méditer sur la mort baraka allahou fikoum
assalama alykoum wa rahmtou wa barakatou (http://www.dailymotion.com/video/xmutb_islam-laysa-al-gharib_shortfilms)

Le musulman doit penser à la mort.

Qu’il soit malade ou bien portant, le musulman doit penser à la mort et se souvenir qu’elle atteindra tout être crée par Dieu, selon un terme qu’il à lui-même fixé et qu’elle peut survenir pour chacun d’entre-nous dans l’instant qui suit.
C’est lui qui donne la vie et qui donne la mort et c’est vers lui que vous serez ramenés

Il n’y a pas d’âge pour mourir. Il n’y a pas d’âge pour être rappelé par Dieu !

Nous savons que la mort n’est pas un injustice ni une punition pour l’être humain : elle atteint chacun à l’heure qui lui est fixée et elle doit le conduire vers la vie éternelle. Mais, cette vie éternelle sera selon le croyant aura préparé à cet effet.

voila un récit de Abû Hurayra a rapporté ces propos de l’envoyé de Dieu : « Empressez-vous d’accomplir des œuvres de piété avant que vous ne rencontriez les obstacles suivants : Attendez-vous que la pauvreté ne vous préoccupe au point de tout vous faire oublier ? Ou que la richesse ne vous corrompe ? Ou que la maladie ne vous réduise à l’impuissance, que la
vieillesse ne vous rende sénile ? Ou que la mort brutale ne vous surprenne ?

il n’y a pas d’âge pour être rejoint par la mort. Certains atteignent un âge avancé, mais d’autres meurent bien avant cela, parfois alors qu’ils sont encore des enfants ! Le destin de chacun est entre les mains de Dieu et est prédéterminé des avant la naissance. Ainsi, Anas Ibn Mâlik a rapporté ces propos de l’envoyé de Dieu : « Dieu a préparé aux matrices un ange qui dit : Seigneur, une goutte de sperme ! Seigneur, un caillot de sang ! Seigneur, un morceau de chair ! Puis, lorsque Dieu voudra terminer la création l’ange dira : Seigneur, une fille ? un garçon ? un malheureux, un heureux ? Quelle sera sa subsistance ? Quel sera le terme de sa vie ? Puis, tout cela sera inscrit, tandis qu’il sera encore dans le ventre de sa mère


Il est évident que la perte d’un enfant est une épreuve douloureuse pour les parents ; mais chaque épreuve a sa contrepartie. Ainsi, le Prophète (SAW) a dit à des femmes qui l’avaient interrogé : « Si l’une de vous vient à perdre 3 enfants, ils seront pour elle une protection contre le feu ». L’une des femmes demanda : « Et pour 2 ? » il répondit alors : « Pour 2 également ».
Salam a3laykoum

La mort est le plus grand rappel que puisse porter cette terre.

barakAllahou fik
 
Horaires de prières Saint Coran
Facebook