Maroc : record de 86,85 milliards DH en investissements publics
Maroc : record de 86,85 milliards DH en investissements publics
(24/10/2005)

Le volume global des investissements publics alloués à l'équipement pour l'année 2006 atteint un chiffre record de près de 86,85 milliards de dirhams, dont 21,5 milliards au titre du budget général de l'Etat.

Ce record a été mis en exergue par M. Fathallah Oualalou, ministre des Finances et de la Privatisation, alors qu'il présentait vendredi dernier le projet de loi de finances 2006 devant les députés, prévoyant que l'année 2006 "sera particulièrement riche en projets d'investissement d'une envergure inégalée, dont beaucoup présentent un caractère structurant, permettant d'améliorer la compétitivité des différentes zones du pays".

Cet effort d'investissement public est par ailleurs davantage justifié dans la note de présentation détaillée jointe au projet de loi de Finances, qui souligne que des infrastructures de base de qualité "constituent non seulement l'assise physique indispensable au fonctionnement normal des rouages économiques, mais également un facteur d'attractivité du pays à l'égard de l'investissement, tant national qu'étranger".

Outre les 21 milliards et demi prévus au titre du budget de l'Etat, la note de présentation rappelle ceux du Fonds Hassan II pour le développement économique et social (3,5 milliards), des entreprises et établissements publics (49,14 milliards DH), des Comptes spéciaux du Trésor (6,5 milliards DH), des Services de l'Etat gérés de manière autonome (SEGMA) (206 millions DH) et des collectivités locales (6 milliards DH).

Illustrant cet effort d'investissement, le document cite notamment les projets en cours du complexe portuaire Tanger Méditerranée, de l'extension du réseau autoroutier et du réseau ferroviaire avec le doublement de certains tronçons, de la rocade méditerranéenne, de l'aménagement des berges du Bou Regreg, de la construction de complexes sportifs et de piscines, d'ouvrages hydrauliques, de la bibliothèque nationale, du musée des arts modernes et du musée archéologique.

Il souligne, en outre, que les années à venir "seront particulièrement riches en projets stratégiques de grandes envergures appelés à marquer de leur empreinte le pays sur le moyen et le long terme".

La note relève que parallèlement à l'intensification de l'effort d'investissement public, notamment dans les infrastructures de base, le secteur privé " est appelé à jouer un rôle moteur dans le processus de développement par le biais de la relance de ses initiatives d'investissement et de production ".

Affirmant que le gouvernement s'attache à mettre en place les conditions nécessaires "pour favoriser l'éclosion et l'épanouissement de l'initiative privée et le développement de la culture d'entreprise", le document précise que "l'action multiforme menée à cet effet par les pouvoirs publics consiste principalement dans la mise au point de stratégies sectorielles, l'adaptation du cadre juridique et institutionnel et le soutien direct de l'acte d'investissement".
 
Facebook