News Forum MediaTIC Islam YabiladiesUniversités d'été العربية Connexion
HISTORIQUE Aux origines : le soufisme
salam allah alaikoum

Tout en demeurant attachée à la loi islamique, le mysticisme musulman ou soufisme (al-tasawwuf) vise une approche sensitive et charnelle de la foi à travers une méthode théorique et pratique enseignée par des maîtres (chaykh-s) pour vivre l’expérimentation de l’union avec Dieu au cours de la vie terrestre. Rappelons que la Révélation coranique et le modèle prophétique ont tout deux porté les germes féconds de la mystique. Le Coran n’appelle pas seulement l’homme à se détacher du monde et à se consacrer à l’adoration, il l’incite aussi à cheminer sur la « voie » (al-tarîqa) qui le mène vers Dieu, seul et unique détenteur de la sainteté (al-walâya). La Tradition prophétique nous transmet l’image du Prophète qui, comme tout guide spirituel, se tourne à la fois vers Dieu et les hommes. Il est le modèle parfait du maître qui se consacre aussi bien aux veillées de prières, au jeûne et à l’invocation qu’aux activités quotidiennes avec les siens, au coté de ses compagnons face aux ennemis. Le nom même de « compagnon » (al-sâhib) traduit l’importance du compagnonnage (al-suhba) sans lequel on ne saurait comprendre le soufisme. Adhérer à l’enseignement d’un maître, vivre auprès de lui, l’écouter et se sentir lié par la fraternité avec ses condisciples, telles sont les notions fondamentales du compagnonnage. Les grands maîtres du soufisme ont prôné des voies différentes, certains se sont tournés vers la connaissance métaphysique (Junayd, Ibn ‘Arabî), d’autres vers l’ivresse et l’amour (Hallâj, Rûmî). Dans tous les cas, la pratique du soufisme nécessite de respecter deux types d’impératifs : les rites obligatoires imposés à tous les musulmans et les rites surérogatoires à destination des seuls initiés. Lorsqu’un aspirant s’engage dans le mysticisme, il lui faudra acquérir par le biais de cette pratique une nouvelle dimension intérieure, une qualité supplémentaire attribuant une certaine profondeur ésotérique aux actes rituels qu’il accomplissait jusqu’ici de façon plus ou moins récurrentes, ou avec plus ou moins d’investissement spirituel. Le disciple qui vise la réalisation spirituelle doit apprendre à se transcender lui-même. Pour cela, il lui faut suivre une discipline établie par un chaykh qui ajoute à l’autocontrôle des pulsions de l’ego (al-nafs) un ensemble d’invocations et de prières surérogatoires (dhikr-s, wird-s et hizb-s) pour atteindre, par étapes successives, celle de l’anéantissement de son être dans l’Unicité divine (al-fanâ’ fî al-tawhîd), manifestant ainsi sa rencontre avec la Vérité (al-haqq).
Les doctrines établies par les maîtres soufis à destination de leurs partisans englobent, d’une part, des recommandations morales, éthiques et comportementales, et, d’autre part, des récitations de litanies spirituelles au moyen d’un chapelet et des enseignements métaphysiques théoriques. Ces doctrines forment un « code de vie » qui doit permettre au fidèle de demeurer perpétuellement en présence de Dieu. Certaines autorisent la mise en scène de pratiques artistiques et musicales telle que l’audition (al-samâ’) de cantiques et les danses de la Présence (al-hadra) provoquant chez les fidèles des phénomènes d’extase (hal), et de transe. Pendant de longs siècles on ne parle pas ou peu d’ordres religieux, mais plutôt de compagnons et de disciples de tel ou tel maître. Se faire compagnon d’un guide spirituel et s’affilier à une confrérie, c’est en un sens recréer le compagnonnage idéal modélisé par le Prophète(bpsl) entouré de ses premiers disciples.



______________________________________________________________
*-Celui qui dit "moi, je sais !" est plus ignorant que l'ignorant ; il faut toujours savoir apprendre des autres.
OUI MAIS LE SOUFISME ET UNE SECTE
Hallaj, mort exécuté. Sohrawardi, mort exécuté (par Saladin). Ibn 'Arabi, auteurs de textes horribles pour tout monothéiste.

On nous dira sans doute que ce sont de grands incompris, que les autres, les "exotériques" n'ont rien compris à a "gnose", au "Qutb", au "Fana", qu'ils ne connaissent de l'Islam que les actes cultuels, le mouvement des membres, que leurx coeurs sont morts. Mais quand je lis la Sirah du Prophète (saws), celle des Compagnons...Je ne vois rien de ce avec quoi sont venus les charlatans Soufis.

Certes, je n'y connais pas grand chose. Mais je sais qui sont ces trois là.

Cela dit, on peut être anti-faux-derviches et apprécier certaines lectures Soufies : j'ai aimé lire Fariduddin 'Attar ou le grand Sa'dî



وَاللّهِ مَا حَزِنَتْ أُخْتٌ لِفَقْدِ أَخٍ ... حُزْنِي عَلَيْهِ وَلاَ أُمٍّ عَلَى وَلَد
Citation
zoumelle a écrit:
OUI MAIS LE SOUFISME ET UNE SECTE
salam alaika
Parmi les traqueurs de l’innovation, certains imaginent purifier l’Islam de ses scories en assimilant le taçawwuf à une secte.

On ne peut nier qu’il y ait eu ou qu’il puisse y avoir -et plus que jamais de nos jours- des charlatans et des illusionnés qui s’en réclament, mais ni plus ni moins que d’autres égarés présents dans la communauté en son ensemble.
Sans or véritable, il n’y aurait pas de faux or. Balayer le tout n’épuise ni la mine, ni les chercheurs d’or mais démontre tout simplement un manque flagrant de discernement.

L’imam Fakhr-ud-din Al-Razi, commentateur reconnu du Noble Coran, a dit : « Sache que parmi les nombreuses sectes qui se séparent de la communauté, il ne faut pas mentionner les soufis, c’est là une faute (une erreur) car il ressort de leurs paroles que la voie de la connaissance de Dieu est une purification et un dépouillement de toutes les attaches mondaines et grossières »
Citation
Rastapopûlos a écrit:
Hallaj, mort exécuté. Sohrawardi, mort exécuté (par Saladin). Ibn 'Arabi, auteurs de textes horribles pour tout monothéiste.

On nous dira sans doute que ce sont de grands incompris, que les autres, les "exotériques" n'ont rien compris à a "gnose", au "Qutb", au "Fana", qu'ils ne connaissent de l'Islam que les actes cultuels, le mouvement des membres, que leurx coeurs sont morts. Mais quand je lis la Sirah du Prophète (saws), celle des Compagnons...Je ne vois rien de ce avec quoi sont venus les charlatans Soufis.

Certes, je n'y connais pas grand chose. Mais je sais qui sont ces trois là.

Cela dit, on peut être anti-faux-derviches et apprécier certaines lectures Soufies : j'ai aimé lire Fariduddin 'Attar ou le grand Sa'dî
salam alaika
tu ne connais pas grand chose comme tu dis
« Aime ceux que Dieu a aimé (awliya’Allah) et fais en sorte de te faire aimer d’eux, car Dieu regarde dans le cœur de ses saints soixante dis fois par jour et chaque nuit. Peut-être trouvera-t-il ton nom inscrit dans le cœur de l’un d’entre eux. Il t’aimera alors et te couvrira de Son pardon. »
Certains ignorants et sectaires ont voulu entacher l'honneur de cette noble science. Ils ont occulté les paroles des imams de l'Islam sur le Tassawwuf:

Les paroles des 4 Imams Fondateurs des écoles Juridiques:
[www.doctrine-malikite.fr]
On cite ici quelques témoignages des fondateurs des quatre doctrines sunnites, ainsi que les témoignages de l'Imâm Al-ghazâlî et de l'Imâm Ibn Taymiyya, à propos du soufisme.

L'Imâm Abû Hanîfa (85-150 H.) a dit : 'Si il n'y a avait pas eu ces deux ans, j'aurais péri. (…) Pendant deux ans, j'ai été le compagnon de Sayyidina Ja‘far as-Sâdiq et j'ai acquis la science spirituelle qui a fait de moi un Connaissant ('ârif) de la Voie.' [1]

L'Imâm Mâlik Ibn Anas (95-179 H.) a dit : 'Celui qui étudie la jurisprudence (tafaqaha) et n'étudie pas le soufisme (tasawwuf) est un pervers (fâsiq); et celui qui étudie le soufisme et n'étudie pas la jurisprudence est un hérétique (zindîq); celui qui allie les deux, atteint la vérité ou est le parfait réalisé (tahaqqaqa).' [2]

L'Imâm Shâfi‘î (150-205 H.) a dit : « J'ai fréquenté des soufis et j'ai tiré profit de ce (compagnonnage) à travers trois de leurs paroles :
Le temps est comme une épée, si tu ne le coupe pas, il te coupe.
Si tu n'occupes pas ton âme avec la vérité, elle t'occupe avec l'erreur (ce qui est vain).
Le manque de protection (une totale indigence ou pauvreté). »
Il a dit aussi :
« j'ai aimé trois choses de votre religion : le fait de ne pas imposer ce qui est (trop) difficile, que les gens se réunissent dans la douceur, (l'amabilité), la suivance (l'imitation) de la voie des gens de “ tassawwuf ”»[3].

L'Imâm Ahmad Ibn Hanbal (164-241 H.), avant la compagnie des soufis a dit à son fils : “ Oh! Mon fils, sois avec ceux qui étudient le Hadîth, et loin des assemblées de ceux qui se nomment soufis. Car parmi eux, certains ignorent les principes de la religion. Alors, il fut le compagnon de Hamza Al-Baghdâdî, le soufi; et il connut les états spirituels des initiés et il dit à son fils : “ Sois dans les assemblées de ceux qui sont soufis, (al qawm), car par leur fréquentation la science, la vigilance intérieure (al-murâqabah), l'humilité (al-khashiyah), le renoncement (az- zuhd), et l'aspiration spirituelle augmentent.
On a rapporté que l'Imâm Ahmad Ibn Hanbal a dit des soufis : “ Ne sais-tu pas que parmi les groupes, le meilleur est le-leur ?
On a dit : mais, ils font le samâ‘ (chants spirituels) et connaissent l'extase (al-wajd, al-jadhb), il a dit : “ Ils appellent à se réjouir en Allah... ” [4]

Notes de bas de page et références:

[1] Phrase tirée de Durr al-Mukhtâr.
[2] Phrase rapportée par le spécialiste du hadîth Ahmad Zarrûq, par le spécialiste du hadîth 'Ali ibn Ahmad al-'Adawî dans le tome 2 de ses œuvres, par al-Hâfiz `Ali al-Qari al-Harawi et d'autres.
[3] Phrase citée par 'Ijluni dans son Kashf al-Khafâ, vol. 1, p. 341.
[4] Phrase citée dans le Tanwir al-Qulûb.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 06/12/10 23:21 par elmakoudi.
L'Imâm Al-Ghazâlî (450-505 H.) a dit : 'J'ai su avec certitude que les Soufis sont ceux qui cheminent sur la Voie d'Allah, que leur conduite est la plus parfaite, que leur voie est la plus sûre et la plus droite, et que leur caractère est le plus pur. Je dirais plus, même si l'on additionne l'intelligence des hommes, la sagesse de sages et la science des savants avertis des secrets de la loi religieuse pour pouvoir réformer la conduite des Soufis, ou même l'améliorer, on n'y arriverait pas. Car tout dans leur mouvement ou leur immobilité, extérieurement et intérieurement, est puisé dans la lumière de la Niche (Mishkât) de la Prophétie' [5]

L'Imâm Ibn-Taymiyya (661-728 H.) a dit :

'…certains ont critiqué les Soufis et le Soufisme en disant qu'ils étaient des innovateurs, en dehors de la Sunna, mais la vérité est qu'ils s'efforcent d'obéir à Allah (…) Parmi eux on trouve les personnes les plus proches [d'Allah] grâce à leurs efforts (actes) '[6]
'les prodiges des saints sont absolument vrais et corrects et reconnus par tous les savants musulmans. Le Coran l'a indiqué en différentes places et les Hadîth du Prophète (paix et salut sur lui) l'ont mentionné et celui qui nie les prodiges des saints, est innovateur ou disciple d'innovateurs.' [7]
'Allah Tout-puissant dévoilera à Ses saints des états qui n'ont jamais été dévoilé auparavant et Il leur donnera l'appui sans mesure. Si ce saint commence à parler des choses de l'invisible, passées ou présentes ou futures, cela est considéré comme Bâb Al-‘Ilm Al-khâriq, la connaissance extraordinaire. Tout ce qu'un saint fait qui est de l'extraordinaire, pour les gens ou pour des auditeurs, de guérison ou de connaissance d'enseignement, est accepté et nous devons remercier Allah pour cela.'[8]
'Les grands sheikhs Soufis sont bien connus et acceptés, tels que : Bayazîd Al-Bistâmi, sheikh Abdul Qâdir Jilâni, Junayd ibn Muhammad, Hasan Fudayl Al-Basrî, Ibn Al-Ayyâd, Ibrahim Ibn Al-Adham, Abî Suleymân ad-Dâranî, Ma‘rûf Al-Karkhî, Siri as-Saqtî, sheikh Hammâd, sheikh Abul Bayân. (…) Ces grands Soufis étaient les leaders de l'humanité et ils appelaient à ce qui était juste et interdisaient ce que Dieu avait interdit de mauvais.'[9]
'J'ai porté le manteau soufi (khirqa) d'un certain nombre de sheikhs soufis, appartenant à des Turuq (voies, confréries) diverses, parmi eux Abdel Qâdir Al-Jîlâni, dont la Tariqa est la plus grande de celles bien connues, que la miséricorde d'Allah soit sur lui.'[10]
'Il est dit qu'après le Sceau des Prophètes (paix et salut sur lui), la révélation ne descend pas sur un autre. Pourquoi pas ? En fait elle descend, mais alors ce n'est pas appelé 'la révélation' (mais une inspiration : Ilhâm). C'est ce que le Prophète (paix et salut sur lui) a mentionné quand il a dit, ' le croyant voit avec la Lumière de Dieu. ' Quand le croyant regarde avec la Lumière de Dieu, il voit toutes les choses : le premier et le dernier, le présent et l'absent. Comment une chose peut-être cachée de la Lumière de Dieu ?... Donc la signification de la révélation existe, même si elle n'est pas appelée révélation. (…) ce qui est considéré comme un prodige pour un saint est que parfois le saint pourrait entendre quelque chose que les autres n'entendent pas ou voir quelque chose que les autres ne voient pas, pas lorsqu'il est endormi, mais dans un état réveillé de vision (mushâhada). Il peut connaître des choses que d'autres ne peuvent pas connaître, par le biais de l'inspiration.'[11]

Notes de bas de page et références:

[5] Passage tiré de Al-Munqid min Azalâl, traduit en français sous le titre Erreur et Délivrance.

[6] Passage extrait de Majmu'a Fatawa Ibn Taymiyya al-Kubra, volume 11.

[7] Passage extrait de Mukhtasar al-Fatawa al-Masriyya.

[8] Passage extrait de Majmu'a Fatawa Ibn Taymiyya al-Kubra, volume 11.

[9] Passage extrait de Majmu'a Fatawa Ibn Taymiyya al-Kubra, volume 10.

[10] Passage cité à partir de al-Mas'ala at-Tabraziyya, transmise par Jamal ad-Din al-Talyani dans son Targhib al-Mutahâbbin fi labs Khirqat al-Mutammayyizîn.

[11] .Passages cités dans Majmu'a Fatawa Ibn Taymiyya al-Kubra.
salam alaikoum
Zakariyyâ Al-Ansârî, le Sheikh des shaféites à son époque à Al-Azhar Ash-Sharîf, définit le Tasawwuf comme suit: "Le Tasawwuf est une science qui permet de connaître les états de purification des âmes, le raffinement des caractères et l'anoblissement de l'apparence ainsi que le for intérieur, afin d'atteindre le bonheur éternel".

Les caractéristiques des soufis


Fakhr ad-Din ar-Razi (544-606 H.): "La Voie des Soufis pour recevoir la connaissance consiste à s'éloigner de la vie matérielle, et ils restent constamment occupés par l'invocation d'Allah (dhikr allah), dans toutes leurs actions et leur comportement." ('Itiqadat Furaq al-Muslimin)

An-Nawawi a dit: "Les caractéristiques de la Voie Soufi sont [...] de garder la Présence d'Allah dans le c?ur en public ou en privé, de suivre la Sunna du Prophète [...] d'être heureux de ce qu'Allah nous donne." (Maqasid at-Tawhid)

Ibn 'Abidin (1198-1252 H.): "Les Chercheurs sur la Voie Soufi n'entendent rien qui ne vienne de la Présence Divine. Et ils n'aiment rien d'autre que Lui. S'ils se rappellent de Lui, ils pleurent, et s'ils Le remercient, ils sont heureux [...] Qu'Allah les bénisse." (Risail Ibn 'Abidin)

Les mérites du soufisme


Abou Hanifa (رحمه الله) a dit: "Si il n'y a avait pas eu ces deux ans, j'aurais péri. [...] Pendant deux ans, j'ai été le compagnon de Sayyidina Ja'far as-Sadiq et j'ai acquis la science spirituelle qui a fait de moi un Connaissant ('arif) de la Voie". (Durr al-Mukhtar)

Malik (رحمه الله) a dit: "Celui qui étudie la jurisprudence (tafaqaha) et n'étudie pas le soufisme (tasawwuf) est un pervers (fasiq); et celui qui étudie le soufisme et n'étudie pas la jurisprudence est un hérétique (zindiq); celui qui allie les deux, atteint la vérité". (rapporté par Ahmad Zarruq, 'Ali ibn Ahmad al-'Adawi dans le tome 2 de ses ?uvres, al-Hafiz `Ali al-Qari al-Harawi et d'autres)

Ach-Chafi'i (رحمه الله) a dit: "J'ai accompagné les Soufis et j'ai appris d'eux trois sciences: [...] comment parler; comment se comporter avec les gens avec indulgence et avec un c?ur doux [...] et ils [...] me guidèrent sur la Voie du Soufisme". (cité par 'Ijluni dans son Kashf al-Khafa 1/341)

Ahmad Ibn Hanbal (رحمه الله) a dit: "Ô mon fils, tu dois t'asseoir avec les Soufis, parce qu'ils sont comme une fontaine de science et ils gardent le souvenir (dhikr) de Dieu dans leur c?ur. Ils sont les ascètes et ils ont un pouvoir spirituel très fort". (cité dans Tanwir al-Qulub)

Al-Ghazâli (رضي الله عنه) a dit: "J'ai su avec certitude que les Soufis sont ceux qui cheminent sur la Voie d'Allah, que leur conduite est la plus parfaite, que leur voie est la plus sûre et la plus droite, et que leur caractère est le plus pur. Je dirais plus: même si l'on additionne l'intelligence des hommes, la sagesse de sages et la science des savants avertis des secrets de la loi religieuse pour pouvoir réformer la conduite des Soufis, ou même l'améliorer, on n'y arriverait pas. Car tout dans leur mouvement ou leur immobilité, extérieurement et intérieurement, est puisé dans la lumière de la Niche (Mishkat) de la Prophétie". (Al-Mounqid mina d-Dalal)

as-Suyuti (رحمه الله) a dit: "Le Soufisme en lui-même est la meilleure et la plus honorable science. Elle explique comme suivre la Sunna du Prophète (S) et comme rejeter l'innovation." (Ta'yid al-Haqiqa al-'Aliyya)

Ibn Khaldûn dit: "La Voie des Soufis avait toujours été considérée comme celle de la vérité et de la bonne direction, tant par les Compagnons du Prophète que leurs disciples immédiats et par leurs successeurs. Elle repose sur la pratique stricte des exercices de piété, de la dévotion exclusive à Dieu, du renoncement aux vanités du monde [...] Tout cela était courant parmi les Compagnons du Prophète et les premiers musulmans. Ensuite, à partir du VIIIème siècle, le goût pour les biens de ce monde augmenta et les gens se tournèrent davantage vers les jouissances terrestres. C'est alors que l'on appela sûfiyya et mutasawwifa les aspirants à la mystique. [...] Les Soufis se sont donc constitués une science particulière, que les autres docteurs en droit canon ne discutent pas. [...] Aussi, les jurisconsultes sont-ils tantôt en accord et tantôt en désaccord avec le soufisme. Mais les arguments et les preuves ne servent à rien, pour savoir s'il faut accepter ou rejeter celui-ci, car la mystique est affaire (avant tout) d'expérience intuitive." (Al-Muqqadima)

Ach-Chatibi a dit: "Leur porte-parole, maître et pilier de leur Voie, Abu al-Qasim al-Qushayri déclara qu'ils avaient reçu le nom de gens du Tasawwuf dans le but de les différencier des gens de l'innovation. Il déclara aussi que les plus honorables musulmans après le Prophète n'ont reçu aucun autre nom que celui de "Compagnons"; car il n'existe aucun mérite plus grand que celui d'avoir été Compagnon. Ensuite ceux qui les ont suivi ont été appelés les Suivants. Après cela, les gens ont divergé et les différences de niveau sont devenues plus apparentes. L'élite parmi ceux qui étaient fermes dans la croyance ont été appelés ascètes (zouhhad) et adorateurs ('Oubbad). Plus tard, toutes sortes d'innovation ont fait leur apparition, et l'élite des Ahl al-Sounna qui observait ses obligations avec Allah et qui préservait son c?ur de l'insouciance d'une manière exceptionnelle, reçurent le nom de gens du Tasawwouf. Considère bien ceci, tu y gagneras beaucoup pour l'Au-delà. Et Allah est le plus savant". (al-I'tisam min al-kutub)

Ibn Taymiyya (رحمه الله) a dit: "Certains ont critiqué les Soufis et le Soufisme en disant qu'ils étaient des innovateurs, en dehors de la Sounna, mais la vérité est qu'ils s'efforcent d'obéir à Allah [...] Parmi eux on trouve les personnes les plus proches [d'Allah] grâce à leurs efforts". (Majmu' al Fatawa al-Koubra, vol. 11)

"Les grands maîtres Soufi sont bien connus et acceptés, tels que : Bayazid Al-Bistami, Cheikh Abdoul Qadir Jilani, Junaid ibn Mouhammad, Hasan Foudayl Al-Basri, Al-ibn Al-Ayyad, Ibrahim Bin Al-Adham, Abi Souleyman ad-Darani, Ma'rouf Al-Karkhi, Siri as-Saqati, Cheikh Hammad, Cheikh Aboul Bayan. [...] Ces grands Soufis était les leaders de l'humanité et ils appelaient à ce qui était juste et interdisait ce qui était mauvais." (Majmu' al-Fatawa al-Koubra, vol. 10)

Tajuddin as-Subki (727-771 H.): "Qu'Allah les bénisse [les Soufis], qu'Il les recouvre de Sa Paix, et qu'Allah nous accorde d'être avec eux dans Son Paradis. Trop de choses ont été dites à leur propos et trop d'ignorants ont affirmé des choses qui ne peuvent pas leur être reprochées. La vérité est que ces gens [les Soufis] ont renoncé au monde et ne se sont occupés que d'adoration [...] Ils sont le Peuple d'Allah, dont les prières et les supplications sont acceptées et par lesquels Allah aide les êtres humains." (Mu'id an-Na'am)

Ibn Qayyim (رحمه الله) a dit: "Nous pouvons nous rendre compte de l'importance qu'avaient les Soufis aux yeux de la première génération de Musulmans grâce à Soufyan ath-Thawri (161 H), un des plus grands imams de la seconde génération et un des plus grands juristes. Il a dit: "Si je n'avais pas connu Abu Hisham as-Soufi (115 H), je ne me serais jamais aperçu des formes subtiles de l'hypocrisie de l'Ego". Parmi les meilleures personnes on trouve le Soufi qui connaît la jurisprudence". (Manazil as-Sa'irin)

Muhammad 'Abduh (1265-1323 H.): "Le Soufisme apparaît dans le premier siècle de l'Islam et il reçut immense honneur. Il purifiait l'Ego et renforçait la conduite, il apprenait aux gens la connaissance de la Sagesse et les Secrets de la Divine Présence." (Majallat al-Muslim)

Abou l Hassan an-Nadwi (1333-1420 H.): "Ces Soufis ont initié les gens à l'Unicité, à la sincérité dans le suivi de la Sounna du Prophète (صلى الله عليه و سلم), à se repentir de leurs péchés et à s'éloigner de toutes les désobéissances envers Allah 'Azz wa Jall. Leurs guides les ont encouragés à parvenir jusqu'à l'amour parfait d'Allah 'Azz wa Jall. [...] A Calcutta, chaque jour, plus de 1000 personnes prenaient l'initiation soufie [...] Grâce à l'influence des Soufis, des milliers et des milliers et des centaines de milliers de personnes en Inde ont trouvé leur Seigneur et ont atteint un degré de perfection dans l'Islam." (Muslims of India)

Selon Abou Sa'îd Al-Kharrâz (رحمه الله)

Abou Bakr Al-Kittânî et Abou Al-Hasan Ar-Ramlî, que Dieu leur fasse miséricorde tous deux, dirent : nous avons interrogé Abou Sa'îd Al-Kharrâz au sujet des débuts du chemin vers Dieu Exalté Soit-Il ; il nous dit : "C'est le repentir ", puis il cita ses conditions. Puis, on quitte la station (maqâm) du repentir pour accéder à la station de la crainte ; puis de la station de la crainte vers la station de l'espérance ; puis de la station de l'espérance vers la station des pieux ; puis de la station des pieux vers la station des aspirants (murîdîn) ; puis de la station des aspirants vers la station des obéissants (mutî`în) ; puis de la station des obéissants vers celle des aimants (muhibbîn) ; puis de ce celle-ci vers la station de ceux qui éprouvent une langueur fervante (mushtâqîn) ; puis de cette station vers la station des saints (awliyâ) ; puis de la stations des saints vers celles des rapprochés (muqarrabîn)? " (Hilyat Al-Awliyâ 10/248 - Abou Nou'aym)

Selon Al-Qouraychi (رحمه الله)
La pénitence qui est le premier pas sur la voie, la mujâhada (l'effort acharné pour adhérer à la voie droite), la crainte révérentielle, le scrupule, le renoncement, la crainte, l'espérance, le recueillement, le contentement, le fait de compter sur Dieu en tout et pour tout, la gratitude?

As-Souyoûtî (رحمه الله) a dit: "Sache que le mot Ittiâd (union) fut utilisé dans les expressions de certains savants véridiques, pour renvoyer à la vérité du Tawhid. L'ittihâd pour eux c'est le Tawhid à ses plus hauts degrés. Le Tawhid c'est la connaissance de l'Un, l'Unique. Cela a généré une confusion dans l'esprit de certaines personnes qui ne comprennent pas leurs signes. Elles ont interprété de travers leurs paroles, se sont trompés et ont péri [...] Ainsi, l'Ittihâd (union) dans le sens incarnationnisme est absolument faux et impossible, réfuté par la législation islamique et rejeté par le consensus des Prophètes, des Sheikhs soufis et l'ensemble des savants musulmans. Et ceci n'est guère la voie des soufis; n'ont affirmé cela qu'un ensemble d'hérétiques à cause de leur ignorance et leur méconnaissance d'Allah, Exalté soit-Il. Ils ont imité par cette parole les chrétiens qui ont dit que la dimension humaine Jésus - paix sur lui- s'est unie à l'essence divine.

Quant à ceux qu'Allah ? Exalté Soit-il - a préservés par Ses Soins, ils ne croient ni en l'incarnationnisme ni en l'union et si jamais ils emploient le mot Ittihâd, ils entendent par cela le fait de renier leur propre ego pour n'établir qu'Al-Haqq ? Glorifié soit-Il [...] Al-Ittihâd (union) est parfois citée dans le sens "anéantissement des transgressions" (Fanâ' Al-Mukhâlafât) et la persistance des obéissances (Baqâ' Al-Muwafaqât), l'anéantissement des désirs de l'ego dans la vie ici-bas et la persistance du désir de l'au-delà, l'anéantissement des vils caractères et la persistance des nobles caractères, l'anéantissement du doute et la persistance de la certitude, l'anéantissement de l'insouciance et la persistance du dhikr. [...] Il est inconcevable de penser que ces gnostiques soutiennent l'incarnationnisme et l'union, car à la base, on ne peut penser cela d'un être doué de raison, et donc, a fortiori, on ne peut le penser de ceux qui se sont distingués par le dévoilement, la certitude et les contemplations. Il est inconcevable de penser que ceux qui se sont distingués de leurs contemporains par la science solide et les ?uvres pies, l'effort contre l'ego, le respect des lois de tombent dans l'erreur de l'incarnationnisme et l'union comme se sont trompés les chrétiens au sujet de Jésus ? paix sur lui. N'ont commis cette erreur que des ignorants parmi les faux prétendants au Tasawwuf, quant aux véridiques gnostiques savants, ils sont loin de tomber dans cela [...]

En somme, le mot Ittihâd est équivoque. Il peut signifier ce concept blâmable qui est la soeur jumelle de l'incarnationnisme ; dans ce cas c'est une mécréance. Il peut également désigner la station du Fanâ (extinction totale, annihilation), et c'est dans ce sens que les Soufis l'ont utilisé, et il n'y a pas de blâme dans cette terminologie, car il n'est pas interdit d'employer un terme avec un sens correct, qui ne fait aucune entorse à la Loi; si cela était interdit, tu n'aurais pu prononcer le mot Ittihâd (union) avec l'acception suivante : "Il y a une union entre mon ami Zayd et moi". C'est pour cela que les savants du Hadith, les juristes et les grammairiens usèrent du mot Ittihâd (union) avec des acceptions différentes selon qu'il s'agisse du Hadîth, la jurisprudence ou la grammaire. [?] De même lorsque le mot Ittihâd est employé par les Soufis véridiques, ils entendent l'anéantissement (Al-Fanâ) qui signifie : effacer l'ego pour remettre tout à Allah - Exalté soit-Il - et non pas cet autre concept répugnant qui fait frémir la peau". (Al-Hâwî li l-Fatâwi)



______________________________________________________________
*-Celui qui dit "moi, je sais !" est plus ignorant que l'ignorant ; il faut toujours savoir apprendre des autres.
Le Soufisme contredit l’Islam dans plusieurs choses...
(Muhammad Djamil Zinou)


A -L’invocation des morts en dehors d’Allah, qui renferme un polythéisme qui rend les oeuvres vaines. Allah a dit: «Et n’invoque pas, en dehors d’Allah, ce qui ne peut te profiter ni te nuire. Et si tu le fais, tu seras alors du nombre des injustes» Qur’an 10, 106

Il a dit aussi : «… Si tu donnes des associés à Allah, ton œuvre sera vaine et tu seras certainement du nombre des perdants. » Qur’an 39, 65

Le Messager d’Allah (Qu’Allah lui accorde Sa grâce et Sa paix) a dit: «Celui qui meurt en invoquant un autre en dehors d’Allah, le prenant pour égal, entrera en Enfer» (Rapporté par Boukhari)

B - La plupart des soufis croient qu’Allah se trouve en personne dans tous les lieux contredisant les dires divins:
«Le Miséricordieux S’est établi Istawa sur le Trône » Qur’an 20, 5, cela veut dire : avec Son savoir, Son ouie et Sa vue.

C - Certains soufis croient qu’Allah S’est installé dans chacune de ses créatures, même Ibn ‘Arabi a dit:
La vérité (Allah) est un serviteur et le serviteur une vérité
Que je désire connaître qui est le redevable?
Et le plus injuste parmi eux a déclaré:
Aussi bien le chien que le porc sont notre dieu
Dieu n’est qu’un moine dans une église.
C’est parce qu’ils croient au panthéisme.

D - La plupart des soufis déclarent que Dieu n’a créé le bas monde que pour Mouhammad (Qu’Allah lui accorde Sa grâce et Sa paix), une déclaration qui contredit ce verset: Qur’an Je n’ai créé les génies et les hommes que pour qu’ils m’adorent» Qur’an 51, 56 et cet autre verset : «A Nous appartiennent la vie dernière et la vie présente. » Qur’an 92, 13

E - La majorité des soufis croient qu’Allah créé Mouhammad (Qu’Allah lui accorde Sa grâce et Sa paix)de lumière et toutes les autres choses de cette lumière, que Mouhammad (Qu’Allah lui accorde Sa grâce et Sa paix) est la première créature d’Allah alors qu’Allah les dément quand Il dit: «Quand ton Seigneur dit aux anges : « Je vais créer d’argile un être humain.» Qur’an 38, 71

Adam (sur lui la paix) fut le premier parmi les humains et le Calame parmi les choses après le Trône et l’eau.
Quant aux dires du Prophète (Qu’Allah lui accorde Sa grâce et Sa paix) à Jabir: «La première chose que Dieu a créée fut la lumière de ton Prophète», les théologiens les ont commentés en disant que ce hadith est erroné et non-fondé.

F - Parmi les dérogations aux principe l’Islam, les soufis font des voeux pour les Walis (les saints). La tournée processionnelle autour de leurs tombes, la construction des stèles et les cérémonies invocatoires enfreignant les enseignements d’Allah et de Son Prophète(Qu’Allah lui accorde Sa grâce et Sa paix), la danse lors de ces cérémonies, les incantations magiques, la sorcellerie, la dévoration des biens illicites, l’escroquerie et autre…


En effet, les savants du passé et présent ont écris des livres dénonçant la déviation des soufis. Parmi ces livres on compte le livre « Talbis Iblis » de Al-Hafidh Ibn Jawzi, qui est mort en l’an 597H. Il a écrit la plus grande partie des trois cents pages en réponse aux idées des soufis, leurs croyances, pratiques, habits, leur permission des instruments musicaux, des chants et danses, et leur appréciation de la compagnie de jeunes garçons. Aussi, une grande attention leur a été consacré en réponse et combat par Shaykhul-Islam Ibn Taymiya (ra). Il a souffert de leurs mains et est allé en prison jusqu’à sa mort. Aussi le Savant Burhaan ad-Din al-Baqa`i, qui est mort en l’an 885H a écrit des livres contre les soufis :
Citation
rosiles a écrit:

(Muhammad Djamil Zinou)[/b]

Rahimahullah. Il est décédé il y a moins de quatre mois.



وَاللّهِ مَا حَزِنَتْ أُخْتٌ لِفَقْدِ أَخٍ ... حُزْنِي عَلَيْهِ وَلاَ أُمٍّ عَلَى وَلَد
Citation
Rastapopûlos a écrit:
Citation
rosiles a écrit:

(Muhammad Djamil Zinou)[/b]

Rahimahullah. Il est décédé il y a moins de quatre mois.



je vien juste de l'apprendre, rahimahullah. Inna liLLahi wa inna ilayhi raji'oun.
baraka Allahoufik akhy

Savant syrien célèbre pour ses écrits simples et concis. Il fut professeur à La Maison du Hadith de La Mecque. Il mourut le 8 octobre 2010 à 87 ans qu'Allah lui fasse miséricorde.

La croyance de tout musulman par le Shaykh Mohamed Ibn Jamil Zinou rahimahullah question reponse voir ici:
[alghourabaa.free.fr]
ce livre seul est une preuve suffisant contre les soufi.

resume du dogme islamique voir ici:
[alghourabaa.free.fr]
Citation
rosiles a écrit:
je vien juste de l'apprendre, rahimahullah. Inna liLLahi wa inna ilayhi raji'oun.
baraka Allahoufik akhy

Savant syrien célèbre pour ses écrits simples et concis. Il fut professeur à La Maison du Hadith de La Mecque. Il mourut le 8 octobre 2010 à 87 ans qu'Allah lui fasse miséricorde.

La croyance de tout musulman par le Shaykh Mohamed Ibn Jamil Zinou rahimahullah question reponse voir ici:
[alghourabaa.free.fr]
ce livre seul est une preuve suffisant contre les soufi
[alghourabaa.free.fr]


salam rosiles
:ALLAH DIT DANS SOURAT AL 'ISRA /81 dans le sens: "ET DIS: LA VERITE EST APPARUE ET LE FAUX FUT VAINCU. CERTES LE FAUX NE PERDURE PAS."
-est ce que tu connais bien cet homme?
-pourquoi cet homme est parti en arabie seoudite et non en epypte
il me semble que tu melange tout mon cher
j'y reviendrais incha allah



Modifié 2 fois. Dernière modification le 09/12/10 21:22 par elmakoudi.
Le problème vient du contenu que l'on donne au terme "soufi", c'est un terme fourre-tout où selon les époques on y mettait quelques-uns et à d'autres on en exonérait d'autres. La sorba des ikhouan essafa d'espagne, les zaouias Moulay 3abdelkader, les derviches tourneurs turques .... Un mélange voulu où l'on ne distingue pas les divers courants ... Du point de vue des principes le concept de sof, de laine, de brin tissé dans "habl eddin", aux pratiques de ceux qui qui accrochent au rétroviseur de leur voiture, une touffe de laine, il y a tout un monde. Le soufisme a été repris par les uns ou par les autres, l'Occident y exploite son ouverture philosophique, l'Orient y voit des dérives dangereuses. Mais qu'en est-il réellement ? En quoi les principes du Tawhid, d'el HaQ , d'el HaQiqa, ceux d'un musulman QoH peuvent le rendre aux yeux des autres suspicieux ? "Qaoulouhou al Haq oua Haqa Qoulouhou" permettant de designer le FaSiQ. Le compagnonnage, les fraternités, la mystique, l'é-sotor-ismes tirés des sotors tracés dans le Livre, les étapes ou degrés de la conscience, partant de la Hirra cette grotte initiale de l'hésitation, reparcourant le chemin de la Connaissance, des confréries musulmanes d'Andalousie a sans doute contribué à la création des ordres franc-maçons (St Thomas d'Aquin, Maimonide, Christian de Rosencreuz) générant une encore plus profonde méfiance. Bien des attitudes tranchées sur la question sont de l'ordre du stéréotype car généralisateur et générateur d'un rejet en bloc sans "discernement" ou "al fourqan". Les soufis, par l'interrogation, par la recherche de la perfection et de la Connaissance, ont tenté de suivre le Prophéte sas sur le chemin du mi3raj, à la recherche du Nouroun 3ala Nour, comme Dante par la suite. Cette même lumière reprise par le siècle des lumières. Suivre une tariqa c'est suivre un code de la route céleste, à la recherche du Tariq al mostaquim ....



Modifié 2 fois. Dernière modification le 13/12/10 15:25 par blagheurt.
Citation
elmakoudi a écrit:
Citation
rosiles a écrit:
je vien juste de l'apprendre, rahimahullah. Inna liLLahi wa inna ilayhi raji'oun.
baraka Allahoufik akhy

Savant syrien célèbre pour ses écrits simples et concis. Il fut professeur à La Maison du Hadith de La Mecque. Il mourut le 8 octobre 2010 à 87 ans qu'Allah lui fasse miséricorde.

La croyance de tout musulman par le Shaykh Mohamed Ibn Jamil Zinou rahimahullah question reponse voir ici:
[alghourabaa.free.fr]
ce livre seul est une preuve suffisant contre les soufi
[alghourabaa.free.fr]


salam rosiles
:ALLAH DIT DANS SOURAT AL 'ISRA /81 dans le sens: "ET DIS: LA VERITE EST APPARUE ET LE FAUX FUT VAINCU. CERTES LE FAUX NE PERDURE PAS."
-est ce que tu connais bien cet homme?
-pourquoi cet homme est parti en arabie seoudite et non en epypte
il me semble que tu melange tout mon cher
j'y reviendrais incha allah



walaikoum salam akhy

si c'est le ho,ho,ho, des soufis que tu vise par ce verset ,tu fait fausse route.
C’est en connaissant la vérité que l’on connaît la valeur des hommes et non pas en suivant les hommes que l’on connaîtra la vérité.

- si tu as des doute sur la croyance du Cheikh rahimahullah, c’est ouvrages sont la et facile a lire. Commencer avant tout par justifier actes ,ho,ho,ho,la danse,le fait de s'humilie devant son semblable et les action du chirk des soufis, sinon tout réplique contre ce cheikh n’aura aucun poid.

Jai rien mélange, plutôt , tu as du mal a digérer la mise en garde du cheikh contre le soufisme.
Regles a retenir : La base dans toute adoration est l’interdiction et l’abstention sauf s’il y a un texte révélé à ce sujet. Et la base dans tout acte de la vie quotidienne et dans les coutumes est l’autorisation sauf s’il y a un texte révélé qui vient nous l’interdire.
"En effet, vous avez en la personne du Messager d’Allah un excellent modèle à suivre, pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier, et invoque Allah fréquemment" S33V21
Je te conseil de delaisse le suivi et l’adoration des supersaints un titre qu’on ne la trouve que chez les chretiens.
sache oh mon frere que La science avant la parole et l'action
Citation
blagheurt a écrit:
Le problème vient du contenu que l'on donne au terme "soufi", c'est un terme fourre-tout où selon les époques on y mettait quelques-uns et à d'autres on en exonérait d'autres. La sorba des ikhouan essafa d'espagne, les zaouias Moulay 3abdelkader, les derviches tourneurs turques .... Un mélange voulu où l'on ne distingue pas les divers courants ... Du point de vue des principes le concept de sof, de laine, de brin tissé dans "habl eddin", aux pratiques de ceux qui qui accrochent au rétroviseur de leur voiture, une touffe de laine, il y a tout un monde. Le soufisme a été repris par les uns ou par les autres, l'Occident y exploite son ouverture philosophique, l'Orient y voit des dérives dangereuses. Mais qu'en est-il réellement ? En quoi les principes du Tawhid, d'el HaQ , d'el HaQiqa, ceux d'un musulman QoH peuvent le rendre aux yeux des autres suspicieux ? "Qaoulouhou al Haq oua Haqa Qoulouhou" permettant de designer le FaSiQ. Le compagnonnage, les fraternités, la mystique, l'é-sotor-ismes tirés des sotors tracés dans le Livre, les étapes ou degrés de la conscience, partant de la Hirra cette grotte initiale de l'hésitation, reparcourant le chemin de la Connaissance, des confréries musulmanes d'Andalousie a sans doute contribué à la création des ordres franc-maçons (St Thomas d'Aquin, Maimonide, Christian de Rosencreuz) générant une encore plus profonde méfiance. Bien des attitudes tranchées sur la question sont de l'ordre du stéréotype car généralisateur et générateur d'un rejet en bloc sans "discernement" ou "al fourqan". Les soufis, par l'interrogation, par la recherche de la perfection et de la Connaissance, ont tenté de suivre le Prophéte sas sur le chemin du mi3raj, à la recherche du Nouroun 3ala Nour, comme Dante par la suite. Cette même lumière reprise par le siècle des lumières. Suivre une tariqa c'est suivre un code de la route céleste, à la recherche du Tariq al mostaquim ....
salam akhi et merci de ce rappel pour les nons connaisseurs de cette science et doctrine du soufisme
Citation
rosiles a écrit:
walaikoum salam akhy
- si tu as des doute sur la croyance du Cheikh rahimahullah, c’est ouvrages sont la et facile a lire. Commencer avant tout par justifier actes ,ho,ho,ho,la danse,le fait de s'humilie devant son semblable et les action du chirk des soufis, sinon tout réplique contre ce cheikh n’aura aucun poid.
salam alaika rosiles
je ne dirais rien sauf si tu veux lire par toi même et me dire ce que tu pense sur ton cheikh rahimahou allah
[aqidasahiha.files.wordpress.com]
Votre lecture m'a amené à essayer de trouver un sens à "l'ittihad". Entre mettant en rapport l'inconscience, de la "conscience" des (Egarés ou Dalin) et la Conscience de l'inconscient des (moun3imines ou mou'inines). Le chemin de l'être humain passe de l'inconscience à la pleine conscience par la révélation : une sorte d'augmentation de l'espace du conscient et une réduction de l'espace de l'inconscient. En termes modernes, "l'ittihad" ce pourrait être une "union" entre l'inconscient et le conscient : un stade de la conscience suprême individuelle, un stade visant l'éveil absolu pour percevoir les lumières du Créateur swt, dans un effort de réduire cette part d'inconscient qui nous est propre et qui fait office de voile. Une recherche de l'unification entre un inconscient soumis au Divin et une Conscience se soumettant au Divin, raghbatan fi taqaroub min 3arch Al Haq Soubhanahou wa Ta3alla. Ce terme restant au niveau d'une relation au sein de l'humain du "3abdu Allah" wa Allah swt A3lam ...
Ce qui étaye cette thèse, c'est l'invitation constante d'Al Haq swt, à la connaissance de soi et à la domination et "anéantissement" de nos propres mauvais penchants, pulsions ou instincts, conscients et inconscients. C'est sur le chemin du dévoilement de l'étendue de notre inconscient, de "ma fi al enfas oua fi essoudour", ou d'une plus grande prise de conscience de nous mêmes en tant que créatures, que nous cheminons et avançons sur Sirat Al Moustaquim, chemin del FaTiHa, souratoun TouHFa qui mène à la 3iBaDa, nous éloignant "Bou3D" du TaiCH du CHaiTan, et du SILBi d'IBLis. La référence aux concepts de l'Ego est significative, tout comme les étapes ou "maqamat" des soufis. En cheminant en nous mêmes, en travaillant sur nous mêmes, "el fallah", "nous cultivons notre jardin" pour la Salat (de sela ou Relation devenue prière). Une prière de tous les instants, quand par la lumière de la connaissance nous entrevoyons dans l'édifice universel, la Volonté d'Al Haq SWT ...
Citation
elmakoudi a écrit:
Citation
rosiles a écrit:
walaikoum salam akhy
- si tu as des doute sur la croyance du Cheikh rahimahullah, c’est ouvrages sont la et facile a lire. Commencer avant tout par justifier actes ,ho,ho,ho,la danse,le fait de s'humilie devant son semblable et les action du chirk des soufis, sinon tout réplique contre ce cheikh n’aura aucun poid.
salam alaika rosiles
je ne dirais rien sauf si tu veux lire par toi même et me dire ce que tu pense sur ton cheikh rahimahou allah
[aqidasahiha.files.wordpress.com]


il y a rien, j'ai rien vu,

justifie ta croyance :
[www.dailymotion.com]
Citation
rosiles a écrit:
il y a rien, j'ai rien vu,
justifie ta croyance :
[www.dailymotion.com]
salam rosiles en est tu certain que tu n'a rien vu ?je t'avais dis de lire et non de voir,donc tu est un bahaîi



Modifié 1 fois. Dernière modification le 15/12/10 20:00 par elmakoudi.
Horaires de prières Saint Coran
Facebook