Houdhayfa Ibnoul-Yamâne et son père
salam, bonjour, smiling smiley

La Colère

Houdhayfa Ibnoul-Yamâne et son père





Un jour, alors que les Musulmans se préparaient pour la bataille d’Ohod, le père de Houdhayfa, vieilli par le temps, s'assit près d'un ami de longue date. Ils regardèrent ensemble les combattants se diriger vers le champ de bataille, tous deux furent dispensés du combat en raison de leur vieillesse.



Cependant, en voyant la ferveur de son fils et des autres Musulmans prêts à sacrifier leurs vies, le père de Houdhayfa dit à son vieil ami : « Pourquoi restons-nous ici ? Pourquoi laissons-nous aller le Prophète, que la Paix et le Salut soit sur lui ? Par Allah, il ne me reste de ma vie que quelques minutes ; pourquoi ne pas mourir auprès du Prophète ? Une vie n’a aucune valeur si elle ne se termine pas sur le sentier d’Allah ! »



Le père de Houdhayfa décida, sans mots dire, de partir à l'expédition, il voila son visage et parti rejoindre ses frères au combat. Malheureusement, peu de Musulmans le reconnurent, certains pensaient même qu’il faisait partie du camp adverse, ils le prirent pour un mécréant, aussi le poursuivirent-ils pour le tuer. Mais son fils Houdhayfa, témoin de la scène, s'écria de loin : « Ô gens ! Mon père ! Mon père ! » Mais personne ne prêta véritablement attention à ses paroles...



Il se rapprocha alors à toute vitesse en criant « Mon père ! Mon père ! Ne le tuez pas ! » Mais il était trop tard, à peine était-il arrivé que l’épée d’un de ses frères en Islam avait transpercé le corps de son père qui mourut en Chahid tel qu'il le souhaitait, même s’il s’agissait d’une erreur.



Houdhayfa regarda son père mort et dit tristement : « C’est mon père ! » Les compagnons répondirent avec étonnement, désolés de cet incident : « Mais nous ne savions pas ! »



La réaction de Houdhayfa fut cependant très sage. Il dit : « Qu’Allah soit Clément envers vous. Qu’Allah vous pardonne ; Il est certes le Plus Clément des cléments… »



Le Prophète a alors demandé qu’on lui assemble la compensation et qu’on le dédommage en nature pour cette erreur. Houdhayfa répondit généreusement : « Ô Messager d’Allah, je constate que les Musulmans ont besoin de cet argent ; Je fais aumône aux Musulmans de la compensation de mon père »



Et depuis ce jour, on rapporte que Houdhayfa monta très haut dans l’estime du Prophète.

tawmat smiling smiley
salam, bonjour, smiling smiley

Magnifique n'est ce pas ?

tawmat smiling smiley
salam, bonjour, smiling smiley

up

tawmat smiling smiley
 
Horaires de prières Saint Coran
Facebook