Mariage arrangé, l'histoire de Leila(fiction)
Voilà une histoire que j'écris, tout est inventé et romancé, c'est la première fois que j'écris une histoire, j'espère que ça vous plaira. Le titre n'a pas trop de rapport avec le début de l'histoire mais vous comprendrez petit à petit.




Mariage arrangé.


Je m'appelle Leila, j'ai 20 ans et je suis en deuxième année de fac de droit. Je vis à Paris dans un appartement du 18ème arrondissement. J'y vis depuis toujours avec ma mère, mon père et mon grand frère de 23 ans, Amine. On s'entend super bien lui et moi, on est très proche et on se confit presque tout du à notre minime différence d'âge. Ce que j'aime chez lui, c'est qu'il est à la fois protecteur et sympa. Je m'explique, il me laisse vivre mes propres expériences, m'emmène parfois avec lui en voyage ou juste pour sortir mais en même temps il prend soin de moi et fais toujours attentions à ce que je ne prenne pas le mauvais chemin. Je remercie Dieu chaque jours d'avoir un frère comme le mien.
Aujourd'hui, j'ai pas cours, je suis dans ma chambre quand j'entends quelqu'un toquer à la porte de ma chambre :

-Entre, c'est ouvert dis-je en ne me retournant même pas pour voir qui me dérange.
-Nahla, je suis rentrée, tu bosses sur quoi?
-Salut Amine, ooh, j'ai un devoir de droits privée à rendre pour demain, ça me fatigue d'avance!
-Ahah, bon courage, je venais juste te dire que je suis avec Younes, on va bosser un peu et ensuite on ira faire un tour, je mange surement pas à la maison ce soir, passe le message à maman.
-Ok, amusez vous bien.

Younes, c'est l'un des meilleurs amis de mon frère depuis... disons depuis toujours. Ils ont été dans la même école primaire, le même collège, le même lycée et même maintenant ils sont dans la même école de commerce! C'est dingue comme ils sont toujours collés ensemble. Bizarrement, même si je suis souvent avec mon frère, Younes et moi on ne se connait pas trop, disons qu'on s'évite même carrément. Je crois qu'entre lui et moi, c'est physique, ça passe pas...pour dire les choses clairement, on se déteste. Enfin, aussi loin que je me souvienne, c'est plutôt lui qui me déteste, et moi j'ai toujours eu un peu de mal face à cette rancœur inexpliquée. Enfin bref, je m'en fiche un peu, j'essaie d'être polie en face de lui, surtout quand mon frère est dans les parages et ça s'arrête là. De la pure politesse.


J'étais dans la cuisine entrain de me faire un café, quand je vois Younes entrer et chercher quelquechose du regard. Comme d'habitude, c'est moi qui entamme la conversation :

-Salut, dis-je d'un ton, je l'espère, enjoué.
Il me jetta un rapide coup d'oeil et murmura quelquechose qui ressemblait vaguement à un « bonjour ».
Bon je fais pas trop attention à lui, comme d'habitude et j'attends que le café bout.
Je le vois du coin de l'oeil qui s'agite et ne trouve apparement pas ce qu'il cherche puisqu'il appelle mon frère pour qu'il descende l'aider. Mon frère, probablement occupé à écouter de la musique ou je ne sais quoi d'autre, ne lui répond même pas. Voulant l'aider je lui demande :

-Tu cherches quoi? Je peux peut être t'aider?
-Je t'ai rien demandé
-Ok... J'étais sur le cul, comment ce gars là pouvait être meilleur ami avec mon frère il était tout simplement odieux, quand je pense qu'il ose me rembarrer sous mon propre toi! Je prends alors sur moi et me dit que c'est stupide d'être en froid avec lui depuis tant d'année sans raison présice.
-Tu sais, je trouve ça débile qu'on s'entende pas toi et moi, je veux dire tu fais pratiquement parti de la famille, tu t'entends super bien avec mes parents, et même avec mes meilleures copines, on devrait faire un trêve toi et moi, on pourrait même devenir amis, se serait plus cool que de se faire la guerre non, après tout moi j'ai vraiment rien contre toi, alors t'en pense quoi?
Et là, je le vis sourire d'un petit sourir en coin du genre « cause toujours tu m'interesse », je fulminais d'avance en me traitant d'idiote dans ma tête, pourquoi j'avais même essayer de parler avec lui! Sa voix me sortit de mes pensées :

-Ton café
-Hein? Répondis-je comme si j'avais assez l'air d'une débile comme ça!
-Je crois que ça bout là... On avait l'impression que chaque mot lui écorchait la bouche, ça devait vraiment le saouler de parler avec moi!
-Oh merde

et puis je me précipitais vers la gaziniere pour enlever la casserole du feu, n'oubliant de me bruler légèrement au passage. pendant ce temps, je l'entendais rigoler en montant les escalier. Grrrr, quel idiot, prétencieux, snob! Je le déteste!


Au même moment dans la chambre d'Amine :

Younes venait d'entrer en rigolant doucement.

-Qu'est ce qui te fais rire? Demanda Amine en levant les yeux de son bouquin
-Ta soeur répondit Younes sans vraiment faire gaffe
-Quoi?
-Euuh, nan rien, c'est juste qu'elle est maladroite.

Ne comprenant pas vraiment ce à quoi faisait allusion Younes, Amine retourna à ses devoirs suivit de près par Younes.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 19/08/11 20:59 par Nessaa.
Salam!

Je sens que cette histoire va me plaire grinning smiley

Tu écris très bien , j'attends la suite avec impatience! grinning smiley
salam merci pour cette histoire, je voudrais juste te demander s'il est possible que tu mettes le nom des interlocuteurs lorsqu'il y a un dialogue.



Se tromper une fois est une erreur
Se tromper deux fois est un choix
Salut les filles, merci, je suis contente que ça vous plaise.
Pour les noms en face des dialogues je suis pas trop fan, désolée, mais je vais faire en sorte que ce soit plus clair en mettant des tirets (car j'ai vu qu'ils avait sautés à la rédaction!)
oh, vous savez comment changer le titre d'une discussion?

bon ramadan à tous!
Voilà la suite! dites moi svp si ça vous plait ou pas grinning smiley



Environ une semaine après...


J'étais à la bibliothèque, seule à 23h, j'avais prévenue mes parents que j'avais encore beaucoup de boulot et que j'avais besoin d'étudier certains ouvrages pour finaliser tout ça. Heuresement que la bibliothèque universitaire restait ouverte toute la nuit en semaine pour permettre aux étudiants comme moi de bosser à fond avant les exams. Nadia, ma meilleure amie, venait juste de partir, elle avait insister pour que je parte en même temps qu'elle car ce n'était pas sûr, mais ayant encore beaucoup de boulot j'ai refusé. Au départ, elle ne voulais pas vraiment me laisser seule mais il fallait absolument qu'elle prenne le dernier bus.
Une demi heure après, la bibliothèque se vidait, du moins à l'étage dédié au droit, et il restait seulement un étudiant tout au fond de la salle.
Je me décidait de me lever pour me dégourdir un peu les jambes et me dirigée alors vers les toilettes.
Devant le lavabo, je me passais un peu d'eau sur le visage afin de me réveiller.
J'allais sortir des toilettes pour enfin aller ramasser mes affaires et rentrer chez moi lorsque je vis quelqu'un qui bloquait l'entrée... c'était le garçon qui était dans la même salle que moi tout à l'heure.
Ne voulant pas m'attirer d'ennuis je me suis dirigée rapidement vers la sortie afin de m'en aller le plus rapidement possible mais le garçon en avait apparement décidé autrement.

-Tu vas où ma jolie?
-Euuh, mon frère m'attends je dois y aller mentis-je afin de me débarasser de lui au plus vite
-ce serait dommage reste un peu, qu'on fasse connaissance!
Dans les toilettes des filles? pensais-je abasourdie
-allez, fait pas ta timide
Ok, ce gars là commençait sérieusement à me faire peur, je sortais alors rapidement mon téléphone pour appeler quelqu'un à l'aide lorsqu'il me stoppa et envoya mon téléphone valser à l'autre bout de la pièce. Il s'approcha alors de moi, juste après avoir fermé la porte des toilettes et m'aggripa violemment par le bras.
-Tait toi et tout ira bien
me murmura-t-il à l'oreil, j'étais dégouté de le sentir me toucher et de sentir son souffle contre moi.
-Lachez moi
-Je ne crois pas non, on commence tout juste à s'amuser.


Puis tout s'accéléra, il me plaqua violemment contre le sol, ma tête heurta la carrelage, j'étais dans les vapes et lui commençait à me deshabiller. Ce fut l'expérience la plus douloureuse et traumatisante de toute ma vie. Je le supplier d'arrêter, je me debatter comme une folle mais plus je me debattait, plus il me frappait et moins j'avais de force. Je me suis alors mise à prier dans ma tête en fermant les yeux à m'en faire mal. Je priais Dieu d'éloigner le malin, je priais Dieu pour que cet homme ne soit plus habité par le sheitan, je priais et je pleurais. Puis quand je les réouvris, j'étais à nouveau seule dans ces toilettes maudites, seule, blessée, et terriblement honteuse.
Je n'arrivais pas à comprendre, mon cerveau tournait à cent à l'heure, si seulement j'avais écouté Nadia, si seulement j'étais rentrée avec elle, si seulement je n'étais pas partie m'isoler dans cette partie du batîment...oh mon dieu... c'est ce qu'on appelle le mektoub...
cet homme venait de me prendre ma virginité de la façon la plus odieuse possible. Je me relevais alors doucement, réarangeant tant bien que mal mes vêtements, puis je me dirigea ver le miroir des toilettes et là mon reflet m'apparu. J'étais horrifée. Ma lèvre avait légerement gonflée, du sang coulait de mon front et j'avais atrocement mal à la tête. La première pensée qui me vint à l'esprit fut : comment vais-je le cacher à ma famille. Car il n'était décidemment pas possible de leur en parler...j'avais si honte. À ce moment là, j'entendis mon portable sonner je parti alors le récupérer sur le sol...c'était Amine. Je décrochais alors juste après avoir pris une grande respiration :

-Al..lo... ma voix déraillée complètement, j'étais à deux doigts de pleurer
-Allo? Leila?
-Oui, ce n'était pas la voix d'Amine
-Euh...C'est Younes
-Younes? Dis-je étonnée
-Oui, écoute je voulais pas t'ennuyer avec ça mais ton frère a oublié son portable chez moi tout à l'heure et je crois qu'il ne s'en ai pas rendu compte, je voulai pas appeler chez toi car il est tard, je me suis dis que tu étais surement encore réveillée, tu peux lui dire de passer le récupérer, je crois qu'il n'a même pas remarqué qu'il l'avait oublié...
Younes parlait mais moi j'étais ailleurs, de quoi parlait il? Un portable, oui celui d'Amine, il voulait que je passe un message...
ravalant mes larmes je lui répondis :
-Je peux pas
-De quoi? Dis ça va? T'as une voix bizarre
Wouah, Younes qui s'inquiétait pour moi c'était une première pensais-je amèrement.
-Je ne suis pas chez moi, désolée mais je ne peux pas passer le message à m...
-Atttends, t'es où la? Pourquoi t'es pas chez toi?
-Euuh, j'étais complètement déconcertée par le ton de sa voix, il était vraiment inquiet, j'essayais tant bien que mal de me ressaisir...Je suis à la BU, j'avais deux trois choses à finir pour les cours
-Ah, ok mais t'es sur que...
-Oui?
-Euh non rien laisse tomber, bon fais attention à toi
-Oui, oui...dis-je d'une petite voix.
Il y eu un petit silence, comme si Younes réfléchissait à ce qu'il allait dire
-Sérieusement, c'est pas sur pour une jeune fille d'être seule sur un campus à cette heure là, on s'est pas trop qui peut y roder, si tu veux je viens...
Et là, je ne sais pas trop si c'était du au ton de sa voix ou plutôt à ses mots mais j'éclatais en sanglots.
Aussitôt, Younes s'alarma et dis :

-Leila, qu'est ce qui se passe??
j'arrivais plus à respirer, mes larmes me prenaient tout mon souffle
-Chuut calme toi Leila respire, la voix douce de Younes me calma quelques instant, J'arrive d'accord? T'es où?
N'entendant pas de réponse Younes perdu un peu sa patience, il semblait avoir peur :
-Dis moi t'es où bordel!
-Au...au troisième étage, au toilettes des filles.
-Attends moi, j'arrive, je suis là dans 15 minutes ok? Enferme toi dans une des cabines, j'arrive...
Younes pressentait que quelquechose de vraiment moche avait du se passer, mais il était loin de s'imaginer que la réalité était encore plus cruelle.

Je fit alors ce qui lui avait dit Younes, je partis m'enfermer dans la cabine la plus au fond des toilettes pour femmes. Je tremblait comme une feuille et n'avait qu'une hâte que Younes arrive afin de ne plus être seule. Je n'avait pas vraiment réfléchit à ce que j'allais lui dire, comment allais-je lui expliquer l'état dans lequel j'étais, moi qui voulais garder ça secret. Je me remis à sangloter, J'avais si mal autant physiquement que moralement. Je tentais encore de réajuster mes vêtement mon pantalon n'avait rien mais mon haut lui était partiellement déchiré, je tentais de cacher le plus possible mon corps avec ce qu'il en restait. J'en étais là lorsque j'entendis quelqu'un entrer dans les toilettes ma première réaction fut d'arrêter de respirer...et s'il était revenu? Oh Allah sauve moi... mais la je lacha un soupir de soulagemment lorsque j'entendis la voix familière de Younes:

...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 19/08/11 21:00 par Nessaa.
c'est tristounet tout ça! Je veux la suiiite smiling smiley



Mariée et heureuse Al hamdoulilah - Future maman d'une princesse et DPA prévue le 26/05/2014 Inchallah!
Incha'Allah un beau +++ à toutes mes coupines essayeuses<3
C'est horrible ce qui lui est arrivee crying La suite stp.



Si un jour tu ressens l'envie de travailler, assieds-toi, et attend qu'elle te passe...
Ohhh c'est horrible skil c passé, meskina.. Aya Jattends la suite avec impatience, j'aime beaucoup ta façon d'ecrire
olalal trop terrible cette histoire!!!!!!!!!!
fais pas comme les autres ns laisse pas mariner pleaaaaaaaaaaaase!lol
la suite tarete pas comme sa ns plante pas cme lala nassa ta commençé une histoire continue la hafak
la suite tarete pas comme sa ns plante pas cme lala nassa ta commençé une histoire continue la hafak
Merci pour vos encouragements grinning smiley et désolée pour l'attente!! voici la suite grinning smiley!!



J'en étais là lorsque j'entendis quelqu'un entrer dans les toilettes ma première réaction fut d'arrêter de respirer...et s'il était revenu? Oh Allah sauve moi... mais la je lacha un soupir de soulagemment lorsque j'entendis la voix familière de Younes:

-Leila t'es là? Il semblait essouflé, il avait probablement courru

Je sortis alors de ma cabine et me retrouva face à lui, ses yeux me parurent doubler de volume, c'est vrai que je fesais peur à voir... il s'approcha de moi tout doucement, ne sachant probablement pas comment réagir et là je sentis que mes jambes ne tenaient plus j'avais plus de force, je me sentis sombrer et je me serais probablement effondrée sur le sol si Younes n'avait pas accouru vers moi pour me retenir. Il m'assit alors tout doucement sur le sol et tenta de me prendre dans ses bras pour me consoler, je le repoussais quelque peu, toujours tremblante, mais il insista et me dis :

-Fais moi confiance, je ne te ferais pas de mal...

J'étais tellement perdu et fragile. Sentant que je pouvais lui faire confiance, je plongeais alors dans ses bras et pleurais toutes les larmes de mon corps.

-chuut, ça va aller...

Younes me caressait doucement les cheveux, il enleva alors sa veste et me la passa sur le dos. Il m'aida à me relever et m'accompagna jusqu'à la salle d'étude pour récupérer mes affaires. On se dirigea finalement sur le parking de la bibliothèque afin de regagner sa voiture. Je m'installais côté passager, en silence, et lui de son côté ne posait aucune question. Il introduit lentement la clès de contact, et me demanda en tournant sa tête vers moi :

-Leila, je vais t'emmener à l'hopital d'accord?
J'acquieçais doucement, toujours sous le choc de ce qui venait de se passer.

Une fois à l'hopital une femme médecin m'examina, elle me posa quelques questions, et je lui racontais tout. Elle me fit une prise de sang pour détecter une quelcquonque maladie sexuellement transmisible et soigna mes blessures qui étaient pour la plupart superficielles. Lorsque je sorti de la salle d'examen, Younes m'attendait assis sur une chaise...Je me dirigeai vers le comptoir pour remplir les formalités administratives laissant derrière moi mon médecin et Younes.

-Bon, après ce qu'elle a subit, elle va être perturbée quelques temps, c'est normal, il va surement falloir qu'elle suive un psychologue, les amis sont très importants durant ces épreuves...
-Un psychologue? Demanda Younes ne savant toujours pas exactement ce qui était arrivé à Leila
-Oui, après un viol....
Le médecin continuait de conseiller Younes, mais celui ci n'écoutait plus, il avait les points serrés et les larmes qui lui montaient aux yeux. S'il retrouvait ce fils de p***e, il le tuerait. Sa Leila, comment avait il osé, elle était si fragile...
-Vous allez bien monsieur? Demanda le medecin
-Euh, oui oui ça va
-Donc j'en ai parlé avec Leila, elle ne veut malheuresement pas porter plainte, c'est son choix mais essayez s'il vous plait d'en parler avec elle. Bon au revoir, n'hésitez pas à m'appeler au moindre problème, vous avez ma carte.
-Oui, merci docteur.


Younes et moi étions de nouveau dans sa voiture lorsque je reçu un coup de fil de chez moi, je décrochais après avoir pris soin de reprendre mes esprits et réfléchis à une excuse pour mon retard.

-Allo?
-Leila c'est Amine, t'es où?
-Euh... je suis avec Younes, tu avais oublié ton portable chez lui donc quand j'ai appelé c'est lui qui a décroché, il s'est donc proposé pour venir me chercher.
-Ah, ok, tu rentres quand?
-Euh... je rentre pas ce soir...
-Quoi? Pourquoi? T'as prévu maman et papa?
-Non mais tu leur diras demain matin s'il te plait, je vais chez Nadia, il faut absolument qu'elle m'aide pour un devoir que je dois finir.
-Ok, ok, passe moi Younes s'il te plait. dis Amine pas très convaincu
Je tendis alors le téléphone à Younes en lui disant « mon frère veut te parler » Je priais intérieurement pour qu'il ne lui dise rien
-Allo?
-Ouai Younes, c'est quoi ce délire avec ma soeur?
-Ba comme elle te l'a dit, je la dépose chez sa copine
-Mais pourquoi t'as été la chercher?
-Je sais pas il fesait tard et je savais pas trop comment te contacter, donc je me suis dis que c'était plus sûr si j'allais la chercher, après tout c'est la petite soeur de mon meilleur ami
-Ok, merci bon azy bonne nuit à demain, faites attention sur la route.
-Bye
Younes raccrocha alors le téléphone et me le tendit. Il me dit alors :

-Leila, je sais que ce que tu viens de vivre est horrible, mais il faut que tu en parles à ton frère et que tu ailles porter plainte.
-Je peux pas... j'avais du mal à parler, je ne le regardais même pas dans les yeux tellement je me sentais male.
-Pourquoi?
-Tu te rends pas compte, comme tu l'as dit, c'est horrible, je suis sale, je suis rien, comment je pourrais faire porter cette honte à mes parents, non, c'est pas possible...
-Arrête, c'est faux, t'es loin d'être sale et t'as pas à avoir honte, ne dis pas ça, s'il y en a un qui doit se sentir sale et honteux c'est ce bat*rd qui t'as fait ça, dis moi qui c'était...
-Je sais pas, je...je l'avais jamais vu... Je me remettait alors à pleurer, je me détester d'être aussi faible.
-Ok c'est pas grave, le plus important c'est que tu ailles bien, tu as mal quelquepart?
J'étais vraiment touché qu'il soit si attentioné envers moi et non pas dégouté comme je l'étais de moi même à cet instant.
-Non ça va mieux, en réalité j'avais atrocement mal, mais je ne voulais surtout pas l'inquiéter encore plus.
-Leila, il faut en parler, je pourrais pas le cacher à Amine indéfinemment
-Non, non je t'en supplie ne lui dis rien, je veux pas qu'il me voit comme Leila, la pauvre fille qui s'est faite violée, je t'en prie, les larmes remontaient à mes yeux et je faisait tout pour les empecher de couler, j'étais vraiment désespérée.
-Ok, ok, je ne dirais rien j'attendrais que tu sois prête, mais crois moi quand je te dis que tu n'es en rien responsable! Bon, montre moi la direction de chez ta copine.
-Ok.

Le trajet se fit en silence. Lorsque Younes arriva au pied du batiment de Nadia, Je m'appretais à retirer la veste de Younes lorsque celui ci m'interrompit :

-Non, garde là, t'en fait pas pour ça et tiens, le téléphone de ton frère. À bientôt.
Je ne savais pas vraiment quoi rajouter d'autre et à la fois je voulais tant le remercier.

-Younes, merci d'avoir était la pour moi ce soir, je sais que tu ne m'as jamais vraiment apprécié et que tu as pris sur toit ce soir, alors merci du fond du coeur.
Younes parraissait gêné, il ne savait probablement pas quoi répondre, je rassemblais alors toutes mes affaires et ouvrit la portière, Younes m'attrapa le bras et me dit :

-T'es une fille bien, ne laisse jamais personne te dire le contraire.

Wouaah, j'avais l'impression d'avoir une autre personne face à moi, c'était lui alors le vrai Younes? Je comprenais maintenant pourquoi tout le monde l'apprécié.

-Merci, merci pour tout, aurevoir.
-Bye

et il fila dans la nuit au volant de sa voiture.
Salam!


La suiiiiite. Ne nous fait pas languir stp !!



Absolutely Incredible
salam chere soeur

mets ns la suiiite stp
la suite nous plante pas stp
ouii la souiiiiiite ti souiiiiiiite!lol



▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ L'attente est en proportion du bonheur qu'elle prépare ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬
Ohlala c'est cruel de nous faire attendre autant.

On veut la suiiiiite nous sad smiley



Absolutely Incredible
sitoupliiiii sad smiley



Mariée et heureuse Al hamdoulilah - Future maman d'une princesse et DPA prévue le 26/05/2014 Inchallah!
Incha'Allah un beau +++ à toutes mes coupines essayeuses<3
salam

Je vais suivre ton histoire car toi aussi tu écris très bien et puis c'est toujours plaisant de lire une fiction sans fautes d'orthographe
Bah alors, on a pas de suite?!
sad smiley
Facebook