News Forum MediaTic Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion
Hollywood et les arabes, une histoire de...
source

«Hollywood et les Arabes», une histoire de… haine!
Un film surprenant qui met à nu un dénigrement tenace à travers 1.000 films
Publié le : 04.03.2009 | 11h57

«Il faut tuer tous ces enfoirés!», lance le héros Samuel Jackson pour conclure «en beauté» le film hollywoodien «Règles d'engagement».

«Les enfoirés» en question sont les Arabes qu'ils soient enfants, femmes ou hommes. Aussi surprenants que choquants, ces propos ne sont pas la seule expression d'une haine tenace et d'un racisme séculaire que véhicule volontiers la production hollywoodienne. Et ceci depuis ses débuts muets et jusqu'à ses films les plus récents. C'est le professeur Jack Shaheen, bien épaulé par le réalisateur Sut Jhally, qui met à nu cette propagande historique à travers un documentaire bien étoffé. Ce film inédit a été présenté par la télévision canadienne dans le cadre de l'émission «Zone Doc» et il circule librement en ce moment sur Internet.
«Hollywood et les Arabes» est le fruit du visionnage averti de plus d'un millier de films américains: des films muets et jusqu'aux superproductions contemporaines en passant par les oeuvres d'animation essentiellement réservées aux enfants. Expert en Moyen-Orient, consultant et auteur réputé, J. Shaheen remonte l'histoire cinématographique américaine pour dévoiler, images à l'appui, l'un de ses aspects les plus calomnieux envers les Arabes en général. Du ''cheikh'' sinistre et mégalomane et son ''harem'' de danseuses du ventre, au terroriste sanguinaire en passant par l'obsédé sexuel et malfrat stupide et incompétent… l'image de l'Arabe n'a rien de valorisant.

Le Pr. Shaheen n'hésite pas à apporter la preuve de ses différentes analyses. Piochant dans plus d'un millier de films, il propose de visionner différentes séquences dégradantes et ouvertement anti-arabes. Pour expliquer un peu l'apparition de ces stéréotypes omniprésents dans les productions hollywoodiennes, le professeur d'université rappelle trois moments cruciaux dans l'histoire des relations arabo-américaines: la fin de la Seconde Guerre mondiale et la naissance du conflit israélo-palestinien, la révolution iranienne et la naissance de l'islamophobie, la crise du pétrole aux années 80 et enfin les événements du 11 septembre qui ont complété la ''diabolisation'' de la race arabe. L'évolution historique du stéréotype arabe dans le cinéma d'Hollywood démontre aux spectateurs comment l'Arabe passe du statut du bandit bédouin et bouffon à celui du ''cheikh'' manipulateur et avide de pouvoir pour se transformer en terroriste acharné, antisémite et souvent stupide et incapable. Les super- héros américains sont toujours là pour remettre cette «sale race» à sa place et pour lui donner une bonne leçon.

«Il faut tuer tous ces enfoirés», «des terroristes sans cœur», «Je viens d'Arabie, la-bas, on te coupe l'oreille pour un ''non'' ou pour un ''oui''»… sont autant de répliques qu'on peut entendre dans des films comme «Aladin» de Disney, «Le Bûcher des vanités», «Règles d'engagement», les «James Bond», «le Diamant du Nil", «Sahara», «Le père de la mariée 2», «Gladiateurs», «Jamais plus jamais», «Chapitre deux», «Retour vers le futur», «Cannonball run 2», «Vrais mensonges», « La mort avant le déshonneur» et bien d'autres... D'ailleurs, l'auteur du film se demande, incrédule, comment de tels propos et insanités peuvent passer au grand écran sans que personne n'intervienne. Que ça soit du côté des producteurs, des acteurs, de la critique et même des spectateurs bien trop confortés dans ces clichés haineux.

Il en arrive à démontrer qu'Hollywood se fait la porte-parole du gouvernement américain. Le documentaire cite Jack Valenti, ex-conseiller à la Maison-Blanche du temps de Lyndon Johnson et ex- président de la Motion Picture Association of America (MPAA), qui décrit cette anomalie en ces termes exacts: «Washington et Hollywood ont le même code génétique, le même ADN». C'est dire le lien étroit existant entre la politique américaine au Moyen-Orient et l'industrie cinématographique des USA. Un éclairage logique sur un dérapage qui a trop duré.
La femme arabe aussi...
La femme arabe n'est pas épargnée, elle aussi, par la machine déshumanisante d'Hollywood. Après la danseuse du ventre légèrement vêtue et à la vertu légère et la femme du ''harem'' bien soumise, elle devient subitement une grande terroriste sans cœur n'hésitant pas à ''tuer'' qui que ce soit bloquant son chemin. Quand elle n'est pas une criminelle confirmée, elle met un voile «menaçant», cela si elle ne porte pas une ''moustache répugnante''! La femme arabe n'est pas mieux lotie que son compagnon et les exemples cités par Shaheen le démontrent. Du mythe à la phobie en passant par toutes les formes de racisme et de dénigrement, le cinéma d'Hollywood ne laisse qu'un petit espace aux films neutres qui montrent l'Arabe sur son meilleur jour ou plutôt sur sa vraie nature d'être humain. «Marrakech Express», «Paradise now» et quelques rares films ont montré à travers l'histoire les «seuls bons Arabes» comme les décrit le documentaire. Ce dernier préfère prendre fin sur une note positive en incitant les spectateurs à la réflexion active sur les fruits de la plus grande opération de propagande jamais vue dans l'histoire. D'après le professeur Shaheen, les manœuvres caricaturales d'Hollywood ont forcément des conséquences sociales, politiques et humaines. Il lance ainsi un appel à la nouvelle génération des cinéastes pour dépasser la paranoïa américaine et montrer l'Arabe sans avilissement ni dénigrement gratuits.



Par Hayat Kamal Idrissi | LE MATIN
Salam smiling smiley,

Il y a quelques jours wahed mustapha a posté une vidéo édifiante sur le même sujet. Sur son post [www.yabiladi.com] , il fait référence l'émission canadienne que l'on peut visualiser sur le site [leweb2zero.tv] .


A voir absolument !

La propagande (sioniste entre autres, à travers deux grosses sociétés de production de Hollywood) contre les arabes n'a rien à envier aux méthodes nazis. L'arabe est réduit à moins que rien. Il est déshumanisé. De ce fait, les massacres contre les arabes (et les musulmans) (guerres d'Irak, de Palestine...) ne font pas réagir les opinions américaines (tout comme celle d'Israël qui, rappelons le, a soutenu les massacres de Gaza à 95% !!).

Quand on voit dans un film un "grand" acteur américain donner la replique suivante après son retour de Londres "Il y a trop d'arabes à Londres", réplique qui n'a rien à faire dans le film, on se demande pourquoi ce besoin de, systématiquement, rabaisser, insulter les arabes !! Question : comment se fait-il que des acteurs acceptent de tels rôles et participer ainsi à cette propagande haineuse ?


Quand je suis arrivé en France, j'ai été frappé par la représentation mentale qu'ont en générale les français des pays arabes ! Pour eux le Maroc par exemple est un club med. où l'on peut boire du thé et manger le couscous à volonté. L'arabe du moyen orient est forcèment un riche prince stupide -des fois méchants- avec plein de femmes qui dansent toutes la danse du ventre... et dans tous les pays arabes, le moyen de transport ce sont les chameaux ou dromadaires ... qui servent aussi, à l'occasion, de dot pour épouser (enfin acheter) ses épouses (chaque arabe a 4 femmes !!) ! Sans oublier bien évidement que les arabes sont des voleurs !
Il a suffit que je visionne quelques extraits des bronzés par exemple et autres films des années 70 et 80, qui repassent encore à la télé, pour comprendre l'origine de cette représentation !!
salam,

Il y a le sketche de Desproges qui est malheureusement d'actualité dont voici le lien"Rachid"

En ce moment je rejoins l'initiative du LKP aux Antilles, pour dire que c'est général cette forme de discrimination et de rabaissement des populations non blanche.
superbe sketch de desproges ecrit suite à une serie d'agressions racistes.
par contre, est ce encore d'actualité? loin de moi l'idée de nier qu'il existe encore des violences racistes. mais tout le monde en est victime. et se faire "depouiller" parce qu'on est "blanc", ça arrive aussi. c'est meme plus courant à mon avis.
Le cinéma américain entretient, en effet, certains préjugés sur les Arabes, bien utiles pour la politique étrangère des Etats-Unis.

Récemment, je suis tombé sur un film "Etat de siège" avec Bruce Willis et Denzel Washington, au bout de 30 minutes j'ai arrêté de regarder tellement c'est abusé !



Modifié 1 fois. Dernière modification le 06/03/09 20:07 par salmones.
Citation
salmones a écrit:
Le cinéma américain entretient, en effet, certains préjugés sur les Arabes, bien utiles pour la politique étrangère des Etats-Unis.

Récemment, je suis tombé sur un film "Etat de siège" avec Bruce Willis et Denzel Washington, au bout de 30 minutes j'ai arrêté de regarder tellement c'est abusé !


c'est vrai que les clichés sont nombreux dans ce film. mais c'est le cas dans quasiment tout les films ricains. vois comment on depeint un français ou un italien dans un film us. c'est la culture mac do. le film doit avoir une audience la plus large possible et s'adresser au plus grand nombre, y compris le bas du casque texan. pas de fioritures ni de complication. du pret à macher cinematographique.
par contre, hormis les clichés, ce film montre bien la derive autoritaire qui pese sur des democraties fortement militarisées comme les usa.
le cinema "français" n est pas en reste. de memoire je citerai "l union sacrée" mais il y en plein d autres.
Citation
l'européen a écrit:
superbe sketch de desproges ecrit suite à une serie d'agressions racistes.
par contre, est ce encore d'actualité? loin de moi l'idée de nier qu'il existe encore des violences racistes. mais tout le monde en est victime. et se faire "depouiller" parce qu'on est "blanc", ça arrive aussi. c'est meme plus courant à mon avis.

salam,

personne ne nie le fait que beaucoup de gens se font agresser dans notre beau pays, il ne faut pas être blanc pour se retrouver aux urgences par le fait que vous n'avez pas voulu vous faire delester de votre PSP, pas très loin un ami a eu le bassin brisé à cause d'avoir refusé de donner une cigarette à des "loubards", il n'est pas "blanc" et eux étaient un groupe, il a plus de 40 ans, eux ont moins de 16 ans, pas par racisme...

mais un flic qui vous arrête et qui vous demandes "tes papiers boucaque" et que vous avez le malheur de lui dire que c'est déplacé, "si tu veux faire le malin je t'embarque", et qui sait ce qui se passera au commissariat, peut-être un suicide en me matraquant derrière la nuque?

mais à quoi bon, le nier fait bien partie de certains, ça s'appelle le racisme ordinaire, celui qui fait mal qu'à une partie de la population, desproges et coluche ne faisait pas que de l'humour, ils militaient contre la crétinerie de certains, quand j'entends rire dans la salle et parfois fort, surtout sur le terme de "raton laveur", là on est paroxysme du racisme.

le racisme nous le vivons, ils le vivent, chacun le vit, la femme vis à vis des hommes, le pauvre vis à vis des riches, mais le plus dur est celui dévolu aux arabes et noirs, dire à un enfant à l'école qu'il pue parce qu'il est arabe, je m'excuse, mais l'enfant qui dit ça à un autre enfant l'a entendu quelque part, et pourquoi lors d'un banquet familial du 14 juillet (je choisis bien les symboles, hein?)

je ne me sens nullement victime, je sais d'où je viens et vers où je vais, il y aura toujours un petit mot raciste par ci par là, et souvent ça sortira de la bouche d'un raté, moi je peux l'accepter et faire semblant de ne rien avoir entendu, mais je ne pense pas pardonner un parent qui initie ses enfants à la bestialité et on est dans l'ambiance avec la crise et la recherche de bouc émissaires, remplissons les charters mon cher winking smiley
"je ne me sens nullement victime, je sais d'où je viens et vers où je vais, il y aura toujours un petit mot raciste par ci par là, et souvent ça sortira de la bouche d'un raté, moi je peux l'accepter et faire semblant de ne rien avoir entendu, mais je ne pense pas pardonner un parent qui initie ses enfants à la bestialité et on est dans l'ambiance avec la crise et la recherche de bouc émissaires, remplissons les charters mon cher"


je ne suis pas aussi pessimiste. historiquement, en france, l'extreme droite n'a jamais réussi à recuperer la detressesse sociale comme en allemagne ou en italie. la crise, ça fait pas monter le pen mais plutot besancenot. par contre, ce qui est sur, c'est que le chomage va frapper surtout les sans qualifications. donc pas mal de jeunes issus de l'immigration.
A VOIR !!

Voici un documentaire Québécois très explicite sur la propagande anti-arabe d'Hollywood qui est propagé dans le monde depuis plus de 20 ans.

Il est en 3 parties :

http://www.dailymotion.com/video/x84mo6_hollywood-et-les-arabes-13_news
Comme Aladin est cité dans la vidéo. Je vous raconte une petite anecdote. Dans la chanson le génie dit "Bande de veinards dégagez le passage...". Je regardais avec mes neveux. Après, je m'amusais à chanter "bande de @#$%& dégagez le passage" grinning smiley.
[www.youtube.com]


Petite parathèse avant de finir, mes frères m'ont toujours "arrêtes de dire n'importe quoi devant les enfants".



Ben quoi 0-°
 
Facebook
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X