Match amical : Le Maroc bat la RDC
Un bon galop pour les Lionceaux qui ont démontré un potentiel prometteur mais qui demande encore plus de travail. Beaucoup de pain sur la planche pour l'entraîneur Mohamed Madih, surtout que son premier jet a démontré beaucoup d'irrégularité contre un adversaire fougueux qui aurait glané le nul avec un peu de réussite. Ce n'est point minimiser la victoire des Marocains qui ont joué contre un team encadré par l'équipe française d'Auxerre dont les représentants ont fait acte de présence, munis de bloc-notes et d'une caméra.

Ils n'auront rien à noter en ce début de match sinon la supériorité des Lionceaux qui ouvrirent la marque dès la 2e minute par le militaire Maâtaoui Mokhtar, servi admirablement par l'homme du match, le Marrakchi Imaghri Rédouane. Du net et du propre. Les cartes s'en trouvent mélangées pour le coach Eddie Hudanski qui a beau fouetter son attelage mais en vain.

Les jeunes Congolais n'arrivaient pas à accuser le coup, s'exposant en permanence à la menace de Marocains calmes, développant un football déroutant fait de petites passes précises, ponctués de gestes techniques qui ne trouvèrent malheureusement personne pour les applaudir tant le public avait préféré prendre d'assaut la salle couverte contiguë pour assister à la finale de la Coupe du Trône entre le Raja et l'IRT. Avec un minimum d'adresse, le même Mokhtar aurait converti son heading tout comme Imaghri qui vise le tableau électronique (14e). A court de solutions, les visiteurs se contentaient de défendre, tout en plaçant des contres sporadiques qui échouent loin de la cage du fassi Anas Zniti.

Les Marocains passèrent de nouveau tout près du but suite à une belle orchestration d'ensemble et un ballon tiré à côté par le militaire Adil Farès. Touchés dans leur amour-propre, surtout que leur galerie, constituée d'une trentaine de supporters, ne cessait de les encourager, les Congolais se lancèrent corps et âme dans la bataille et réussir enfin à menacer la cage adverse (21e).

Mieux encore, le maestro et capitaine Filanc Kembo a failli obetnir l'égalisation (27e). Les Marocains réagirent, repoussant de nouveau les visiteurs. Ils eurent deux occasions de second but (33e et 35e). Alors qu'ils avaient réinstauré leur domination, les locaux faillirent être surpris par ce diable de Kembo dont le tir sur balle arrêtée a frôlé la lucarne (37e). La supériorité physique et morphologique demeuraient des atouts supplémentaires pour les Lionceaux qui dilapidèrent de nouveau une occasion franche (44e).

Reprise tonitruante, les Congolais étant apparemment gonflés à bloc. Mais ce ne sera qu'illusion face à un adversaire occupant admirablement le terrain et surtout armé d'un calme olympien. Mais les coéquipiers de Kembo se verront refuser le but par la barre transversale qui dévie dehors (55e).

Les changements opérés par le coach marocain vont perturber la bonne carburation de son équipe et donner ainsi l'occasion aux visiteurs de faire jeu égal voire de dominer par intermittence. Malgré cela, les Lionceaux se créeront une occasion réelle (72e) contre deux pour les visiteurs.

Les équipes
• Maroc : A. Zniti, I. Tichaouit, N. Aarab, M. Oulhadj, I. BelamalemY. Elasba), A. El Bouaanani, R. Jaouhari (M. Mossamih), . R. Imaghri A. Ghali), M. Maataoui, R. El Ouattassy, O. El Gharib,
Entr. : Mohamed Madih
• Congo : D. Onka, J. Sabou, C. Mimiesse, A. Mbani, K. Mereck, J. Ondzolet, D. Mdinga, C. Ngalosso, C. Kembo, H. Tchilinbo, T. Tatty, G. Toufilana
Entr : Eddie Hudanski



Seul un vrai lions peut mouiller son maillot et son coeur pour sa patrie.
Seul un vrai supporter peut être derrière son équipe à n'importe quel moment.
Facebook