IRAN - ÉTATS-UNIS - Non à la guerre contre l’Iran !
« Nous, les citoyens des États-Unis, nous exhortons respectueusement, les hommes et les femmes courageux de notre armée, à refuser tout ordre d’attaquer de manière préventive l’Iran. » L’écrivain Gore Vidal, la pacifiste Cindy Sheehan, les journaliste Daniel Ellsberg Norman Solomon et Gareth porter, le chanteur Willie Nelson, le sénateur Eric Oemig et des dizaines de personnalités lancent un appel à l’insoumission.

À l’attention du Comité des chefs d’États-majors interarmes et à tout le personnel militaire des États-Unis : N’attaquez pas l’Iran.

Toute forme d’attaque préventive menée par les États-Unis contre l’Iran serait illégale.

Toute forme d’attaque préventive menée par les États-Unis contre l’Iran serait criminelle.

Nous, les citoyens des États-Unis, nous exhortons respectueusement, les hommes et les femmes courageux de notre armée, à refuser tout ordre d’attaquer de manière préventive l’Iran, une nation qui ne représente aucune menace sérieuse ou immédiate pour les États-Unis. Attaquer l’Iran, une nation souveraine de 70 millions de personnes, serait un crime de la plus grande envergure.

Appuis juridiques à notre requête de ne pas attaquer l’Iran : Les Principes de Nuremberg, qui font partie intégrante de la législation des États-Unis, stipulent que tout le personnel militaire a l’obligation de ne pas obéir à des ordres illégaux. La section 609 du « Army Field Manual 27-10 » [NDT : Ouvrage utilisé dans la formation du personnel militaire en regard aux lois sur la guerre par exemple, la Convention de Genève], de même qu’à l’article 92 de la loi « Uniforme Code of Military Justice, » renferment ce principe. L’article 92 stipule : « Un ordre général ou un règlement est légal à moins qu’il soit contraire à la Constitution, à la législation des États-Unis... »

Toute condition d’un traité international ratifié par les États-Unis devient la loi des États-Unis. Les États-Unis sont un membre et un signataire de la charte des Nations Unies, dont l’article II, de la section 4 fait état que, « tous les membres s’abstiendront dans leurs relations internationales à la menace ou à l’utilisation de la force contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de n’importe quel état... » Puisque l’Iran n’a pas attaqué les États-Unis et puisque les États-Unis sont un membre et un signataire de la charte, toute attaque contre l’Iran menée par les États-Unis serait illégale en vertu non seulement du droit international mais aussi de la Constitution des États-Unis qui reconnaît nos traités comme Loi Suprême de notre Pays. En vous enrôlant dans l’armée, vous avez fait le serment de défendre notre Constitution.

Suivre les ordres de votre gouvernement ou de vos supérieurs ne vous relève pas de la responsabilité prévue par le droit international. Sous les Principes du Droit International reconnus dans la Charte du Tribunal de Nuremberg, la complicité dans la perpétration d’un crime de guerre est un crime en vertu du droit international.

Contexte :

Les accusations de l’administration Bush contre l’Iran n’ont pas été prouvées. Ni le développement d’armes nucléaires, ni de fournir de l’aide à l’Irak ne pourraient, si démontrés, constituer une justification pour une guerre illégale.

Une attaque contre l’Iran pourrait inciter la formidable armée iranienne à attaquer les troupes US postées en Irak. Des milliers de nos soldats pourraient être tués ou capturés comme prisonniers de guerre. Une attaque des États-Unis contre les installations nucléaires iraniennes pourrait également signifier la mort, par empoisonnement causé par la radioactivité, de dizaines de milliers d’innocents civils iraniens. Le peuple de l’Iran a peu de contrôle sur son gouvernement et finalement, il souffrirait énormément si les États-Unis devaient attaquer. Des raids de bombardement seraient équivalents à une punition collective, une violation de la Convention de Genève et feraient assurément pousser les germes de la haine pour les générations à venir. Les enfants composent un quart de la population de l’Iran.

Par-dessus tout, nous vous demandons de considérer le résultat de nos actions en Irak que les Services du renseignement des États-Unis admettent être « une cause célèbre pour les jihadistes », une situation qui n’existait pas avant que nous ayons attaqué. Nous devons faire face au fait que notre utilisation impétueuse des solutions militaires a créé plus d’ennemis et rendent les familles états-uniennes moins en sécurité. La diplomatie, et non la guerre, est la solution.

Continuation... grinning smiley
Continuation... grinning smiley

Connaître les risques inhérents au refus de suivre un ordre illégal ou en signant cette présente déclaration : Nous lançons cet appel en toute connaissance de cause et de plein gré, conscients du risque que, en violation de nos droits conférés par le Premier Amendement, nous pourrions être poursuivi sous les sections subsistantes de l’inconstitutionnelle Loi concernant l’espionnage ou de tout autre législation inconstitutionnel et que nous pourrions être condamnés, emprisonnés ou bannis de tout emploi au sein du gouvernement. Nous lançons cet appel tout aussi conscient du fait que vous n’avez aucune option facile. Si vous obéissez à un ordre illégal pour participer à une attaque agressive contre l’Iran, vous pourriez potentiellement être inculpés de crime de guerre. Si vous écoutez notre appel et désobéissez à un ordre illégal, vous pourriez être faussement inculpés de crime y compris de trahison. Vous pourriez être traduit à tord en Cour Martiale. Vous pourriez être emprisonnés.

Requête finale :

Nos leaders disent souvent que la force militaire devrait être utilisée en dernier recours. Nous vous prions de faire de cette politique une réalité et de refuser des ordres illégaux d’attaquer l’Iran. Nous promettons de vous supporter à protéger le public états-unien et les innocents civils à l’étranger.

Notre avenir, l’avenir de nos enfants et de leurs enfants, repose entre vos mains.

Vous connaissez les horreurs de la guerre. Vous pouvez empêcher la prochaine.

Sincèrement.

James Abourezk, former U.S. Senator, (D) South Dakota Stacy Bannerman, Author, "When the War Came Home", Military Families Speak Out Charter Board member John Bonifaz, constitutional attorney and author of "Warrior-King : The Case for Impeaching George W. Bush." Amy Branham, Gold Star Mother of Sgt. Jeremy R. Smith, US Army Reserves, Nov. 1981-Feb. 2004 Blase Bonpane, Ph.d, Director OFFICE OF THE AMERICAS David Clennon, Actor/activist Tim Carpenter, Executive Director, Progressive Democrats of America Daniel Ellsberg, author of "Secrets : A Memoir of Vietnam and the Pentagon Papers." David Cobb, 2004 Green Party Presidential Candidate Jeff Cohen, author/media critic Elizabeth de la Vega, former federal prosecutor and author of U.S. v. George W. Bush Karen Dolan, Director, Cities for Progress/Cities for Peace Anne Feeney, activist/folksinger or Local 1000, AFM Mike Ferner, Navy corpsman ; Secretary, Veterans for Peace Bob Fertik, President Democrats.comLaura Flanders, Radio Host on Air America Bruce K. Gagnon, Coordinator Global Network Against Weapons & Nuclear Power in Space Lila Garrett, KPFK Host of "Connect the Dots" Liberty Godshall, writer, Defenders of Wildlife, Natural Resources Defense Council Hon. Jackie Goldberg, California Assembly Member (AD 45), retired. Kevin Alexander Gray, writer, and organizer with the Harriet Tubman Freedom House Project Representative Betty Hall, Hillsborough District 5, New Hampshire General Court David L. Harris, MD Tom Hayden Thom Hartmann, author and Air America radio host Valerie Heinonen, o.s.u., Ursulines of Tildonk for Justice and Peace Jenny Heinz , member of CodePink, member of Granny Peace Brigade Rabbi Steven Jacobs, Los Angeles Michael Jay, Steering Committee, Progressive Democrats of Los Angeles Charles Jenks, co-founder and editor of traprockpeace.org Antonia Juhasz, author, The Bush Agenda : Invading the World, One Economy at a Time Jerry Kass, playwright and professor at Columbia University Dr, Nazir Khaja ,Chairman, Islamic Information Service, Los Angeles, CA. Mimi Kennedy, National Chair, Progressive Democrats of America Rabbi Michael Lerner, Editor, Tikkun and Chair, the Network of Spiritual Progressives Summer Lipford, Gold Star Mother,NC 28677 David Lindorff, Author, The Case for Impeachment Alice Lynn, Delegate, California Democratic Party (41st AD) Ben Manski, Executive Director, Liberty Tree Ray McGovern, Army infantry/intelligence officer, 1962-64 ; CIA analyst 1964-90. Cynthia Mckinney, former Congresswoman Barbara Mills-Bria, Be The Change-USA Bill Moyer, Executive Director, Backbone Campaign Willie Nelson, Entertainer, Peace Activist Annie Nelson, Sustainable Biodiesel/Peace Activist Honorable Eric Oemig - Washington State Senator Geov Parrish, Executive Director Peace Action of Washington Jacob Park, Founder, A28. Brad Parker, Officer of the Progressive Caucus of the California Democratic Party Bill Perry, Director, Delaware Valley Veterans For America Gareth Porter, investigative journalist and historian Marcus Raskin, member of National Security Council Staff under President Kennedy Dorothy Reik, President, Progressive Democrats of the Santa Monica Mountains Coleen Rowley, retired FBI Agent and former Chief Division Counsel of Minneapolis Division of the FBI Bill Scheurer, Editor, PeaceMajority Report Randi Scheurer, IL-Dist. 8, , etc etc

Non à la guerre !


Kimboy
s attaquer a l iran serait la goutte d eau qui ferait deborder le vase. ça serait encore une des plus grosse conneries que l occident aurait fait depuis ses derniers siecles. il est sur et certain que ça embrasera definitivement toute la region et probablement toute la planete. s attaquer de façon stupide et inhumaine a tout ceux qui suivent cette course a l armement parcequ ils refusent de prendre le risque d etre colonisé un jour ou l autre, c est comme ouvrir une fabrique de "terroriste" qui ne sont en fait que des resistants a cette barbarie occidentale.
 
Facebook