Jeûne
13 mai 2006 22:13
Le jeûne en faveur d'un mort est il valable, qu'il faisait la prière ou non de son vivant???
Idem pour la prière.
13 mai 2006 23:03
salam


je sais qu'il est permis de faire le pélerinage pour un mort si on a déja accomplie le siens
mais je ne saurais te répondre concernant la prière et le Jeûne , je pense que ce n'est pas possible wa aLLAH a3lam
mais n'empêche que c'est recommendé de faire des douaa à sa faveure



162 - Le devoir de faire des aumônes pour le mort et d'invoquer Dieu pour lui



Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 59 - verset 10: «Ceux qui sont venus après eux disent: «Seigneur! Donne-nous l'absolution ainsi qu'à nos frères qui nous ont devancés dans la foi...».



948 Selon 'Aisha (das), un homme dit au Prophète (bsdl): «Ma mère a rendu l'âme et je suis sûr que si elle avait pu parler, elle aurait fait quelque aumône. A-t-elle quelque salaire si je fais une aumône pour elle?». Il lui dit: «Oui». (ura)



949. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu (bsdl) a dit: «Quand l'homme (ou la femme) meurt, son œuvre s'arrête sauf dans trois choses:

1. Un bien qu'il a légué en aumônes continues.

2. Une œuvre scientifique dont les gens tirent profit.

3. Un enfant vertueux qui prie pour lui ou qui, par ses bonnes actions, pousse les gens à lui bénir ses parents». (Rapporté par Moslem)



Commentaire

Contrairement à ce que certains pensent, l'homme, une fois mort, ne peut rien ajouter ni diminuer à son œuvre sur terre. Ce monde, en effet, est le terrain de l'action et on a tout intérêt à y agir le plus possible dans le bien et le moins possible dans le mal car au Paradis, comme en Enfer, il y a des degrés divers qu'on mérite par ses actions. L'autre monde est le vrai lieu de la récompense car celle de ce monde ne compte rien devant celle de l'autre. Cependant l'œuvre du mort peut continuer après lui dans les trois cas cités plus haut. C'est donc un encouragement à faire des œuvres de bienfaisance qui restent actives après la mort de leur auteur (hôpitaux, écoles, mosquées, foyers pour vieillards etc...), ou à écrire une œuvre scientifique utile aussi bien pour ce monde que pour l'autre. Ou enfin à laisser un enfant vertueux qui prie pour l'âme de ses parents ou qui fait de bonnes actions attirant sur eux la bénédiction de ceux qui en profitent.


[www.mekkaoui.net]



161 - Le devoir de faire des invocations pour le mort après son inhumation et de s'asseoir près de sa tombe environ une heure pour prier pour lui, pour demander à Dieu de l'absoudre et pour lire le Coran


946. 'Othmàn Ibn 'Affàn (das) a dit: «Le Prophète (bsdl), quand on avait fini d'enterrer le mort, se tenait debout devant sa tombe et disait: «Priez pour l'absolution de votre frère et demandez à Dieu d'affermir sa langue dans ses réponses aux Anges de la mort car il est en train d'être questionné».

Commentaire

La mort n'est qu'un passage dans une vie nouvelle et un monde nouveau servant de pont entre ce monde et l'autre. Ce pont s'appelle «Barzakh» (isthme). L'âme, en effet, est immortelle contrairement au corps qui doit en général se décomposer et disparaître. Pendant cette période isthmique l'âme est soumise à un examen terrifiant qui fixera le mort sur sa destination soit au Paradis, soit à l'Enfer. Un Hadith affirme que «la tombe est ou bien l'un des jardins du Paradis, ou bien l'une des fosses de l'Enfer».



947. 'Amr Ibn Al 'As (das) a dit: «Une fois que je serai mort, restez autour de ma tombe le temps qu'il faut pour sacrifier un chameau et pour distribuer sa viande (entre les pauvres) afin que vous m'aidiez ainsi à supporter ma solitude et afin que je sache quoi répondre aux questions des Messagers de mon Seigneur (les Anges de la mort)». (Rapporté par Moslem)

Ashàfî'i a dit: «II est bon alors de lire auprès du mort une partie du Coran, et, si on le lit en entier, c'est une bonne chose
Bismillâhir Rahmânir Rahîm...

Assalâmou 'alaykoum wa rahmatoullâhi wa barakâtouh...




Citation
Jelia23 a écrit:
Le jeûne en faveur d'un mort est il valable, qu'il faisait la prière ou non de son vivant???
Idem pour la prière.




Juste un petit rappel en guise d'introduction, in châ Allâh :


A l'unanimité des savants musulmans, une personne qui abandonne complètement (ou refuse d'accomplir) la prière ("aç-çalât"winking smiley, du fait qu'elle remet en cause son caractère sacré et obligatoire, a mécru en la Parole d'Allâh et au message apporté par le dernier des Prophètes, Mouhammad (çallallâhou 'alayhi wa sallam). Une telle personne sort donc du cadre de la Foi et n'est plus (ou pas) considérée comme musulmane.
Il en est de même pour une personne qui accomplit la prière tout en contestant le fait qu'elle soit obligatoire.
Je répète que ces 2 points-là ne font l'objet d'aucune divergence au sein de la Communauté Musulmane.

Quant à la personne qui, malgré qu'elle soit convaincue que la prière est obligatoire et qu'elle reconnaisse son caractère sacré (comme étant le deuxième pilier parmi 5, lesquels sont les bases fondamentales de l'Islâm), l'abandonne par paresse, négligence et préoccupation de ses affaires mondaines, les savants musulmans ont toujours eu des opinions divergentes à son sujet. Relire l'article suivant, in châ Allâh:
- [www.yabiladi.com]




Concernant ta question chère soeur, les savants musulmans s'accordent pour dire qu'il n'est pas possible pour une personne d'accomplir la prière ("aç-çalât"winking smiley à la place d'une autre personne. Il semble que certains savants aient rapporté un consensus sur ce point.

En ce qui concerne le jeûne et d'autres actes cultuels, les savants ont des opinions quelque peu différentes. Je t'invite à lire cet article, in châ Allâh :
- [www.maison-islam.com]




Wassalâmou 'alaykoum wa rahmatoullâhi wa barakâtouh...
 
Horaires de prières Saint Coran
Facebook