News Forum MediaTic Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion
l'excision des filles en indonésie
Salam 3aleykom tout le monde

J'ai regarder ce soir envoyer spéciale sur france 2 et il y avait un reportage sur l'excision des filles.

Dans ce reportage, les indonésiens disent que c'est une pratique islamique moody smiley et ils disent aussi que c'est une tradition pour pas que les filles courent après les garçons.

Mais dite moi sa ne dit pas sa pour les filles dans la religion islamique?????

Qu'en pensez vous??
salam

pas du tout ce n'est en aucun cas une pratique religieuse, la seule pratique si je ne me trompe et qui est madkoura fle coran, en dehors de l'acte sexuel c'est la circoncision des garcons.

tout ca c'est purement cutlurel, une invention de l'homme

comme quoi je ne le redirais jamais assez tant que l'on fera pas de difference entre la culture et la religion, il y aura toujours ces educations faussées.



Se tromper une fois est une erreur
Se tromper deux fois est un choix
en fait il y a aussi des avis divergents, les chafeites par exemple prennent la sourate des abeilles ou l'on nous demande de suivre la religion d'abraham (c'est a dire la circncision consideree comme une alliance entre dieu et l'homme) pour les deux sexes.



Se tromper une fois est une erreur
Se tromper deux fois est un choix
ca me flingue vraiment que l'on fasse ca a des petites filles

il n'y a aucun fondement dans l'islam de cette pratique moyenne ageuse, il ferait mieux de castrer les hommes aussi qui dans certains pays sont en rut en permanence !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!



Se tromper une fois est une erreur
Se tromper deux fois est un choix
Perso j'ai zappé des qu'il filmé "l’opération" du bébé.
C'est culturel et non pas religieux... pour moi c'est barbare
Citation
SoltanaMM a écrit:
salam

pas du tout ce n'est en aucun cas une pratique religieuse, la seule pratique si je ne me trompe et qui est madkoura fle coran, en dehors de l'acte sexuel c'est la circoncision des garcons.

tout ca c'est purement cutlurel, une invention de l'homme

comme quoi je ne le redirais jamais assez tant que l'on fera pas de difference entre la culture et la religion, il y aura toujours ces educations faussées.

Tout a fait vrai !
Citation
heywa a écrit:
Citation
SoltanaMM a écrit:
salam

pas du tout ce n'est en aucun cas une pratique religieuse, la seule pratique si je ne me trompe et qui est madkoura fle coran, en dehors de l'acte sexuel c'est la circoncision des garcons.

tout ca c'est purement cutlurel, une invention de l'homme

comme quoi je ne le redirais jamais assez tant que l'on fera pas de difference entre la culture et la religion, il y aura toujours ces educations faussées.

Tout a fait vrai !

on ne le redira jamais assez d'ailleurs on le voit dans certaines education.

allah i hdina.

Moi je n'ai pas regardé hanane et meme si je savais je n'aurais pas regardé, en fait ils n'ont aucune morale, l'honneur prime avant le bien etre de ses enfants, de ses femmes.

dire que certaines femmes qui sous l'emprise de l'homme de peur d'etre rejetée etcccccccc acceptent sans rien dire ca me debectent, j'ai envie de vomirrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr pour l'acte en lui meme.



Se tromper une fois est une erreur
Se tromper deux fois est un choix
les religieux sont responsables et engagent ainsi leur religion. pour gagner des fidéles, ils s’approprient des pratiques anciennes et même païennes.
alors tu peux dire ensuite que l'islam ou le christianisme ne sont pas responsables. mais dans la réalité, ces religions ont une responsabilité dans la perpétuation de cette barbarie en la légitimant localement. .
Citation
coldman a écrit:
les religieux sont responsables et engagent ainsi leur religion. pour gagner des fidéles, ils s’approprient des pratiques anciennes et même païennes.
alors tu peux dire ensuite que l'islam ou le christianisme ne sont pas responsables. mais dans la réalité, ces religions ont une responsabilité dans la perpétuation de cette barbarie en la légitimant localement. .

mon dieu plus cliches on ne fait pas !!!! une realité coldmanienne je crois !!!!

ils n'engagent qu'eux meme, je pense que les musulmanes sont assez intelligentes pour ne pas etre complices de ces pratiques, enfin je ne parle pas de toutes les musulmanes, donc bien evidemment on ne peut juste dire qu'il existe plusieurs interpretations malheureusement



Se tromper une fois est une erreur
Se tromper deux fois est un choix
Salam,

j'ai regardé le reportage, c'était à vomir
une petite fille de 3 ans excisé dans une association qui offre à la fin des bonbons et des jouets Grrrr
C'est barbare
Citation
SoltanaMM a écrit:


ils n'engagent qu'eux meme,


tu peux pas dire ça. pas dans des pays ou la religion est si présente et les élites religieuses si influentes.
quand un pretre copte refuse de baptiser une fille parce qu'elle n'a pas été excisé', tu ne peux pas dire "ça n'engage pas le christianisme".
en egypte, indonesie, ethipie......, l'islam et le christianisme, par le biais de ses pretres, imams etc... auraient pu s'attaquer à cette barbarie. au lieu de ça, ils légitiment voire recommande ces mutilations. oui, il y a responsabilité.
.
Citation
coldman a écrit:
Citation
SoltanaMM a écrit:


ils n'engagent qu'eux meme,


tu peux pas dire ça. pas dans des pays ou la religion est si présente et les élites religieuses si influentes.
quand un pretre copte refuse de baptiser une fille parce qu'elle n'a pas été excisé', tu ne peux pas dire "ça n'engage pas le christianisme".
en egypte, indonesie, ethipie......, l'islam et le christianisme, par le biais de ses pretres, imams etc... auraient pu s'attaquer à cette barbarie. au lieu de ça, ils légitiment voire recommande ces mutilations. oui, il y a responsabilité.
.

si si ca n'engage qu'eux meme devant dieu ensuite aupres de l'image qu'ils renvoient a l'occident peut etre que tu as raison mais bon c'est encore et toujours une analyse simpliste.

un peu comme celui qui se cultive sur l'islam au journal de TF1 winking smiley



Se tromper une fois est une erreur
Se tromper deux fois est un choix
regarde la conso de viande de porc, ils savent lutter contre, légiférer; condamner...etc et là, pour lutter contre ces mutilations, rien. plus personne. au contraire, certains les recommandent. tu trouves pas que cela reléve de la complicité?
Tunisie : le « cyclone salafiste » appelle à l'excision

Rédigé par Martine Gozlan le Vendredi 17 Février 2012 à 10:13 | 0 commentaire(s)

C’est le nouveau scandale qui remue la Tunisie : la tournée triomphale d’un prêcheur égyptien adepte de l’excision. Un collectif d’avocats et de défenseurs des droits humains porte plainte contre le laxisme du gouvernement Ennahda. Manifestation prévue contre l'obscurantisme à Tunis le samedi 18 février à partir de midi au Bardo, face au Parlement tunisien.

Il a osé le dire. Rached Ghannouchi, le leader d’Ennahda, le gourou du nouvel islamisme d’Etat, s’est offert une déclaration attendrie et compréhensive sur ceux qu’il appelle « les frères salafistes » dans une interview au quotidien saoudien Okaz. Voici des extraits de ses propos, relevés par plusieurs sites d’information tunisiens :

« Nous ne pensons pas que l’approche de l’intimidation et les distorsions pratiquées par certaines forces dites modernistes réussiront à faire plier le phénomène du salafisme en Tunisie. Par contre, nous sommes appelés en tant que Tunisiens à nous adapter aux différents courants et à vivre ensemble dans le cadre du respect mutuel de l’Islam et des vraies valeurs de la modernité »

Le problème est que ce discours, plein d'une pieuse empathie, tombe au plus mal : un prêcheur venu d’Egypte, un certain cheikh Wajdi Ghanim, invité par plusieurs associations religieuses ( Pour l’apprentissage du Coran, Pour la prédication et autres douceurs bigotes) déclenche un nouveau scandale. L’homme est une star et une télé-star salafiste. Ghanim défend l’excision, l’ablation du clitoris, qu’il qualifie avec ravissement « d’opération esthétique ».

Il appelle à l’application de la charia, ce qui est du reste parfaitement contradictoire avec son goût pour la mutilation des petites filles au rasoir : la charia est affreusement prolixe sur les châtiments corporels. D'autant plus que l’excision n’est mentionnée dans aucune tradition islamique ni dans le Coran. Les textes qui la recommandent sont totalement trafiqués, comme le soulignait le grand imam de la Mosquée Al Azhar au Caire en 1997 pour justifier son interdiction.

L'excision, une pratique ancestrale
De toute façon, l’excision est pratiquée autant chez les Coptes, les chrétiennes d’Egypte, que chez les musulmanes. Cette horreur remonte à la nuit des temps, celle des Pharaons. Jusqu'à aujourd'hui, puisque malgré les lois les filles du Nil n’en sont toujours pas préservées : en 2008, on estimait à 70% le nombre d’Egyptiennes excisées !
Ce combat prioritaire des féministes — là-dessus fermement soutenues par Suzanne Moubarak, l’épouse du Raïs déchu — est aujourd’hui dénoncé par les salafistes, plébiscités à plus de 20% de voix aux législatives en Egypte.

Les Frères musulmans, crédités de 50% des voix à ces mêmes élections, ne sont pas très clairs non plus sur le sujet.
« L’excision, c’est un débat en Islam » m’avait déclaré au Caire en décembre 2011 une candidate du parti Liberté et Justice, la branche politique des Frères Musulmans. Cette « sœur », Omaima Kamel, médecin et m'affirmant être très engagée sur le terrain de la misère féminine. Visage angélique, drapée dans un beau voile bleu, le Dr Kamel bredouillait ainsi avec un embarras manifeste :
« Bon… Je ne vais pas pousser les gens à l’excision… mais je ne peux pas l’interdire… je ne peux pas dire que c’est un crime… parfois il y a des indications… » Avec de pareilles alliées, les malheureuses Egyptiennes risquent de suivre encore longtemps le chemin du sang et de la honte.

Bonjour extrémisme, antisémitisme et intégrisme
Revenons en Tunisie. Wajdi Ghanim a donc fait sa tournée à Tunis, et dans de nombreuses villes. Les salafistes avaient vu grand pour lui offrir un succès extraordinaire, et tant les voilées intégrales que les longues barbes étaient au rendez-vous. On se demande si les dames en noir, invisibles mais bien présentes, avaient vraiment envie d’être excisées. Etaient-elles seulement au courant de qui les avait manipulé, instrumentalisé, chosifié ?
En tous cas, à l’un des rendez-vous, sous le chapiteau d' El Kobba, dans la toute proche banlieue de Tunis,
« il y avait au moins 5 000 personnes » constatait la jounaliste Zohra Abid, du site Kapitalis.
Tous les observateurs ont également été témoins d’une déferlante de slogans antisémites, dans le style de ceux qui avaient accueilli Ismaïl Haniye, Premier ministre Hamas de Gaza, le 5 janvier dernier, à l’aéroport de Tunis :
« Dehors les Juifs, dehors ! Nous sommes prêts ! »

Saigner les femmes, saigner les juifs : l’horrible bal pornographique des fantasmes intégristes battait son plein.
Mais le lendemain, quel choc ! C’est le sursaut. Les avocats et de nombreuses associations montent un collectif, animé notamment par Bouchra Bel Haj Hmida, une opposante de toujours à la dictature d’hier et qui n’entend pas céder à la suivante. Ils portent immédiatement plainte pour atteinte aux droits élémentaires de la personne humaine, enjoignant le gouvernement de mettre un terme à de tels débordements.

Ils sont appuyés par Emna Menif, fondatrice du mouvement Kolna Tounes, qui organise un meeting de mobilisation. Tous ceux qui ont fait la révolution sont dans la salle. Ceux qui en ont récolté les fruits sans prendre une balle ni une grenade lacrymogène, eux, sont au pouvoir. Une rumeur terrible court : il y aurait eu des petites filles excisées après le passage de Wajdi Ghanim. Ce n’est pas encore vérifié.

La révolte paie : le ministre de la Santé, tout islamiste qu’il soit, est forcé de monter au créneau. Il rappelle dans un communiqué les conséquences catastrophiques de l’excision, l’adhésion de la Tunisie aux conventions internationales qui interdisent les mutilations génitales et appelle les médecins tunisien à rejeter formellement cette pratique.
Personne, cependant, que je sache, n’a osé virer manu militari du sol tunisien Wajdi Ghanim, qui devait s’en retourner, repu d’anathèmes et de vivats, ce vendredi dans son Egypte natale.

En revanche, pendant que se déroulait tranquillement sa tournée, on a arrêté pour de bon des « perturbateurs ». Des journalistes, figurez-vous. Ceux du quotidien arabophone Attounissia qui s’était amusé à mettre en une un footballeur d’origine tunisienne, Sami Khedine, de nationalité allemande, et qui enlaçait sa fiancée à la poitrine sans autre voile que les paumes du bien-aimé. Enfer et damnation ! Directeur, directeur de la rédaction et rédacteur ont été immédiatement déférés au parquet pour « trouble à l’ordre public ». Ils risquent entre 6 mois et 5 ans de prison. Montrer la beauté d’un corps de femme amoureuse, c’est un crime dans la Tunisie islamiste. Défendre la mutilation au rasoir du sexe des petites filles, c’est une opinion.

Pour protester contre ce qu’on appelle désormais à Tunis « le cyclone salafiste » et les horreurs qui se succèdent, une manifestation est prévue samedi 18 février, à midi au Bardo. Devant ce même Parlement, dont les révolutionnaires du 14 janvier refusent qu’il devienne la chambre d’enregistrement de la grande régression.
[www.marianne2.fr]
jai pas tt lis mais l excision ca existe fi sunnah mais cest pas obligatoire pour les filles
pourquoi ca existe pour les filles ...parce que y en a des filles comme par exemple les pays climat chaud soudan ou niger ou autres la ou il ya bcp de chaleur dans ces pays avec la chaleur la jeune femme a bcp envie de faire le sex alors pour depasser cette envie solution l excision mais pas obligatoire ...
voir bcp d explications sur le site www.islamweb.net
Pratiques barbares...

Moi je dis qu'on devrait leur apprendre l'Islam, le vrai...

Imaginez que ces filles fassent valoir leur droit au plaisir sexuel et qu'elles demandent le divorce systématiquement.

Ca ferait bien ch*** les parents débiles... J'ai mutilé ma fille pour qu'elle ne courre pas derrière les garçons, maintenant, elle peut plus se marier et elle essaye un garçon différent par semaine en cherchant chaussure à son pied...

Un joli "owned"...
Salam
Perso ca m a choquer! Voir ses petites filles qu'on mutilent pour une tradition et non pas pour la religion, ca m a trop toucher et j'y pense encore !

Tfou ces barbares qui retournent le cerveau des parents!
Salam,
Moi ce que j'aimerais savoir, c'est si la population indonésienne toute entière se livre à ce genre de rite ou est-ce un effet loupe sur un village de bachagas indonésiens qui se croient tout permis.
Comme par hasard, on parle de tradition islamique et non d'interprétation personnelle dénuée de sens.
Quant à la mère-Michel qui parlait de circoncision, au delà d'être une continuité ibrahimique comme l'a si bien fait remarquer une soeur, il y a également un souci d'hygiène.
Il semblerait que chaque babouin de cette planète ait sa propre vérité.
L’excision, pratique étrangère à l’Islam

Au cœur de la visite de cet étrange Ghoneim, prédicateur salafiste égyptien en Tunisie, et au moment où ses déclarations farfelues promouvant l’excision émeuvent et scandalisent la rue, il convient de s’attarder un peu sur cette pratique barbare. Car il faut comprendre ses origines pour mieux la combattre et ainsi éclairer, un tant soit peu certains esprits embrumés par un discours violent, rétrograde et surtout faux.

L’excision, une pratique pré islamique
Pour commencer, il faut souligner que l’excision féminine (khafd) n’a aucun fondement dans le Coran et aucun verset ne la cite explicitement ou implicitement. Et si certaines écoles juridiques la recommandent sous une forme bénigne, elles se fondent toutes sur des hadidh dont aucun ne la prescrit explicitement.
La pratique était répandue dans la Jahilia, le droit islamique s’est ainsi contenté d’entériner un usage pré islamique. Elle a aujourd’hui quasiment disparu partout dans le monde musulman sauf en Egypte (où elle est également réalisée par certains coptes) et dans certaines régions de l’Afrique subsaharienne.
Ces dernières années, un grand effort a été déployé par des ONGs dans les pays où cette pratique est courante afin de sensibiliser les familles et surtout les femmes sur les dangers de cette pratique.
Car au delà du risque très important de complications médicales chroniques que peut entrainer l’excision, elle génère également un impact psychologique dévastateur sur les jeunes filles, ces futures femmes.
Violées dans leurs intimités, amputées d’une partie de leurs corps, cette pratique peut être perçue comme une mutilation d’origine masculine : une sorte d’affirmation de la domination machiste sur la femme. Car in fine ce qui est recherché par l’excision, c’est bien priver la femme de tout plaisir durant l’acte sexuel. Elle est ainsi, réduite, un peu plus encore au rôle d’objet sexuel pour l’homme, dévolue à ses envies et incapable elle même de ressentir le moindre plaisir.
Exciser une femme c’est enlever, détruire, nier une partie de son humanité, car la capacité de ressentir du plaisir est sans doute l’une des manifestations les plus criantes de notre humanité. L’homme n’est-il pas cet animal éprouvant du plaisir.


Plus largement, il convient de rappeler, qu’autant que l’excision, la circoncision n’a, elle non plus, aucun fondement en Islam, ni dans le Coran, ni dans les hadhith. Là aussi, c’est un lourd lég de la Jahilia que la tradition islamique a simplement perpétué et que la tradition populaire et le lieu commun a associé à la fois à un rite de passage, à une purification et à une entrée dans la communauté des croyants. La pratique peut également chez certains hommes être la source de grands troubles psychologiques et il aujourd’hui prouvé qu’elle réduit sensiblement le plaisir éprouvé lors du coït. Mais le débat ici est tout autre tant cette pratique est enracinée dans la conscience populaire.

Pour finir, le constat est alors toujours le même et la conclusion inchangée. Le plus grand danger pour l’Islam, ce sont les musulmans eux mêmes, ou du moins, une partie de ces derniers. Obnubilés par une surenchère de la démonstration de foi, ils sont prêts à croire tout et n’importe quoi. Et plus c’est gros, plus c’est violent, plus cela doit, à leur yeux être vrai. L’islam n’est pas cela, il est avant tout compréhension de l’essence du texte et guide. L’islam a aujourd’hui, un terrible besoin de réflexion, de contextualisation et de recul, loin des prêches de prédicateurs incultes et violents.



Sur la scène du monde, la franchise est le seul rôle qu'on sache sans avoir besoin de l'apprendre et sans craindre de l'oublier.
pourquoi vs etes choque aumoins chercher le hadth et lisez le et essayer de comprendre
jai bien dis ce n est pas obligatoire pour les filles mais voir hadith
Facebook
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X