L'objectif de boutef: torpiller l'UMA et le rapporchement
un srticel qui le decrit bien:

(source ALM)

Éditorial : L’UMA plombée


L’attitude algérienne est de nature à remettre en cause un rapprochement encore à ses débuts et donc fragile.


Les autorités marocaines ont dénoncé le discours de Abdelaziz Bouteflika au Chili où, faisant preuve de sa duplicité coutumière, il évoque en même temps la construction du Maghreb arabe et traite la question du Sahara marocain comme une affaire de “décolonisation“. Mieux, le président algérien souligne que la “mise en place de l’UMA est quelque peu compromise par le problème du Sahara occidental“. M. Bouteflika poursuit sa politique de double jeu en adressant un discours de la même eau au chef du Polisario à l’occasion du 32ème anniversaire de cette fumisterie créée par Bouteflika lui-même. Ces deux discours tombent quelques jours avant la tenue à Tripoli du sommet de l’UMA qui, de l’avis des observateurs, intervient dans un contexte de décrispation des relations maroco-algériennes. Une décrispation dont le moteur aura été la rencontre entre S.M le Roi Mohammed VI et Abdelaziz Bouteflika à Alger à l’occasion du Sommet arabe. Du coup, cette éclaircie politique a relancé des prises de contact entre la communauté des affaires des deux pays avec la mise en place d’une ligne aérienne Casablanca-Oran et la création d’une Chambre mixte de commerce, d’industrie et des services.

L’attitude algérienne est de nature à remettre en cause un rapprochement encore à ses débuts et donc fragile. N’est-ce pas là finalement l’objectif recherché par Bouteflika ? Torpiller les retrouvailles maroco-algériennes après plusieurs décennies de rupture est tout ce qu’il y a de facile. On ne peut pas promouvoir la fraternité en attisant le feu de la rancune et de la haine. Tout comme il est illogique de vouloir l’intégration et l’union du Maghreb tout en jouant les diviseurs dans cette région. Il faut choisir. Or, Abdelaziz Bouteflika semble avoir choisi définitivement son camp. Celui de l’autre Abdelaziz et de sa cause chimérique.

Il est tout de même révélateur de constater que dans les discours de Bouteflika qui du reste se ressemblent tous, l’idéal de l’unification du Maghreb a très peu de place. Il n’évoque en vérité cette zone que comme prétexte pour renouveler dans une tirade d’une autre âge son soutien obsessionnel au Polisario.
Si l’Algérie est sincère dans sa quête d’un Maghreb fort et uni, elle doit trouver la solution pour sortir définitivement de cette escroquerie qu’est le Polisario inventé pour bloquer la marche du Maroc. C’était à une époque qui est aujourd’hui révolue. Autrement, il est impossible de construire l’avenir sur un passé toujours en action. Certes, le peuple algérien ne s’est jamais accroché à cette affaire du Polisario. Les responsables algériens mettent en avant ce constat pour minimiser le poids de ce contentieux, histoire de signifier qu’il ne doit pas être un obstacle objectif à l’entente maroco-algérienne et à la construction maghrébine. La vérité c’est que le prochain sommet de l’UMA, en raison de la mauvaise foi persistante du palais d’El Mouradia est d’ores et djà plombé.


Salam,

On fait de notre mieux Bikhir, une chose que tu devrais savoir, c'est que y a des pays que l'UMA ne les arrange pas.

bien a vous.



Sahara: un amalgame interpellateur à l'approche du sommet maghrébin
Le : (23/5/2005)


A quelques jours, plutôt à quelques heures du prochain sommet maghrébin prévu en Libye, l'Algérie a de nouveau déployé ses batteries de flèches bien ajustées en direction du Maroc, à une cadence qui a toutes les allures d'une volonté d'empoisonner le climat précédant la rencontre de Tripoli,


A quelques jours, plutôt à quelques heures du prochain sommet maghrébin prévu en Libye, l'Algérie a de nouveau déployé ses batteries de flèches bien ajustées en direction du Maroc, à une cadence qui a toutes les allures d'une volonté d'empoisonner le climat précédant la rencontre de Tripoli, et par conséquent, de plomber le débat maghrébin attendu. Cela s'appelle ouvrir de nouvelles brèches sur un édifice qui a plutôt besoin de poutres de consolidation.

La flamme de la haine à l'endroit du Maroc et du Marocain que nous croyons éteinte, s'est rallumée. En fait elle couvait. Si nous comprenons fort bien qu'en l'espace de trois jours, les responsables algériens évoquent à plusieurs reprises la question du Sahara (c'est une obsession en Algérie) et leur soutien constant aux séparatistes qui tentent de dépecer le territoire marocain et d'attenter à sa souveraineté, nous comprenons moins cette volonté affichée de jouer l'amalgame en citant l'organisation des Nations unies dans un langage qui n'est plus celui de ce forum mondial, comme en attestent en toute clarté ses dernières résolutions.

Qui parle encore au plan international d'un quelconque référendum au Sahara ? Qui se réfère encore à l'ONU comme ailleurs, au défunt plan Baker dont l'initiateur lui-même a jeté l'éponge ? Personne. L'Algérie "très observatrice" de ce dossier le sait mieux que quiconque. Elle s'entête pourtant à vouloir tirer vers l'arrière la roue de l'histoire.

A la lecture des derniers discours dans lesquels l'Algérie a assené à l'adresse de ses hôtes, que "l'ONU appelle à un référendum au Sahara", on est tenté de dire que ce réflexe quasi-traditionnel des autorités algériennes est aujourd'hui porté à son art suprême.

Nul en Algérie n'ignore, en effet, que c'est bien l'Organisation des Nations unies qui est parvenue sur le terrain des faits et des réalités, au constat de l'inapplicabilité d'une consultation référendaire au Sahara recommandant en échange, une solution politique consensuelle. C'est dans cette direction et dans cette seule direction que travaille aujourd'hui la communauté internationale.

Escalade
Tout autre discours ne peut sonner dans la conscience maghrébine que comme une nécrologie de la fraternité, de l'unité, de tout ce qui est positif, de tout ce qui est salutaire, de tout ce qui est maghrébin. La récidive dans l'amalgame, nous la trouvons également dans le message de félicitations adressé par le président Bouteflika au chef des mercenaires, où il affirme qu'il ira en Libye avec ses principes et ses promesses. Il serait judicieux pour l'Algérie, rétorquons-nous, de mettre en perce son tonneau de principes pour au moins se définir clairement dans le conflit du sahara.

Les documents officiels de l'ONU attestent que l'Algérie se présente au gré des circonstances, tantôt comme "partie concernée", tantôt comme "acteur important", tantôt comme "partie prenante". En réalité, l'Algérie est dans ce conflit une partie tout court, une partie qui portait en bandoulière pendant un quart de siècle le principe de l'autodétermination, et qui avait en fait sous le manteau les ciseaux de la partition. C'est consigné dans les documents officiels de l'ONU.

En une semaine donc, nous avions eu droit à une multitude de provocations suivies de menaces ridicules du chef des mercenaires de recourir aux armes. Cela s'appelle une escalade, qui à l'approche du sommet de Tripoli, s'apparente à une quasi-conspiration. Le Maroc qui conçoit le Maghreb dans sa grandeur sublime, laisse ouvertes toutes les perspectives de rapprochement, d'union et de réunification. Aux uns et aux autres d'évaluer leurs oeuvres.

Dans son langage fraternellement accueillant comme dans ses actes appelant ouvertement au bon voisinage, il n'y a nulle place à une quelconque animosité, encore moins à une approche belliciste. Le dernier séjour de SM le Roi Mohammed VI en Algérie en est la meilleure illustration. Le Souverain a tenu à faire ce voyage accompagné d'une délégation de haut niveau, pour témoigner à l'Algérie et au peuple algérien frère, toute l'affection et tout l'estime que leur vouent le Maroc et son peuple, pour dire tout le pari qu'ensemble nous pourrons gagner, toutes les difficultés desquelles, la main dans la main, nous pourrons triompher.

L'initiative de levée du visa pour les Algériens désirant se rendre au Maroc, s'inscrit dans cette ligne de conduite.



Abdelkrim El Mouss

[www.menara.ma]

WWW.MENARA.MA
l'oeuvre detsructive de boutef:


lu sur: [www.edicom.ch]


En désaccord avec Alger sur le Sahara-Occidental, le roi du Maroc renonce à participer au sommet de Tripoli

RABAT (AP) - Le roi Mohammed VI du Maroc a renoncé lundi à participer au sommet des chefs d'Etat de l'Union du Maghreb arabe (UMA) prévu les 25 et 26 mai à Tripoli, en Libye, en raison des positions jugées «inacceptables» de l'Algérie sur la question du Sahara-Occidental, apprend-on lundi de sources gouvernementales ayant requis l'anonymat.

Le souverain marocain devait initialement participer à ce sommet organisé par le dirigeant libyen Moammar Kadhafi pour relancer l'UMA (Algérie, Maroc, Mauritanie, Tunisie, Libye), une structure d'intégration régionale paralysée depuis 1994 en raison notamment du différent maroco-algérien sur le Sahara-Occidental.

Depuis cette date aucun sommet des chefs d'Etat de l'UMA n'a pu être organisé tandis que les relations entre Alger et Rabat restent très dégradées. Le Maroc sera toutefois représenté au sommet de Tripoli -si celui-ci est maintenu- par son ministre des Affaires étrangères, Mohamed Benaïssa.

De sources diplomatiques marocaines on précise que la défection du roi Mohammed VI est liée aux récentes déclarations du président algérien Abdelaziz Bouteflika et du chef du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz, qui milite pour l'indépendance du Sahara-Occidental, un territoire annexé par le Maroc en 1975.

»Le peuple sahraoui ne peut rester les bras croisés indéfiniment. Il luttera pour faire valoir ses droits nationaux par tous les moyens légitimes, dont la reprise de la lutte armée», a déclaré vendredi le chef du Polisario à l'occasion des festivités marquant le 32e anniversaire de la création du mouvement rebelle, armé, hébergé et soutenu diplomatiquement par l'Algérie.

Le message de soutien adressé à cette occasion par le président Bouteflika à Mohammed Abdelaziz a également motivé la défection du souverain marocain. «Notre soutien a toujours été ferme en faveur des peuples colonisés ou sous occupation étrangère», a écrit le président algérien en assurant le chef rebelle de son aide «au peuple sahraoui ainsi que de tous les peuples à recouvrer leur liberté et leur indépendance».

»Ces comportements plombent le sommet de Tripoli», a déclaré à l'Associated Press une source gouvernementale marocaine. «On ne peut s'asseoir à la table d'un chef d'Etat qui prône la division.»

Plusieurs journaux marocains dénonçaient lundi le «double jeu» et la «duplicité» du président algérien (»Aujourd'hui le Maroc»), accusant Alger «d'entraver l'édification du Maghreb» (»L'Opinion»).

Le Maroc, qui propose «une solution politique» passant par une large autonomie du Sahara-Occidental, récuse depuis 2004 l'organisation d'un référendum d'autodétermination, une option soutenue par le Polisario en contrepartie du respect d'un cessez-le-feu conclu en 1991 sous l'égide des Nations unies. AP
nim/tl


C´est la decision qu´il a fallait prendre. On ne badine pas avec son integrité territoriale et s´assoire sur la meme table avec des gens comme Boutef.

C´est l´Algerie et La lybie qui ont plus besoin de l´UMA que les autres pays...mais helas personne n´a retenue que les groupement regionaux sont une necessité pour la survie economique des peuples, mais certais au Maghrheb continue a reflechir avec les idees des annees 60...et tant pis pour eux!

Alors UMA aux oubliettes et Business as usual!
Salam

Tu la si bien dis alximo que c'est beaucoup plus l'Algerie et la Libye qui ont plus besoin de l'UMA, le Maroc verra son siege a coté de la CEE et lui sera reservé un sort tout comme celui de la Turquie.
Nous avons compris cela fait bien longtemps que le Maroc jouait pour la non realisation de cet UMA, parceque des pays comme la France ne veulent pas d'une entité puissante au sud, et la carte du Maroc a toujours joué le jeu pour les ineteret des Francais, c'est pour cela que le soutien aleatoire c'est a dire un double discour tantot soutien officielement et tantot soutien offisieusement des Francais pour la Marocanité du Sahara.

Enfin, c'est une sage dicision de la part du Roi du Maroc, ceci exprime bien son impuissance a se mettre face a face au coté des officiels Algeriennes afin de regler une bonne fois pour toute ce litiges qui dure dans le temps.

Bien a vous.
Mohamed IV renonce à participer au sommet de Tripoli

RABAT - Le roi Mohammed VI a renoncé lundi à participer au sommet des chefs d'Etat de l'Union du Maghreb arabe (UMA) prévu les 25 et 26 mai à Tripoli, en Libye, en raison des positions jugées "inacceptables" de l'Algérie sur la question du Sahara-Occidental, apprend-on lundi de sources gouvernementales ayant requis l'anonymat

***************************************

@#$%& ce boutef, comment lui faire confiance

allez y , ceux qui veulent faire confiance aux algériens , moi de ma part jamais je ne ferai confiance à ces gens la

c'est des traitres, ils feront n'importe quoi pour vous poignarder dans le dos




[www.emarrakech.info]



Modifié 1 fois. Dernière modification le 23/05/05 20:59 par adilobled.
Salam,

Adilobled, il n'a jamais ete question que l'Algerie cede son soutien pour la cause du Polisario, je ne sais pas pourquoi vous interpreter les choses a votre maniere, vous confondez relations commerciale et relation politique.
Autre chose nous n'avons pas besoin des gens comme toi pour nous aimé, ou nous faire confiance, et si tu te sent etre trahis, va demandé des comptes d"abords a tes maitres du Makhzen qui sont responsable de la mal gestion du dossier du Sahara Occidental et qui vous balance des intox pour vous cachez le malaise social dont le Maroc baigne depuis quelques temps.

Bien a vous.

mustang
malaise social quel malaise social comparé a votre pays qui est sous perfusion de petrodollars crois moi si vous aviez pasl'hydrocarbure vous seriez pire que l'ethiopie parceque vous produisez rien personne ne fout rien chez vous a part epier le maroc
Facebook