News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion
Maroc : législatives de 2007 : Une nouvelle mascarade
La plus importante association islamiste marocaine Al Adl Wal Ihssane (Justice et bienfaisance) boycottera les élections législatives de 2007 qualifiées de "mascarade", a déclaré mercredi son porte-parole Fathallah Arsalane.

"Notre position rejoint la majorité du peuple marocain qui boycotte ces mascarades, et nous ne sommes pas prêts à construire sur du sable", a notamment estimé - au sujet des législatives de l'automne 2007 - le porte-parole d'Al Adl Wal Ihssane dans un entretien au journal Al Massae (indépendant).

"Toute participation à la farce électorale marocaine est une contribution à prolonger le temps de l'absurde et de la corruption", a-t-il ajouté.

M. Arsalane a laissé entendre que son organisation ne soutiendrait pas aux prochaines élections le parti islamiste Justice et développement (PJD, modéré) - qui compte actuellement une quarantaine de députés.

"Moi, je parle des élections comme d'un phénomène tragiquement absurde alors que toi tu me parles de sensibilité (idéologique)", a dit M. Arsalane en direction du journaliste qui lui demandait si son organisation allait soutenir le PJD.

"Les élections sont octroyées (par le pouvoir) comme la Constitution qui les organise, elles ne dégagent pas une majorité pour gouverner, mais de nouveaux fonctionnaires auprès de ceux qui gouvernent réellement", a-t-il poursuivi.

M. Arsalane a dénoncé une campagne de répression qui vise "l'éradication rapide de son mouvement". Plus de 3.000 membres de l'association ont été interpellés et 335 d'entre eux sont poursuivis par les tribunaux (en 2006), a-t-il assuré.

La police a lancé en mai dernier une campagne d'interpellations dans les rangs de l'association qui avait multiplié ses "journées porte-ouvertes" considérées comme "illégales" par le ministère de l'Intérieur.

Tolérée mais jamais reconnue, l'association Al Adl Wal Ihssane est dirigée par le cheikh Abdessalam Yassine, un ancien opposant au roi Hassan II.
 
Facebook