News Forum MediaTIC Islam YabiladiesUniversités d'été العربية Connexion
Une infirmière dénonce la sauvagerie des forces de l’ordre
[www.youtube.com]





Forces de l’ordre ou du forces du désordre ? A Taza, les « forces de l’ordre » ont répondu avec leur habituelle férocité aux manifestations de rue de cette semaine. Et elles n’ont pas seulement cassé du manifestant, mais également les domiciles de citoyens qui ne sont ni des dissidents ni des mécontents.



La femme que l’on voit sur cette vidéo, une infirmière, explique à une équipe de la chaîne officielle de télévision 2M, dépêchée sur place, ce qui s’est passé quand sa maison a été attaquée par des membres des forces de l’ordre.

Cette infirmière était entrain de soigner « 90 blessés » dans une petite cour située en face de chez elle. Ce sont « un parlementaire et un médecin« , qui étaient sur place, qui le lui ont demandé. « Fais ton devoir d’infirmière!« , lui auraient-ils recommandé. Et c’est ce que cette brave femme a fait.

Cela s’est passé la nuit d’avant hier, vers 22h00 au quartier Al Koucha de Taza. « Ils m’ont tabassé moi, mes enfants, des femmes« . Qui « ils » ? demande ingénument un journaliste de 2M. « Ben.. la police… les forces de l’ordre. Et ils n’ont pas cassé seulement ma maison, ils ont cassé toutes les maisons du quartier El Koucha. Toutes les maisons… Ils ont pénétré partout… dans toutes les familles..; ils ont agressé tout le monde« , répond simplement la femme.

Même les compteurs d’électricité et les ampoules d’éclairage qui trônent au dessus des portes n’ont pas échappé à la furie des « forces de l’ordre ». Un policier lui aurait lancé, alors qu’il cassait son compteur : « Vous vous plaignez de l’électricité ? Voilà ! le problème est résolu maintenant. »

Voilà un beau reportage sur la brutalité des forces de l’ordre qui devrait figurer en bonne place dans le journal télévisé de 2M.

A moins que la patronne de cette chaîne officielle, Samira Sitaïl, ne décide autrement. Ou, n’altère, comme à son habitude, les déclarations de cette femme.



Qui donne ne doit jamais s'en souvenir. Qui reçoit ne doit jamais oublier.
 
Facebook