lire le coran même si l'on ne comprend pas l'arabe.
Un vieux musulman américain vivait dans une ferme au Kentucky avec son jeune petit-fils. Chaque matin le grand-père était le premier levé.

Il se posait sur la table de cuisine et lisait le Quran. Son petit-fils voulait donc essayer d'imiter les manières de son grand-père.
Un jour le petit-fils demanda, "grand-père ! J'essaye de lire le Quran comme
vous mais moi je ne le comprend pas, et ce que je comprends, je l'oublie dès que je ferme le livre. A quoi bon lire le Quran ?"

Le grand-père reflechi et lui proposa : "prends ce panier de charbon en bas du fleuve et rapporte-moi ce
panier d'eau."

Le garçon fit comme il lui était dit, mais toute l'eau fuie du panier avant qu'il
soit de nouveau à la maison. Le grand-père rit et dit, " Tu dois aller un peu vite la prochaine fois, et l'envoya de nouveau au fleuve avec le panier pour réessayer. Cette fois le garçon couru plus rapidement, mais de nouveau le panier était vide avant qu'il soit retourné à la maison. Essoufflé, il dit à son grand-père qu'il était impossible de porter l'eau dans un panier, et il voulait un seau à la place. Le vieil homme dit, "je ne veux pas un seau de l'eau; je veux un panier de l'eau. Tu n'essaie pas assez."


Et il est sorti à la porte pour observer le garçon essayer à nouveau.

A ce moment, le garçon su qu'il était impossible, mais il voulait montrer à son grand-père qui s'il courait aussi vite il pouvait y arriver. Mais l'eau fuyait avant qu'il soit de nouveau à la maison.

Le garçon a de nouveau plongé le panier dans le fleuve et couru rapidement, mais quand il
arriva chez son grand-père le panier était encore vide. A bout du souffle, il dit, "Vous voyez grand-papa, il est inutile!"

"Ainsi tu penses que c'est inutile?" Le vieil homme dit, "regard ton panier."

Le garçon regarda le panier et pour la première fois il s'est rendu compte que le panier était différent. Il avait été transformé d'un vieux charbon sale le panier et était maintenant propre, Ã l'intérieur et en dehors.

"Mon fils, c'est ce qui se produit quand tu lis le Quran. Tu ne pourra pas comprendre ou tu rappeller de tout, mais quand tu le lira, tu seras changé, à l'intérieur comme à l'extérieur. C'est le travail d'Allah en nos vies."



( P.S: j'ai essayé de traduire ce texte à partie d'une version en anglais, donc la syntaxe n'est pas excellente, mais la morale est la.)
jazzaki llahou bi kayr



La loi française nous oblige à conserver les données pendant 1 an pour pouvoir identifier la personne en cas de plaintes pour diffamation ou autres.
BarakaAllah o fik ihsen

smiling smiley
Cette parabole me fait - malheureusement - penser à l'interdiction par l'Eglise catholique de toute traduction de la bible en langue vulgaire. Cette stratégie - qui était d'ailleurs un des principaux griefs des réformateurs protestants à l'encontre de la papauté - permettait de confiner le peuple dans l'ignorance, d'empêcher toute critique et de préserver le Dogme.

Moi qui pensais que l'Islam avait cet immense avantage d'encourager à la connaissance et de privilégier une relation directe entre le croyant et le Texte... Je suis déçu.
Citation
posthume a écrit:
Cette parabole me fait - malheureusement - penser à l'interdiction par l'Eglise catholique de toute traduction de la bible en langue vulgaire. Cette stratégie - qui était d'ailleurs un des principaux griefs des réformateurs protestants à l'encontre de la papauté - permettait de confiner le peuple dans l'ignorance, d'empêcher toute critique et de préserver le Dogme.

Moi qui pensais que l'Islam avait cet immense avantage d'encourager à la connaissance et de privilégier une relation directe entre le croyant et le Texte... Je suis déçu.

Un musulman sur deux lit le coran sans le comprendre, car une grande partie de la population musulmane pratiquante se trouve dans des pays non arabes (juste pour info, l'indonésie, le pakistan sont les 2 pays les plus peuplés de mondes musulman et leur population ne parlent pas l'arabe).Les musulmans de ces pays liraient donc le coran comme ce petit garçon cité dans le conte de Ihsen.
"Tu ne pourra pas comprendre ou tu rappeller de tout, mais quand tu le lira, tu seras changé, à l'intérieur comme à l'extérieur."
Je ne sais pas si cet effet est identique sur des milliards de ces musulmans ; en tout cas ,cette lecture du coran (lire sans comprendre) est sans doute plus affective qu'autre chose et prive les musulmans de connaitre,savoir à quoi il croient !

Est ce que ceci explique la quasi inexistance d'une réelecture et interprétation critique du coran ?

Les autres livres sacrés (le nouveau et l'ancien testament) ont bien subi une révision et relecture historiques , pourquoi pas le coran ?
Qu'en pensez vous ?



Modifié 1 fois. Dernière modification le 07/02/08 15:29 par abdou-bordeaux.
yess ... Jazakhallah o kheire k smiling smiley
Merci pour cette belle histoire. Etre musulman, ce n' est pas etre arabe ou arabophone
C' est avoir la FOI, al imane. La foi en Un Dieu et on peut etre sourd muet et aveugle et avoir la foi.
Les langues ne sont que des moyens de communication pour se comprendre les uns les autres.
Apprendre l' arabe est recommandé pour comprendre le Coran, du moins une partie (car aucune traduction n' est parfaite et Seul est parfait connaisseur de ce qu' Il dit). Pour comprendre la Torah, il vaudrait mieux apprendre l' hébreu, c est une question de logique.
Citation
abdou-bordeaux a écrit:
Citation
posthume a écrit:
Cette parabole me fait - malheureusement - penser à l'interdiction par l'Eglise catholique de toute traduction de la bible en langue vulgaire. Cette stratégie - qui était d'ailleurs un des principaux griefs des réformateurs protestants à l'encontre de la papauté - permettait de confiner le peuple dans l'ignorance, d'empêcher toute critique et de préserver le Dogme.

Moi qui pensais que l'Islam avait cet immense avantage d'encourager à la connaissance et de privilégier une relation directe entre le croyant et le Texte... Je suis déçu.

Un musulman sur deux lit le coran sans le comprendre, car une grande partie de la population musulmane pratiquante se trouve dans des pays non arabes (juste pour info, l'indonésie, le pakistan sont les 2 pays les plus peuplés de mondes musulman et leur population ne parlent pas l'arabe).Les musulmans de ces pays liraient donc le coran comme ce petit garçon cité dans le conte de Ihsen.
"Tu ne pourra pas comprendre ou tu rappeller de tout, mais quand tu le lira, tu seras changé, à l'intérieur comme à l'extérieur."
Je ne sais pas si cet effet est identique sur des milliards de ces musulmans ; en tout cas ,cette lecture du coran (lire sans comprendre) est sans doute plus affective qu'autre chose et prive les musulmans de connaitre,savoir à quoi il croient !

Est ce que ceci explique la quasi inexistance d'une réelecture et interprétation critique du coran ?

Les autres livres sacrés (le nouveau et l'ancien testament) ont bien subi une révision et relecture historiques , pourquoi pas le coran ?
Qu'en pensez vous ?


[www.yabiladi.com]
Citation
SerN a écrit:
Merci pour cette belle histoire. Etre musulman, ce n' est pas etre arabe ou arabophone
C' est avoir la FOI, al imane. La foi en Un Dieu et on peut etre sourd muet et aveugle et avoir la foi.
Les langues ne sont que des moyens de communication pour se comprendre les uns les autres.
Apprendre l' arabe est recommandé pour comprendre le Coran, du moins une partie (car aucune traduction n' est parfaite et Seul est parfait connaisseur de ce qu' Il dit). Pour comprendre la Torah, il vaudrait mieux apprendre l' hébreu, c est une question de logique.

Certes mais alors pourquoi Dieu a-t-il choisi le Verbe comme médiateur de sa révélation ?
Pourquoi a-t-il choisi une langue compréhensible pour une fraction seulement de ses créatures ? Et ce alors même qu'il a délibérément créé plusieurs langues car il aime la diversité (je t'emprunte cette affirmation) ?

Le message divin, parfait dans son universalisme et sa simplicité, devrait en principe supporter la traduction.
Citation
posthume a écrit:
Cette parabole me fait - malheureusement - penser à l'interdiction par l'Eglise catholique de toute traduction de la bible en langue vulgaire. Cette stratégie - qui était d'ailleurs un des principaux griefs des réformateurs protestants à l'encontre de la papauté - permettait de confiner le peuple dans l'ignorance, d'empêcher toute critique et de préserver le Dogme.

Moi qui pensais que l'Islam avait cet immense avantage d'encourager à la connaissance et de privilégier une relation directe entre le croyant et le Texte... Je suis déçu.


Je ne vois là aucun rapport avec ce à quoi cela te fait penser.
Je ne comprends pas non plus ta manière de porter un jugement si tranché, et erronné à partir de ton
extrapolation imaginaire.
Bref, tu as raison d'être déçu...de toi-même.

Mais tu peux encore te cultiver si tu le désires réellement, il n'est jamais trop tard.
Citation
MeM1 a écrit:
Citation
posthume a écrit:
Cette parabole me fait - malheureusement - penser à l'interdiction par l'Eglise catholique de toute traduction de la bible en langue vulgaire. Cette stratégie - qui était d'ailleurs un des principaux griefs des réformateurs protestants à l'encontre de la papauté - permettait de confiner le peuple dans l'ignorance, d'empêcher toute critique et de préserver le Dogme.

Moi qui pensais que l'Islam avait cet immense avantage d'encourager à la connaissance et de privilégier une relation directe entre le croyant et le Texte... Je suis déçu.


Je ne vois là aucun rapport avec ce à quoi cela te fait penser.
Je ne comprends pas non plus ta manière de porter un jugement si tranché, et erronné à partir de ton
extrapolation imaginaire.
Bref, tu as raison d'être déçu...de toi-même.

Mais tu peux encore te cultiver si tu le désires réellement, il n'est jamais trop tard.

Le rapport est que dans les deux cas, c'est une invitation à renoncer à la compréhension directe du Texte, sans passer par la médiation des autorités religieuses (l'Eglise pour les chrétiens, les savants pour les musulmans).

Je ne vois pas de quel jugement tu parles. Tu extrapoles !
Citation
posthume a écrit:
Cette parabole me fait - malheureusement - penser à l'interdiction par l'Eglise catholique de toute traduction de la bible en langue vulgaire. Cette stratégie - qui était d'ailleurs un des principaux griefs des réformateurs protestants à l'encontre de la papauté - permettait de confiner le peuple dans l'ignorance, d'empêcher toute critique et de préserver le Dogme.

Moi qui pensais que l'Islam avait cet immense avantage d'encourager à la connaissance et de privilégier une relation directe entre le croyant et le Texte... Je suis déçu.

Salam,

Je ne comprends pas l'arabe mais je lis et j'apprends les sourates du Coran en arabe.
Cela m'a encouragée à la connaissance, puisque j'ai tenté d'apprendre l'arabe et à l'écrire.

Le problème c'est que nulle que je suis, j'ai laissé tomber car trop de travail et je me suis arrêtéesad smiley.

J'avais commencé à travailler sur la construction des mots, consonnes, voyelles, déclinaisons,..

ça me donne envie de reprendre mon cahier, mon livre de lecture et dépasser le stade de ba bi boun eye rolling smileytongue sticking out smiley, de passer au niveau supérieur inchae Allah.

Le Coran c'est l'ouverture de ma vie et je trouve ton commentaire inaproprié. Casser pour casser.



Si les oliviers connaissaient les mains qui les ont plantés, leur huile deviendrait des larmes.
@@@@@@@@
@@@@@@@@
@@@@@@@@
Il me semble, tout ignorant que je suis - et pour causes ! - en matière d'Islam, que cette religion présente la particularité de recommander la soif de la connaissance et l'étude directe du texte a tous ses croyants.

Cette histoire demande de renoncer à la compréhension du message divin et de s'en satisfaire. Je trouve cela dommage et contradictoire avec ce que j'ai exposé précédemment.

Je n'ai pas jugé l'Islam et n'ai rien cassé, encore moins pour le simple plaisir de casser !

Maintenant si vous le souhaitez, je peux participer à votre concours de conformisme :

barakallahou fik monsieur le posteur.
Citation
posthume a écrit:
Il me semble, tout ignorant que je suis - et pour causes ! - en matière d'Islam, que cette religion présente la particularité de recommander la soif de la connaissance et l'étude directe du texte a tous ses croyants.

Cette histoire demande de renoncer à la compréhension du message divin et de s'en satisfaire. Je trouve cela dommage et contradictoire avec ce que j'ai exposé précédemment.

Je n'ai pas jugé l'Islam et n'ai rien cassé, encore moins pour le simple plaisir de casser !

Maintenant si vous le souhaitez, je peux participer à votre concours de conformisme :

barakallahou fik monsieur le posteur.

Salamsmiling smiley,

Ok dis comme ça c'est mieux, j'y vois plutôt un encouragement à persévérer malgrès tout.

Tu ne pourra pas comprendre ou tu rappeller de tout, ne veut pas dire ne pas apprendre la signification de ce que tu lis.

Je suis d'accord avec toi, on doit comprendre le Coran et son sens.



Si les oliviers connaissaient les mains qui les ont plantés, leur huile deviendrait des larmes.
@@@@@@@@
@@@@@@@@
@@@@@@@@
Citation
posthume a écrit:
Citation
MeM1 a écrit:
Citation
posthume a écrit:
Cette parabole me fait - malheureusement - penser à l'interdiction par l'Eglise catholique de toute traduction de la bible en langue vulgaire. Cette stratégie - qui était d'ailleurs un des principaux griefs des réformateurs protestants à l'encontre de la papauté - permettait de confiner le peuple dans l'ignorance, d'empêcher toute critique et de préserver le Dogme.

Moi qui pensais que l'Islam avait cet immense avantage d'encourager à la connaissance et de privilégier une relation directe entre le croyant et le Texte... Je suis déçu.


Je ne vois là aucun rapport avec ce à quoi cela te fait penser.
Je ne comprends pas non plus ta manière de porter un jugement si tranché, et erronné à partir de ton
extrapolation imaginaire.
Bref, tu as raison d'être déçu...de toi-même.

Mais tu peux encore te cultiver si tu le désires réellement, il n'est jamais trop tard.

Le rapport est que dans les deux cas, c'est une invitation à renoncer à la compréhension directe du Texte, sans passer par la médiation des autorités religieuses (l'Eglise pour les chrétiens, les savants pour les musulmans).

Je ne vois pas de quel jugement tu parles. Tu extrapoles !


Vu de cet angle, je suis d'accord, mais la manière a prêté à confusion.
Autant pour moi.
Citation
posthume a écrit:
Il me semble, tout ignorant que je suis - et pour causes ! - en matière d'Islam, que cette religion présente la particularité de recommander la soif de la connaissance et l'étude directe du texte a tous ses croyants.

Cette histoire demande de renoncer à la compréhension du message divin et de s'en satisfaire. Je trouve cela dommage et contradictoire avec ce que j'ai exposé précédemment.

Je n'ai pas jugé l'Islam et n'ai rien cassé, encore moins pour le simple plaisir de casser !

Maintenant si vous le souhaitez, je peux participer à votre concours de conformisme :

barakallahou fik monsieur le posteur.


Nettement plus clair, je suis entièrement d'accord.

Mais je n'avais pas pris cela pour une "invitation à renoncer", mais plutôt à une certaine sensibilité
humaine, même si "lire sans comprendre" me gênait.

Mais même si l'on connaît l'arabe, comprenons-nous tout du Coran ?
Citation
posthume a écrit:

Le message divin, parfait dans son universalisme et sa simplicité, devrait en principe supporter la traduction.


rien ne supporte la traduction...et tu sais pkoi moody smiley



Citation
posthume a écrit:
Le sens commun dirait plutôt qu'une certaine neutralité (absence de conviction) est la condition indispensable de l'objectivité.
Mais pour tout dire, la question est idiote car l'Homme étant un sujet - et non un objet - il est absolument incapable d'objectivité.

ça te rappelle qqch winking smiley



Plus rien ne m'étonne
Citation
Bass a écrit:
Citation
posthume a écrit:

Le message divin, parfait dans son universalisme et sa simplicité, devrait en principe supporter la traduction.


rien ne supporte la traduction...et tu sais pkoi moody smiley



Citation
posthume a écrit:
Le sens commun dirait plutôt qu'une certaine neutralité (absence de conviction) est la condition indispensable de l'objectivité.
Mais pour tout dire, la question est idiote car l'Homme étant un sujet - et non un objet - il est absolument incapable d'objectivité.

ça te rappelle qqch winking smiley

Et alors ?

Aucune lecture, fut-elle dans sa langue maternelle, n'est objective. Faudrait s'interdire de lire par crainte de dévoyer le message ?

Et puisque tu me cites, je me permets de rajouter la partie manquante :
Par ailleurs, le but de cette émission n'est pas la défense ou la dénonciation des cultures d'islam, mais leur connaissance. Pour cela il n'est pas besoin d'un oeil "objectif", mais d'un regard attentif et pourquoi pas aimant.

Une traduction fidèle ne réclame pas une objectivité illusoire, mais attention et connaissance.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 08/02/08 00:49 par posthume.
Citation
posthume a écrit:
Citation
SerN a écrit:
Merci pour cette belle histoire. Etre musulman, ce n' est pas etre arabe ou arabophone
C' est avoir la FOI, al imane. La foi en Un Dieu et on peut etre sourd muet et aveugle et avoir la foi.
Les langues ne sont que des moyens de communication pour se comprendre les uns les autres.
Apprendre l' arabe est recommandé pour comprendre le Coran, du moins une partie (car aucune traduction n' est parfaite et Seul est parfait connaisseur de ce qu' Il dit). Pour comprendre la Torah, il vaudrait mieux apprendre l' hébreu, c est une question de logique.

Certes mais alors pourquoi Dieu a-t-il choisi le Verbe comme médiateur de sa révélation ?
Pourquoi a-t-il choisi une langue compréhensible pour une fraction seulement de ses créatures ? Et ce alors même qu'il a délibérément créé plusieurs langues car il aime la diversité (je t'emprunte cette affirmation) ?

Le message divin, parfait dans son universalisme et sa simplicité, devrait en principe supporter la traduction.

Il y a un peuple qui se trouvé égaré, Dieu veut les mettre sur le droit chemin ainsi que tous les autres peuples qui ignoré les messages divins précédents. il faut bien s' adresser à ce peuple (Arabie) pour lui transmettre ce message. Et pour cela, Dieu ne parle pas, non, il choisit un intermédiaire. Le Très Haut n' a fait que s' adapter à la réalité linguistique de ce peuple. A chaque qu' Il a choisit un message, un prophète, Il s' est toujours adapté et n' a pas imposé une langue. Dieu ne va pas choisir de s' adresser p(ar l' ange Djibril) en chinois à un peuple qui parle l' arabe ! Il s adpate smiling smiley
C' est de la pure logique. En tout cas, je vois les choses ainsi.
Si je veux m' adresser à toi, je m' adresse à toi dans ta langue, si je peux que tu me comprennes.
Si tu es britannique, et que je suis française, même si ma langue est le français, si je maitrise l' anglais, je vais m' adapter à ta situation linguistique, à ton identité, pour te transmettre mon message. pareil avec un indien, un arabe, un berbère etc...Dieu n' impose aucune langue, il choisoit un messager et Il s' adapte à ce messager, à sa culture, à son environnement. Le prophète sws était arabe, Dieu ne s' est pas permis de lui imposer une langue ou une identité, Il n' a fait que s' adapter, si je puis pas d' "adaptation" (dans le sens de ne pas imposer, contraindre)
 
Horaires de prières Saint Coran
Facebook