrogé par la police, le père de l'accusée a affirmé qu'il aurait "égorgé" sa fille s'il avait eu connaissance de sa grossesse. "Elle se démerde, moi je n'ai jamais rien su", a-t-il dit. "L'ordre familial mis en oeuvre par la mère constitue une référence absolue auquel il est impossible d'échapper", indique dans le dossier un expert psychologue. "Assumer sa maternité face à sa famille signifierait" pour l'accusée "une auto-exclusion équivalente d'une mort psychologique", ajoute-t-il.

Née en Algérie avant de rejoindre la France à l'âge de trois ans, la jeune femme a indiqué avoir eu "une relation sexuelle non protégée" avec un petit ami au lycée. Le père, qui ne voulait pas de cet enfant, ne s'est pas constitué partie civile.

Peines variables

Dans ce genre d'affaires, les peines sont très variables en fonction des circonstances du meurtre. En octobre, la cour d'assises des Pyrénées-Orientales avait condamné à douze ans de prison une jeune femme reconnue coupable du meurtre de son nouveau-né abandonné dans un container en février 2004.

En novembre 2006, une jeune mère de 27 ans avait été condamnée à cinq ans de prison avec sursis assortis d'une mise à l'épreuve de deux ans avec obligation de soins par la cour d'assises de Seine-et-Marne pour avoir tué son bébé à la naissance, en 1999. Là aussi l'accusée avait fait un déni de grossesse lié au tabou que représentait la sexualité aux yeux de sa mère. Le verdict est attendu jeudi.
je ne pense pas que le verdict soit exagéré
elle a tué son propre enfant d'une manière horrible et dégueulasse
oui c'est ca, ca craint!!!
Welcomesalam
comment peut on accoucher dans un petit appartement sans entendre meme un petit gemissement
tout le monde savait dsl
ils l ont laissé agonisé seule pour la voir souffrir
elle va payer sa faute meskina
sad smileyvoila ce que donne le libertinageangry smiley
salam

il y à une fille près de mon quartier qui l'as fait, il y à pas longtemps, 15 jours je crois perplexe

elle à accouchée ds les toilettes de chez elle, à couper le cordon ombilical avec ses dents eye popping smiley eye popping smiley eye popping smiley, et à jeter sa petite fille ds le container eye popping smiley eye popping smiley eye popping smiley

le bb est tjrs en vie, la jeune fille s'est fait hospitaliser ds un service psychiatrique sad smiley

c'est affolant tt ça, pauvre bb crying
Dans une famille plus ouverte d'esprit ce drame ne serait sans doute jamais passé !

Pauvre mère d'un instant sad smiley



"Pas de guerre entre les races, pas de paix entre les classes" !
Detrompe-toi , amar .

Ca ne concerne aucunement la famille ces cas là , il y'a meme pire :

Pourquoi des mères tuent leurs enfants
Société. Colloque aujourd'hui et demain à Toulouse sur le déni de grossesse.



DDMIl y a quinze jours, dans l'Aude, un bébé est découvert enterré sous un buisson, à deux pas de la maison familiale de Montréal. La mère est interrogée, elle avoue assez vite avoir accouché dans le secret, d'un enfant adultérin et de l'avoir étouffé. Personne dans son entourage ne s'était aperçu de sa grossesse.

Cette affaire en rappelle une autre, qui avait défrayé la chronique tout juste deux ans auparavant : celle de Véronique Courjault, qui a avoué avoir accouché de trois enfants, dont des jumeaux qu'elle a étranglés et placés dans le congélateur du foyer.

Comment une mère peut-elle en arriver au meurtre de ses propres enfants ? Comment peut-elle masquer sa grossesse à son entourage, parfois même à son médecin ? Souvent, un phénomène étrange se dissimule derrière ces drames : le déni de grossesse.

Entre 800 et 2 400 femmes seraient concernées chaque année : elles tombent enceintes et l'ignorent, le nient, à tel point que même leur corps ne se modifie pas. Malgré tout, la plupart prennent conscience de leur état à quatre, six, voire huit mois de grossesse. Mais pour certaines (trois cents environ) le déni se poursuit jusqu'à l'accouchement. Elles se retrouvent à l'hôpital pour de violents maux de ventre et ressortent mères. D'autres fois, elles enfantent seules, chez elles, dans la salle de bain, comme Véronique Courjault. Quelques-unes finissent par faire disparaître cet enfant, qu'elles n'ont jamais cessé de refuser. Mais cela reste l'exception. « 95 à 98 % des dénis de grossesses aboutissent à l'accouchement d'un enfant vivant et qui le reste », explique-t-on à l'Association française pour la reconnaissance du déni de grossesse, (Afgrd), basée à Toulouse.

C'est justement pour mieux l'appréhender et le sortir de l'ornière de l'incompréhension, que l'Afrdg organise aujourd'hui et demain le premier colloque international sur ce thème en France, à l'Université Paul-Sabatier de Toulouse. Plusieurs experts, psychiatres, avocats, sociologues, vont s'y retrouver avec, comme l'explique Nathalie Gomez, sociologue, « la prétention d'ouvrir d'autres perspectives en matière de recherche, d'épidémiologie, de reconnaissance publique, de traitement judiciaire, notamment dans le cas de décès de l'enfant.

[www.ladepeche.fr]



siryne
Slm,

La peine encourue est à mon avis à la hauteur du caractère abominable des actes de l'accusée.
De telles exactions sont l'oeuvre de personnes complètement deshumanisées.



Amicalement

Meilleurs voeux pour 2009 smiling smiley
Citation
siryne a écrit:
Detrompe-toi , amar .

Ca ne concerne aucunement la famille ces cas là , il y'a meme pire :

Pourquoi des mères tuent leurs enfants
Société. Colloque aujourd'hui et demain à Toulouse sur le déni de grossesse.



DDMIl y a quinze jours, dans l'Aude, un bébé est découvert enterré sous un buisson, à deux pas de la maison familiale de Montréal. La mère est interrogée, elle avoue assez vite avoir accouché dans le secret, d'un enfant adultérin et de l'avoir étouffé. Personne dans son entourage ne s'était aperçu de sa grossesse.

Cette affaire en rappelle une autre, qui avait défrayé la chronique tout juste deux ans auparavant : celle de Véronique Courjault, qui a avoué avoir accouché de trois enfants, dont des jumeaux qu'elle a étranglés et placés dans le congélateur du foyer.

Comment une mère peut-elle en arriver au meurtre de ses propres enfants ? Comment peut-elle masquer sa grossesse à son entourage, parfois même à son médecin ? Souvent, un phénomène étrange se dissimule derrière ces drames : le déni de grossesse.

Entre 800 et 2 400 femmes seraient concernées chaque année : elles tombent enceintes et l'ignorent, le nient, à tel point que même leur corps ne se modifie pas. Malgré tout, la plupart prennent conscience de leur état à quatre, six, voire huit mois de grossesse. Mais pour certaines (trois cents environ) le déni se poursuit jusqu'à l'accouchement. Elles se retrouvent à l'hôpital pour de violents maux de ventre et ressortent mères. D'autres fois, elles enfantent seules, chez elles, dans la salle de bain, comme Véronique Courjault. Quelques-unes finissent par faire disparaître cet enfant, qu'elles n'ont jamais cessé de refuser. Mais cela reste l'exception. « 95 à 98 % des dénis de grossesses aboutissent à l'accouchement d'un enfant vivant et qui le reste », explique-t-on à l'Association française pour la reconnaissance du déni de grossesse, (Afgrd), basée à Toulouse.

C'est justement pour mieux l'appréhender et le sortir de l'ornière de l'incompréhension, que l'Afrdg organise aujourd'hui et demain le premier colloque international sur ce thème en France, à l'Université Paul-Sabatier de Toulouse. Plusieurs experts, psychiatres, avocats, sociologues, vont s'y retrouver avec, comme l'explique Nathalie Gomez, sociologue, « la prétention d'ouvrir d'autres perspectives en matière de recherche, d'épidémiologie, de reconnaissance publique, de traitement judiciaire, notamment dans le cas de décès de l'enfant.

[www.ladepeche.fr]

Avec tous les moyens contraceptifs qui existent de nos jours, il est clair que c'est incompréhensible.
Mais dans ce cas précis, lorsque que le père balance "qu'il aurait "égorgé" sa fille s'il avait eu connaissance de sa grossesse" on peut imaginer que sa fille devait être terrorisée.



"Pas de guerre entre les races, pas de paix entre les classes" !
beaucoup de questions sur des phénomènes qui existaient mais que nous ne nous posions pas la problématique, un genre de tabou de la mére qui fait souffrir son enfant ou le tue, cela ne correspond pas a notre vision de la "maman" , c'est humain trop humain
en fait la société s'améliore de plus en plus , c'est un signe, et nous nous posons de plus en plus des questions que nos ancêtres ne se posaient pas, sauf a qualifier de "folie" de "déviation" pour les rares cas ou on arrivait a admetre le crime

admetre les faits, c'est déjà etre disposer a les étudier, se poser des questions
Voir le mal qu'on a eut a admettre Le syndrome de Münchausen, il reste" encore a découvrir dans ces domaines
sociologiquement aussi : pourquoi tant de naissances non désirées, pourquoi tant d'avortement ... malgré les mesures prises pour la contraception a la portée de tous ?



" confronté à la censure, je suspends ma participation à ce forum "
Elle a jetté un gosse par la fenêtre? oh mon dieu!

Allez, en taule!
Salam


Citation
Amar el Soussi a écrit:
Dans une famille plus ouverte d'esprit ce drame ne serait sans doute jamais passé !
Pauvre mère d'un instant sad smiley

proces d'intention.


Une fille avec un peu plus de jugeotte aurait attendu son mariage pour faire de la gymnastik...la conscience tranquille...en paix avec soi même et avec son entourage...en paix avec la societé où l'on vit.



Plus rien ne m'étonne
Bass

malheureusement , même dans le cadre du marriage cela se produit

tu ne va pas proner l'abstinence par cet argument fallacieux, ,nombreuse sont celles qui font l'amour avant le mariage, serait-ce cet acte qui rend criminel ? moody smiley
Ce serait interdire les liberté fondamentales des individus au nom d'une criminalité qu'on s'explique si mal et sans rapport manifeste de cause a effet

Il y aura toujours des demandes irrationnelles pour restreindre les libertés, là-dessus c'est universel et constant dans le cours du temps



" confronté à la censure, je suspends ma participation à ce forum "
Citation
La Boetie a écrit:
Bass

malheureusement , même dans le cadre du marriage cela se produit

tu ne va pas proner l'abstinence par cet argument fallacieux, ,nombreuse sont celles qui font l'amour avant le mariage, serait-ce cet acte qui rend criminel ? moody smiley
Ce serait interdire les liberté fondamentales des individus au nom d'une criminalité qu'on s'explique si mal et sans rapport manifeste de cause a effet

Il y aura toujours des demandes irrationnelles pour restreindre les libertés, là-dessus c'est universel et constant dans le cours du temps


pkoi parles tu d'interdire?

ai je parlé d'interdire?

encore des propos que l'on me donne?

relis mon intervention, personne ici parles d'interdire quoi que se soit, elle avait le choix, elle a fait le mauvais choix, et à cause de ce mauvais choix...elle en a fait un autre encore plus mauvais...



eh puis entre nous des enfanticides dans le cadre d'un mariage légale avec consentement et tout le toutim...yen a pas des masses...



Plus rien ne m'étonne
je suis desolé de ce qui arrive a cette jeune fille...mais en dehors de cela je m'attendais a une reprise des medias de ce genre de faits ( meme s'ils datent d'il y a quelques temps)...la propagande est en marche et si tout va bien dans une semaine on aura de nouveau droit aux nanas voilées...etc etc etc.
smiling smiley Assalamou 'alaykoum

Je ne suis pas d'accord avec sumitra pour le titre du post "musulmane perpétuité pour homicide!"

Il s'agit d'une jeune fille dont je ne doute pas de la religion, mais pourquoi mettre en avant sa

confession ?



"Un petit effort dans la sunna est meilleur qu'un effort important dans l'innovation".
Al Mahdi et le second Khilafah (vidéo complète) >> [www.youtube.com]
Citation
a écrit:
eh puis entre nous des enfanticides dans le cadre d'un mariage légale avec consentement et tout le toutim...yen a pas des masses...

non mais il y en a pas mal tu sais, et il n'y a pas la même pression a subir pourtant



" confronté à la censure, je suspends ma participation à ce forum "
Citation
sumitra a écrit:
avez vous entendu hier au info, qu'une musulmane, est tombé enceinte après sa premiere relation sexuelle hors mariage, elle pensait ne pas l'etre, elle a accouché dans les toilettes de chez ses parents, completement perdue, desemparée elle jete l'enfant par la fenetre,

elle risque maitenant la perpetuité !!!!!
en arabie saoudite, elle encourrait la peine de mort.
elle mérite la prison pour ce qu'elle a fait, on ne tue pas un enfant !
Salam aalikoum


peux tu changer le titre

car d'une elle a pris 4 ans avec sursis et de deux musulmane, est un pléonasme, tout le monde sait qu'en france dés qu'il y a un faits divers sordides, ce sont les musulmans...



Plus rien ne m'étonne
Facebook