Liban : Démission de 11 ministres de l’opposition, chaos, guerre…
Liban : Démission de 11 ministres de l’opposition, chaos, guerre…

Comme prévu depuis l'annonce de l'échec de l'initiative syro-saoudienne, l'opposition s'est retirée du gouvernement de coalition nationale formé depuis les élections législatives libanaises en 2009, et présidé par le chef du Courant du Futur, Saad Hariri. La démission des 10 ministres de l'opposition a été prononcée par le ministre de l’énergie et des ressources hydrauliques, Joubrane Bassil, qui a lu le communiqué durant un point de presse en présence des 10 ministres représentant aussi bien le Hezbollah, le Mouvement Amal que le Courant Patriotique Libre.

Expliquant les raisons de cette démission collégiale, Bassil a reproché au Premier ministre Saad Hariri "son impuissance face aux pressions américaines", qui ont contribué à torpiller l’initiative syro-saoudienne élaborée pour contrecarrer les séquelles de la publication de l’acte d’accusation du TSL (Tribunal Spécial pour le Liban). Sachant que ce dernier est accusé par toutes les composantes de l’opposition libanaise, et par la majeure partie du peuple libanais, de vouloir à tort accuser le Hezbollah de l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, pour des raisons politiques et pour éliminer la Résistance. "Le Premier ministre Saad Hariri et les Libanais devraient choisir entre Beyrouth et Washington ou entre Beyrouth et n’importe quelle autre capitale" a déclaré Bassil, en appelant le président de la République à entamer les procédures en vue de former un nouveau cabinet.

Un onzième ministre, Adnane Sayed Hussein, proche du président de la République Michel Sleiman, a lui aussi sans tarder présenté sa démission après une rencontre avec le chef de l'État. Dès lors, et en fonction de la Constitution libanaise qui considère la démission du tiers du cabinet comme suffisante pour renverser le cabinet ministériel, ce dernier formé de trente ministres est tombé.

Selon certains observateurs, le timing de la démission collégiale survient à un moment délicat pour le Premier ministre Saad Hariri, et ne pourrait que l'embarrasser alors qu'il se prépare pour rencontrer à Washington d'un moment à l'autre le président américain Barack Obama : "il le rencontrera en tant qu'ex-Premier ministre", constate une source pour le journal libanais As Safir.

Source : Al-Manar TV

[www.partiantisioniste.com]

Site Web: www.partiantisioniste.com
une nouvelle fois, des puissances l'étranger jouent avec leliban via le hezbollah, pitoyable marionnette.
Citation
coldman a écrit:
une nouvelle fois, des puissances l'étranger jouent avec leliban via le hezbollah, pitoyable marionnette.

Non. Les puissances de l'étranger qui jouent avec le liban sont les memes que celles qui ont soutenu ben ali jusqu'au bout. Et elles sont au nord de la mediterrannée.
 
Facebook