News Forum MediaTic Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion
L'avion expérimental solaire Solar Impulse ...
L'avion Solar Impulse s'envole vers le Maroc via Madrid.

Le cofondateur du projet Solar Impulse, Bertrand Piccard (g), aide le pilote André Borschberg avant le décollage, le 24 mai 2012 à Payerne.


L'avion expérimental solaire suisse Solar Impulse a décollé jeudi matin de l'aérodrome de Payerne (ouest de la Suisse) pour rallier le Maroc via une escale à Madrid, un trajet total d'environ 2.000 km effectué sans une goutte de carburant.

Le prototype, de l'envergure d'un Airbus A340 (63,4 m) et du poids d'une voiture familiale moyenne (1.600 kg), a quitté la piste de décollage de Payerne à 08H24 (06H24 GMT), a constaté un photographe de l'AFP.

Solar Impulse a décollé avec près de deux heures de retard sur l'horaire prévu, en raison d'un brouillard persistant à Payerne.

Pour cette première étape, le pilote et cofondateur du projet André Borschberg est aux commandes de l'avion, dont les ailes sont recouvertes de 12.000 cellules photovoltaïques alimentant quatre moteurs électriques d'une puissance de 10 chevaux chacun.

Il survolera d'abord le Jura, ensuite Pontarlier, le Massif central, puis Toulouse et traversera ensuite les Pyrénées à une altitude de 8.500 m.

L'atterrissage doit s'effectuer à l'aéroport de Madrid-Barajas à 02H00 (00H00 GMT) vendredi matin. Les organisateurs se réservent la possibilité d'annuler le vol en fonction des conditions météorologiques.

Ce vol en étape est nécessaire, car l'appareil n'est pas assez spacieux pour permettre un trajet plus long. L'étape à Madrid permettra également de procéder à des vérifications techniques avant le départ pour la Maroc, qui est prévu au plus tôt lundi.

L'explorateur et autre cofondateur du projet Bertrand Piccard prendra ensuite le relais pour emmener l'appareil par dessus le détroit de Gibraltar vers sa destination finale, Rabat.

Ce vol, qui traversera pour la première fois la Méditerranée, doit servir "d'ultime répétition avant le tour du monde en 2014", ont expliqué les organisateurs. Le périple permettra également à l'équipe de tester l'appareil dans le cadre du trafic aérien international et des grands aéroports.

Sept années de travail ont été nécessaires à une équipe de 70 personnes et de 80 partenaires pour construire cet avion en fibre de carbone.

La construction d'un deuxième appareil, qui sera destiné à effectuer le tour du monde sans carburant en 2014, a déjà débuté.

L'appareil sera plus grand, aura un poste de pilotage plus spacieux, mais aussi de nouvelles batteries et de nouveaux moteurs. L'avion doit être prêt en 2013 pour un premier vol d'essai la même année.

AFP
L'afp raconte n'importe quoi.
Solar Impulse doit recharger ses batteries, pour pouvoir voler de nuit.
La taille de la cabine n'a rien à voir

Le projet Solar Impulse a débuté en 2003 et ses coûts sont estimés à environ 100 millions de francs sur dix ans. En 2010, l'avion solaire a volé durant 26 heures non stop afin de démontrer que les 12.000 cellules solaires intégrées dans l'aile suffisent à stocker assez d'énergie pour permettre à l'appareil de voler durant la nuit. Une année plus tard, le prototype a effectué son premier vol international en France jusqu'en Belgique. AP

[www.romandie.com]
Citation
Bengi a écrit:
L'afp raconte n'importe quoi.
Solar Impulse doit recharger ses batteries, pour pouvoir voler de nuit.
La taille de la cabine n'a rien à voir

Le projet Solar Impulse a débuté en 2003 et ses coûts sont estimés à environ 100 millions de francs sur dix ans. En 2010, l'avion solaire a volé durant 26 heures non stop afin de démontrer que les 12.000 cellules solaires intégrées dans l'aile suffisent à stocker assez d'énergie pour permettre à l'appareil de voler durant la nuit. Une année plus tard, le prototype a effectué son premier vol international en France jusqu'en Belgique. AP

[www.romandie.com]

Peu importe.
ce qui m’intéresse c'est ça ,entre autre :


Maroc - Assises régionales des énergies renouvelables et du développement durable en juin à Agadir


Les premières assises régionales des énergies renouvelables et du développement durable (Energia) seront organisées, les 13 et 14 juin prochain à Agadir, sous le thème "Ensemble, construisons un monde durable".

"La 1ère édition de ces assises constituera une opportunité d'échange et de partage d'informations entre les différents participants, acteurs et chercheurs nationaux et internationaux dans les domaines de l'énergie, de l'environnement, du bâtiment et de l'habitat, de l'économie et de la société civile", indique un communiqué des organisateurs.

Cette manifestation sera aussi l'occasion pour concrétiser une réflexion scientifique et responsable autour de l'application de l'efficacité énergétique dans les chantiers de demain et dans l'essor des régions du Maroc.

Orientée vers la recherche de nouvelles solutions et de réponses, pour une parfaite compréhension des enjeux relatifs aux énergies renouvelables et à l'efficacité énergétique dans le domaine du bâtiment, ces assise présentent un programme scientifique, où professionnels, décideurs et grands chercheurs auront la possibilité de débattre de l'importance de l'intégration des énergies renouvelables dans le secteur du bâtiment et de la contribution de ces énergies au développement de la région de Souss-Massa-Drâa.

Les assises s'inscrivent dans le cadre de la stratégie énergétique du Maroc visant à assurer la sécurité de l'approvisionnement et la disponibilité de l'énergie, d'apporter un accès généralisé à l'énergie, maîtriser la demande et à préserver l'environnement.

Elles seront marquées par la naissance d'un syndicat des énergies renouvelables regroupant les professionnels des énergies renouvelables et de l'habitat.

Initiative de l'agence "Gracom" en partenariat avec le conseil régional du Souss-Massa-Draa et le gouvernement des Iles Canaries, "Energia" rendra hommage aux institutions ayant brillé en projetant des plans dans le secteur des énergies renouvelables qui ont contribué à l'amélioration des politiques énergétiques au niveau régionale.

Le Prix "Energia", ainsi que des trophées Maroc-Eco seront attribué aux projets les plus engagés dans le développement durable de la région.
On verra dans 4 ou 5 ans, incah allahptdr

Au Maroc, on coupe des rubans, on inaugure, on fait des discours. Mais il n'y a aucune suivi.

Désolé d'être intervenu dans "ton sujet".
Citation
Bengi a écrit:
On verra dans 4 ou 5 ans, incah allahptdr

Au Maroc, on coupe des rubans, on inaugure, on fait des discours. Mais il n'y a aucune suivi.

Désolé d'être intervenu dans "ton sujet".



ta pas le moral toi aujourd'hui.
Non, c'est juste que le Maroc devait être à la pointe du solaire.

J'étais associé à 2 suisses pour exploiter cette énergie au Maroc.

Nous voulions commencer par les villages isolés, qui n'ont pas d'électricité.

Ces villages étaient ignorés par l'office national d'électricité.

Quand nous avons présenté notre projet (mes 2 associés sont ingénieurs et travaillent maintenant pour Soft Cell, socièté suisse).

Soudain sont apparus des personnages haut placés au Maroc. Notre projet est tombé à l'eau.

Et ce sont ces même personnages, qui ont présenté un projet, plutôt notre projet.
Citation
Bengi a écrit:
Non, c'est juste que le Maroc devait être à la pointe du solaire.

J'étais associé à 2 suisses pour exploiter cette énergie au Maroc.

Nous voulions commencer par les villages isolés, qui n'ont pas d'électricité.

Ces villages étaient ignorés par l'office national d'électricité.

Quand nous avons présenté notre projet (mes 2 associés sont ingénieurs et travaillent maintenant pour Soft Cell, socièté suisse).

Soudain sont apparus des personnages haut placés au Maroc. Notre projet est tombé à l'eau.

Et ce sont ces même personnages, qui ont présenté un projet, plutôt notre projet.


ah ! désolé.
D’après ce que j'ai lu malheureusement tout ça ne rapporte rien au Marocains ou MRE puisque soit c'est des cas comme toi soit c'est des société étrangères Espagnole, Suisse....qui font le boulot de A à Z .
C'est toujours pareil malheureusement. Alors que nous avons les compétences, il faut toujours être assisté....toujours donner des dessous de tables.....
Energies | 12 mars 2010 | Actu-Environnement.com
Réduire la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer cette pageEnvoyer par e-mail
Jean-Louis Borloo, ministre du Développement durable, et Amina Ben Khadra, ministre de l'Énergie au Maroc ont présenté le 11 mars le Plan Solaire Marocain. Ce plan prévoit la construction d'une capacité de production électrique utilisant l'énergie solaire de 2GW entre 2015 et 2019 sur cinq sites : Ouarzazate, Ain Bni Mathar, Foum Al Oued, Boujdour et Sebkhat Tah.

Dans le cadre de ce plan, la France et le Maroc ont convenu de mettre en place un partenariat institutionnel, technique et financier. Un premier appel d'offre sera lancé dès cet automne pour construire et exploiter plusieurs centrales d'une capacité de 500 MW à Ouarzazate. En 2020, le Maroc prévoit que la part de la puissance électrique installée en énergie renouvelable (éolien, solaire, hydraulique) s'établira à 42% du parc. Selon Mme Ben Khadra, ce projet devrait permettre annuellement ''d'économiser en combustibles 1 million de tonne équivalent pétrole et d'éviter l'émission de 3,7 millions de tonnes de CO2''.

D'après le Ministère du Développement durable, les objectifs du Plan Solaire Marocain s'inscrivent dans ceux du Plan Solaire Méditerranéen (PSM) - un des projets phares de l'Union pour la Méditerranée - qui vise la construction d'ici 2020 de 20 GW de capacité de production d'énergies renouvelables.

Rachida Boughriet
Il ne faut pas se laisser berner par des annonces de communication sur l'énergie solaire et le développement durable au Maroc.

Les éoliennes que le Maroc va installer font déjà partie du passé. Certes elles seront neuves, mais dépassés. Aux USA ils travaillent déjà sur des modèles dont les pales mesurent à peine 1 mètres et sont capables de produire autant que 3 éoliennes. Sans compter les mini éoliennes à installer sur des toits de maison.

Pour comparer le comparable, c'est un peu comme si le Maroc rachetait des millions de doses de vaccin contre la grippe H1N1 alors qu'on sait qu'ils ne servent à rien.

[blogs.rue89.com]


L'éolien et le solaire au Maroc passera par la société et non les pouvoirs publics.



Ni radin ni pigeon, chacun paie sa part...
Quelle société civile?

Tu veux parler d'une catégorie de marocains, qui monopolisent tous les aspects de l'économie marocaine.

A titre d'essai, tu peux tenter d'importer des panneaux photovoltaiques au Maroc, et tu pourras vérifier les blocages.

Surtout que les équipements pour le solaire vendus au Maroc, proviennent de.................Dubaiperplexe

Depuis très longtemps, que je ne me fais plus aucune illusion sur l'initiative privée citoyenne.

Le Maroc est le terrain de jeux, des happy few!
Peuh...

Sans une goute de carburant? mes fesses...

Et le carburant pour faire l'avion? la piste? Le transport des techniciens? La technologie utilisée pour les batteries, le plastique etc etc...

Mes fesses... C'est une blague cette histoire.

Et un avion de 1 tonne 6 c'est mignon, mais ca fait cher le passager ou le kilo...

Moi je veux voir renaitre les bateaux à voile... Ils sont beaux.

Ou encore les dirigeables solaires... Ils ont une surface monstrueuse, on peut monter des panneaux solaires souples dessus... Des hélices et moteurs électriques et hop, ca vole doucement mais sûrement...

Et c'est beau... Plus léger que l'air...
Ce n'est pas une blague. C'est juste que les suisses sont en avance dans le solaire.

Et ce même pour les bateaux:

PlanetSolar boucle son tour du monde
Bateau solaire


PlanetSolar a bouclé le premier tour du monde réalisé uniquement à l'énergie solaire. Il est arrivé à Monaco.
Mis à jour le 04.05.2012

«Aucune goutte de carburant»

Parti le 27 septembre 2010, le bateau solaire a voyagé 19 mois, plus exactement 585 jours, et ce «sans aucune goutte de carburant», précise dans un communiqué l’association éponyme, fondée pour soutenir le projet.

PlanetSolar est le plus grand bateau solaire jamais construit. Mesurant 31 mètres de long sur 15 de large pour un poids de 95 tonnes, son pont est équipé de 537 m2 de panneaux solaires photovoltaïques.

Le projet est soutenu par l’Allemand Immo Stroeher, qui s’est investi financièrement dans l’aventure. Le DFAE est également partenaire financier du projet, à hauteur de 300’000 francs. La Haute Ecole d’ingénierie et de gestion du canton de Vaud (HEIG-VD) basée à Yverdon est un des partenaires scientifiques de l’aventure.
 
Facebook
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X